ATS ÉVOLUTION : ’24 HEURES DU MANS’ 1959 – HOMMAGE À JOHN TURNER ET À SON AC BRISTOL, VAINQUEUR DE LA CATÉGORIE 2 LITRES

Gravure Dion Pears Reproduction "L'AC dans la nuit sous la passerelle Dunlop"

L’histoire se révèle souvent dans sa plus simple expression… Coup de rétroviseur…

 

Si la victoire absolue des ’24 Heures du Mans’ 1959 revient à l’Aston Martin DBR1 de l’écurie John Wyer pilotée par Carroll Shelby et Roy Salvadori (181.163 km/h de moyenne), une jolie petite deux litres, l’Ac (Auto Carrier) Bristol Ac de John Turner et Ted Whiteaway se distingue et termine 7ème du Classement Général, et remporte de surcroît la victoire de sa classe à la moyenne de 153,535 km/h.

Immédiatement, ce petit Roadster rapide et élégant retient l’attention de Carroll Shelby et quand en 1961, Shelby produit sa fameuse Cobra, c’est tout à fait naturel de retrouver à sa base le châssis Ac conçu par l’ingénieur John Tojeiro et motorisé par le gros V8 Ford américain.

Toujours en 1959, un artiste Britannique, Dion Pears, passionné de compétition automobile, trace quelques esquisses pour réaliser ensuite une aquarelle rehaussée à la gouache, son titre : « l’Ac dans la nuit sous la passerelle Dunlop ».

La chance sourit à l’un d’eux, quand l’artiste généreux propose à John Turner d’acquérir cette œuvre pour seulement quelques livres sterling qui seront aussitôt reversées à une œuvre caritative.

Voilà quelques années John Turner cède ce souvenir à un ami passionné de la marque Ac et membre du Club Ac France. John Turner aurait de loin préféré conserver son tableau, mais les cruautés de la vie qui coule en ont décidé autrement.

L’idée de tenter une action dédiée au plaisir à ce champion victorieux est trop forte. ATS et son esprit de mécène poursuit cette vocation et s’y colle ! À partir de là commence un parcours administratif et légal : obtenir les différents droits pour réaliser des tirages en séries limitées, tant de l’actuel propriétaire de l’œuvre originale, que de la société de protection des intérêts des artistes en Angleterre (The Artists’ Society, Julia Smith). L’œuvre est vraiment magnifique, les stratégies se construisent et la motivation des troupes est à son paroxysme !

Gravure Dion Pears Reproduction "L'AC dans la nuit sous la passerelle Dunlop"

Gravure Dion Pears Reproduction « L’Ac dans la nuit sous la Passerelle Dunlop »

 

Règle numéro un, l’intégralité des bénéfices de la vente sera versé à John Turner et son épouse qui ont été touchés et étonnés par cette soudaine et heureuse démarche.

Hélas, leur cas n’est pas isolé, beaucoup d’anciens pilotes vivent de façon précaire. Rares sont les élus qui profitent de l’inertie de leur notoriété, allant se montrer au grand jour au bénéfice et aux frais de leurs commanditaires.

La motivation de ce projet reste très modeste : pouvoir, redonner son sourire et ses lettres de noblesse à notre champion dans le plus grand respect de sa propre pudeur. Apporter une mince amélioration de confort de vie, en rappelant  que l’on ne l’oublie pas; John Turner, aujourd’hui âgé de 90 ans, et qui,  57 ans après sa victoire de classe 2 litres au Mans, a repris le volant de son Ac pour parcourir quelques kilomètres dans le parc du Château de Goodwood.

John Turner Goodwood Mars 2016

John Turner Goodwood Mars 2016

 

Doivent être également remerciés John Deveson d’avoir participé avec sa célèbre Ac Bristol Ace, à cette opération au profit de John Turner et de son épouse.

D’ailleurs, l’AC Bristol originale sera invitée par Peter Auto, au grand concours «Chantilly Arts & Élégance Richard Mille», le 4 septembre prochain.

Le Club Ac France, représenté par son Président Jean Berchon est étroitement associé à cet événement et à la démarche d’ATS Évolution, Jean-Marc Dubost, Secrétaire Général du Club Ac France, a persuadé les membres du club à aider John Turner en commandant 50 gravures.

La gravure présentée ci-après est la reproduction de l’œuvre originale Dion Pears, imprimée sur un papier Vélin d’Arches®, 100% Coton Naturel sans acide, de 250 g,  format 650mm x 550mm.

Chaque gravure est signée et numérotée (série limitée à 500 exemplaires) par le pilote John Turner.

 

John Turner signe toutes les gravures

Laborieusement, John Turner signe et numérote les 500 gravures

 

D’ailleurs, lors du grand concours d’élégance sur le gazon du parc du Château de Chantilly (http://www.chantillyartsetelegance.com), l’organisateur du Concours, Patrick Peter, met à la disposition d’ATS, un kiosque, afin d’y présenter les gravures.

Juste à côté, l’AC Bristol sera également exposée telle qu’à l’origine,  dans sa robe ‘vert amande’ qui était la signature d’origine des Ac de compétition d’usine.

 

Chantilly Arts & Elegance Richard Mille 2016

Chantilly Arts & Elegance Richard Mille 2016

 

Prix de la gravure : 100 €, ou directement à John Turner, par virement, soit 75 £  sur son compte bancaire et dont voici les coordonnées, Mail et Banque :

johnturnerlemans1959@gmail.com

BANQUE: Barclay’s Brighton
Sort Code 20-12-75
Account No. 70192945SWIFTBIC BARCGB22
IBAN GB51 BARC 2012 7570 1929 45

Extrait de la rencontre de John Turner avec Robert Sarrailh
à Goodwood le 20 Mars 2016 :

John Turner : « Mon ange gardien veillait ! »

Pilote amateur ayant débuté au début des années 1950, rien ne prédisposait John Turner à participer
aux ’24 Heures du Mans’. Et pourtant…

 

John Turner au Volant et John Deveson

John Turner au Volant et John Deveson

 

JT- Je connaissais Ken Rudd, qui avait une affaire automobile et se passionnait pour la compétition. Il nous arrivait de participer ensemble à des courses mineures. Un matin, Ken m’a appelé pour me dire : « Quoi que tu aies prévu mercredi, annule tout et vient au circuit de Goodwood. » Je lui ai demandé pourquoi et il m’a simplement répondu : « Vient, c’est tout ! » (Il pouvait être assez abrupt…). Je me suis donc rendu sur place, pour découvrir que l’équipe était réunie pour un essai complet de la voiture et des pilotes pour les ’24 Heures du Mans’ ! Préparée pour l’épreuve par Rudd Engineering, la voiture marchait bien mais usait les pneus (plus qu’elle le fera au Mans, d’ailleurs). C’est grâce aux bons résultats de cette journée que, avec Ted Whiteaway, nous avons pu participer aux ’24 Heures’.

RS- C’était votre première participation à cette épreuve ?

JTOui, et c’était aussi la première fois que je pilotais une AcAce, seule voiture engagée par Rudd Racing.

RS- Comment se sont déroulés les essais, au Mans ?

JT- Très bien, tant de jour que de nuit. Nous avons signé un temps qui nous a placé à peu près en milieu de grille.

RS- Pas d’incidents particuliers, pendant la course ?

JT- La voiture a très bien marché et je n’ai connu qu’un seul incident, mais il m’a donné des frayeurs ! Je venais d’être passé par une Maserati dont le pilote a perdu le contrôle dans les Esses, avant que son huile ne se répande sur la piste. J’ai eu le privilège malheureux d’être la première voiture à passer derrière et je suis parti en glissade ! Mais mon ange gardien veillait et l’AC est restée sur la piste. Je suis arrivé sur les Hunaudières avec le sentiment d’être beaucoup plus vieux et beaucoup plus sage aussi !

 

Le Moteur de l'AC Bristol le Mans 1959

Moteur de l’Ac Bristol le Mans 1959

RS- À l’arrivée, vous avec dû être très heureux du résultat, pour vous et l’équipe ?

JT- Oui, très heureux, mais surtout épuisé. Nous avons célébré le succès par un bon repas avec Ken Rudd et toute l’équipe. Juste après notre victoire nous avons la visite d’André Chardonnet, l’importateur de la marque Ac pour la France, il insista pour que nous lui rendions visite le surlendemain à son show-room, du 48 avenue Kléber à Paris, il allait organiser en hâte une réception pour ses clients et amateurs de la marque. Il nous assura que cette victoire de classe allait dynamiser ses ventes dans les mois à venir.

John Turner a eu une deuxième occasion de participer à la course mancelle, en 1962 au volant d’une Chevrolet Corvette partagée avec Tony Settember. Manquant de mise au point, la voiture abandonnait à la 12ème heure sur panne de transmission.

Par la suite, John Turner s’est consacré à la vente d’automobiles, d’antiquités et même d’avions légers.
À propos de la course historique, il affirme aujourd’hui :
« Elle plaît beaucoup parce qu’elle a du caractère, par comparaison avec le Sport Automobile moderne, assez insipide ! »

Jacques SamAlens
(StrategiesAutoMotive Communications)

Images :
Fabien Sarrailh

 

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES :
ATS Évolution

86 Avenue de la Convention
94110 ARCUEIL

atsevolution@orange.fr

Carroll Shelby et John Tojeiro Silverstone 1995

Carroll Shelby retrouve John Tojeiro à Silverstone en 1995

 

 

 

Sport vernissage

About Author

Jacques Samalens