‘RALLYE DES PRINCESSES’ 2016 : DU BOURGOGNE À L’EAU D’ÉVIAN !

 

Encore une météo pas sympa pour celles qui roulent en décapotables ouvertes, ou celles qui, nous l’avons appris hier, ont perdu leur capote sur une route où un 40 tonnes s’est empressé d’écraser l’objet…

 

SOURIRE, LA PLUIE C’EST BON POUR LA PEAU…

 

Mais un tracé phénoménal, Zaniroli en est l’auteur et il connaît magnifiquement la petite musique de jour qui doit se jouer dans les cockpits.

Et des spéciales de régularité très sportives, très pimentées par ces fameuses «Zanirolades», des pièges genre les croisements en triangle sur les toutes petites routes où il faut prendre le chemin le plus long, cela fait trente mètres de différence mais c’est une balise ratée et une valise de points !

 

 

Les Princesses sont arrivées au bord du Lac Léman, endroit fabuleusement romantique, aussi appelé
«Lac de Genève» en particulier chez les cousins helvètes qui habitent la rive en face d’Évian.

 

 

Je connais bien ce coin, pour y avoir fait des descentes de rivières très sportives en canoë, il y a un milliard d’années, les petites routes qui traversent les Alpes sont somptueuses.

 

 

Ce deuxième jour, on a traversé la Bresse et le Jura, que Zaniroli connaît bien, c’est là qu’il organise
le ‘Neige et Glace’ en février.

 

 

Sublime en hiver, sublime en été, le Jura est d’ailleurs un endroit très touristique, mais les dates de passage des ‘Princesses’ sont calculées pour être hors périodes de vacances et on y roule donc seul(es)…

 

 

Bon, gros sourires à Évian, devant les fontaines d’eau, c’est une station thermale, et demain, on attaque la montagne !

Ouiiiiii !

Les histoires vécues et interviews recueillies par Philippe Janssens au long de la journée…

On commence par une image de la Mini en tête ce soir.

Monte Carlo, en 1962, Pat Moss gagne la Coupe des Dames…

Souvenir, souvenir !

BELLES ET MOINS BELLES HISTOIRES

UNE MINI EN TÊTE, ON REVIT MONTE CARLO 1962 AVEC PAT MOSS!

UNE MINI EN TÊTE, ON REVIT MONTE CARLO 1962 AVEC PAT MOSS !

 

Jaguar en arrêt maladie. Décidément, le sort s’acharne sur Sophie Bonvin et Anabelle Buron. Les Suissesses, déjà privées de première étape, hier pour cause de problèmes électriques ont été contraintes de déclarer forfait pour l’étape du jour pour cause médicale. Rentrée au pays reconduire son équipière malade, Sophie Bonvin rejoint la caravane, ce soir à Évian avec une nouvelle équipière, bien décidée à prendre le départ de la 3e étape menant à Courchevel.

 

Malard, les bulles aux arrivées.
Les Champagnes Malard
proposent des bulles, du champagne rosé chaque soir, en entrant au parc fermé ! Très chic, Viviane Zaniroli soigne ses ‘princesses’ comme de vraies… princesses.

 

La 46 rate une épingle… Est-ce le panneau d’encouragement, placé par des supporters quelques centaines de mètres plus tôt qui les a déconcentrées ? Toujours est-il que Nadia Moreau et Valérie Dot (Triumph TR6 n°46) leader du rallye en catégorie Historique, se sont laissées surprendre en oubliant une épingle plus que serrée lors du TR7 (une spéciale de régularité) dans la Forêt de Belleydoux. Une épingle qui d’ailleurs en a vu d’autres, quelques belles passes d’armes entre concurrentes dont certaines arrivèrent même à profiter de la manœuvre obligatoire pour en dépasser d’autres…

 

 

Point de suspensions… Pour Marine Devos et Caroline Prud’homme Feillens (AC Bristol n°11), ce rallye 2016  semble tourner au cauchemar. Privées de suspension sur leur belle anglaise, elles ont été contraintes de rallier Évian en camion d’assistance. Autant dire que leur rallye se dessine désormais… en points de suspensions… !

 

Joker pour les ‘Princesses’. Comme l’année dernière les Princesses bénéficient du système de joker leur retirant automatiquement les deux pénalités les plus lourdes de la journée sur la quarante de prises de temps répartis sur les 4 TR de chaque étape.

 

LA NAVIGATION, ÇA A DU CHIEN!

LA NAVIGATION, ÇA A DU CHIEN !

 

Mini sur le rocher. Que d’émotions pour Sylvie Pregevolle et Delphine Guillaumond (Mini XK2 n°67) qui ont perdu le contrôle de leur voiture peu avant la fin du Test de Régularité n°7 pour terminer perpendiculaires à la route, l’avant gauche bloquée contre un rocher. Plus de peur que de mal pour l’équipage qui attendait son assistance pour rejoindre Évian.

 

ACCIDENT? ZANI EST SUR LE COUP,TOUT SE TERMINERA BIEN

ACCIDENT ? ZANI EST SUR LE COUP, TOUT SE TERMINERA BIEN

 

Pas si ‘Innocenti‘ que cela… Trois ans ! Cela fait trois ans que Marie-Christine Perin chercher désespérément à prendre le départ du ‘Rallye des Princesses’. «En 2014, je m’y étais prise trop tard. L’an dernier j’avais un problème à la cheville. Du coup, cette année, je me suis inscrite parmi les premières, même si je n’avais pas encore le premier sou des sponsors », explique cette co-pilote de rallye avertie qui est l’épouse de Michel Perin, multiple vainqueur du Dakar, navigateur de génie. « La semaine dernière, ma Golf avec laquelle nous devions participer a été endommagée lors d’un rallye en Ardèche. Du coup nous sommes parties avec l’Innocenti de Véronique. C’est la première fois que je suis pilote en rallye, mais je dois avouer que cela me convient plutôt pas mal. Après une très bonne première étape, nous faisons encore mieux aujourd’hui sur une épreuve particulièrement difficile, mais où l’ambiance et l’organisation sont au rendez-vous. Notre objectif ? Un top 10 pour débuter nous enchanterait. »

 

PERIN-MOREL LAB EN TÊTE!

PERIN-MOREL LAB EN TÊTE !

Fausse modestie ? Elles sont en tête !

INTERVIEWS

LE SOURIRE EST LA PREMIERE ARME FATALE DE CE RALLYE

LE SOURIRE EST LA PREMIÈRE ARME FATALE DE CE RALLYE

 

 

Dominique Gobeaux (Bel/Triumph TR5 n°36) : « Nous avons bien failli ne pas pouvoir prendre le départ, puisque lors du contrôle technique, samedi à Paris, la TR5 de mon équipière est tombée en panne. Mon mari nous a donc descendu notre Triumph dans la soirée pour être au départ dimanche matin. Catherine et moi ne nous attendions pas à un tel niveau de difficulté. C’est, de loin, le rallye le plus exigeant auquel nous avons participé jusque-là. Mais cela nous convient parfaitement et nous prenons beaucoup de plaisir, tant l’ambiance est extraordinaire, même si le niveau des 20 premières voitures est particulièrement pointu…»

 Carole Gratzmuller (Fra/Chevrolet Corvette n°25) : «La matinée a été un peu plus compliquée, mais cet après-midi nous avons très bien roulé, malgré la difficulté du parcours, surtout dans le TR7 qui était particulièrement exigeant, tant pour les équipages que pour les mécaniques. Mais c’est un rallye sportif, il n’y a rien à redire ! Jusque-là tout se passe comme prévu, même si la lutte pour la victoire s’annonce particulièrement serrée. »

 Martine Lievens (Bel/Ferrari Dino n°27) : «Quelle journée ! Stéphane et moi sommes littéralement épuisées. Certes les conditions météo n’arrangent rien. Notre Ferrari n’est vraiment pas faite pour la pluie. L’eau rentre de tous les côtés. Je pleins sincèrement les filles qui roulent en voiture ouverte. Moi qui m’étais fait mal à l’épaule avant de partir, je crois que je vais pouvoir retourner chez le kiné dès mon retour. Et dire que nous ne sommes qu’au pied des Alpes ! Cela promet pour la suite. »

 

IDÉE DÉCO POUR L'ARRIVÉE A EVIAN!

IDÉE DÉCO POUR L’ARRIVÉE À ÉVIAN !

Élise Maillet (Fra/Porsche 911 T n°50) : «C’est vrai qu’Esther et moi passons plus de temps de préparation à imaginer et à concevoir nos costumes sur le thème des étapes, qu’à réviser nos aptitudes de navigation. Du coup nous nous perdons quasiment autant qu’il y a deux ans. Mais le bonheur de participer est toujours aussi intense. Ce qui nous amuse beaucoup c’est que tout le monde se demande quel sera le thème de notre déguisement du lendemain…»

Voilà, les Princesses sont heureuses, même sous une pluie parfois hallebardesque, même quand elles en bavent un peu, même quand leur cockpit se transforme en piscine.

 

Jean Louis BERNARDELLI et Philippe JANSSENS

 

Photos :
Richard BORD

 

Résultats « Jour deux »  ‘Rallye des Princesses’ 2016 (Cliquer pour agrandir)

 

Sport

About Author

jeanlouis