70 BERGES ET DES MILLIONS DE DÉCIBELS POUR L’ANCIEN PILOTE DE F1, SLIM BORGUDD

slim-borgudd-en-1981-au-volant-de-lats-manfred-giet

 

 Slim BORGUDD-© Manfred GIET


Slim BORGUDD-© Manfred GIET

 

Slim BORGUDD…

Rares sont ceux qui se rappellent encore de lui, car pour la plupart de fans de compétition automobile, ce nom n’évoque pas grand-chose!

Pourtant, ce nordique en acier Suédois trempé, qui souffle ses 70 bougies ce jour, a connu un début de carrière  tout à fait inhabituel, en passant de la musique à la compétition automobile.

Né le 25 novembre 1946 à Borgholm, une petite ville de 3.000 âmes, sur la petite île d’Öland, face à Kalmar dans le sud-est de la Suéde, célèbre pour son imposante forteresse, ses parents le firent enregistrer à l’Etat Civil sous Karl Edward Tommy BORGUDD, se limitant toutefois à l’appeler Tommy.

Après un cursus scolaire normal, Tommy BORGUDD fut attiré par la musique dès son adolescence, à une époque où en Suède se créait une multitude de groupes Pop.

Début des années 60′, il rejoignait le ‘Lea Riders Group’ comme batteur, une formation fortement inspirée par un des maîtres du Blues Rock Américain, Willie Dixon.

Et après qu’il eut l’honneur de faire une pige pour cette formation afin de remplacer le batteur MEMPHIS Slim, on lui attribua alors justement le surnom de SLIM.

Pour l’anecdote, ce surnom devint son prénom d’état civil en remplacement de son vrai prénom TOMMY, suite aux problèmes qu’il rencontrait avec la Poste Suédoise, laquelle refusait de lui payer les chèques de ses cachets, tous libellés « Slim BORGUDD « alors que ses documents officiels portaient l’identité de « Tommy BORGUDD »!!!

Quant au sport automobile, la passion lui était venue en 1959, lorsqu’il assista à une épreuve de F2 sur le circuit de Karlskoga et à laquelle participait le grand Champion Britannique, Sterling MOSS.

Une passion pour la compét auto qu’il partageait au même titre que la musique et alors qu’il faisait partie du Groupe Suédois « Made in Sweden », il rencontra Chris BARBER, célèbre musicien de Dixieland anglais lors d’une tournée britannique, lui aussi épris de sport automobile et propriétaire d’une Formule Ford que BORGUDD lui racheta à cette occasion, pour se lancer dans des épreuves de clubs d’abord puis du Championnat Suédois, après avoir fait ses gammes et son apprentissage, à l’école de pilotage JIM RUSSELL de Snetterton en Angleterre.

 

Slim-BORGUDD-et-Björn-UHLEVENS-du-Groupe-Pop-AbbA-©-Manfred-GIET

Slim-BORGUDD-et-Björn-UHLEVENS-du-Groupe-Pop-AbbA-©-Manfred-GIET

 

Entre temps, il s’était lié d’amitié avec un certain Björn ULVAEUS, guitariste, chanteur, compositeur et parolier du groupe ABBA qui faisait une ascension fulgurante aux hit-parades planétaires de l’époque et qui allait vendre des centaines de millions de disques et albums par la suite.

Cette amitié amena même Slim BORGUDD à participer aux enregistrements studio du groupe en tant que batteur!

Ensuite, il se partagera entre ses deux passions, d’un côté, la musique  et d’autre part, le sport automobile, alors qu’en Suède régnait un climat de ‘ Starmania’ avec les déjà trés performants, Ronnie PETERSON, Jo BONNIER et Stefan JOHANSSON, véritables figures de proue au niveau du sport automobile de haut niveau , et concernant la musique, le Groupe ABBA qui affolait  les hit-parades et les charts de la planète.

Il investira alors ses cachets de musicien dans la compétition automobile en participant à des Championnats internationaux comme la F3  Européenne, où il terminera 3ème en 1979 derrière le Champion Français Alain PROST, ou encore en F3000 Internationale avec quatre tentatives infructueuses en 1985.

 

 Slim-BORGUDD-ATS-HGS-1-1981-©-Manfred-GIET-


Slim-BORGUDD-ATS-HGS-1-1981-©-Manfred-GIET-

 

Alors qu’entre-temps, et alors quil avait déjà 34 ans, une offre lui parvint sous forme de cadeau de St-Nicolas retardé, par un certain  Günther SCHMID , propriétaire du Team de F1, ATS et basé à Bad Dürkheim, aux portes du circuit d’Hockenheim.

Le fantasque fabriquant de jantes, rattrapé par de nombreux problèmes de gestion et budgétaires, à l’aube de la saison 81′, avait eu vent de l’amitié entre Slim BORGUDD, dont le rêve était de rouler un jour en F1, et Björn ULVAEUS, guitariste du fameux groupe ABBA.

Le rusé SCHMID prit donc contact avec BORGUDD juste avant que ne débute la saison Européenne de F1, en lui présentant une ATS ornée du célèbre groupe à l’acronyme ABBA sur les flancs.

 

 Slim-BORGUDD-Team-ATS-en-1981-©-Mnarfred-GIET


Slim-BORGUDD-Team-ATS-en-1981-©-Mnarfred-GIET

 

Et sur ce coup-là, SCHMID réussit à attraper … une mouche avec du vinaigre, car le pilote nordique fut tellement emballé du projet qu’il s’en référa à son copain ULVAEUS qui marqua son accord de soutenir son ami Slim, via un soutien en sponsoring sur base de rendement.

Et c’est de cette manière que le Viking-batteur, changea les baguettes pour passer du rythme musical à celui strident d’un V8 de 700CV.

Si le regretté pilote Italien et brillant pianiste, Elio de ANGELIS, avait été un précurseur dans ce domaine, il n’en reste pas moins que BORGUDD allait faire des émules par la suite.

Rappelons simplement que le Brésilien Christiano DA MATA et l’Anglais Damon HILL, ont été d’excellents guitaristes de groupes rock, que le Canadien Jacques VILLENEUVE, a produit un CD sur lequel il chante et joue de la guitare, que le Français Frank MONTAGNY, a exercé à un moment ses talents de DJ et qu’enfin Eddy JORDAN, l’ex-patron de l’écurie éponyme, est aussi un réel talent à la batterie.

 

 Slim-BORGUDD-Team-ATS-en-1981-©-Mnarfred-GIET


Slim-BORGUDD-Team-ATS-en-1981-©-Mnarfred-GIET

 

 

Mais entre mettre du rythme dans un groupe de rock et se qualifier pour un GP, il a… de la marge, que le Suédois allait apprendre à ses dépens car pour pouvoir se qualifier avec du matériel peu concurrentiel, il fallait véritablement savoir se vider les tripes!

D’ailleurs, l’aventure au sein de l’éphémère Team ATS, ne se prolongea pas pour BORGUUD, au-delà de la saison 1981, après n’avoir disputé au total que dix GP et de n’avoir récolté, qu’un seul petit point au GP d’Angleterre de la même année, en terminant à la sixième place finale, équipé de pneus AVON, qui du coup rapporta à cette marque, l’unique point jamais récolté au classement des manufacturiers en GP F1!

L’année suivante, il fit une courte pige au sein du Team de Ken TYRELL pour trois GP, avec comme meilleur résultat, une honorable 7ème place au GP du Brésil et avant de finalement, se résigner à en rester là…

En effet, à cours de budget, Slim BORGUDD dû se résoudre à en rester là et à arrêter les frais en même temps que son expérience en  F1, non sans que ne lui viennent à l’esprit, les titres à succès   d’ABBA: »Money,Money »et « Waterloo, qui vu les circonstances, devenaient prémonitoires en ce qui le concerne.

En 1983 et 1984, Slim fit quasiment un retour à la case départ, en disputant quelques manches Suédoises de F3 sur une ancienne ANSON SA4, avant de se donner un nouveau challenge en F3000 en 1985 sur une ARROWS A6 pour quatre épreuves du championnat Européen, mais sans plus de succès.

 

Slim-BORGUDD-24-Heures-du-Mans-1987-sur-TIGA-GC-86-avec-Gronvall-et-Ratcliff-Abandon-©-Manfred-GIET

Slim-BORGUDD-24-Heures-du-Mans-1987-sur-TIGA-GC-86-avec-Gronvall-et-Ratcliff-Abandon-©-Manfred-GIET

 

En 1987, il fit même une tentative aux 24 HEURES du MANS sur une  TIGA GC 286 équipée d’un moteur Twin-Turbo VOLVO et qui se solda par un abandon prématuré.

Aucunement découragé, Slim en voulait encore et s’engagea ensuite sur une MAZDA XEDOS 6, dans le Championnat nordique des voitures de Tourisme et … qu’il remporta et il se qualifiera  également aux deux finales continentales de la discipline à Donington et Monza,

 

Slim-BORGUDD-Finale-FISA-2-L-à-Monza-en-1993-Mazda-Xedos-©-Manfred-GIET.j

Slim-BORGUDD-Finale-FISA-2-L-à-Monza-en-1993-Mazda-Xedos-©-Manfred-GIET

 

Avant de changer complètement de discipline et de troquer le volant de petit diamètre qu’il avait connu jusqu’alors contre « un gouvernail » de bahût en participant aux Championnats Européens de la  FIA TRUCK GP .

Entre 1986 et 1997, il se livrera des duels épiques, face à ses rivaux, le Britannique Steve PARRISH, un ancien brillant pilote moto, Fritz KREUTZPOINTNER et Markus ÖSTREICH, deux anciens pilotes DTM, sur des monstres de 5,5 Tonnes de 13 litres de cylindrée, 1.600 CV et pour des raisons de sécurité limités à 160 Km/h, en vitesse de pointe.

Sacré Champion en 1986 et 1987 dans les divisions 2 et 3, 3ème en classe B en 1992, Slim remportera le titre en 1995, devant son rival PARRISH et gagnera aussi, les 24 Heures TRUCK de Willhire en 1989.

 

 Slim-BORGUDD-N°9-en-lutte-pour-la-victoire-©-Manfred-GIET


Slim-BORGUDD-N°9-en-lutte-pour-la-victoire-©-Manfred-GIET

 

Se sentant défavorisé par rapport à ses équipiers auprès de son employeur MERCEDES, il raccrochera définitivement gants et casque, fin 1997, pour s’occuper durant des années du RADICAL EUROPEAN MASTERS avec une équipe active opérant sous SLIM RACING dans une discipline fort prisée et qui consistait à faire rouler des petits protos-barquettes de 460 CV aussi rapides qu’une F3 et garantissant  des sensations incroyables dues à leur rapport poids-puissance phénoménal.

Depuis, le natif du pays d’IKEA, VOLVO et ERICSSON, a quitté son île Scandinave d’Öland, pour s’expatrier vers une autre île d’outre-manche, la Grande Bretagne, près de Coventry, autre haut-lieu du sport auto dans les années 50-’60’, où en respectant une tradition Suédoise, il a enlevé ses chaussures pour enfiler les charentaises et s’établir définitivement en Outre-Mache pour  profiter dorénavant  d’une retraite bien  méritée ? après une carrière agitée au cours de laquelle les décibels ont  toujours rythmé sa vie.

 

Happy Birthday-Grattis pä födelsedagen, Slim !

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

Histoire des Glorieux anciens

About Author

gilles