ENDURANCE MONDIALE MOTO, FINALE EN ALLEMAGNE, VICTOIRE YAMAHA, TITRE MONDIAL POUR SUZUKI ET LE SERT.

 

QUINZIEME TITRE POUR DOMINIQUE MELIAND ET LE SERT

QUINZIEME TITRE POUR DOMINIQUE MELIAND ET LE SERT

 

C’est parti fort, un vrai GP de… Huit heures et sous une température de fournaise, avec la Suzuki N°1 de Vincent Philippe qui gicle en tête devant l’incroyable Suzuki privée de Gregg Black, il est vrai que Dunlop lui a accordé les pneus qui vont bien, comme pour les Teams officiels!

Oschersleben est un tracé très tortueux, étroit, compliqué…

Très vite, David Checa, sur la Yamaha GMT 94, s’empare de la tête devant la Yamaha du Yart, la N° 7, dont il se dit de façon de plus en plus officielle qu’elle a gardé ses pièces d’usine de Suzuka, il y en avait pour… 70 000€!

Deux incidents dès les premiers tours, d’abord l’abandon de la Kawasaki officielle, qui n’aura donc pas fini une course de Huit heures de l’année, il est d’ailleurs question que Kawasaki, en 2016/2017, ne fasse que les courses de 24 Heures!

Et la chute, probablement sur de l’huile, de Gregg Black, qui est reparti très vite mais avec un carénage plein de cailloutis et un échappement écrasé.

 

LA SUZUKI APRIL TERMINE ONZE APRES TROP D'ARRÊTS RECHNIQUES

LA SUZUKI APRIL TERMINE ONZE APRES TROP D’ARRÊTS RECHNIQUES

 

Ce qui ne l’empêche pas de remonter…

Au fil des tours, comme le circuit est court chaque relais en fait quarante, c’est donc épuisant, la GMT 94 prend la tête sur la Yamaha du Yart.

A propos de cette moto du Yart, la chute de Brad Smith en essais, qui ne s’est pas fracturé le fémur mais est blessé, a mis Hervé Poncharal, le boss du team Tech3 en fureur, Suzuka verra toujours des pilotes de Moto GP car c‘est sur contrat mais pour les autres courses, c’est en pointillés…

 

GROSSE BAGARRE ENTRE LES DEUX YAMAHA DU YART ET DU GMT 94

GROSSE BAGARRE ENTRE LES DEUX YAMAHA DU YART ET DU GMT 94

 

Quand la Kawasaki du team Bolliger se prend une très grosse gaufre, le safety car sort et les écarts s’annulent.

On est à la 45ème minute de la course.

Le problème est qu’il ya deux safety cars et la Suzuki No 50 du team April est dans le deuxième wagon, elle perd beaucoup de temps, un demi tour en l’occurrence. .

Les pneus refroidissent, il va falloir faire gaffe en repartant.

On repart après 10 minutes de Safety Car, Checa et le GMT 94 sont leaders, devant l Yamaha Yart et la Suzuki du SERT, la No 1.

La GMT 94 ravitaille en premier.

David Checa rappelle que tout ce qu’ils peuvent faire c’est gagner, le reste sera le fait du destin.

La Suzuki 50, de Gregg Black est vingt, durant le ravito, on a réparé la casse, en particulier un repose pieds resté au gravier.

La première Superstock, 3ART Yam’ Avenue est quatrième au scratch !

 

LA YAMAHA DU TEAM 3ART YAMAVENUE INTOUCHABLE EN SUPERSTOCK

LA YAMAHA DU TEAM 3ART YAMAVENUE INTOUCHABLE EN SUPERSTOCK

 

Reste sept heures…

Le Yart a pris la tête, s’il la garde, grosse chance de titre mondial, il l’a déjà été en 2009… C’est Martin Fritz, champion  d’Allemagne de Superbike qui est au guido, et il met gaz comme un fou. Meilleur tour en course.

A l’inverse le SERT de Dominique Méliand, perdra le titre s’il reste quatrième, on a vu hier que les écarts au général sont très serrés, la Yart a un seul point d’avance sur le SERT.

Casse moteur et moteur qui prend feu sur la Moto16 du team Arlows, on fait vite pour éteindre car l’herbe est très sèche, mais on met du temps à sortir la moto.

Question sécurité, ce circuit d’Oschersleben est un peu timide.

En deuxième heure, gros duel entre la Suzuki du SERT (Anthony Delhalle) et la BMW Penz, qui est très puissante et résiste fort dans les rares bouts droits.

Delhalle passe, la Suz’ est trois, mais pour le titre, il faut finir devant le Yart, qui roule devant comme un missile …

Nouveau problème chez une équipe importante, la FCC Honda n’a plus de shifter et Damien Cudlin perd des places par paquets, il s’arrête et au stand, c’est du grand n’importe quoi, inexpérience oblige…

Elle était cinquième au général, la GMT 94 gagne une place à l’œil…

Sur la 50, La Suzuki April, on est rentré au stand de façon prématurée et on change d’échappement, encore du temps perdu. Le titre est foutu, sauf cascade de coups du sort devant…

La GMT 94 repasse au stand, toujours en premier, Lucas Mahias repart, on rappelle qu’il est leader au championnat  mondial  d’endurance individuel, pour un mec qui était à pieds en début d’année, pas mal !

Durant ce ravito, la Suzuki du SERT est passée deux, mais c’est la Yart qu’il faut passer, qui est quarante secondes devant !

Important : cette Suzuki rentre en ravito sept tours après la GMT 94, qui un vrai problème sur la conso…

Deux heures trente de course, une Ducati perd son huile en pleine trajo, quatre motos partent à la faute, Lucas Mahias fait un formidable exercice, il fait un tout droit dans le gravier à pleine blinde, il a fait du supermotard et roule à la grande fête nationale de la moto,  ça aide, il slalome entre les motos à terre et les commissaires, arrive à ressortir sur le bitume, il est passé tout près de la relégation le (on l’espère) futur champion du monde !

La video de sa cabriole est en fin de reportage

 

MAHIAS VA SLALOMER A 150 DANS LE GRAVIER ENTRE LES MOTOS ET LES COMMISSAIRES

MAHIAS VA SLALOMER A 150 DANS LE GRAVIER ENTRE LES MOTOS ET LES COMMISSAIRES

 

Bravo mec…

Mais il y a encore deux safety cars et Mahias est dans le deuxième, et c’est très long ce roulage au ralenti, on nettoie la trajectoire huilée mais la machine lâche aussi de l’eau !

Safety car, les commissaires réagissent comme il ya trente ans !

La Honda officielle 111 s’est arrêtée, problèmes de freins à l’avant.

Vincent Philippe confirme sur l’Equipe 21 que la piste est très chaude et glisse énormément, même quand il n’y a pas d’huile !

Sortie du safety car, la Yamaha du YART  est toujours déchaînée, 41 secondes devant la GMT 94, quarante cinq secondes devant la Suzuki du SERT.

 

UN PEU CHEAP LE SAFETY CAR

UN PEU CHEAP LE SAFETY CAR

 

Le team April est remonté treize.

Un peu plus de la mi-course, si le destin ne s’en mêle pas, la course et le titres sont réglés.

La GMT 94 perd du temps à ravitailler trop souvent, la Yamaha 7 elle, ravitaille au contraire moins fréquemment, l’écart se creuse.

Et ils ne sont que deux au guidon ! Quand Broc Parkes rentre au stand pour passer le guidon à son petit camarade, applaudissements dans le stand, chez les Autrichiens, on y croit vraiment ! Et déjà…

Du même coup, la Suzuki du SERT remonte fort sur la Yamaha du GMT 94.

Mais la plus balaize sur la longueur des  ravitos c’est la BMW 13, à croire qu’elle roule au diesel !

Combat beau mais inutile, tant que la Yamaha du Yart mène et de loin !

 

MI-COURSE,  L’AUTRICHE EST TOUJOURS EN TÊTE DU MONDE..

LA YAMAHA DU YART LONGTEMPS LEADER

LA YAMAHA DU YART LONGTEMPS LEADER

 

Gimbert, sur la Honda No 111 officielle, qui est cinq, a failli y aller, il a pris le gravier en rentrant pour un ravito, il devait en avoir bien marre le garçon !

Il est vrai que la température est inhumaine…

Le SERT fait des prodiges durant les ravitos, les changements de roues et de freins, mais rien n’y fait, l Yamaha du YART tourne comme un coucou suisse. Il est vrai aussi que la Suzuki n’a pas évolué depuis bien des années, alors que Yamaha a sorti la phénoménale R1.

Le réalisateur du direct repasse les images du départ, c’est mauvais signe, il manque d’inspiration, il est vrai qu’à ce moment, le spectacle est un peu plan-plan.

Eric Celis et Christian Lavieille, au micro de l’Equipe 21, qui suit ce championnat en direct (et c’est gratoche !) en profitent pour donner de grosses infos sur ce qui se passe en endurance, ce que coûte une machine officielle (400 000 euro), sur la puissance des motos (200 CV),  les stratégies de course etc…

Ils assurent bien les deux garçons, bravo !

Ils calculent par exemple que Yamaha est en train de tout gagner…

 

LE GMT 94 RAPPORTE LA VICTOIRE ET LE TITRE CONSTRUCTEUR A YAMAHA

LE GMT 94 RAPPORTE LA VICTOIRE ET LE TITRE CONSTRUCTEUR A YAMAHA

 

La course, le tire mondial EWC,  le titre pilote de Lucas Mahias, le titre constructeur et la victoire en catégorie Superstock avec la No36, 3ART Yam’Avenue avec titre à la clé.

Et au Yart, on découvre avec bonheur que sur piste genre fournaise, les Pirelli fonctionnent bien mieux que les Dunlop !

Reste à confirmer quand la température va baisser.

Nouvel arrêt technique imprévu pour la Suzuki du team April, le beau rêve du team de Marc Mothré et Hervé Moineau est terminé, d’autant plus que l’arrêt est long.

Cinq heures de course.

Christophe Guyot, boss du team GMT 94, décide de tenir la deuxième place coute que coûte, bref de ne pas se laisser passer par la Suzuki du SERT, il demande à Checa, son pilote le plus rapide, d’avancer son  relais !

 

CHRITOPHE GUYOT ET SON PILOTE FETICHE DAVID CHECA

CHRITOPHE GUYOT ET SON PILOTE FETICHE DAVID CHECA

 

La nuit n’est pas tombée, mais le soleil, lui, enfin, s’en va.

Le Yart roule un poil moins vite, Checa roule l’enfer, lutte désespérée, pour rien en fait, mis c’est ce qui est beau, quand c’est inutile.

Il ya une minute entre les deux motos, et la Suzuki du SERT reprend aussi du temps, il reste plus de deux heures et demi de course.

En fait, le choix de pneu de la Yart est mauvais, trop dur, la perte de temps se fera seulement sur ce relais.

Calcul : Si la GMT 94 continue de faire des ravitos aussi fréquents, elle en fera un de plus que la Suzuki et la Yamaha perdra probablement la deuxième place !

On discute fort dans les stands pour le choix des pneus sur les relais à venir.

La Suzuki du SERT est à moins d’une minute de la Yamaha Yart. Et il ya 27 secondes entre la Yamaha Yart et la Yamaha GMT 94.

LE CHAMBOULEMENT A 19H 45

 

Martin Fritz rentre au stand plus tôt que prévu !

Problème de surchauffe sur la Yamaha du Yart. La GMT 94 passe en tête, suivie par la Suzuki du SERT.

Virtuellement la Suzuki est championne du monde.

Un point au général devant la GMT 94.

Dominique  Méliand ne jouera pas la victoire, il est bien trop intelligent pour ça.

 

SUZUKI VA JOUER LE TITRE, SUPERBEMENT VU

SUZUKI VA JOUER LE TITRE, SUPERBEMENT VU

 

Même si à ce moment le SERT est leader.

Mais il faut aller au bout, les pilotes ont une pression terrible, si par exemple la BMW Penz termine devant la Suzuki, c’est le GMT qui est titré…

L’endurance que l’on aime.

Checa sait que sa moto GMT 94 peut gagner la course et éventuellement le titre. Il s’amuse à enchaîner les glissades. Mais il s’arrête encore trop vite, on sait que c’est le cas chez GMT 94, le relais a fait seulement 54 minutes, ils feront un ravito de plus que la Suzuki.

Il faut donc qu’ils prennent 40 secondes à la Suzuki, le temps d’un ravito tout compris supplémentaire.

Regret… Le team April Moto, après tous ses ennuis, est remonté treize, peut-être un top ten à l’arrivée, on l’a écrit hier, sur une course de huit heures, c’est un GP, et un arrêt imprévu est interdit, la chute  dès les premiers tours a été un désastre.

Dominique Méliand briffe Vincent Philippe, qui fera l’avant dernier ravito,   durant de longues minutes. Tenir le coup, ne pas pêcher par orgueil, car outre le titre mondial, il y a aussi le titre constructeur qui est en jeu !

 

DOMONIQUE MÉLIAND CONSTRUIT MAGNIFIQUEMENT SON TITRE

DOMINIQUE MÉLIAND CONSTRUIT MAGNIFIQUEMENT SON TITRE

 

« C’est bon pour l’endurance, c’est bon pour la course, c’est bon pour les spectateurs, c’est extrêmement dur pour nous » dit Dominique Méliand aux journalistes d’Eurosport. Il ajoute qu’il n faut pas faire le c… et surtout pas s’endormir non plus !

La nuit tombe, à part devant les stands, le circuit est très peu éclairé, les pilotes vont foncer dans le « schwartz » total.

La question est pourquoi le GMT 94 s’arrête plus souvent que la Yart ?

C’est simple, à Suzuka, Yart a sorti beaucoup d’argent pour une gestion électronique d’usine, un moteur, entre autres, et a gardé les pièces…

Et oui comme toujours en sports mécaniques, les teams riches ont les bons engins et souvent les bons pilotes…

Cela dit, le meilleur pilote sera en principe Lucas Mahias ,du GMT 94  qui sera champion du monde individuel, et ceux de la Suzuki du SERT sont excellents.

Lucas Mahias qui dira à l’arrivée: « J’ai toujours rêvé d’être titré en vitesse mais j’arrive à être couronné tout seul Champion du monde en Endurance! On va dire que c’est un peu pareil »

 

LUCAS MAHIAS CHAMPION DU MONDE

LUCAS MAHIAS CHAMPION DU MONDE

 

Et encore plus cela dit, la Yamaha du Yart perd la course sur un problème de surchauffe, donc y’a pas que les pièces d’usine dans la vie…

Mais l’électronique d’usine, ça marche !

Dernière heure, j’imagine que Dominique Méliand n’a plus d’ongles… Lui qui m’a dit qu’il fera le championnat suivant si Suzuki le suit, car il ya aura six courses au lieu de quatre, va avoir quelques arguments supplémentaires…

Championnat qui commence dans deux jours aux pré-essais du Bol d’Or !

Les mécanos vont faire de la route !

Quarante cinq minutes du bout, Checa, du GMT 94, passe la Suzuki du SERT, Vincent Philippe va peut-être vouloir le gérer…

La Yamaha du Yart s’arrête encore, moteur out, podium out, les riches ne gagnent pas tout non plus…  La troisième place sera pour la BMW Penz.

Trente minutes, ravito super rapide de la Suzuki du SERT, Anthony Delhalle va terminer, c’est son premier relais de nuit, le circuit est peu éclairé, il part prudent.

 

SUPERBE VICTOIRE DE LA YAMAHA GMT 94

SUPERBE VICTOIRE DE LA YAMAHA GMT 94

 

Il y a une minute dix entre la Yamaha GMT 94 et la Suzuki du SERT, et un changement de pilote à faire qui fera perdre 55 secondes. Christophe Guyot affirme qu’après la saison bousillée par l’abandon au Mans, gagner ici sera formidable de toute façon. Et c’est faisable, c’est Checa qui repart, qui continue.

On aurait pu avoir un final de finale au couteau !

Mais ce que joue le SERT c’est le titre, Dominique Méliand aurait adoré gagner aussi la course, mais ces trente secondes d’écart entre les deux motos ce serait du suicide…

La Suzuki du team April est onze, le top ten est raté de peu…

En Superstock, le team 3Art Yam’Avenue prend tout.

 

A A A A A OCH SERT FINAL

CHAMPION DU MONDE!

 

Et en EWC, la victoire de GMT 94 après celle de Portimao, plus celle du team d’usine à Suzuka,  signifie le titre constructeur pour Yamaha et le titre pilote individuel de Lucas Mahias.

 

Quant au SERT et Dominique Méliand, c’est leur quinzième titre mondial d’endurance, neuf en onze ans…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos EWC

 

La vidéo de l’incroyable slalom de Lucas Mahias

https://www.fimewc.fr/

Résultats définitifs Huit Heures Oschersleben 2016

https://www.fimewc.com/wp-content/uploads/2016/08/Osch16_RaceProvisionalResults.pdf

Résultats championnat du monde 2016 individuel pilotes

https://www.fimewc.com/wp-content/uploads/2016/08/FIMEWC16_RidersEWCStandings.pdf

Résultats Championnats du monde 2016 par teams

https://www.fimewc.com/wp-content/uploads/2016/08/FIMEWC16_TeamsEWCStandings.pdf

Résultat championnat du monde 2016 des constructeurs

https://www.fimewc.com/wp-content/uploads/2016/08/FIMEWC16_ManufacturersEWCStandings.pdf

 

 

Voilà ce que Marc Mothré, merci à lui, fait passer sur facebook.

Son team est troisième au général, pas mal pour des privés… privés de tout selon leurs propres mots…

 

Moto Moto - Endurance Sport

About Author

jeanlouis