LIVRE ‘TRIAL VINTAGE’ : CHEFS D’ŒUVRES EN STUDIO, UN CADEAU DE NOËL IDÉAL.

 

LA QUATRE DE COUVERTURE DÉFINIT LE CONCEPT DU LIVRE

LA QUATRE DE COUVERTURE DÉFINIT LE CONCEPT DU LIVRE

 

Jean Claude Comméat est photographe, spécialiste du Trial Classic, c’est d’ailleurs au Ventoux que j’ai fait sa connaissance.

Pour faire de ce livre de photos un summum, il s’est cogné 5.000 km sur les routes d’Europe en traînant son studio photo, ultra dépouillé et ultra travaillé, c’est toujours plus compliqué de faire un décor qui puisse disparaître derrière  les vedettes en beauté.

Ses vedettes ne sont pas des pilotes mais des motos.

Les motos de Trial Classic, les plus connues ou parfois les pionnières, d’une élégance totale, et aussi des phénomènes techniques, parce que l’adhérence d’une moto de Trial c’est encore plus compliqué que sur un circuit de MotoGP !

D’ailleurs, dans les années 80, Michelin a apporté un pneu révolutionnaire dans le Trial, mon ami Fred Michaud le surnommait le pneu liquide, en effet, on entrait le doigt dedans…

Grandes années, motos sublimes, Jean Claude, dit «Claudio» ajoute ça et là un petit paragraphe sur l’histoire du Trial, mais c’est un livre de photos, format à l’italienne, il est allé les trouver chez des collectionneurs ou de simples particuliers, je l’ai même vu, avant une épreuve, arriver à convoquer certains participants pour une séance spéciale dans son studio.

 

 

210 photos, 142 pages, 32 marques de motos, 57 modèles mythiques, voilà la galerie d’art, car c’est de l’art. …

Shooter les motos en studio sans leurs pilotes, ça s’est fait mais pas dans un livre, pas dans le Trial.

Ce livre est donc une sorte de première mondiale…

Il ya eu dans l’histoire du Trial Classic trois périodes…

L’Angleterre qui a créé le Trial : un sport de folie consistant à passer des zones de franchissement sans poser de pieds, sans s’arrêter, sans tomber, sans aucune notion de vitesse, un truc où on a zéro quand on est bon, bref, truc de dingue et forcément inventé en… Angleterre !

Les motos sont de très beaux quatre temps un peu lourdes mais d’une élégance très british.

BSA, Triumph et autres merveilles sont dans cette galerie d’art shootée par Jean Claude.

 

 

Puis un jour, Sammy Miller, pape du Trial anglais (et aussi de la course sur route, il a failli gagner le TT !… Il a gagné trois fois son équivalent en Ulster, la North West 200…) onze fois titré dans son pays, 1.300 victoires en Trial, est passé à Barcelone où il a créé la Bultaco à moteur… deux temps, qui deviendra une des reines de l’histoire de ce sport.

Barcelone, la Catalogne donc voit naître Montesa, Ossa, les Anglais roulent sur des motos espagnoles, mais d’une part, fatalement les Japonais devaient un jour s’en occuper, (et ils le font bien, les Kawasaki, Suzuki, la TY Yamaha, La Honda quatre temps championne du monde d’Eddy Lejeune sont dans le livre), en France, Charles Coutard devient le héros national.

Ce qui était fatal aussi c’est que les pilotes anglais cessent d’être les maîtres mondiaux du Trial, le Finlandais Yrjö Vesterinen est le premier à les abattre.

Puis l’Italie s’y met, SWM, Fantic, Garelli, Aprilia font de magnifiques motos qui décrochent un paquet de titres nationaux et mondiaux…

 

 

 

Les deux Français Champions du Monde, à très peu d’années de distance d’ailleurs, Gilles Burgat et Thierry Michaud ont été titrés sur des motos italiennes.

Ce qui est génial, c’est que ces motos ne sont pas au musée, le Trial Classic est une discipline vivante, les épreuves voient 350 engagés au départ et en refusent autant !

Ce sont ces motos qui sont les reines de ce livre et elles sont vivantes, elles ont une odeur, un bruit, une histoire qui continue…

Et autant on peut rouler peinard sur un circuit au guidon d’une moto de GP que l’on ne veut pas casser, autant sur un Trial, même quand on choisit le parcours facile, on casse du matériel et les pilotes se mettent au boulot patiemment pour en refaire des déesses…

Il ya une sorte d’éternité, de renaissance permanente dans ce livre…

Et une histoire colossale, même si vous n’êtes pas initiés au Trial, ces motos sont tellement exceptionnelles, la façon dont elles sont shootées par « Claudio » est digne de Botticelli…

C’est un très beau cadeau de Noël à se faire ou à offrir, d’autant plus que le prix, 32 € frais de port inclus, est déjà un cadeau en soi…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :
Jean Claude COMMÉAT

 

Infos :
photoclaudio@orange.fr
ou au
06-81-41-12-79

 

 

 

 

 

 

Livres

About Author

jeanlouis