PATRICK HEAD: APRES TOUTE UNE VIE DANS LES BOUGIES, L’OCCASION D’EN SOUFFLER 70 !

HEAD Patrick HEAD(à droite)avec Frank WILLIAMS-© Manfred GIET

 

 

 Patrick-HEAD-septuagénaire-©-Manfred-GIET

Patrick-HEAD-septuagénaire-©-Manfred-GIET

 

En ce 5 juin, Patrick HEAD, l’associé de la première heure de Sir Frank WILLIAMS et durant 28 ans, souffle ses 70 bougies et ce en profitant dorénavant d’un repos bien mérité.

Né le 5 juin 1946 à  Farnborough, un des hauts-lieux de l’aviation et célèbre pour son Salon aéronautique biénnal, il a vite trempé dans le milieu des courses ? où son père  pilotait une Jaguar dans les années ’50.

Après des études suivies dans un collège anglais privé, le jeune Patrick HEAD, armé d’une discipline toute britannique, s’orienta vers la Royal Navy, mais se rendit vite à l’évidence qu’il n’avait pas le pied marin.

Décidant du coup de poursuivre des hautes études, il obtint son diplôme d’ingénierie mécanique qui lui permit de rentrer rapidement chez le constructeur Britannique LOLA CARS que dirigeait  à Huntington prés de Cambridge, son fondateur Éric BROADLEY.

LOLA à l’époque, était surtout impliqué dans la construction de châssis dans le milieu des courses avec des références en CHAMPCAR US et SPORTS PROTOS, un domaine où le jeune ingénieur Patrick HEAD, trouva non seulement rapidement chaussure à son pied, mais noua surtout de nombreux contacts dans le milieu du sport auto, dont John BARNARD qui allait devenir un brillant concepteur en F1, notamment pour CHAPARAL CARS avec la 2 K aux USA qui avec RUTHERFORD, remportera les  très prestigieuses 500 Miles d’INDIANAPOLIS, ainsi qu’en F1 pour BENETTON-FERRARI et MC LAREN.

 

 HEAD-Jacques-Laffite-GP-Allemagne-1975-Williams-FW-04-2éme-du-GP-derrière-Reutemann-©-Manfred-GIET


HEAD-Jacques-Laffite-GP-Allemagne-1975-Williams-FW-04-2éme-du-GP-derrière-Reutemann-©-Manfred-GIET

 

C’est précisément à cette époque, à la moitié des années ’70, qu’il croisa le chemin d’un certain Frank WILLIAMS obstiné à vouloir monter sa propre structure en F1 mais complètement désargenté.

Malgré des tentatives avec des châssis ISO, avec un résultat encourageant obtenu grâce au jeune pilote Français  Jacques LAFFITE au GP d’Allemagne 1975, sur le fameux tracé du Nordschleife au Nürburgring, où, à la surprise générale, Jacques parvint à accrocher la deuxième place derrière le vainqueur, l’Argentin  Carlos REUTEMANN, quintuplant du coup la motivation de Frank WILLIAMS à persévérer en F1, lui , le crève misère en GP ,qui alla jusqu’à récupérer  des pneus usagés chez FERRARI !

 

 HEAD-Jacky-ICKX-GP-de-Belgique-Zolder-1976-Wolf-Williams-FW-05-©-Manfred-GIET.


HEAD-Jacky-ICKX-GP-de-Belgique-Zolder-1976-Wolf-Williams-FW-05-©-Manfred-GIET.

 

Après avoir vendu 60% de son Team au magnat du pétrole austro-canadien Walter WOLF, afin d’éviter la faillite en 1976, Frank WILLIAMS continua à accumuler les déboires avec ses constructions hybrides labellisées, de FW 01 à FW 05, ce qui l’incita à recontacter Patrick HEAD, qui avait déjà travaillé pour lui en 1975 et qui entretemps avait quitté LOLA CARS pour se consacrer à la construction de… bateaux de plaisance!

Ainsi naquit l’association WILLIAMS-HEAD qui pour 1977 ne leur permit pas encore de construire un châssis propre, d’où la solution de se rabattre sur un châssis MARCH 761 usagé et qui s’avéra être un ancien châssis 741 de 1974, pour faire rouler le Belge Patrick NEVE qui amenait le sponsor brassicole BELLE VUE et 100.000 £ comme apport financier dans ses bagages, véritable bouée de sauvetage pour le Team WILLIAMS.

 

HEAD-Patrick-NEVE-March-Williams-761-GP-de-Belgique-Zolder-1977-©-Manfred-GIET

HEAD-Patrick-NEVE-March-Williams-761-GP-de-Belgique-Zolder-1977-©-Manfred-GIET

 

Fin 1977, le Team WILLIAMS  GRAND PRIX ENGINEERING nouvellement constitué trouva refuge à Didcot dans les entrepôts d’une ancienne usine à tapis !

Et c’est de là que démarra une écurie pratiquement renaissante de ses cendres qui par la suite a écrit de nombreuses pages d’histoires de la F1  avec 641 GP 114 victoires, 7 titres de Champion du Monde pilotes et 9 titres constructeurs à son actif !!!

Ce qui en fait à ce jour, la troisième plus ancienne écurie active au plus haut niveau, après FERRARI et Mc LAREN et dont le grand mérite revient en premier lieu à Patrick HEAD, qui dès 1978, en créant des modèles d’exception à partir de la WILLIAMS FW06, a donné les impulsions nécessaires au Team pour propulser celui-ci vers l’avant-scène de la discipline et l’y maintenir jusque dans les années fin ’90.

 

 HEAD-Clay-REGAZZONI-1ère-victoire-pour-Williams-sur-la-FW-06-en-1979-©-Manfred-GIET.


HEAD-Clay-REGAZZONI-1ère-victoire-pour-Williams-sur-la-FW-06-en-1979-©-Manfred-GIET.

 

Certes, Patrick HEAD n’a pas conçu toutes les Williams, mais il a su s’entourer de designers et techniciens hors pair ,qui ont permis au Team basé depuis 1995 à Grove, de passer d’une PME de 17 personnes à une entreprise avec 600 collaborateurs à l’heure actuelle.

Dans l’organigramme de  WILLIAMS GRAND PRIX ENGINEERING, Patrick HEAD a toujours été la main de fer dans un gant de velours.

 

HEAD-La-Williams-FW-07-un-fameux-chassis-©-Manfred-GIET

HEAD-La-Williams-FW-07-un-fameux-chassis-©-Manfred-GIET

 

Dur comme une barre à mine  avec lui-même mais aussi avec son entourage et son style quelque peu bourru lui ont permis de forger le succès qu’a connu ce team en 39 ans d’existence , avec comme seuls creux depuis 1979, les années 1988-1998-1999-2005 à 2011 et 2013 à ce jour, grâce à son talent pour l’ingénierie et le spirit qu’il a su insuffler à l’équipe de Grove dans la plus pure tradition britannique.

 

HEAD-Frank-Williams-et-Patrick-HEAD-©-Manfred-GIET..

HEAD-Frank-Williams-et-Patrick-HEAD-©-Manfred-GIET..

 

Sir Frank WILLIAMS confie :

« L’équipe porte certes mon nom partout mais si le Team a été aussi efficace tout au long de son existence, c’est surtout grâce au travail d’équipe et au génie de son co-fondateur Patrick, qu’il le doit. Celà a permis à notre Team de passer d’une toute petite équipe à un Top Team capable de gagner des titres. »

 

HEAD- Clay REGAZZONI-Zandvoort-1979-avec-une-pub-Barooma-BIN-LADEN-©-Manfred-GIET

HEAD- Clay REGAZZONI-Zandvoort-1979-avec-une-pub-Barooma-BIN-LADEN-©-Manfred-GIET

 

Sir Franck qui , avec sa fille Claire, repose désormais la lourde tâche d’inscrire de nouvelles victoires au palmarès de Grove et qui ne doit sa survie qu’aux capitaux arabo-saoudiens entre 1978 et 1984, dont on relèvera même un sticker au nom de Baroom BIN LADEN, un descendant du Chef Djihadiste tristement connu, Oussama BEN LADEN, sur la voiture de Clay REGAZZONI au GP de Hollande en 1979, et qui provoqua pas mal de remous au décès du chef terroriste en 2011.

 

HEAD-Adrian-NEWEY-sous-son-impulsion-Williams-a-obtenu-les-meilleurs-résultats-©-Manfred-GIET

HEAD-Adrian-NEWEY-sous-son-impulsion-Williams-a-obtenu-les-meilleurs-résultats-©-Manfred-GIET

 

Dans sa longue carrière de Directeur technique, durant laquelle il a pu œuvrer avec des pointures telles Newey-Hamidy-Brawn-Dernie ou Willis, ses deux plus mauvais souvenirs resteront incontestablement l’accident avec de graves séquelles physiques dont fut victime son associé Frank WILLIAMS en mars 1986

 

 HEAD Ayrton SENNA-Imola le 1er mai 1994 le plus sinistre ouvenir de Patrick Head-© Manfred GIET


HEAD – Ayrton SENNA- Imola le 1er mai 1994 le plus sinistre souvenir de Patrick Head-© Manfred GIET

 

Ainsi que le sinistre week-end du 1er mai 1994 et le décès de son pilote maison, Ayrton SENNA , drame qui l’obligea tout comme Frank WILLIAMS et Adrian NEWEY, a être traduit devant le Tribunal de Bologne.

 

Patrick-HEAD-©-Manfred-GIET.j

Patrick-HEAD-©-Manfred-GIET.j

 

Si Patrick HEAD s’est complètement retiré  entre temps de toute fonction au sein du team depuis fin 2012, il y garde néanmoins un petit point d’ancrage avec une participation dans l’actionnariat à concurrence de 5%.

 

 HEAD-Patrick-HEAD-son-épouse-Betissse-ASSUMPçAO-©-Manfred-GIET


HEAD-Patrick-HEAD et son-épouse Betissse ASSUMPCAO-©-Manfred-GIET

 

Comme anecdote citons encore que Patrick HEAD a été marié à Betise ASSUMPCAO, l’ancienne attachée de presse d’Ayrton SENNA et qu’il est un grand fan de moto qui lors des GP de France à Magny-Cours,  n’hésitait pas effectuer le déplacement de son domicile anglais jusque dans la Nièvre à moto!

Happy Birthday Patrick

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

 

 

 HEAD-Alan-JONES-1er-champion-du-monde-sous-les-couleurs-Williams-en-1980-©-Manfred-GIET.


L’Australien Alan JONES- 1er Champion du monde sous les couleurs Williams en 1980-©-Manfred-GIET.

Histoire des Glorieux anciens

About Author

gilles