RALLYE DES PRINCESSES JOUR 3 : CURE DE ‘THALASS (EAU)’ MAIS PAS ‘THALA (CHAUD) !’

 

« Bon sang mais c’est bien sûr ! », se fût-écrié le célèbre commissaire Bourrel des années soixante dix !

Si les Princesses restent tout sourire sous la pluie, sous les nuages, et même, on le verra dans les photos de Richard Bord, en tenue de sports d’hiver à la veille du mois de juin, il y a évidemment une raison.

 

"SUPER NANAS" CHANTAIT JONASZ

« SUPER NANAS » CHANTAIT JONASZ

 

C’est qu’elles prennent les douches permanentes dans les autos découvertes et dans certaines au toit d’acier poreux (on dit le pavillon mais ce site ne s’adresse pas qu’aux carrossiers, profession d’ailleurs sublime) comme une cure de Thalasso !

Bref instants bénéfiques pour le corps et la peau quoique fatigants à la fin du jour…

 

 

En langage de mec de la course auto, je dirais bien « Géniaaaaales les meufs !», mais on est ici dans un monde peut-être un peu policé et ce sera donc « Mesdames (j’ajoute Mesdemoiselles pour les artistes) la rédaction d’autonewsinfo tient à vous exprimer son admiration pour votre ténacité, votre résistance à l’oppression météorologique et pour l’usage intensif de votre arme absolue qu’est le sourire ».

 

PRINCESSES OU NEIGE ET GLACE?

PRINCESSES OU NEIGE ET GLACE?

 

Parcours d’Évian, au bord du Léman et au pied des Alpes, vers Courchevel, station de ski « hypaiiiiir chicos » qui n’est pas choisie au hasard par Viviane et Patrick Zaniroli, on est dans un rallye mille étoiles et on tient son rang.

Bon, la météo ignoble de cette période pourtant proche de l’été fait que début juin, on est encore comme dans une station de ski !

 

METEO BOF...

METÉO UN TANTINET AUTOMNALE

 

Viviane et Patrick Zaniroli organisent aussi le « Neige et Glace » en février, ils vont faire de nouvelles adeptes !

Mais bon, on l’a dit, les Princesses sont toujours heureuses et positives, alors on sort les bonnets, les doudounes (non ce n’est pas un jeu de mots de garçon de bains…), les gants de laine et on se refait une santé au chocolat et au vin chaud…

 

 

Bon, je passe la plume à mon ami Philippe Janssens, envoyé spécial sur le tour (niquet) qui grimpe à Courch’…

Philippe se transforme à merveille en «Classic» Antoine Blondin. La plus grande plume de la boucle, avec Albert Londres, inventeur de l’expression « Les forçats de la Route »…

 

Princesses tout schuss !

 

La plus « alpine » des étapes de ce 17e Rallye des Princesses entre Évian et Courchevel, avait des petits airs de grande classique du Tour de France. Au programme du jour : un menu montagnard avec cols à gogo, montées abruptes et descentes vertigineuses enchaînées avec maestria par des équipages toujours aussi enthousiastes. Le tout, bien sûr, dans l’esprit de compétition et de convivialité caractéristique de cette épreuve hors du commun. Et même si la pluie est encore venue ajouter quelques gouttes de difficulté en arrosant parfois copieusement les massifs au passage des Princesses et de leurs superbes carrosses, le soleil réchauffa, lui aussi, timidement certaines portions du parcours, au plus grand plaisir d’équipages rayonnants. Passé la mi-course, sportivement parlant, cette Édition 2016 a vécu quelques rebondissements en tête du classement.

 

 

Sans Colombière, ni Cornet de Roselend. Même si ces annulations de parcours ne concernaient nullement l’aspect sportif de l’épreuve, les Princesses ont été invitées à contourner, en liaison le Col de la Colombière (ce matin) et le Cornet de Roselend (cet après-midi) tous deux fermés, suite aux intempéries.

 

 

Ciel mon mardi, clap, troisième ! C’est écrit dans les astres : depuis trois ans, la malédiction s’acharne avec plus ou moins de force lors de la 3e étape du mardi sur l’équipage formé par Carole Gratzmuller et Estelle Genon (Corvette Sting Ray n°25). Les multiples lauréates de l’épreuve ont connu un souci de batterie, ce matin juste avant le départ du TR 9, le premier de la journée. Heureusement, l’équipage a réussi à repartir, mais après une longue immobilisation… Un incident qui risque de valoir quelques points de pénalités à celles qui occupaient, ce matin, la tête du classement général en catégorie historique…

 Pas de pot pour les Healey : Privées de trip le premier jour, puis de batterie hier, Odile Rivier et Sophie Fabri croyaient avoir mangé leur pain noir. Pas du tout, puisqu’aujourd’hui leur Austin Healey n°17 perdit son pot d’échappement avant le déjeuner. Il fallut l’intervention d’un garagiste du cru pour refixer le collecteur à l’aide de… cintres ! Sans doute s’agit-il d’un point faible des belles Anglaises car ce fut ensuite la n°8 dont l’échappement lâcha au bas de la montée vers Courchevel 1850 !

La course en tête. À deux jours de l’arrivée à St Tropez, la course s’annonce plus passionnante que jamais, avec un resserrement global au niveau du classement général. Si, malgré leurs soucis de batterie, Carole Gratzmuller et Estelle Genon (Corvette n°25) conservent la tête au classement général, la petite Innocenti n°70 de Marie-Christine Perin et Véronique Morel-Lab se rapproche à 13 unités, soit une paille. Les révélations de ce rallye sont suivies de près par l’AC Bristol n°9 de l’équipage belge Van Hoe/Brussel qui a connu des ratés moteur suite à un ravitaillement en super 95 et de l’Austin Healey n°8 d’Asperti-Boursin et Mey, lauréates des cette étape de montagne et donc porteuses du maillot à pois, malgré leurs soucis d’échappement au bas de l’ultime ascension vers Courchevel ! Ce soir, sur les hauteurs de Courchevel, 50 petits points séparent les quatre premières voitures du classement général en catégorie Historique, c’est dire si les deux dernières étapes nous promettent un suspense sportif intense et ce, jusqu’au podium final !

 

LA CORVETTE EN TÊTE

 

Coup de chaud pour la ‘Merco’. Les Belges Marie-Jeanne Huysman et Lieve Destobere se souviendront longtemps de cette étape de montagne au volant de leur imposante Mercedes 220SE Pontoon. Malgré des températures plus que clémentes pour la saison, l’imposante Allemande s’offrit quelques coups de chaud avant de débarquer à l’étape de Courchevel avec une température d’eau idéale pour l’heure du thé. Problème de thermostat ? L’équipe d’assistance de l’organisation se penchait en tout cas sur le problème…

Une année pour apprendre. Pour leur  tout premier Rallye des Princesses, Ann Meire et Mieke Demandt ne sont pas gonflées d’ambitions démesurées. « C’est également notre premier rallye ensemble », souligne le plus honnêtement du monde, la pilote de la magnifique Mercedes 230SL Cabriolet. « C’est un reportage télévisé, passé sur une chaine belge qui nous a poussé à franchir le pas. Complètement novices en matière de régularité, nous nous sommes donné une première année pour apprendre. Et nous avons bien fait, car le niveau est très relevé, bien plus que ce que nous imaginions au départ. Du coup, nous progressons chaque jour, mais il est évident que sur ce parcours montagneux, notre boîte automatique n’était vraiment pas la plus appropriée. L’ambiance et l’organisation sont juste parfaites et nous reviendrons certainement l’année prochaine, mais peut-être avec une Porsche… »

Philippe a également fait parler certains équipages sur leur journée alpine.

Isabelle Van Hoe (Bel/AC Bristol n°9) : «Tout se passe à merveille pour nous depuis le départ de Paris. Notre troisième place au Classement Général, nous surprend vraiment, même si, pour cette deuxième participation, nous espérions faire mieux que l’an dernier. La pluie ? Elle ne nous gène pas le moins du monde, même si nous roulons sans toit. Ce qui nous embête nettement plus, c’est que nous avons été contraintes de faire le plein avec de l’essence 95 octane, alors que la voiture préfère du 98. Sur la fin de la journée, le moteur s’est mis à ratatouiller. En espérant que ce ne soit que passager… »

 

LA BRISTOL TROISIEME AU GENERAL

LA BRISTOL TROISIÈME AU GÉNÉRAL

 

Laetitia Testard (Fra/Peugeot 504 Cab n°53) : «Comme toujours, nous vivons un merveilleux rallye. Depuis le départ, malgré la météo défavorable l’épreuve et extraordinaire. Malheureusement aujourd’hui lors des cette étape de montagne nous avons été ralenties par des voitures nettement plus lentes que la nôtre qui nous ont fait perdre pas mal de points. Et comme si cela ne suffisait pas, un tracteur nous a également bloqué en plein TR. Mais ce sont les aléas du rallye. Nous espérons que la direction sportive tiendra compte de nos doléances, car nous étions vraiment très bien parties…`

 

 

Pauline Hoffmann (Sui/MG A Cabriolet n°13) : «Nous avons appris aujourd’hui que la MG n’est vraiment pas faite pour la montagne. J’ai compris qu’il fallait y aller franchement avec la mécanique pour qu’elle réponde ! C’est notre premier rallye et nous participons sans trip. L’ambiance est vraiment extraordinaire. Tous les jours, Yasmine et moi passons la journée à chanter dans la voiture. Nous avons déjà épuisé tout le répertoire de Sardou, Balavoine et Goldmann tout au long des étapes… J’espère que ce n’est pas pour cela qu’il pleut depuis le départ !»

Demain on descend en Provence, la météo n’est pas encore géniale, mais elle peut aussi se tromper !

Après la Thalasso, le bronzage serait aussi une bonne idée.

Le bronzage façon compète « Classic » bien sûr, avec la trace des Goggles, les lunettes racing…

Viviane Zaniroli, la ‘GO’ de ces PRINCESSES qui lâchait ce mardi soir à Courchevel :

« Cette étape de montagne aura eu de quoi ravir les plus sportives des Princesses ! Ce fut une journée particulièrement éprouvante, tant pour les équipages que pour les mécaniques. En tête, la course est plus disputée que jamais et, à deux jours de l’arrivée à St Tropez, quatre équipages peuvent encore prétendre à la victoire finale. Bravo, et que les meilleures gagnent ! Je tiens également à féliciter toutes les novices qui ont choisi de nous rejoindre. Vous découvrez une épreuve hors normes où l’aspect sportif intense côtoie une convivialité rare. Et sincèrement, je me dois de vous féliciter, car il n’est jamais facile de tout apprendre en l’espace de quelques jours ! Demain nous quitterons les Alpes pour rejoindre la Provence et le soleil qui, je vous le promets nous bercera jusqu’à St Tropez…   »

 

Jean Louis BERNARDELLI et Philippe JANSSENS

Photos :  
Richard BORD

CLASSEMENT GÉNÉRAL AU JOUR ‘TROIS’

(Cliquer pour agrandir)

 

Rallye Princesses Sport

About Author

jeanlouis