ALPINE, AU MEXIQUE, VISE UNE 4ème ET NOUVELLE VICTOIRE EN MONDIAL D’ENDURANCE WEC.

24 HEURES du MANS 2016   ALPINE N°35 a son stand - Photo Thierry COULIBALY

ALPINE POURSUIT SA TOURNÉE MONDIALE AU MEXIQUE

WEC 2016 MEXICO ALPINE poursuivre sur sa lancee de trois victoires

WEC 2016 MEXICO ALPINE poursuivre sur sa lancee de trois victoires

 

Après une première partie de saison concentrée sur les courses en Europe, le Championnat du Monde d’endurance WEC, redémarre en cette fin de semaine et se poursuit sur le continent Américain. D’abord en Amérique centrale, avec la manche de reprise, qui se déroule au Mexique, sur la piste Hermons Rodriguez de Mexico, laquelle sera ensuite suivie dans deux semaines, de l’épreuve programmée sur la piste du COTA à Austin au Texas.

Direction plus tard, Shanghai en Chine, puis le Fuji au Japon et enfin l’Île de Bahreïn dans le Golfe Persique pour la clôture de la saison 2016

Comme ses adversaires, l’équipe Signatech-Alpine va découvrir le circuit de Mexico à l’occasion de la cinquième manche de la saison. Et ce mercredi soir à Mexico, lors d’un dîner avec le staff Michelin, bien des interrogations se faisaient jour, avec d’une part l’altitude, 2300 mètres, et aussi d’autre part, la longue ligne droite qui développe 1,2 km, suivi de courbes rapides mais aussi d’enchantements lents!

Autant de nouveautés qui posent bien des questions sur les réglages moteur et la configuration aéro, naturellement…

 

 WEC-2016-NURBURGRING-LALPINE-A-460-N°36.


WEC-2016-NURBURGRING-L’ALPINE A-460 N°36 de nouveau victorieuse

 

Vainqueur des trois dernières courses et solide leader du classement général provisoire, l’équipage de l’Alpine N°36, composé du Français Nicolas Lapierre, du Monégasque Stéphane  Richelmi et de l’Américain Gustavo Menezes, aura bien évidemment à cœur de poursuivre  sur sa lancée victorieuse et sa marche en avant, tandis que sur la seconde Alpine, celle du Baxi DC Racing Alpine, la N°35  avec le Français Nelson Panciatici – ancien double Champion d’Europe d’endurance avec Alpine en ELMS en 2013 et 2014 – qui épaule les deux Chinois, David Cheng et Ho Pin Tung, sera en quête d’un premier podium cette saison.

À Spa-Francorchamps, aux 24 Heures du Mans puis au Nürburgring, l’équipe Alpine a fait retentir la Marseillaise sur le podium  de la catégorie LMP2 du Championnat du Monde WEC. Confiée aux mains expertes de Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi et Gustavo Menezes, la Signatech-Alpine n°36 s’impose désormais comme la référence de la catégorie !

 

 WEC-2016-NURBURGRING-Les-pilotes-de-lALPINE-N°36-LAPIERRE-RICHELMI-ET-MENEZES-sur-le-podium.


WEC-2016-NURBURGRING-Les pilotes de l’ALPINE N°36, lre trio LAPIERRE-RICHELMI et MENEZES de nouveau sur la plus haute marche du podium LMP2.

 

Avec le début de la tournée outre-mer, qui passera ensuite par les États-Unis, le Japon, la Chine et Bahreïn, les concurrents du mondial WEC entrent dans une nouvelle phase, qui contraint les équipes à évoluer loin de leurs bases habituelles.

Pour pimenter un peu plus les difficultés, cet enchaînement de cinq courses emmène d’abord les concurrents en terre inconnue. Totalement restauré pour le retour de la Formule 1 en 2015, l’Autodromo Hermanos Rodriguez de Mexico est déjà considéré comme un des plus beaux stades automobiles actuels. Le tracé est singulier à plus d’un titre, avec, répétons-le, une très longue ligne droite de 1,2 km, des enchaînements de courbes rapides pour ‘gros cœurs’ et une section sinueuse serpentant entre d’immenses tribunes, où s’entassent plus de 100 000 spectateurs !

 

 F1-Retour-du-GP-du-MEXIQUE-sur-le-Circuit-automobile-des-Freres-RODRIGUEZ-A-MEXICO-CITY


F1-Retour de l’endura-sur-le-Circuit-automobile-des-Freres-RODRIGUEZ-A-MEXICO-CITY

 

Très bosselée et située à près de 2300 mètres d’altitude, cette piste de Mexico City, s’annonce aussi comme un casse-tête pour les ingénieurs, qui devront trouver les meilleurs réglages dans ces conditions en haute altitude, Mexico étant avec Kyalami en Afrique du Sud, deux pistes atypiques…

Comme la plupart de leurs adversaires, les pilotes Alpine sont enthousiastes à l’idée de découvrir le chaudron Mexicain. Même si cela ne constitue pas un objectif en soi, comme on l’imagine, le trio Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi et Gustavo Menezes ne serait surement pas contre le fait d’aligner une quatrième victoire consécutive!

Mais avec 41 points d’avance sur leurs plus proches poursuivants au classement provisoire du Championnat du monde d’endurance 2016, les pilotes de la Signatech-Alpine N°36 pourraient également fort logiquement calculer et se contenter d’une place d’honneur en vue de la conquête du titre mondial!

Reste à savoir quelle attitude adoptera leboss Philippe Sinault, sachant que le patron choisira assurément la meilleure stratégie au cœur de la course longue de six heures.

Associés sur la Baxi DC Racing Alpine N°35, Nelson Panciatici, Ho-Pin Tung et David Cheng doivent jouer une autre partition. Affichant régulièrement son potentiel, le trio doit pourtant se contenter de deux septièmes places pour meilleurs résultats. Après un gros travail de préparation pour ce nouveau circuit, ils voudront tirer parti de leur potentiel pour jouer une place sur le podium.

 

 

BERNARD-OLLIVIER-dimanche-29-septembre-apres-le-sacre-ALPINE-SIGNATECH-au-circuit-Paul-RICARD-photo-Gilles-VITRY.

BERNARD-OLLIVIER, ravi des performances de l’ALPINE SIGNATECH-Photo: GillesVITRY.

 

Questionné Bernard Ollivier, Directeur général-adjoint d’Alpine, confie :

« C’est une grande joie d’aller courir en Amérique Latine et de retrouver une terre historique dans l’histoire d’Alpine. Dans les années 60, des A110 ont été notamment produites au Mexique dans le cadre d’accords de licences. Nous comptons donc plusieurs clubs et des collectionneurs d’envergure dans ces pays et nous allons entretenir leur passion en affichant notre esprit conquérant ! Les trois succès consécutifs nous ont confortés dans nos choix. L’Alpine A460, les pilotes, l’équipe et la stratégie composent un ensemble qui délivre des résultats à la hauteur de nos ambitions. Tout en sachant très bien que nous ne pourrons pas gagner toutes les courses, nous faisons évidemment tout pour être au meilleur niveau lors de ce rendez-vous important. Nous espérons bien, également, que la n°35 vaincra le signe indien pour enregistrer un résultat probant. Je suis impatient de découvrir l’ambiance de l’autodrome des frères Rodriguez et je ne doute pas que cette manche sera un grand événement populaire ! »

 

ELMS-2014-le-Stand-ALPINE-SIGNATECH-PHILIPPE-SINAULT.

ELMS-2014-le-Stand-ALPINE-SIGNATECH-PHILIPPE-SINAULT.

 

Pour sa part, Philippe Sinault, Team principal de la formation Signatech-Alpine, précise :

« Depuis le Nürburgring, l’équipe a effectué un gros travail logistique pour préparer les cinq dernières courses de la saison. Nous sommes rodés à cet exercice depuis plusieurs saisons, mais c’est toujours une phase délicate avec deux voitures à gérer. Les manches vont se succéder à un rythme effréné et notre petite communauté va vivre en mode commando. Nos trois victoires consécutives ont validé notre approche avec la n°36 et nous ne changerons rien. Il ne s’agit pas de jouer la gagne à tout prix, mais d’évoluer à un rythme élevé pour tirer parti de chaque opportunité. Même si nous avons une belle avance, nous ne pouvons pas nous relâcher. En ce qui concerne la n°35, nous avons estimé qu’il nous fallait bâtir une stratégie différente, pour être à l’affût des opportunités susceptibles de déboucher sur des résultats concrets. Nous sommes tous enthousiastes à l’idée de découvrir le circuit de Mexico. Les pilotes ont beaucoup travaillé sur notre simulateur Ellip6 et l’équipe connaît désormais suffisamment bien l’Alpine A460 pour pouvoir réagir rapidement et efficacement.»

 

PAROLES DE PILOTES

 24-HEURES-du-MANS-2016-ALPINE-A-460-de-léquipe-VBAXI-DC-Racing-de-PANCIATICI-HO-PIN-TUNG-CHENG-Photo-Thierry-COULIBALY


24-HEURES du MANS-2016-ALPINE A-460-de l’équipe BAXI DC-Racing de PANCIATICI-HO-PIN-TUNG et David CHENG-Photo : Thierry-COULIBALY

 

David Cheng qui conduit la N°35, explique :

« Je suis impatient d’être à Mexico. C’est un nouveau circuit et un challenge à part entière pour chacun d’entre nous. Dans un sens, je pense que c’est un avantage pour notre équipage, dans la mesure où nous avions plutôt un déficit d’expérience sur les manches européennes. Depuis le Nürburgring, nous avons pris le temps de réfléchir et d’analyser où se situent nos points forts et nos points faibles. Nous avons un package de qualité et un niveau de performance susceptible de nous placer sur le podium. Mais pour y parvenir, nous devons exploiter encore plus nos atouts. Il est possible que notre stratégie s’avère plus offensive, pour tirer parti des faits de course au lieu de les subir. Si nous parvenons à mettre notre manque de réussite derrière nous, je pense que cette approche sera bénéfique. J’espère que nous offrirons un beau spectacle au public mexicain. Sur le simulateur, le tracé est génial, mais je pense que cela prendra une nouvelle dimension avec les tribunes pleines de fans ! Ce sera sans doute un événement à part pour le WEC. »

 

24 HEURES du MANS 2016 - ALPINE A 460 - Nicolas LAPIERRE - Photo Thierry COULIBALY

24 HEURES du MANS 2016 – ALPINE A 460 – Nicolas LAPIERRE – Photo : Thierry COULIBALY

 

Cependant que Nicolas Lapierre, l’un des pilotes de la N°3, ajoute et conclut :

« Lorsqu’on avance dans une carrière de pilote, c’est de plus en plus rare de découvrir un tout nouveau circuit. Je crois que nous sommes tous très excités à l’idée de courir à Mexico. Plus encore que d’habitude, le simulateur est l’outil privilégié pour travailler en amont. J’ai aussi regardé toutes les caméras embarquées des catégories ayant roulé sur ce circuit depuis un an. Cela permet de se faire une idée des zones où l’on peut doubler, des caractéristiques des vibreurs, etc. Une fois sur place, nous devrons être encore plus méticuleux à chaque étape du week-end de course, dès le tour de reconnaissance que nous effectuons à pied. L’autodrome semble agréable sur le plan du pilotage, avec une grande ligne droite, des courbes rapides et plusieurs zones de dépassement. Sur le plan des réglages, il faudra prendre en compte la chaleur, mais aussi l’altitude qui influera sur les performances moteur et la charge aérodynamique. Nous abordons ce rendez-vous avec une belle avance au championnat, mais nous savons qu’il peut se passer beaucoup de choses sur des courses de six heures. Il faut continuer à travailler, sans rien laisser au hasard, pour poursuivre notre marche en avant. »

Après les essais libres qui débutent ce jeudi et les qualifications qui se dérouleront elles vendredi, ces 6 Heures de Mexico se disputeront ce samedi 3 septembre. Le départ étant donné à 13h30 soit 18 heures 30 en France.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Thierry COULIBALY- Davy et Dani DELIEN Gilles VITRY et Emmanuel LEROUX

 

24 HEURES du MANS 2016 -ALPINE A 460 de LAPIERRE - RICHELMI - MENEZES- Photo Thierry COULIBALY

24 HEURES du MANS 2016 -ALPINE A 460 de LAPIERRE – RICHELMI – MENEZES- Photo Thierry COULIBALY

LES HORAIRES DE LA COURSE DE MEXICO

 

Jeudi 1er septembre

 

breEssais libres 1 – 13h30

Essais libres 2 – 18h00

 

Vendredi 2 septembre

Essais libres 3 – 10h00

Qualifications – 14h40

 

Samedi 3 septembre

Course –

Départ à 13h30 (+7h en France)

Arrivée à 19h30 (+ 7h en France)

24-HEURES-du-MANS-2016-ALPINE-A460-la-N°36-Photo-Emmanuel-LEROUX-.

24-HEURES du MANS-2016-ALPINE A460-la N°36-Photo-Emmanuel-LEROUX-.

WEC Championnat du monde

About Author

gilles