SYLVAIN GUINTOLI RESTERAIT CHEZ YAMAHA EN 2017…

 

Il est des conversations téléphoniques difficiles à mettre sur pied, parce que tout le monde a des agendas à la c…, parce qu’il existe un truc qui s’appelle le décalage horaire qui est vache avec les insomniaques, ou au contraire positif…

Mais j’ai finalement réussi à parler avec le responsable de Yamaha que je cherchais à joindre à propos de Guintoli.

On sait bien sûr que Sylvain ne fera plus partie du team WSBK Yamaha Pata en 2017, le jeune Van der Mark a été recruté pour lui succéder.

Il se trouve que dès le paddock du Bol d’Or, on a entendu des signaux selon lesquels Sylvain resterait chez Yamaha au lieu d’aller rouler en 2017 en WSBK dans un team Aprilia (mais pas dans le team soutenu par l’usine qui fera rouler Savadori et Laverty).

Alors voilà ce que j’ai pu recueillir.

D’abord, il semble que les Japonais craignent  très fortement les blessures dans leurs teams officiels de MotoGP, Factory, Tech3 satellite ou WSBK.

Ce qui peut faire le bonheur de pilotes comme Alex Lowes qui est passé du WSBK au MotoGP puis retour au MotoGP quand Bradley Smith s’est blessé en endurance à Suzuka, mais ça met le bazar.

Et en plus, Alex Lowes s’est blessé.

Ducati a réglé le problème avec des pilotes de réserve qui le cas échéant peuvent prendre un guidon le temps d’une course.

Honda a fait ça aussi quand Pedrosa a été opéré du syndrome des loges en 2015, au grand dam de Stoner d’ailleurs qui pensait être en mesure de tenir le guidon d’usine, on lui a préféré un pilote de tests japonais (Aoyama, ancien champion du monde aussi) qui n’a rien fait dans les GP 2015 du point de vue résultats mais a testé des trucs en grandeur nature !

C’est une des raisons qui ont fait que Stoner a claqué la porte de Honda pour aller frapper à celle des rouges à Bologne.

 

Sylvain Guintoli BERING 2016 PSP/ Lukasz Swiderek www.photoPSP.com

 

Retour à Guintoli.

Donc Yamaha s’est tout de suite dit que Guintoli serait idéal pour ce job de pilote de réserve, parce qu’il a une expérience considérable de tous les types de course, parce que ce n’est pas une tête de brûlée de jeunot qui va péter des motos à quelques millions de dollars pièce, et qui est au surplus un excellent metteur au point.

Mais Sylvain, son truc c’est quand même la course, pas seulement de faire le rouleur de réserve…

Or, on sait que d’une part le BSB, le Superbike angliche, est d’une tenue magnifique, de très haut niveau, et que l’équipe privée qui roulait Yamaha est passée avec armes et bagages à la concurrence, en 2017, le team Milwaukee de Shaun Muir roulera en effet avec Aprilia…

Donc, un pilote très capé pour Yamaha dans ce British Superbike serait une bonne idée, et Sylvain serait donc à la fois pilote de réserve et pilote de course Yamaha en BSB en Angleterre.

Jusqu’ici les infos sont quasiment en béton, en plus Guintoli aime bien l’ambiance du BSB et la Yamaha R1 est une moto pour gagner.

 

LE BSB EST UNE DISCIPLINE DE TRES HAUT NIVEAU

LE BSB EST UNE DISCIPLINE DE TRES HAUT NIVEAU

 

Il a aussi été question, mais là je mets tout cela au conditionnel, que Sylvain aille courir en endurance. Au moment où j’ai discuté avec mes contacts, ce n’était pas dans le marbre, en gros Lucas Mahias rêve de courir autre chose que de l’endurance  (chose qu’il fait fort bien d’ailleurs puisqu’il est champion du monde à titre individuel cette année 2016 dans cette discipline) et on lui donnerait la possibilité de rouler en vitesse (Supersport 600) et Guintoli pourrait, je répète pourrait,  aussi rouler en endurance.

Aucune confirmation sur ce dernier point, ce qui ne veut pas dire que l’info soit mauvaise, de toute façon la prochaine épreuve d’endurance mondiale est en mars, tout le monde a le temps de se mettre autour d’une table.

La seule chose certaine est que Lucas Mahias rêve de rouler en 600 Supersport, sur une R6, et que dans ce cas, il manquera un pilote chez GMT94.

On sait que dans cette discipline de l’endurance, l’expérience est un énorme atout, on l’a encore vu à l’occasion du Bol d’Or, et qu’en effet devenir pilote d’endurance et de BSB serait un très beau projet pour Sylvain.

Et pourquoi on ne demande pas directement au pilote ?

Il fait une sorte de conf de presse mercredi chez son sponsor Teamaxe à Herblay, il y aura aussi une séance de signature pour ses fans, le truc est donc public, et il réserve forcément toute info ou toute bribe d’info à cette séance.

Ensuite parce que l’expérience m’a appris qu’un pilote est rarement une source d’info, déjà au départ d’une course, il refuse de dire ce qu’il a choisi comme pneu alors lui demander de parler de l’avenir…

Voilà, cette dernière info est cohérente, non confirmée, on vous tient au courant…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos WSBK  

 

 

Moto Moto - Superbike Sport

About Author

jeanlouis