AU BOL D’OR 2016, LA SUZUKI DU SERT, SOLIDE LEADER À MINUIT

BOL D'OR 2016 - PAUL RICARD La SUZUKI N°1 Photo Sébastien VIRIEUX

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-SUZUKI-N°1-du-SERT-Photo-Sébastien-VIRIEUX

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-SUZUKI-N°1-du-SERT-Photo-Sébastien-VIRIEUX

 

Après des premières de course mouvementées comme nous l’avons vu, la nuit a gagné le circuit accompagnée d’une baisse sensible de la température.

La première préoccupation des teams majeurs s’est immédiatement portée sur le choix optimal des pneumatiques pour une meilleure efficacité.

En effet, à 23 heures on enregistrait seulement 14 degrés et la plage de rendement nécessitait un changement, toujours délicat selon les spécialistes.

Au SERT, ce sont les ingénieurs Dunlop qui ont indiqué à Dominique Méliand, le moment de la bascule. Le ‘chef’ Dom Meliand indiquait à Vincent Philippe de se montrer prudent lors de sa prise de guidon.

Alors qu’Anthony Delhalle en descendant de machine confirmait que la moto se comportait fort correctement mais que pour sa part il était un peu gêné par un courant d’air sur le ventre.

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-GTT-94-désormais-lmoin-au-classement-à-la-tombée-de-la-nuit-Photo-Sébastien-VIRIEUX

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-GMT-94-désormais-loin-au-classement-à-la-tombée-de-la-nuit-Photo-Sébastien-VIRIEUX

 

Au GMT 94, on connait trop bien l’endurance pour se plaindre d’une quelconque amertume après la chute de Canepa et ensuite un début d’incendie à cause d’une durit ayant fui sur l’échappement. Au contraire avec cran et détermination, malgré une quarantième place on alignait les tours sans se poser de question en se disant qu'il restait encore 16 heures de course pour remonter dans les points du Championnat.

 

BOL D'OR 2016 -PAUL RICARD -Stand de la SUZUKI N°50 du Team APRIL Motor Events avec Hervé MOINEAU - Matthieu LAGRIVE et Gregg BLACK - Photo Gilles VITRY.

BOL D’OR 2016 -PAUL RICARD -Stand de la SUZUKI N°50 du Team APRIL Motor Events avec Hervé MOINEAU – Matthieu LAGRIVE et Gregg BLACK – Photo Gilles VITRY.

 

Chez April Motors Events, Hervé Moineau le manager de la Suzuki N°50 expliquait que les ennuis de boîte avaient été cernés et en partie traités. Lors de la reprise courageuse de piste les roulements ayant été marqués, de nouvelles vibrations inquiétantes se faisaient sentir. La sécurité des pilotes se trouvant mise en jeu par un éventuel blocage de boîte, l’abandon fut immédiatement prononcé.

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-HONDA-111-La-Photo-Sébastien-VIRIEUX

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-HONDA-111-La-Photo-Sébastien-VIRIEUX

 

En tête, beaucoup d’observateurs avisés s’étonnaient de voir la Honda N°111 tenir crânement sa troisième place, derrière la Suzuki N°1 et la Kawasaki N° 11.

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-KAWASAKI-SRC-N°11-Photo-Sébastien-VIRIEUX


BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-KAWASAKI-SRC-N°11-Photo-Sébastien-VIRIEUX

 

Hélas, sur le coup de 22 heures, Julien Da Costa allait à la faute et, le temps de rejoindre son stand au ralenti, la belle rouge plongeait rapidement à la vingtième place.

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°-du-YART-Photo-Sébastien-VIRIEUX.


BOL-D’OR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°-du-YART-Photo-Sébastien-VIRIEUX.

 

Il n’en fallait pas plus pour que les rusés hommes du YART se glissent sans en avoir l’air à la troisième place mais à près de quatre tours du leader. On peut leur faire confiance pour ne rien lâcher même si le nouveau team américain Trick Star Racing un peu moins rapide mais d’une régularité exemplaire entend bien démontrer à l’usure la pertinence de sa stratégie.

 

BOL D'OR 2016 PAUL RICARD La YAMAHA du YART N°7 -Photo Sébastien VIRIEUX

BOL D’OR 2016 PAUL RICARD La HONDA du Team Japonais FCC N°5  -Photo Sébastien VIRIEUX

 

L’équipe Honda de la Honda usine N° 5, qui était déjà apparue de manière prometteuse aux 24 heures du Mans au printemps dernier, a capitalisé sur son expérience et souhaite s’affirmer dans le gotha dans l’endurance.

Exception notable, elle roule en Bridgestone et on verra avec intérêt comment elle gérera son allocation de pneumatiques.

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°-14-du-MACO-Racing-Photo-Sébastien-VIRIEUX..jpg


BOL-D’OR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°-14-du-MACO-Racing-Photo-Sébastien-VIRIEUX..jpg

 

On voit aussi en ce début de nuit la Yamaha N°14 du Maco Racing, venir jouer dans la cour des grands…

On se demande qui baissera la cadence le premier puisque l’endurance devient maintenant une course de vitesse, qui dure… qui dure 24 heures!

 

 BOL D'OR 2016 PAUL RICARD La KAWASAKI du Team TRICK STAR Photo Sébastien VIRIEUX.


BOL D’OR 2016 PAUL RICARD La KAWASAKI du Team Américain TRICK STAR, quatrième à minuit  Photo Sébastien VIRIEUX.

 

Dans cette farandole lumineuse, une bonne et agréable surprise, la quatrième place provisoire de la Kawasaki de l’écurie Américaine Trick Star, confiée à deux pilotes Japonais et au Français Erwan Nigon et ce alors que le vent glace de plus en plus les spectateurs, les pilotes qui ont dû subir un certain nombre d’entrée en piste de la voiture de sécurité, s’appliquent à préserver les petits écarts qu’ils ont pu établir, voire à les accentuer mais les managers n’oublient pas d’inciter chaque pilote prenant la piste de se montrer d’une extrême prudence.

On sait que déjà les simulations concernant les ravitaillements sont en train de mouliner et comme il n’y a pas de petit bénéfice, au SERT on spécule déjà sur un arrêt de moins sur les 24 heures.

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-333-du-Team-VILTAIS-Photo-Sébastien-VIRIEUX.


BOL-D’OR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-333-du-Team-VILTAIS-Photo-Sébastien-VIRIEUX.

 

Il faut souligner la course remarquable entamée par l’équipe Viltaïs Expérience sur la Yamaha N° 333 dans la catégorie relevée des Superstock, c’est à dire les motos très proches de la série.

Ce team est constitué avec des jeunes en certificat de qualification ou en insertion et deux professionnels de talent les encadrant, le tout palcé sous la houlette de Yannick Lucot. Celui-ci nous confiait

  « avoir conservé les pilotes de la saison 2016 pour le Bol, et envisagé de revoir les choses en janvier pour la suite de la saison ».

En attendant, poursuivait-il « on calque notre course sur celles des concurrents  et on essaye d’être impeccables dans les stands. »

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°96-du-Team-MOTO-AIN-dAlexis-MASBOU-La-Photo-Sébastien-VIRIEUX.


BOL-D’OR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°96-du-Team-MOTO-AIN d’Alexis-MASBOU-Photo-Sébastien-VIRIEUX.

 

On se disait sans doute la même chose ou presque au Moto AIN Racing, où sur la Yamaha N° 96 on échangeait la huitième place du classement général avec la N°333, laissant derrière à deux tours la Kawasaki N°4 de l’équipe Tati Team Beaujolais.

On peut déjà dire que cette 80ème édition du Bol d’Or sera un cru et les protagonistes encore en lice pour la victoire ou le podium vont sans doute se déchirer tout au long de la nuit.

 

Alain MONNOT

Photos :  Sébastien VIRIEUX

 

 Le classement après huit heures de course indique en plus les points attribués pour le championnat.

https://www.fimewc.com/wp-content/uploads/2016/09/Bol16_8H.pdf

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-Le-soleil-se-couche-sur-le-plateau-du-CASTELLET-et-sur-le-PAUL-RICARD-Photo-Sébastien-VIRIEUX.

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-Le-soleil-se-couche-sur-le-plateau-du-CASTELLET-et-sur-le-PAUL-RICARD-Photo-Sébastien-VIRIEUX.

Moto - Endurance

About Author

gilles