ENTRETIEN AVEC YVON LÉON : RENDONS LA FFSA. À SES LICENCIÉS !

YVON-LEON-Portrait

 

Alors que sur le terrain un peu partout en France, la grogne commence sérieusement à se faire jour, témoin ce week-end ,sur les routes surchauffées du ‘Vosges Rallye Festival’ , les remontrances de multiples représentants d’ASA de la Ligue Alsace, forts mécontents de la tournure que prend la FFSA. et son Président, que d’aucuns n’hésitaient pas à qualifier de ‘fantoche ‘ et n’accordant aucune légitimité, absolument aucune, au résultat de la récente élection du 22 août dernier…

C’est la raison pour laquelle, l’interview qu’a accordé Yvon Léon, lequel fut, entre autres, pendant près de deux décennies Secrétaire Général de la FISA.-FIA., à Jean Paul Calmus pour notre site AutoNewsInfo, apparaît comme capital, pour la suite que les frondeurs comptent donner au dossier que d’aucuns qualifient de…  FFSAGATE !

Gilles GAIGNAULT

Yvon Léon, vous qui avez été candidat à la Présidence de la FFSA. face à Jacques Régis, que vous inspire la réélection pour un troisième mandat de son successeur désigné Nicolas Deschaux ?

« Je voudrais surtout féliciter Nicolas Deschaux d’avoir organisé ces élections moins de 12 heures après la clôture des Jeux Olympiques. La FFSA. signe ainsi un record que les autres fédérations françaises ne sont pas près de battre car elles mettent à profit le délai de 6 mois prévu par la loi pour instaurer un dialogue et un débat garantissant un fonctionnement démocratique des institutions. À la FFSA., le résultat de l’élection était bien sûr écrit d’avance, puisque depuis bientôt un an la gouvernance actuelle a tout fait pour museler toute opposition. »

Pourquoi l’opposition a-t- elle boycotté l’élection du 22 août ?

« Nicolas Deschaux a d’abord organisé des élections anticipées en décembre dernier pour éliminer toute opposition du Comité Directeur. Il a ensuite modifié les statuts de la FFSA.lors de l’Assemblée Générale du 29 juin afin de bâillonner ceux qui ne lui obéissent pas le doigt sur la couture du pantalon. Il faut désormais les voix de 50% des membres pour faire convoquer une assemblée générale extraordinaire au lieu de 30% auparavant. La représentation des ligues régionales a aussi été modifiée afin de favoriser les petites ligues, plutôt favorables à la gouvernance actuelle. Une mesure particulièrement injuste et déloyale, puisqu’elle crée une inégalité entre les licenciés, ceux des grandes ligues valant moins que les autres. Ils apprécieront. Cela témoigne du plus grand mépris vis à vis de l’élément fondamental de la fédération qu’est précisément le licencié.»

La FFSA. cherche peut-être à gouverner sans opposition pour plus d’efficacité. Quel regard portez-vous sur les résultats de Nicolas Deschaux au bout de huit ans ?

« Nicolas Deschaux n’est pas un Président «sportif». Rarement sur le terrain, il trahit ainsi son désintérêt pour ce qui s’y passe, d’où son bilan «sportif» désastreux, accablant, ou plutôt inexistant. Deux exemples emblématiques : l’annulation du Championnat GT, supposé être l’une des disciplines phare, après seulement une épreuve famélique cette année. Et sous son mandat la France a été le seul pays grand constructeur au monde à perdre son Grand Prix de Formule Un. S’il n’est pas un «sportif», Nicolas Deschaux est par contre un politique. Comme il l’a démontré ces derniers mois, il concentre son énergie sur la conservation du pouvoir à tout prix en évitant toute question et tout débat gênant, non seulement sur le plan sportif, mais surtout sur la gestion administrative de la FFSA. Alors que peut bien cacher son refus obstiné de répondre à nos questions sur les comptes fédéraux ? Alors qu’ils sont censés être publics, ils sont très largement occultés, y compris aux trésoriers successifs (!) C’est le cas des ordres de missions de certains intervenants pour lesquels aucun compte ni rapport ne sont disponibles, ainsi que de sommes importantes ayant transité sur les comptes fédéraux avant d’être reversées sur certains comptes privés… Or une fédération sportive doit fonctionner dans la plus grande transparence vis-à- vis de ses licenciés, partenaires, bénévoles en tous genres, sans oublier le contribuable, à qui il convient de rendre compte de l’utilisation des subventions d’État. » 

Les communiqués triomphalistes de la FFSA. cherchent à réduire l’opposition à un petit groupe de trublions…

« L’équipe dirigeante passée et nouvelle (la même à peu de chose près) a perdu de vue ce que je viens de rappeler, à savoir que la fédération appartient à tous ses licenciés. Elle se doit de défendre l’intérêt général, et non s’arc-bouter sur la défense de quelques privilèges par les manœuvres que nous dénonçons. Son dernier recours est désormais la fuite en avant: Elle a résolu d’en finir avec ceux qui lui posent des questions dérangeantes, et tente de faire illusion avec sa réélection « triomphale » à la soviétique et un programme électoral «attrape tout» qui ne trompe personne en promettant tout ce qui n’a pas été fait pendant huit ans. Cette précipitation va se poursuivre pour l’établissement des calendriers sportifs de l’année prochaine, qui, n’en doutons pas récompenseront ceux qui sont restés ou rentrés dans le rang… »

L’opposition va-t- elle devoir se soumettre comme l’ont fait récemment quelques anciens frondeurs ?

«Pas du tout ! Elle va demander et obtenir par voie de justice, les réponses qui lui ont été refusées, car il s’agit de données publiques, légalement et statutairement. Celà prendra le temps qu’il faudra mais nous obtiendrons les réponses qui seront diffusées à toutes les parties concernées qui pourront se faire une opinion. Entre-temps, nous allons communiquer régulièrement via les médias et les réseaux sociaux, car tous les licenciés n’ont pas cerné les véritables raisons de la précipitation de l’équipe dirigeante actuelle pour se faire réélire en étouffant toute contestation. Notre devoir est de rétablir le fonctionnement démocratique de la FFSA., en commençant par obtenir pour toutes les personnes concernées l’accès aux informations qui leur sont refusées. » 

Ancien candidat à la Présidence face à Jacques Régis (1996), qui pour beaucoup reste ‘LE’ patron en sous-main de la FFSA., n’êtes-vous pas toujours en quête de revanche ?

«Ce serait drôle, mais restons sérieux ! Si la vengeance est un plat qui se mange froid, dans mon cas ce serait… du surgelé, et même les surgelés ont une date de péremption ! Ma carrière sportive est derrière moi depuis longtemps, et elle a été bien remplie au sein de la FIA., merci. Je reste simplement habité des valeurs qui font la beauté du Sport et en particulier du nôtre, ce qui motive mon engagement dans cette action destinée à rendre la FFSA. à ses licenciés. »

Comme on le constate, les frondeurs ne baissent nullement les bras et les mois à venir s’annoncent chauds- bouillants et sûrement fort agités…

Affaire à suivre…

 

Propos recueillis par Jean-Paul CALMUS

Photos :
AutoNewsInfo

 

YVON LÉON DIGEST…

 

Yvon Léon siège au Comité Directeur de la Ligue Bretagne-Pays de Loire.

Il a occupé à la FIA., les postes suivants :

  • Secrétaire Général de la FISA.-FIA. (18 ans)
  • Conseil Mondial de la FIA. (6 ans)
  • Président de la Commission des Constructeurs de la FISA.-FIA. (3 ans)
  • Président de la Commission Internationale du Karting de la FIA. (4 ans)
  • Conseiller du Président de la FIA.

Evenements FFSA Personnalités Sport

About Author

gilles