AUDI DEVANCE LES DEUX PORSCHE AUX ESSAIS PRELIMINAIRES DES 24 HEURES DU MANS

Essais 24 Heures du Mans 2016 - AUDI N° 8 de DI GRASSI, DUVAL, JARVIS - Photo Thierry COULIBALY -

 

CIRCUIT DU MANS 2012-LES STANDS VU DU CIEL-Photo-ROLEX-pour-autonewsinfo

CIRCUIT DU MANS 2012-LES STANDS VU DU CIEL-Photo-ROLEX-pour-autonewsinfo

 

Les 24 Heures étaient en ligne de mire ce dimanche à l’occasion de la désormais habituelle journée des essais  préliminaires.

Traditionnellement, la journée test des 24 Heures du Mans, organisée chaque année deux semaines avant le week-end de la course Sarthoise, permet aux équipes de (re)prendre leurs repères, aux pilotes habitués d’affiner leurs trajectoires et aux « rookies » de découvrir ce tracé unique, avec sa chicane Dunlop, ses S de la Forêt, son Tertre Rouge, ses fameuses Hunaudières, ses célébrissimes virages de Mulsanne et d’Indianapolis et ses très sélectifs virages Porsche.

Des lieux et des noms qui au fil des ans, années après année, ont construit la légende du Mans.

En ce dimanche matin 5juin, dès 9h00, le vrombissement des moteurs a réveillé la campagne Mancelle et c’est sur une piste totalement sèche mais sous un ciel gris, qu’a débuté la grande quinzaine des 24 Heures du Mans 2016, quinzaine qui s’achèvera le dimanche 19 juin à 15h00, lorsque le drapeau à damier s’abaissera sur le vainqueur de cette 84ème édition.

Qui succédera à Porsche, le lauréat de l’édition 2015?

 

24 HEURES DU MANS 2015 Arrivee au pied du podium des VAINQUEURS - HULKENBERG-TANDY-BAMBER - PORSCHE 959 N°19. Photo Thierry COULIBALY

24 HEURES DU MANS 2015 Arrivee au pied du podium des VAINQUEURS – HULKENBERG-TANDY-BAMBER – PORSCHE 959 N°19. Photo Thierry COULIBALY

 

Ces tests préliminaires permettent, par définition, de… tester ce que l’on ne peut pas… tester lors des essais libres ou qualificatifs. On peut rouler sereinement, sans trop de pression, fragmenter le circuit en différents secteurs chronométrés et ce afin de trouver le meilleur compromis en termes de réglages châssis et aérodynamiques.

Chaque équipe a sa propre stratégie, ses propres besoins. On en profite pour peaufiner l’installation dans les stands, qui devra être optimale pour la course, on s’entraine aux changements de roues et de pilotes en conditions réelles, on tente d’automatiser un maximum de gestes afin d’être le plus efficace possible. En bref, on s’immerge dans les 24 Heures !

Un tour du circuit du Mans, c’est une gageure que le vainqueur de l’édition 2016 répètera près de 390 fois, le record du nombre de tours datant de 2010 lors de la victoire de l’Audi R15-TDI pilotée par le trio formé du Français Romain Dumas et les Allemands Timo Bernhard et Mike Rockenfeller, avec 396 boucles couvertes pour un total de 5.405,472 km!

 

CIRCUIT-DU-MANS-Le-depart-et-la-lugne-arrivée-Photo-Thierry-COULIBALY-

CIRCUIT-DU-MANS-Le-depart-et-la-lugne-arrivée-Photo-Thierry-COULIBALY-

 

Partons donc pour un tour des 13,629 km :

La ligne droite des stands conduit vers la très rapide courbe Dunlop qui donne sur un violent freinage en appui pour négocier la chicane du même nom.

Ensuite, ce sont les difficiles S de la Forêt qui vous propulsent vers le virage du Tertre Rouge, véritable porte d’entrée de la célébre ligne droite des Hunaudières qui, elle, est entrecoupée de deux chicanes, d’abord une chicane à droite, la Forza Motorsport, puis la seconde à gauche, la Michelin.

La courbe des Hunaudières est ensuite avalée à pleine vitesse avant d’aborder le redoutable virage de Mulsanne, et son freinage pour gros cœurs ( !), qui met un terme aux Hunaudières.

Puis on attaque une autre partie hyper rapide, menant au délicat virage d’Indianapolis (qui doit son nom à son léger banking qui lui donne un faux air du circuit américain) et au virage le plus lent du circuit, le virage d’Arnage.

Et on repart pour un long bout droit vers les virages Porsche, hyper-sélectifs et prépondérants pour la réussite d’un bon tour chrono, suivis du virage Corvette et de la double chicane du raccordement pour repasser devant les stands.

Voilà, la boucle est bouclée, et si vous avez mis moins de 3’17’’ pour lire ce descriptif, vous ne serez pas loin de la pole position, qui, rappelons-le, était de 3’16’’887 en 2015, réalisée par le Suisse Neel Jani au volant de sa Porsche 919 Hybrid.

Ce tracé est donc composé de longues lignes droites, de chicanes serrées et de courbes très rapides, et trouver les meilleurs réglages châssis et aéro reste un exercice de haute volée pour les ingénieurs !

 

CIRCUIT-DU-MANS-Le-depart-et-la-lugne-arrivée-Photo-Thierry-COULIBALY-

CIRCUIT-DU-MANS  – La courbe d’INDIANAPOLIS-Photo-Thierry-COULIBALY-

 

Les lignes droites réclament une finesse aéro extrême et des réglages de trains roulants les moins pénalisants en termes de résistance à l’avancement, les virages serrés imposent des réglages châssis plus incisifs pour l’inscription en virage et pour une meilleure motricité en sortie.

Et les courbes rapides du type des enchainements Porsche nécessitent appui aérodynamique important et châssis très équilibré.

En bref, le meilleur compromis ressemble à la quadrature du cercle !!

Tous les efforts de cette journée test résident donc dans l’approche la plus précise de ce réglage idéal. C’est autant de temps gagné pour affronter les essais libres et qualificatifs des 15 et 16 juin prochains, et ne se concentrer, à ce moment-là, que sur la recherche de la performance absolue et la définition du meilleur rythme de course.

UN PREMIER POINT APRES CETTE JOURNÉE DE DÉCOUVERTE…

Essais-24-Heures-du-Mans-2016-AUDI-N°-8-de-DI-GRASSI-DUVAL-JARVIS-Photo-Thierry-COULIBALY-

Essais-24-Heures-du-Mans-2016-AUDI-N°-8-de-DI-GRASSI-DUVAL-JARVIS-Photo-Thierry-COULIBALY-

 

En LMP1, la catégorie reine d’où sortira, à n’en pas douter, le vainqueur de cette 84ème édition, les Audi, Porsche et Toyota ont accumulé les kilomètres afin d’emmagasiner le maximum d’informations.

Si la pole position 2015 (3’16’’887) n’a pas été approchée, et de loin, le travail des teams a davantage porté sur la fiabilité et le rythme de course, comme en témoigne l’écart de 2’’346 séparant la meilleure des Audi R18, la N°8 du trio Lucas Di Grassi, Loïc Duval et Oliver Jarvis en 3’21’’37,  de la moins bonne des Toyota TS050 Hybrid, la N°6 pilotée par Stéphane Sarrazin, Mike Conway et Kamui Kobayashi en 3’23’’721.

 

 Essais-24-Heures-du-Mans-20166-PORSCHE-N°-1.-BERNHARD-WEBBER-HARTLEY-Photo-Thierry-COULIBALY-


Essais-24-Heures-du-Mans-20166-PORSCHE-N°-1.-BERNHARD-WEBBER-HARTLEY-Photo-Thierry-COULIBALY-

 

Entre l’Audi N°8, et la Toyota N°6, on pointe les Porsche 919 Hybrid, la N°1 de Timo Bernhard, Mark Webber, et Brendon Hartley, en 3’22’’270, précédant la voiture-sœur, la N°2  de Romain Dumas, Neel Jani et Marc Lieb, créditée de 3’22’’334, suivi de l’Audi R18 N°7, celle de l’équipage composé de Marcel Fassler, André Lotterer et du Français Benoit Tréluyer, trio déjà trois fois victorieux de l’épreuve Mancelle et qui signe un chrono de 3’22’’761 devant la  seconde Toyota TS050 Hybrid, la N°5 d’Anthony Davidson, Sébastien Buemi, et Kazuki Nakajima, avec 3’23’’197.

 

Essais-préliminaires-24-Heures-du-Mans-2016-REBELLION-N°13.-TUCHER-IMPERATORI-KRAIHAMER.-Photo-Thierry-COULIBALY.

Essais-préliminaires-24-Heures-du-Mans-2016-REBELLION-N°13.-TUCHER-IMPERATORI-KRAIHAMER.-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Les Rebellion R-One AER complètent ce classement, la N°13 de Mathéo Tuscher, Alexandre Imperatori et Dominik Kraihamer, avec un temps de 3’27’’117, précédant la N°12 de Nicolas Prost, Nick Heidfeld, et Nelson Piquet Jr, qui a tourné en 3’27’’117 et la CLM P1/01 AER du Team Bykolles Racing Team de Simon Trummer, Oliver Webb et  Pierre Kaffer, en 3’33’’025, fermant la marche des LMP1 privés.

Mais, comme souvent, lors de cette journée, les teams se livrent à une grande partie de poker menteur, et aucun n’a réellement montré son plein potentiel. Mais quoi qu’il en soit, la lutte pour la victoire s’annonce somptueuse, d’autant plus que Toyota s’est visiblement améliorée par rapport à l’an dernier et très nettement rapprochée de ses adversaires germaniques.

A bon entendeur…

 Essais-24-Heures-du-Mans-2016-TOYOTA-N°6-Photo-Thierry-COULIBALY-6


Essais-24-Heures-du-Mans-2016-TOYOTA-N°6-Photo-Thierry-COULIBALY-6

 

Si en LMP1, la victoire semble ne pas devoir échapper à l’une des six voitures officielles, les deux Audi, deux Porsche et deux Toyota, la catégorie LMP2 est quant à elle particulièrement ouverte, et cette première journée d’essais 2016, laisse apparaitre plus d’une dizaine de prétendants à la plus haute marche du podium.

Les cinq premiers ne sont séparés ce dimanche soir que de …1’’687, sur un tour de 13,626 km!

C’est dire…

 

 Essais-24-Heures-du-Mans-2016-N°-33-ORECA-05-NISSAN-du-Team-EURASIA-de-JUNJIN-DE-BRUUN-et-GOMMENDY-Photo-Thierry-COULIBALY-.


Essais-24-Heures-du-Mans-2016-N°-33-ORECA-05-NISSAN-du-Team-EURASIA-de-JUNJIN-DE-BRUUN-et-GOMMENDY-Photo-Thierry-COULIBALY-.

 

Et c’est l’une des Oreca 05-Nissan, la N°33 du Eurasia Motorsport du trio Junjin Pu,Nico Pieter De Bruijn et Tristan Gommendy qui signe la meilleure performance en 3’36’’690, chrono à mettre à l’actif du pilote Français Gommendy.

Cette Oreca 05 devance l’une des deux Alpine A460-Nissan, la N°36 de l’écurie Signatech Alpine, confiée à l’Américain Gustavo Menezes, au Monégasque  Stéphane Richelmi et au toujours aussi rapide Français Nicolas Lapierre, l’auteur du chrono de 3’37’’397.

 

Essais-24-Heures-du-Mans-2016-ALPINE-N°-36-Photo-Thierry-COULIBALY.

Essais-24-Heures-du-Mans-2016-ALPINE-N°-36-Photo-Thierry-COULIBALY.

Et une autre Oreca 05-Nissan, la N°26 du G-Drive Racing alignée poar le Team Britannique JOTA Sport de Roman Rusinov, Will Stevens, René Rast, créditée de

3’37’’503.

Suivent la Gibson 015D-Nissan N°38, également engagée par le G-Drive Racing by JOTA de Simon Dolan, Jake Dennis et Giedo Van Der Garde, en 3’37’’581, et  encore une Oreca 05-Nissan, la N°44 du Team Manor de Tor Graves, Matthew Rao et Roberto Merhi, avec un temps de 3’38’’383.

La première Ligier JS P2, la N°49 de l’écurie Américaine Michael Shank Racing avec John Pew, Oswaldo Negri Jr et Laurens Vanthoor, en 3’38’’589, s’octroie le 8ème temps de la journée devançant la seconde Alpine A460-Nissan, la N°35 du Baxi DC Racing Alpine des Chinois David Cheng et Ho-Pin Tung qu’épaule le Français  Nelson Panciatici, le double Champion d’Europe d’endurance ELMS, en 3’39’’298.

 

 Essais-24-Heures-du-Mans-2016-ALPINE-N°35-des-Chinois-CHENG-et-HO-PIN-TUNG-et-de-Nelson-PANCIATICI-Photo-Thierry-COULIBALY.


Essais-24-Heures-du-Mans-2016-ALPINE-N°35-des-Chinois-CHENG-et-HO-PIN-TUNG-et-de-Nelson-PANCIATICI-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Le Team Sarthois SO24! By Lombard Racing engageant la Ligier JS P2-Judd N°22 de Vincent Capillaire, Eric Maris et Jonathan Coleman, n’a pas été épargné par les petits soucis et signe le dernier temps des LMP2 en 3’45’’587, loin du potentiel de l’équipe et des pilotes.

A n’en pas douter, l’écurie chère à Jean Lombard aura à cœur de remonter dans la hiérarchie lors des essais qualificatifs.

 

Essais-24-Heures-du-Mans-2016-La-CORVETTE-N°-63-Photo-Thierry-COULIBALY.

Essais-24-Heures-du-Mans-2016-La-CORVETTE-N°-63-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

En LM GTE Pro, c’est l’une des Corvette C7R, la N°63 de Jan Magnussen, Antonio Garcia et Ricky Taylor, qui brille en signant un temps de 3’55’’122 devant les deux Porsche 911 RSR officielles de Porsche Motorsport, la N°91 de Patrick Pilet, Kevin Estre et Nick Tandy, en 3’55’’691 et la 92 de Frédéric Makowwiecki, Earl Bamber et Jörg Bergmeister, troisième eux en 3’55’’691.

Sept voitures ne sont séparées que par une infime petite seconde, une belle bagarre en perspective s’annonce…

 

 Essais-24-Heures-du-Mans-2016-CORVETTE-N°50-de-RAGUES-YAMAGISHI-et-CASTBURG-Photo-Thierry-COULIBALY


Essais-24-Heures-du-Mans-2016-CORVETTE-N°50-de-RAGUES-YAMAGISHI-et-CASTBURG-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Et pour finir, ce tour d’horizon, en LM GTE Am, c’est également une Corvette, la C7-Z06 N°50 de l’équipe Larbre Compétition, de Jack Lecomte et que pilotent Yutaka Yamagishi, et les Français Pierre Ragues et Jean-Philippe Belloc  qui s’est montréd la plus rapide en 3’57’’999, devant la Ferrari 458 Italia N°55 de la Scuderia AF Corse de Duncan Cameron, Matt Griffin, et Aaron Scott, en 3’58’’869 et l’autre Ferrari 458 Italia de la Scuderia Corsa, la N° 62 de William Sweedler, Townsend Bell et  Jeffrey Segal en 3’58’’988.

Le prochain rendez-vous avec le chronomètre pour ces 24 Heures du Mans 2016 aura lieu mercredi 15 juin, avec la première séance officielle d’essais libres de 16h00 à 20h00, suivie de la première session des qualifications de 22h00 à 24h00.

Le verdict du chrono sera alors plus révélateur du potentiel de chacun!

 

Gilles VIRMOUX

Photos : Thierry COULIBALY

 

 Essais-24-Heures-du-Mans-2016-AUDI-N°-8-de-DI-GRASSI-DUVAL-JARVIS-Photo-Thierry-COULIBALY.j


Essais-24-Heures-du-Mans-2016-AUDI-N°-8-de-DI-GRASSI-DUVAL-JARVIS-Photo-Thierry-COULIBALY.j

LE RÉSULTAT DES ESSAIS PRÉLIMINAIRES DU DIMANCHE 5 JUIN

http://d2uv4t0ox1pknx.cloudfront.net/fr/wp-content/uploads/sites/2/2016/06/03_Classification_Afternoon-Test.pdf

 

Essais-preliminaires-des-24-Heures-du-MANS-2016-Dimanche-5-Juin-AUDI-PORSCHE-et-TOYOTA-sur-la-ligne-de-depart.

Essais-preliminaires-des-24-Heures-du-MANS-2016-Dimanche-5-Juin-AUDI-PORSCHE-et-TOYOTA-sur-la-ligne-de-depart.

 Essais-preliminaires-des-24-Heures-du-MANS-2016-Dimanche-5-Juin-AUDI-et-PORSCHE-la-bataille-est-deja-engagée.

Essais-preliminaires-des-24-Heures-du-MANS-2016-Dimanche-5-Juin-AUDI-et-PORSCHE-la-bataille-est-deja-engagée.

24 H du Mans Le Mans Sport

About Author

gilles