MOTOGP 2016 : CINQ GP PRÉCIEUX COMME LES DOIGTS DE LA MAIN… CHUTE INTERDITE POUR MARQUEZ

MARQUEZ DEVRA CONTRÔLER ROSSI

MARQUEZ DEVRA CONTRÔLER ROSSI… ET LORENZO!

 

Cinq GP à courir, il ya 43 points de différence entre Marquez et Rossi, 61 points entre Marquez et Lorenzo.

On a eu huit vainqueurs différents cette année parce que les pneus avant de Michelin, sur lesquels la firme de Clermont a bossé comme un missile, sont très performants mais ne donnent pas de signaux d’alerte sauf la chute.

D’où les victoires inattendues de ceux qui n’ont plus rien à perdre comme Miller, Crutchlow, Pedrosa, et qui ont joué le bon joker, gonflé mais performant, sur le pneu avant.

 

LE COUP DE POKER INSENSÉ DE PEDROSA A MISANO

LE COUP DE POKER INSENSÉ DE PEDROSA A MISANO

 

D’où celle de la Ducati de Iannone en Autriche, une fois que la marque rouge a été certaine que les gommes tiendraient le coup face à la puissance infernale de leurs motos.

D’où trois GP ratés de suite par Lorenzo, qui ne comprend pas comment utiliser les Michelin en course (mais il y arrive très bien en qualifs, à Misano, il a pulvérisé le record du tour !).

D’où les chutes de Marquez (GP de France) de Rossi (Texas et Assen), les mauvais choix de pneus qui ont modelé le profil de ce championnat 2016.

 

PERDRE L'AVANT EN COURSE,LA HANTISE DE MARQUEZ

PERDRE L’AVANT EN COURSE,LA HANTISE DE MARQUEZ

 

On a vu ensuite Marquez se mettre au tas souvent durant les roulages avant le GP, puis faire des courses très sages avec des pneus très sûrs, sachant que toute chute, désormais, lui est interdite.

Car certes Rossi doit lui reprendre 8,6 points par GP, mais dans les quatre derniers GP où « Il Dottore » a toujours fini devant l’Espagnol, il ne lui a repris que seize points, soit en moyenne quatre à chaque fois.

 

MISSION QUASIMENT IMPOSSIBLE POUR ROSSI

MISSION QUASIMENT IMPOSSIBLE POUR ROSSI

 

On peut donc en conclure que dans des conditions normales, c’est-à-dire sans chute, et même avec des Lorenzo, des Vinales, des Iannone surexcités, il suffit à Marquez de terminer toujours juste derrière Rossi pour être titré.

En revanche, si Marquez va au tas, là il peut perdre 25 points d’un coup, et la fin du championnat sera une autre histoire !

Merci à Michelin d’avoir sorti des gommes qui permettent de péter tous les records, en revanche, cette fin de championnat sera à la fois exaspérante pour les aficionados et les teams, totalement à suspense pour les pronostics.

Et il n’est pas impossible, tant que les pilotes ne maîtrisent pas les pneus français, qui au surplus sortent des nouveautés à tire-larigot, on n’ait plus d’homme à battre à l’avenir.

 

ROSSI EST TOMBÉ DEUX FOIS EN COURSE CETTE ANNÉE

ROSSI EST TOMBÉ DEUX FOIS EN COURSE CETTE ANNÉE

L’exemple type est Rossi, qui chute au Texas et à Assen, qui se goure sur les pneus à utiliser en Allemagne, et qui pour parfaire le tout casse un moteur au Mugello.

Ce sont les raisons pour lesquelles il est quasiment en mission impossible en fin d’année, sur ces 5 GP ratés, les pneus interviennent quatre fois…

Bref, aussi brillantissimes qu’ils soient, nos champions devront à chaque fois choisir entre la sécurité et le coup de poker.

Bon, c’est clair, le premier qui pige comment dompter les Michelin va prendre un avantage très net sur les autres.

Mais, semble t’il, ce n’est pas pour cette année…

Alors Aragon, ce week end ?

Rossi va envoyer comme un diable, c’est sûr.

 

ROSSI FAIT UN GP ÉNORME A MISANO MAIS EST BATTU PAR LE PNEU AVANT DE PERDOSA

ROSSI FAIT UN GP ÉNORME A MISANO MAIS EST BATTU PAR LE PNEU AVANT DE PEDROSA

 

Comme il l’a fait si fabuleusement à Misano, battu finalement par un Pedrosa qui (il roule coulé et pèse 51 kg) rend des pneus neufs à chaque GP et qui a joué l’injouable, un pneu tendre à l’avant sur tout un GP et sur un circuit pourtant assez chaud.

Marquez tâtera probablement les pneus avant durant les essais mais il ne faut pas s’attendre à une course de folie, même s’il court chez lui, il court d’abord pour lui…

Cela dit, avec celui que les Italiens surnomment « Il piccolo diavolo », les petit diable, un coup de génie est toujours possible, un coup de folie même, mais on l’a vu, cette année, il sait aussi gérer.

Pour Lorenzo, la presse italienne pense que foutu pour foutu (sauf si Marquez chute…), il aidera son compatriote espagnol, histoire de lui renvoyer l’ascenseur pour le coup de main donné en 2015.

Et à chaque fois, c’est Rossi qui a été le con de l’histoire.

Finalement, il n’y a pas que Michelin qui fasse le bonheur ou le malheur des pilotes…

Tiens, on parle de bonheur, à priori, Loris Baz roulera en Aragon…

 

LORIS BAZ

LORIS BAZ

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos MOTOGP

 

Moto Moto - Vitesse Sport

About Author

jeanlouis