AUX SIX HEURES DU FUJI EN WEC, TOYOTA VISE LA VICTOIRE À DOMICILE MAIS AUDI ET PORSCHE VEULENT AUSSI GAGNER

WEC-2016- Les six heures du FUJI 2015 - La TOYOTA TSO50 avec au fond le célébre volcan du MONT FUJI

wec-2016-fuji-affiche

 

À la veille des premiers essais des 6 Heures de Fuji, septième des neuf manches du Championnat du Monde d’Endurance WEC de la FIA 2016, il y a bien des questions en suspens alors que les équipes et pilotes se préparent à affronter les 4,563 kilomètres du célèbre tracé du Fuji, situé près d’Oyama.

Avec en toile de fond, le magnifique décor spectaculaire de l’imposant Mont Fuji, qui grimpera au sommet des classements du WEC, à l’issue des six heures de course ce dimanche ?

Alors tentons de répondre aux quelques questions essentielles dont nous connaîtrons les réponses au baisser du drapeau à damier, ce dimanche 16 octobre.

 

 WEC-2016-Avant-FUJI-AUDI-Photo-Adrenal-Media


WEC-2016-Avant-FUJI, l’AUDI N°8 à AUSTIN au TEXAS – Photo-Adrenal-Media

 

Audi va-t-il enfin remporter sa deuxième victoire de la saison après les récentes déceptions de Mexico et du Circuit des Amériques ?

Il ne fait aucun doute qu’Audi reviend encore plus fort, après deux courses particulièrement difficiles. Le constructeur Allemand était à la lutte pour la victoire aux 6 Heures du Circuit des Amériques, à Austin au Texas, mais des soucis techniques l’ont empêché de réduire l’écart sur Porsche.

Aujourd’hui, après debriefing et autres analyses, Audi repart au combat avec ses deux R18, qui ont fait preuve d’un rythme très élevé tout au long de cette saison 2016. Il faut donc s’attendre à une bagarre titanesque entre les trois équipes d’usine LMP1, Audi donc, Porsche et Toyota.

 

WEC-2016-MEXICO-la-PORSCHE-N°2-devant-la-N°1

WEC-2016-MEXICO-la-PORSCHE-N°2-devant-la-N°1

Porsche peut-il accentuer son avance dans la course au titre ?

Les actuels leaders au classement provisoire, le trio Neel Jani, Marc Lieb et Romain Dumas n’est pas encore assuré du titre mondial des pilotes, mais un nouveau bon résultat à Fuji, leur permettrait de distancer définitivement leurs rivaux à l’issue des prochaines 6 Heures de Shanghai le mois prochain. Et ce sans attendre la manche finale et ultime épreuve du calendrier programmé en novembre sur le circuit de Sakhir dans l’Ile de Bahreïn dans le Golfe Persique !

Les trois dernières courses (Nürburgring-Mexico et Austin) ont valu au trio de la Porsche 919 Hybrid N°2 une récolte de points relativement modeste, mais les quatrièmes places conquises au Nürburgring, à Mexico et sur le Circuit des Amériques, auxquelles il faut ajouter les soucis d’Audi, leur permettent après leur triomphe au Mans, de bénéficier d’un avantage appréciable de… 37,5 points.

L’équipage a été relativement prudent sur les dernières courses, mais avec le titre en vue, on peut imaginer qu’il en sera de même au Japon dans la chasse aux points intermédiaires.

 

 WEC 2016 Avant FUJI TOYOTA


WEC 2016 Avant FUJI, TOYOTA reste sur deux troisièmes places

 

Toyota peut-il s’imposer à domicile ?

La réponse est oui, bien sûr, l’équipe Toyota Gazoo Racing peut gagner sur ses terres. La TS050 HYBRID a démontré, notamment au Mans et à Mexico, qu’elle disposait des atouts nécessaires pour la conquête de sa première victoire.

La présence des fans est assurée et, après le crève-cœur de son abandon dans le dernier tour des 24 Heures du Mans, ils seront sans doute encore plus nombreux à soutenir le constructeur Japonais.

Fuji, la version à faible trainée de la TS050 HYBRID sera en piste. Si elle parvient à faire la différence dans les deux derniers secteurs du circuit, les supporters Nippons rentreront peut-être chez eux comblés dimanche soir.

 

WEC-2016-MEXICO-ALPINE-A460-N°36-Photo-Gérardo-ISOARD

WEC-2016-MEXICO-ALPINE-A460-N°36-Photo-Gérardo-ISOARD

Nouvelle « vague bleue » en LMP2  avec Alpine?

Mathématiquement, la course aux Trophées Endurance FIA de la catégorie LMP2, est toujours ouverte, mais au vu de la saison et des dernières épreuves, franchement difficile de miser sur une autre équipe que Signatech Alpine.

Après quatre victoires en six courses, le trio que forme le Français Nicolas Lapierre, l’Américain Gustavo Menezes et le Monégasque Stéphane Richelmi, semble en position idéale pour remporter le titre dans n’importe laquelle des trois dernières manches, à courir dont celle de Fuji ce week-end.

Mais, l’histoire l’a trop souvent prouvé – voir le drame vécu par Toyota au Mans en juin dernier – l’endurance a la curieuse habitude de réserver parfois de sacrées mauvaises surprises!

 

WEC-20216-MEXICO-La-LIGIER-JSP2-du-RGR-by-MORAND-victorieuse-le-samedi-3-septembre-Photo-Gerardo-ISOARD

WEC-20216-MEXICO-La-LIGIER-JSP2-du-RGR-by-MORAND-victorieuse-le-samedi-3-septembre-Photo-Gerardo-ISOARD

 

À la poursuite des « Bleus », on retrouve donc encore une fois, l’écurie Mexicaine RGR Sport by Morand, la Russe de G-Drive Racing, l’Américaine d’Extreme Speed Motorsports Patron Tequila et même la Britannique de Manor.

Ces trois dernières équipes ont apportés quelques changements dans leurs équipages pour ces 6 Heures de Fuji.

Ainsi, G-Drive Racing aligne à nouveau l’ancien pilote de F1, l’Aglais Will Stevens, ESM revient aux pneumatiques Dunlop, et Manor accueille pour la première fois Alex Lynn, particulièrement en vue en GP2 et également pilote essayeur chez Williams en F1.

N’oublions pas, non plus les Anglais du Strakka Racing et les Russes du SMP Racing, l’une comme l’autre sérieuses candidates pour une place sur le podium.

Ce qui démontre s’il en était encore besoin la variété du plateau et l’intensité de la lutte dans cette catégorie LMP2, où Alpine a malgré tout jusqu’alors survolé la saison avec l’une de ses deux A460, la N°36!

 

WEC-2016-MEXICO-ASTON-MARTIN-N°97-Photo-Gerardo-ISOARD

WEC-2016-MEXICO-ASTON-MARTIN-N°97-Photo-Gerardo-ISOARD

 

En LMGTE : tout peut arriver…

Il suffit pour s’en convaincre de rappeler que trois constructeurs différents se sont imposés au fil de cette saison 2016 pour mesurer à quel point la catégorie LMGTE Pro et la lutte pour les différents trophées et coupes, est véritablement ouverte.

Avantage pour l’instant à Aston Martin, vainqueur en LMGTE Pro dans les deux dernières courses. Toutefois, la Vantage V8 verra à Fuji la taille de sa bride réduite de 0,4 mm (pour être désormais de 0,8 mm), et utilisera un Gurney (appendice ainsi nommé en référence au pilote américain Dan Gurney, vainqueur au volant d’une Ford GT 40 des 24 Heures du Mans en 1967, qui fut le premier à l’utiliser en course) de 30 mm sur son aileron arrière.

 

 WEC-2016-MEXICO-La-PORSCHE-911-RSR-N°77


WEC-2016-MEXICO-La-PORSCHE-911-RSR-N°77

 

Au Fuji, Porsche devrait intégrer le Top 3 et se rapprocher de la lutte pour la victoire, après s’être vu accorder une réduction de poids de 20 kg dans le nouveau calcul de la BOP (Balance des Performances). Précisons que le tandem, Richard Lietz et Michael Christensen, est toujours en quête de son premier podium en cette saison 2016!

 

 WEC-2016-MEXICO-La-FERRARI-F458-AF-Corse-de-COLLARD-PERRODO-AGUAS-termine-troisième-des-LMGTE-AM-Photo-Gérardo-ISOARD


WEC-2016-MEXICO-La-FERRARI-F458-AF-Corse-de-COLLARD-PERRODO-AGUAS-termine-troisième-des-LMGTE-AM-Photo-Gérardo-ISOARD

 

En LMGTE Am, la Ferrari de la Scuderia AF Corse, la N°83 De la paire Française, Emmanuel Collard et François Perrodo, qu’épaule avec brio, le toujours aussi incisif  Portugais Rui Aguas, possède une avance de 33 points sur son adversaire direct, la Porsche 911 RSR d’Abu Dhabi Proton Racing.

Victorieux dans cette catégorie aux 6 Heures de Fuji en 2015, Patrick Long, effectue ce week-end, son retour aux côtés de David Heinemeier-Hansson et Khaled Al-Qubaisi.

On peut s’attendre à ce que la Porsche soit une véritable menace pour Ferrari dans sa tentative de décrocher au plus tôt les Trophées Endurance FIA LMGTE Am.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos :
Thierry COULIBALY- Davy et Daniel DeLIEN-Edoardo ISOARD

 WEC-2016- Les six heures du FUJI 2015 - La TOYOTA TSO50 avec au fond le célébre volcan du MONT FUJI

WEC-2016- Les six heures du FUJI 2015 – La TOYOTA TSO50 avec au fond le célébre volcan du MONT FUJI

Sport WEC Championnat du monde

About Author

gilles