AU ‘BOL D’OR’ APRÈS LA NUIT, LA SUZUKI DU SERT CARACOLE EN TÊTE

bol-dor-2016-paul-ricard-la-suzuki-n1-photo-gilles-vitry

 

Bol d’Or: Le point après la nuit.

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Au-SERT-Bilan-du-warm-up-pour-la-Suzuki-N°1..jpg

BOL D’OR 2016-Au SERT-Bilan après la nuit Provençale pour les pilotes de la Suzuki N°1

 

La nuit fut fraîche, le vent avait forci et dans chaque écurie on s’était organisé pour affronter ces conditions climatiques pour réchauffer les organismes des mécaniciens fatigués et rester éveillés pour parer à toute surprise .

Ainsi aprés cette nuit Provençale, au petit matin , on faisait les comptes alors qu’il restait encore … sept longues heures de course…

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-KAWASAKI-SRC-N°11-Photo-Sébastien-VIRIEUX


BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-KAWASAKI-SRC-N°11 seconde avant son arrêt au cœur de la nuit Photo-Sébastien-VIRIEUX

 

Au niveau des machines de tête, un peu après une heure du matin? la Kawasaki N°11 alors seconde au classement provisoire, rentrait au stand et visiblement le problème se situait au niveau bras oscillant, dont on sait qu’ici sur le circuit Paul Ricard, la pièce maîtresse est sollicitée, comme sur aucun autre circuit!

La progression de la Kawasaki était entravée et le reste de la nuit fut mis à profit pour remonter vers le sommet que tenait et tient de plus en plus fermement semble-t-il, la Suzuki N° 1 du SERT, tout dernièrement à Oschersleben, couronnée Championne du monde et ce pour la … quinzième fois!!!.

S’il est certain que le rythme plus que soutenu imposé dès le départ de la course par cette même Suzuki avait contribué à décanter assez rapidement les choses, le plus incroyable tenait dans cet apparent confort éprouvé sur la moto par les trois pilotes: Vincent Philippe, Anthony Delhalle et Etienne Masson.

Réguliers et homogènes dans les chronos ils roulaient sur un bon rythme suffisamment confortable pour leur donner le sentiment de maîtriser la situation et pouvoir gérer leur course à leur main.

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-KAWASAKI-du-Team-TRICK-STAR-Photo-Sébastien-VIRIEUX


BOL-D’OR-2016-PAUL-RICARD-La-KAWASAKI-du-Team Américain TRICK-STAR-Photo-Sébastien-VIRIEUX

 

Les ennuis de la Kawasaki N° 11 avaient permis à la Kawasaki N° 10  du Strick Star Racing d’occuper la seconde place, que la Kawasaki avec Randy de Puniet au guidon reprenait alors qu’un bel arc en ciel venait barrer le ciel ennuagé mais particulièrement lumineux.

A nouveau, les ingénieurs à la manœuvre derrière leurs écrans d’acquisition de données scrutent la remontée des températures (air et piste) pour viser la meilleure fenêtre pour l’utilisation des pneumatiques proposés par les manufacturiers (Dunlop, Pirelli et Bridgestone).

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°-14-du-MACO-Racing-Photo-Sébastien-VIRIEUX.


BOL d’Or -2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°-14-du-MACO-Racing-Photo-Sébastien-VIRIEUX.

 

Aux quatrième et cinquième places la Yamaha du Maco Racing N°14 et la Honda usine N°5 sont reléguées à 11 et 12 tours. C’est dire combien la Suzuki a su imposer un rythme constant qu’aucune autre moto n’était en mesure de suivre impunément.

La Honda N° 111 très bien en début de course a payé un tribut assez léger avec la chute de Julien Da Costa et s’est employée toute la nuit à démontrer les progrès accomplis depuis deux saisons. le retour dans le top dix est déjà une belle consolation.

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-GMT-94-Photo-Gilles-VITRY-

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-GMT-94-Photo-Gilles-VITRY-

 

La Yamaha N° 94, brillante en début de course, retardée par une chute de Nicolo Canepa, puis par un début d’incendie à cause d’une fuite d’huile sur l’échappement, n’a aucunement baissé les bras durant la nuit. bien, au contraire avec une détermination sans faille on voit la N° 94 remonter dans le classement. Marquer des points au Championnat du onder, reste l’objectif du jour.

Il sera sans aucun doute atteint.

 

 BOL D'OR 2016 PAUL RICARD La YAMAHA 333 du Team VILTAIS Photo Sébastien VIRIEUX


BOL D’OR 2016 PAUL RICARD La YAMAHA 333 du Team VILTAIS Photo Sébastien VIRIEUX

 

La nuit fut le théâtre d’une bagarre au couteau entre les protagonistes de la catégorie Superstock. La Yamaha N° 333 a cédé un peu de terrain aux trois voraces des teams Moto Ain, Beaujolais Racing et Team3 Art  soit les Yamaha n° 96, la Kawasaki N°4 et la Yamaha N° 36.

Maintenant, la stratégie des vieux routiers de l’endurance ne devraient pas être mise en défaut. Dominique Méliand y veille scrupuleusement avec toute une équipe soudée autour de lui, scrupuleusement efficace.

 

Alain MONNOT

Photos : Gilles VITRY et Sébastien VIRIEUX

Le classement après 16 heures de course avec l’attribution de points intermédiaires

https://www.fimewc.com/wp-content/uploads/2016/09/Bol16_16H.pdf

Flash Infos

About Author

gilles