PREMIERS ESSAIS DANS LES HAUTES ALPES EN FRANCE, POUR LA NOUVELLE FORD FIESTA RS WRC 2017

wrc-2016-test-de-la-nouvelle-ford-fiesta-rs-dans-le-sud-est-de-la-france-photo-eric-dobrowolsky

 

WRC-2017-Eric-CAMILLI-en-essai-avec-la-future-FORD-FIESTA-RS-

WRC-2017-Eric CAMILLI en essai avec la future FORD-FIESTA-RS-Photo Eric DOBROWOLSKY

 

 

La nouvelle Ford Fiesta RS WRC 2017, surfe déjà sur la neige du sud-Est de la France avec l’équipe M-Sport.

M-Sport, n’a pas fait les choses à moitié en débarquant dans le Sud Est de la France, avec pas moins de quatre équipages pour tester la nouvelle arme de Malcolm Wilson.

Avec d’abord le Gallois Elfyn Evans au volant, les deux premières journées au col d’Agnel dans les Hautes Alpes mais aussi sur le versant italien.

Même la neige était de la partie le samedi avec un bon mois d’avance cette année! Après deux journées de tests rondement menés, le team Britannique prit le chemin plus vers l’intérieur, au Sud de la Drôme deux jours plus tard.

 

WRC-2017-Eric-CAMILLI- WRC-2017- Mads OSTBERG -en-essai-avec-la-future-FORD-FIESTA-RS-en-essai-avec-la-future-FORD-FIESTA-RS-

WRC-2017-Elfyn EVANS  en essai avec la future FORD-FIESTA-RS-Photo: Eric DOBROWOLSKY

 

 

Avec cette fois, le Norvégien Mads Otsberg, dont c’était sa première prise en main au volant de cette future Ford WRC 2017, accompagné de son copilote, Ola Floene, tous deux venus spécialement de Scandinavie, avant de repartir dans la foulée, vers Oslo et d’entamer le long voyage vers les antipodes et l’Australie pour y disputer la dernière manche du Championnat du monde WRC millésime 2016.

Mads s’est lancé dans plusieurs runs, au nord du col Saint Jean, mardi matin 8 novembre et par un temps froid et sec. Mais il se voyait très vite ralenti par une étrange fumée bleue qui s’échappé de l’arrière de la Fiesta. Il était temps de revenir à la base pour une longue vérification du moteur.

 

WRC-2017-Mads OSTBERG en essai avec la future FORD-FIESTA-RS

WRC-2017-Mads OSTBERG en essai avec la future FORD-FIESTA-RS-Photo: Eric DOBROWOLSKY

 

Pendant ce temps, nous avons pu obtenir les premières réactions à chaud de l’équipage Mads et Ola. Le pilote Norvégien nous confiait:

« Le moteur était neuf mais il y a encore beaucoup de travail à faire dessus pour tenter de l’améliorer. »

Mads nous indiquait encore aussi d’une part qu’il serait bien présent pour le prochain rallye Monte-Carlo 2017, mais sans toutefois nous préciser avec qu’elle voiture! Et d’autre part qu’il pense avoir une Ford Fiesta RS 2017 dès le prochain rallye de Suède.

De son côté Ola nous  qu’il n’était pas certain, lui, d’être au départ du prochain rallye Monte-Carlo 2017, mais qu’il serait bien de retour et sans doute en Suède. Il se laissa aller également à quelques confidences, nous indiquant qu’il verrait bien Andreas Mikkelsen rouler la saison prochaine avec … une Skoda R 5 en WRC 2, avec un programme en alternance avec le rallycross WRX. Nous lâchant même que d’après lui, il n’y aurait pas de problème de personnalité entre Ogier et Meeke s’ils devaient faire équipe ensemble la saison prochaine chez Citroën…

 

WRC-2017-Ott TANAK en essai avec la future FORD-FIESTA-RS

WRC-2017-Ott TANAK en essai avec la future FORD-FIESTA-RS -Photo : Eric DOBROWOLSKY

 

Après vérification du moteur de la Ford, au tour d’Ott Tanak de prendre en main la nouvelle Fiesta 2017 avec sa couleur bleue de maquillage.

Et là, tout de suite Ott part pied au plancher à l’assaut du col Saint Jean. Il était visible à l’œil nu que la cadence n’était plus la même…

A titre de comparaison, la nouvelle Fiesta est plus rapide que la 2016, d’une seconde au kilomètre

Soit une vitesse de 15 kilomètres/ heure plus vite à l’entrée de chaque virage. La Ford bondit d’un virage a un autre, presque en mode groupe B. C’est flagrant, l’augmentation de puissance représente un gain de 80 chevaux, grâce à la nouvelle bride du turbo. Par moments, on dirait presque… un dragster à l’accélération, tant ça pousse très fort, et il faut y ajouter toutes les options qu’offre la nouvelle réglementation 2017.

Seul hic sur le sec et pas des moindres, l’usure évidente des pneumatiques!

 

WRC-2017-Elfyn EVANS en essai avec la future FORD-FIESTA-RS

WRC-2017-Elfyn EVANS en essai avec la future FORD-FIESTA-RS -Photo : Eric DOBROWOLSKY

 

Lesquels ont bien du mal à tenir la comparaison. Cela risque d’être un des enjeux du début de saison 2017 . Celui qui gérera au mieux ses pneus aura un gros avantage sur les autres. Puisque pour le moment les nouvelles WRC risquent de prendre le départ de la saison 2017 avec des pneumatiques qui étaient prévus pour des WRC ancienne génération. La première journée s’est terminée à la nuit noire de manière un peu chaotique puisque la belle ne voulait plus repartir de la base. Ott a dû s’employer quatre fois avant qu’elle veuille bien enfin lancer dans un dernier run équipé de phares à Led.

Pour le jour quatre, changements de décors sur le Sud de la Drôme, avec l’apparition de la neige qui s’invita dans le col du Perty sur les hauteurs de Laborel avec 10 à 15 centimètres par endroits jusqu’au sommet. Dès 8 h 30 du matin, ce qui nous gratifia de superbes passages avec Ott Tanak à la manœuvre, un pur régal à voir…

Malheureusement des runs peu nombreux dus a des problèmes de jeunesse pour une toute nouvelle auto. Seulement, sept aller-retour dans la journée, plus deux soucis de surchauffe du à l’épaisseur de la neige au sol qui a fini par obstruer le radiateur. Obligeant le pilote Estonien à s’arrêter pour dégager la grille.  Sans compter, un long moment à la base pour y changer boite de vitesses, différentiels, ponts et barres stabilisatrices. En tout cas que ce soit sur le sec ou sur la neige, on a découvert, un très fort potentiel d’une auto bien née, prête à bondir d’une corde à une autre.

 

 WRC-2016-Test-de-la-nouvelle-FORD-FIESTA-RS-dans-le-sud-est-de-la-FRANCE-Photo-Eric-DOBROWOLSKY-


WRC-2016-Test de la nouvelle FORD-FIESTA-RS pour Eric CAMILLI dans le sud-est de la FRANCE- Photo : Eric DOBROWOLSKY-

 

Pour la dernière journée des tests, M-Sport le jeudi, c’était au tour d’Éric Camilli avec son copilote Benjamin Veillas d’entrée en scéne . Pas de round d’observation pour le pilote Azuréen, partant lui aussi pied au plancher, malgré une fine couche de neige, après le passage du chasse neige. Mais une crevaison d’abord, puis la rupture d’un joint psi de sortie de différentiel ensuite, vinrent à bout de ses ardeurs, nécessitant un retour obligatoire à la base.

Puis ce fut au tour d’une rupture du turbo! Avant une rupture de la direction et le soir… plus de freins! Éric démontra tout au long de la journée qu’il avait la carrure d’une pilote usine WRC. Malgré plusieurs rumeurs assurant que le Champion du monde viendrait tester la Ford Fiesta RS, de quoi rendre un peu plus fébrile, le pilote Français, tant que la liste officielle des pilotes M-Sport, ne sera pas publié.

Lors de la journée de jeudi, le pilote Niçois roula toute la journée le pied gauche au plancher sur le même rythme que son prédécesseur de la vieille. Benjamin Veillas nous confia qu’il se verrait bien la saison prochaine avec Éric, aux côtés d’Ott Tanak et Molder RaÏgo, défendre les chances de M-Sport la saison prochaine en Championnat du monde WRC.

 

 WRC-2016-Test-de-la-nouvelle-FORD-FIESTA-RS-dans-le-sud-est-de-la-FRANCE-Photo-Eric-DOBROWOLSKY-


WRC-2016-Test de la nouvelle FORD-FIESTA-RS dans le sud-est de la FRANCE-Photo-Eric-DOBROWOLSKY-

 

Le potentiel est là, cela ne fait aucun doute. Il faudra malgré tout résoudre au plus vite les problèmes de jeunesse sur la Fiesta. Tous les espoirs sont permis et pas qu’un peu, quand on voit les passages de folie, ça rappelle très vite une autre époque! D’après les amateurs enchantés qui étaient présents pour ces tests .

Tous les ingrédients sont réunis pour rendre encore plus passionnant l’avenir du WRC. Avec des autos très proches d’une autre époque, pour déchaîner encore plus de passion …

Sauf que la FIA a oublié un gros détail qui risque de poser de gros problèmes dans l’avenir, les dimensions des pneus qui vont avoir beaucoup de mal à tenir le rythme infernal, voire diabolique, de la puissance qui arrive au sol d’un coup presque comme des groupes B!

Certains qui ont vu rouler ces WRC 2017, n’hésitent pas à dire qu’il faudra en avoir pour piloter ces bolides, mas il faudra aussi savoir courir avec la tête, sinon ils auront vite fait de cramer leurs pneumatiques et d’anéantir toutes leurs chances de victoire.

Si la commission rallyes ne change pas cette réglementation qui visiblement semble déjà poser problème, après les premiers roulages!

 

Texte et photos : Eric DOBROWOLSKY

 

 WRC-2016-Test-de-la-nouvelle-FORD-FIESTA-RS-dans-le-sud-est-de-la-FRANCE-Photo-Eric-DOBROWOLSKY-


WRC-2016-Test de la nouvelle FORD-FIESTA-RS dans le sud-est de la FRANCE-Photo-Eric-DOBROWOLSKY-

WRC

About Author

gilles