LE ‘MANS CLASSIC’ 2016 : ‘BÉBEL’/’PESCA’, RENAISSANCE DU DUO MAGIQUE… 40 ANS APRÈS !

FMA72-LeMansClassic-2016

 

 

 

 

Beltoise & Pescarolo-l'histoire-continue-

Beltoise & Pescarolo : l’histoire continue…

 

À quarante-quatre tours de la Porsche 936 victorieuse ce dimanche 13  juin 1976 et pilotée par le tandem Jacky Ickx et Gijs van Lennep, l’équipage cent pour cent français composé de Jean-Pierre Beltoise et Henri Pescarolo, termine, lui, ces ’24 Heures du Mans’, en huitième position du classement général, au volant de l’Inaltera.

Pour mémoire, ce triomphe de Porsche, est alors la toute première victoire d’une voiture à moteur turbo.

 

Casques BELTOISE / PESCAROLO

Les Casques de BELTOISE et PESCAROLO

 

Côté clan Français, il faut souligner notamment que la jeune équipe Rondeau Inaltera remporte une incroyable et surtout inattendue première place du classement GT. Nous étions donc le 13 juin 1976, les ambitions tricolores volent encore haut et tous les espoirs sont permis.

Construite dans un modeste atelier installé, au Mans même, sous la houlette de Jean Rondeau et Jean-Jacques Cantryn, financé ensuite par une entreprise de papier-peint de la région lyonnaise que dirige Charles James, il y avait dès lors matière et quelques menus moyens, afin de démontrer certaines ambitions.

 

Henri Pescarolo entouré par ses complices de 40 ans

 

Quarante ans plus tard, ce week-end à l’occasion du ‘Mans Classic’, c’est toujours sur cette même Inaltera GT que l’on retrouve les deux noms Pescarolo-Beltoise.

 

Famille Beltoise une histoire d’amour et de copains fidèles –

 

Nonobstant que tout le monde à toujours en mémoire la soudaine et inconsolable disparition de Jean-Pierre Beltoise, le Mans est pourtant en fête car à la veille de sa soixante-quatorzième année, Henri Pescarolo partage le volant de ce GT Français, avec le plus jeune des fils de Jean-Pierre Beltoise, Julien, âgé lui de 42 ans.

 

Michel et Julien... le liens forts d'une famille unie

Michel et Julien… Les liens forts d’une famille unie

 

Très forte émotion dans la voix de Michel Beltoise, frère aîné de Jean-Pierre, venu encourager son neveu :

« De son vivant, je n’ai jamais assisté à une course dans laquelle Jean-Pierre participait. J’étais à Monaco pour applaudir Antony au volant de la Matra MS120, en mai dernier… Et puis, cette réunion est un véritable hommage dédié aux artisans de cette fantastique aventure. Jean-Pierre nous a récemment quitté, mais j’aurai toujours une pensée vers Jean Rondeau. »

 

Palmarès INALTERA

 

En attendant la course programmée tard dans la nuit, les deux complices contribuent à faire partager cette passion innée dans un paddock ouvert au public pour participer à cette grande messe dans laquelle les portes sont grandes ouvertes et les rapports et échanges entre spectateurs et acteurs de ce merveilleux spectacle, y sont des plus conviviaux.

« Restons prudents au volant de cette voiture toujours en mesure d’atteindre des vitesses supérieures à 300 km/heure » relève Julien…

Surtout que les enjeux sont définitivement orientés vers le plaisir et le souvenir.

 

Julien BELTOISE prêt à faire parler le talent

 

Julien n’avait que deux ans au moment de la performance du duo « Pesca-Bebel »… mais ce résultat restera gravé dans le marbre.

Et Julien, précise :

« C’est aussi un immense plaisir de voir continuer ce constat qui perdure malgré les années; Papa était un héros pour tous, un modèle de gentillesse et je ne compte plus le nombre des personnes qui m’apportent des témoignages de toutes sortes, avec des anecdotes attendrissantes et je suis très fier d’être le fils de Jean-Pierre Beltoise et de Jacqueline Cevert. »

 

De nombreux amis de toujours ont aussi fait le déplacement, pour encourager l’initiative, tel Michel Mallier qui était déjà en mai dernier aux côtés d’Anthony, le fils aîné lors du GP de Monaco Historique et bien d’autres anonymes passionnés de toutes générations.

Michel & Michel… Beltoise & Mallier

 

Michel Mallier qui ajoute, avec sagesse:

« C’est bien là l’essence même du bien fondé des manifestations type Revival… retrouver des anciens, respirer et échanger cette passion… c’est une belle façon d’accepter le principe avec philosophie de se voir vieillir, sans avoir besoin tout autant de refaire le monde. »

Madame Madie Pescarolo

Madame Madie Pescarolo… comme une maman vis-à-vis du jeune ‘Bebel’…

Jacques SamAlens (StrategiesAutoMotive Communications)

Images © : Christophe Labédan, Thierry Thomassin, Fabien Sarrailh & Jacques SamAlens

Archives : Robert Sarrailh

Le Mans Classic Sport

About Author

Jacques Samalens