EN ELMS, PREMIER PODIUM EN LMP3, POUR LE TEAM ‘PANIS-BARTHEZ COMPÉTITION’ À IMOLA.

ELMS-2016-La-LIGIER-JSP2-du-Team-PANIS-BARTHEZ-Competirion-photo-DELIEN-

 

 

ELMS 2016 - LOGO Team PANIS - BARTHEZ

 

 

C’est auréolée de son premier podium à la 3 ème place en European Le Mans Series avec la Ligier JSP3 N°16 du trio Valentin Moineault, Simon Gachet et Éric Debard que l’Équipe Panis-Barthez Compétition, quitte le circuit d’Imola après quatre heures de course à rebondissements du fait d’une météo particuliérement changeante.

 

 ELMS-2016-La-LIGIER-JSP2-du-Team-PANIS-BARTHEZ-Competirion-photo-DELIEN-


ELMS-2016-La-LIGIER-JSP2 du Team PANIS-BARTHEZ-Competition-  Photo-DELIEN-

 

De son côté, sa grande sœur, la Ligier JS P2 N°23,  avait bien débuté le meeting, avec le meilleur temps lors des deux séances d’essais libres, en partant de la seconde ligne de la grille de départ et en caracolant en tête de la course pendant près d’une heure. Cependant, l’équipage composé du trio Paul-Loup Chatin, Fabien Barthez et Timothé Buret, a vécu plus difficilement la fin de course du fait des conditions climatiques difficiles, entraînant une sortie de piste, la voiture franchissant la ligne d’arrivée à la 7 ème place à l’issue de cette manche Italienne.

 

 ELMS-2016-IMOLA-Paul-Loup-CHATIN-et-Olivier-PANIS


ELMS-2016-IMOLA-Paul-Loup-CHATIN-et-Olivier-PANIS

 

Néanmoins, Olivier Panis, le Team-Principal se montrait tout de même satisfait du premier podium International de sa jeune équipe née au cours de l’hiver :

«C’est une grande fierté pour nous tous que de décrocher ce premier podium en LMP3 dès la seconde manche du championnat. Valentin Moineault qui fêtait ses 20 ans sur le circuit vendredi a prouvé en prenant son premier départ lancé sur ce circuit nouveau pour lui qu’il avait la maturité et le talent pour résister à la pression. Par la suite Éric Debard a réussi à tenir un double-relais sans faire d’erreur et en montrant sa progression pour finalement rendre la voiture à Simon Gachet qui passe la ligne à cette 3 ème place très méritée.»

Et il ajoutait :

« Nos trois équipiers de la Ligier JS P2 ont vécu, pour leur part, un week-end en dents de scie avec néanmoins de belles choses réalisées. Paul-Loup Chatin a bien qualifié la voiture et fait un très bon relais, Fabien Barthez a progressé dans sa gestion du trafic, exercice pas évident sur ce circuit complexe d’Imola. Quant à Timothé Buret, il a fait son expérience de la conduite sous grosse pluie et des erreurs possibles dans ces circonstances plus que délicates. Fort des enseignements des deux premières manches de l’ELMS, l’équipage se tourne désormais vers les ’24 heures du Mans’, l’épreuve-reine du Calendrier et prochaine étape, à la mi-juin. Bravo à tous, ingénieurs, mécaniciens, pour ce bon travail où chacun a joué son rôle avec beaucoup de professionnalisme.»

 

 ELMS-2016-IMOLA-Paul-Loup-CHATIN-et-Olivier-PANIS


ELMS-2016-IMOLA-Paul-Loup-CHATIN-et-Olivier-PANIS

 

Côté pilotes, Paul-Loup Chatin, l’ancien Champion d’Europe ELMS et sacré en 2024, confiait :

C’est un week-end positif et une seconde manche qui nous permet d’obtenir encore un peu plus d’expérience avant de nous attaquer aux ’24 heures du Mans’. Nous avons pu montrer notre niveau de performance lors des 2 séances d’essais libres en s’affichant en tête du tableau et nous qualifier en seconde ligne. Au départ de la course pour mon double relais, j’ai réussi à conserver ma place et j’ai attendu l’opportunité de passer Pierre Thiriet au 7 ème tour tout juste avant l’arrivée du trafic. Par la suite, j’ai continué avec constance derrière Nicolas Lapierre jusqu’au refuel après 45 mn de course. Je suis sorti derrière la voiture de tête, alors entre les mains de Hedman, que j’ai passé très rapidement pour me retrouver en tête de la course jusqu’a mon retour au stand après une 1 h 35 de roulage et 58 tours. Ma partie de course était assez éprouvante physiquement du fait de la chaleur avec la nécessité de beaucoup s’hydrater mais également l’obligation de garder un bon rythme afin de ne pas réduire l’écart avec Thiriet qui me suivait avec un écart en moyenne de 4 secondes. Par la suite Fabien a, une nouvelle fois, démontré qu’il était un pilote appliqué, qui a progressé tout au long de son run sans jamais prendre de risques inconsidérés dans le trafic.

Fabien Barthez, lui poursuivait :

«Lorsque je récupère la voiture en tête grâce à l’excellent travail de Paul-Loup, je me concentre à me mettre rapidement dans le rythme avec toujours cet objectif de rester en piste.» J’ai dû m’appliquer à travailler la gestion des full yellow avec la difficulté de garder les pneus à température. Conséquence du trafic et à cause d’une LMP3 qui fait un tête à queue devant moi dans l’avant-dernier virage, j’ai perdu pas mal de temps dans mon tour de rentrer avant de confier la voiture à la seconde place à Timothé. Une fois de plus, j’ai eu beaucoup de plaisir à rouler avec cette notion de continuer à apprendre et à « vivre » avec cette voiture très bien préparée par toute l’équipe.»

Tim Buret formé par un coach d’expérience, David Zollinger qui prodigue ses conseils au sein de Driving Koncept sur le circuit Gardois de Lédenon, Tim s’entraînant en outre régulièrement chez Pitwellness au circuit Paul Ricard.

 

ELMS 2016 - TIM BURET sur le dimulzateur a l'entrainement chez PITWELNESS au cirrcuit PAUL RICARD

ELMS 2016 – TIM BURET sur l’ergométre- pilote trainer à l’entraînement chez PITWELLNESS au circuit PAUL RICARD

 

Quant au benjamin de cet équipage, le jeune Montpéllierain Timothé Buret qui cette année découvre l’univers des courses d’Endurance, concluait :

«À ma sortie des stands , nous sommes toujours dans des conditions de piste sèche et ma priorité et de ne pas commettre d’erreur dans le trafic. C’est une piste que je découvrais et je savais que je devais jouer la prudence. Très rapidement nous subissons l’arrivée de la pluie et une moitié de piste est vite détrempée. L’équipe décide de me faire passer en pneus pluie et lorsque je ressors la course passe en full yellow. À 50 minutes de la fin de course, je fais un écart et me retrouve malheureusement en dehors de la  piste. J’ai la chance de pouvoir être ramené par les commissaires et repartir , mais en ayant perdu un temps précieux que je n’ai pas eu l’opportunité de récupérer, la dernière demi-heure de course se terminant sous safety-car. Malgré une certaine déception, je me dois de positiver car je vais pouvoir tirer les enseignements des difficultés rencontrées en roulant sous la pluie afin d’aborder les ’24 Heures du Mans’ plus riche d’expériences.»

 

ELMS-2016-IMOLA-La-LIGIER-JSP3-du-Team-PANIS-BARTHEZ-Photo-Davy-DELIEN.

ELMS-2016-IMOLA-La-LIGIER-JSP3-du-Team-PANIS-BARTHEZ-Photo-Davy-DELIEN.

 

Et du côté de l’autre équipe, celle qui est alignée dans la catégorie des LMP3, comme on peut aisément l’imaginer, c’était la joie et l’équipage affichait un large sourire, lequel en disait long sur sa satisfaction !

Ainsi le tout jeune Valentin Moineault :

« C’était la première fois de ma vie que je prenais un départ lancé et, qui plus est, sur un circuit inconnu. Je me suis donc mis dans ma bulle pour me préparer au mieux mentalement et finalement, je me suis senti en confiance, le premier virage passé. Je n’ai pas pris de risques inconsidérés mais je me suis appliqué à remonter sur les autres progressivement. C’était un exercice assez compliqué car la piste n’étant pas large, je devais parfois un peu forcer pour passer. Renaud Derlot, notre Directeur Sportif, m’avait bien ‘briefé’ pour aborder ce nouveau challenge et j’étais heureux d’avoir rempli ma part du contrat en ramenant la voiture à Éric à la 4 ème place de notre catégorie. Finir sur le podium est une belle récompense commune et nous confirme la qualité de notre cohésion entre co-équipiers au sein d’une équipe très soudée.»

Le très chevronné et expérimenté Éric Debard qui faut un peu figure de grand frère pour ses deux jeunes équipiers, poursuivait :

« Après la belle performance de Valentin, je suis sorti très motivé pour aborder mon double-relais de deux heures. C’était une première pour moi de faire un run si long et j’appréhendais car je savais que je devais m’attendre à souffrir de la chaleur. J’ai donc abordé mes premiers tours plutôt sur la défensive pour conserver notre place. Petit à petit j’ai eu un bon rythme même si je regrette d’avoir perdu un peu de temps dans mes derniers tours car je manquais de visibilité à cause de mon pare-brise maculé de projections d’huile. Je suis heureux pour nous trois et le team de se voir récompensés avec ce podium dès notre seconde course avec deux pilotes sur trois novices dans ce Championnat.»

Enfin, l’ancien spécialiste de la Monoplace et qui lui ausi débarque cette saison dans le monde de l’Endurance,
Simon Gachet concluait :

«Valentin et Éric ont fait un super boulot et en prenant le volant pour le dernier relais, je savais que la consigne était de garder notre place. J’ai passé mon temps à éviter les pièges des flaques qui se sont formées très vite avec l’arrivée de la pluie diluvienne sous full yellow puis sous safety-car pour finalement  passer la ligne d’arrivée à la 3 ème place. Valentin a vraiment bien géré son départ et ses dépassements et Éric a su maîtriser le trafic et rester concentré dans son long relais. Merci à toute l’équipe pour ce travail collectif qui nous permet, avec ce podium, d’aborder  la prochaine manche avec l’envie décuplée de bien figurer au Classement du Championnat.»

Pour eux, pas de ’24 Heures du Mans’, la grande épreuve Sarthoise n’acceptant pas les prototypes LMP3. Leur prochaine étape est donc fixée sur le Red Bull Ring, en Styrie, au cœur des montagnes Autrichiennes, à la mi-juillet.

 

Gilles GAIGNAULT
Photos :
Davy et Daniel DELIEN – DPPI -TEAM

 ELMS-2016-IMOLA-Paul-Loup-CHATIN-signe-le-temps-de-reference-des-1ers-essais-libres-le-vendredi-13-Mai


ELMS 2016-IMOLA-  Paul-Loup CHATIN signe le temps de reference des 1ers essais libres le vendredi 13 Mai

ELMS Sport

About Author

gilles