UN DÉBUT DE BOL D’OR AVEC DE BIEN MAUVAISES SURPRISES POUR LA YAMAHA GMT 94 ET LA SUZUKI APRIL

bol-dor-2016-paul-ricard-le-depart-du-80eme-bol-dor-dans-le-virage-de-la-verrerie-photo-gilles-vitry

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-KAWASAKI-la-YAMAHA-GMT-94-et-la-BMW-N°13-Photo-Gilles-VITRY

BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD-KAWASAKI-la-YAMAHA-GMT-94-et BMW-N°13-Photo-Gilles-VITRY

 

Un début de ‘Bol d’Or’ avec des mauvaises surprises pour la Yamaha N°94 et la Suzuki N°50.

Décidément cette 80 ème édition du ‘Bol d’Or’ n’arrive pas à respecter le timing.

Le warm-up en fin de matinée fut déjà retardé par suite d’un encombrement anormal de la ligne des stands et perturbé ensuite par deux neutralisations si bien que l’on termina la séance une heure seulement avant la mise en pré-grille!

Heureusement qu’il n’y a pas eu de pannes voire de chutes entraînant des parties de mécaniques…

Les pilotes au départ répondaient à notre question : ça fait quoi de prendre le départ du ‘Bol’ ?

Anthony Delhalle :

«C’est toujours agréable pour un pilote, avec un peu de pression. Il faut cependant prendre cela comme une course de 24 heures. »

David Checa :

« C’est un vrai plaisir de voir autant de public. On éprouve toujours un peu de stress mais c’est plutôt facile à gérer.»

 

Un début de course endiablé

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-HONDA-Racing-et-la-SUZUKI-N°50-du-Team-APRIL-Motor-Events-Photo-Gilles-VITRY.


BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD-HONDA-Racing-et-la-SUZUKI-N°50-du-Team-APRIL-Motor-Events-Photo-Gilles-VITRY.

 

Un peu avant 15 heures? lors du tour de lancement, Louis Rossi chutait de manière incompréhensible et le départ fut également retardé.  Patrick Coutant, le directeur de course, nous expliquant plus tard dans l’aprés-midi:

« Le pilote semblant touché et allongé à même la piste, il n’était pas question de lancer la meute dans des premiers tours toujours de folies.»

Sage décision!

Cela n’empêcha avec quelques minutes de retard, la meute de s’élancer comme pour un Grand Prix, avec une Honda N°111 surprenante et incisive et bien entendu la Suzuki N°1 du SERT et la Kawasaki N° 11, à la lutte avec le très véloce Gregg Black, qui malgré un moteur strictement de série sur sa Suzuki N° 50 de l’équipe April Motor Events, se mettait en évidence, en tenant tête aux machines officielles, du moins durant quelques tours.

Rapidement, c’est la cas de le dire, les pilotes trouvent leur cadence et affinent leurs repères. Les pneus ont été choisis en fonction des conditions climatiques du moment avec 24 degrés en température de l’air, 39 degrés sur la piste et avec un vent de 34 kilomètres/heure, annoncé comme devant forcir durant la nuit.

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-SUZUKI-N°1-Photo-Gilles-VITRY.

BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD-SUZUKI-N°1-Photo-Gilles-VITRY.

 

À ce petit jeu, une première hiérarchie semble alors s’établir sur une base de deux minutes au tour, du moins pour les cinq premiers emmenés dans un premier temps par la Suzuki N° 1, Championne du Monde en titre, et qui devançait la Yamaha N° 7 du YART, la Kawasaki N° 10 du nouveau venu, le Team Américain Trick Star, la Yamaha du GMT 94 et enfin la BMW N°13.

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-BMW-N°13-devant-la-YAMAHA-du-GMT-94-Photo-Gilles-VITRY

BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD-BMW-N°13-devant-YAMAHA-du-GMT-94-Photo-Gilles-VITRY

 

On sentait bien que chaque écurie voulait se positionner sans prendre de risques insensés et pourtant certaines images donnaient froid dans le dos, tant les carénages semblaient parfois se frôler…

La première salve de ravitaillement débutait par l’arrêt du GMT mieux inspiré que le YART, qui soudainement… tombait en panne d’essence à l’entrée des stands, tout comme d’ailleurs la Suzuki n° 50

Alors qu’avec Gilles Gaignault, nous rejoignions le stand April, Hervé Moineau, manager de la 50, nous confiait:

« En fait, notre pilote qui était à la bagarre, n’a pas pu viser l’entrée de la ligne des stands et a du inquiet, se relancer pour un tour supplémentaire!»

Ceci expliquant cela… Et l’inévitable panne d’essence le circuit du Castellet développant 5,8 km!!!

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-de-léquipe-Autrichienne-du-YART-Photo-Gilles-VITRY.jpg


BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD-YAMAHA-de-l’équipe-Autrichienne-du-YART-Photo-Gilles-VITRY.jpg

 

Les cartes étaient rebattues après ces premiers arrêts avec les cinq premiers en moins d’une minute, alors que l’on frôlait soudainement la stupéfaction avec la rentrée au stand de la Yamaha N°94, dans son stand à 16 h 08 après une chute de Canepa!

Derrière les cinq motos de la catégorie EWC de tête, les Superstock pointaient leurs nez en rangs serrés, dans le but de prendre un ascendant autant psychologique que chronométrique.

Une fois encore, on assiste durant les premières heures à une course de vitesse et l’objectif de chacun des teams est de faire en sorte de dérouler un plan de course, en maîtrisant tous les paramètres et bien entendu en s’arrêtant le moins longtemps possible.

Dans ces conditions au bout de trois heures, rien d’étonnant de retrouver aux premières loges, la Suzuki N° 1, devant la Kawasaki N°11 et la Honda N°111, rien que des teams officiels habitués du Championnat, devant deux nouveaux arrivants.

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-KAWASAKI-du-Team-Américain-TRICK-STAR-Racing-Photo-Gilles-VITRY

BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD-La KAWASAKI du Team Américain-TRICK-STAR-Racing-Photo-Gilles-VITRY

 

D’une part, les débutants Américains de l’équipe du Strick Star, avec leur Kawasaki N° 10, sans oublier d’autre part, la Honda usine Japonaise, la N° 5, équipe déjà aperçu au printemps dernier, lors des ’24 Heures du Mans Motos’

Alors que la Suzuki N° 50 était bien dans  le bon rythme après une alerte de panne d’essence était bien relancée avec Matthieu Lagrive, hélas subitement il rentrait au stand avec un bruit suspect.

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-Le-demontage-de-la-boite-de-la-SUZUKI-N°50-du-Team-APRIL-Motor-Events-Photo-Stephane-LECREUX

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-Le démontage de la boite de la SUZUKI N°50 du Team APRIL-Motor-Events- Photo : Stéphane-LECREUX

BOL D'OR 2016 -PAUL RICARD - Démontage de la boite sur la SUZUKI N°50 du Team APRIL Motor Events - Photo Gilles VITRY

BOL D’OR 2016 -PAUL RICARD – Démontage de la boite sur la SUZUKI N°50 du Team APRIL Motor Events – Photo Gilles VITRY

 

Les mécaniciens se précipitaient et se jetaient sur la moto et diagnostiquaient rapidement un problème à la boîte de vitesses. Aprés presque deux heures d’efforts, la moto N° 50 reprenait la piste sous les applaudissements du public, massé face aux stands.

!

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-N°19-de-léquipage-100-féminin-Melissa-PARIS-Jolanda-Van-VERTSTENEN-et-Muriel-SIMORRE-Photo-Gilles-VITRY.jpg


BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD-YAMAHA N°19 de l’équipage 100% féminin-Melissa PARIS-Jolanda Van VERSTENEN et Muriel SIMORRE -Photo-Gilles-VITRY.jpg

 

On voit par ailleurs, se confirmer les performances assez incroyables des Superstock, qui rivalisent d’audace et de régularité, pour se hisser dans le Top dix. Nous y reviendrons comme nous suivrons également l’évolution de l’équipage 100% féminin qui sur sa Yamaha N° 19, roule régulièrement.

Avant la mise en ligne du sujet, nouveau coup de théâtre, peu avant 19 Heures, on assiste à la rentrée au stand de la Yamaha N° 94 déjà retardé et cette fois, pour un début d’incendie.

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-YAMAHA-GMT-94-Photo-Gilles-VITRY

BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD YAMAHA-GMT-94-Photo-Gilles VITRY

 

Décidément bien mauvais début de Bol d’Or pour cette équipe prestigieuse qui a une fois encore comme l’an dernier pour son grand retour en Provence, sur le circuit Varois du ‘Paul Ricard’ a su attirer la grande foule de passionnés.

Alors que le soleil descendait doucement à l’horizon, les pilotes, et patrons d’équipes attendaient avec une petite angoisse, la longue nuit Provençale qui s’annonçait, vu le trafic et aussi le vent qui soufflait, avec force sur le plateau du Castellet…

 

Alain MONNOT

Photos :
Gilles VITRY et Stéphane LECREUX

 

BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-La-KAXWASAKI-SRC- seconde derriére la SUZUKI du SERT aprés 4 heures de course Photo-Gilles-VITRY.

BOL D’OR-2016-PAUL-RICARD-KAWASAKI-SRC- seconde derrière la SUZUKI du SERT après 4 heures de course. Photo-Gilles-VITRY.

 

Classement officiel après 3 heures de course

https://www.fimewc.com/wp-content/uploads/2016/09/Bol16_3H.pdf

 

 BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-Samedi-17-Septembre-Christian-ESTROSI-avec-Eric-de-SEYNES-PATRON-de-YAMAHA-France-et-EUROPE-et-Chritophe-GUYOT-le-boss-du-GMT-94-Photo-AUTONEWSINFO


BOL-DOR-2016-PAUL-RICARD-Samedi-17-Septembre-Christian ESTROSI avec Eric de SEYNES, Patron de YAMAHA-France et EUROPE et Christophe GUYOT, le boss du GMT 94-Photo-AUTONEWSINFO

Moto - Endurance

About Author

gilles