‘SPA CLASSIC’ 2016 : DES ÉPREUVES TOUJOURS AUSSI PASSIONNANTES MALGRÉ UN PLATEAU QUELQUE PEU RÉDUIT.

SPA-CLASSIC-016-La-PEUGEOT-905-hélas-accidentée-lors-des-essais-na-pu-participer-aux-courses-Photo-PUBLIRACING-Agency

 

 

 SPA-CLASSIC-2016-Départ-Groupe-C-©-Manfred-GIET


SPA-CLASSIC-2016-Départ-Groupe-C-©-Manfred-GIET

 

Cette 6 ème édition de SPA CLASSIC, avec son lot d’épreuves à la gloire de l’endurance sur l’un des plus beaux circuits du monde, aura à nouveau fasciné

les 17.000 férus présents pour l’occasion et qui à cette occasion, ont pu à nouveau se remémorer quelques fabuleux faits d’armes que certaines de ces véritables reliques mécaniques ont, autrefois accompli sur le tracé Spadois dans les épreuves d’endurance comme les 1.000 KM ou les 24 HEURES de SPA, au cours des quatre dernières décennies.

Et parmi  tous les heureux propriétaires de ces bolides de légende ayant contribués à écrire de belles pages de l’histoire du sport automobile, l’Angleterre regorge  véritablement  de matériel d’une valeur inestimable, contribuant ainsi sérieusement à la sauvegarde de ce type d’épreuves, offrant et comme jadis, des duels de haut vol  !

 

CIRCUIT-SPA-FRANCORCHAMPS -Le raidillon de l'Eau rouge

CIRCUIT-SPA-FRANCORCHAMPS -Le raidillon de l’Eau rouge

 

Pour beaucoup de participants, le Raidillon à Spa, est-ce que les marches à Cannes sont au cinéma, faisant de cette épreuve de SPA CLASSIC, l’un des meetings les plus prisés de l’année.

Seuls bémols à l’occasion de cette 6 ème édition Ardennaise, d’une part une météo tout sauf printanière durant les deux dernières journées de compétition et d’autre part, le nombre plus réduit de compétiteurs et ce par rapport aux éditions précédentes !

Alors que l’événement attendait 300 voitures, au final ce sont  seulement 216 engagés qui se sont présentés sur les grilles de départ…

 

SPA-CLASSIC-016-La-PEUGEOT-905-hélas-accidentée-lors-des-essais-na-pu-participer-aux-courses-Photo-PUBLIRACING-Agency

SPA-CLASSIC-016-La PEUGEOT 905 hélas accidentée lors des essais, n’a pu participer aux courses-Photo : PUBLIRACING-Agency

 

A souligner aussi, que le Pit-lane F1 de Spa-Francorchamps avait une allure désertique !

En effet seulement sept boxes sur les quarante-deux disponibles étaient réellement occupés… parce que la grande majorité des participants, préfèrent l’ancienne Pit-lane, dite « Endurance » pour profiter pleinement du spectacle offert dans ce cadre majestueux qu’est la partie Eau Rouge-Raidillon.

Et s’immerger ainsi encore un peu plus dans les belles heures du passé et ressasser plein de souvenirs.

Malgré tout, cette année encore, pour tous les amateurs passionnés de ce type d’épreuves, ce fut une véritable aubaine de pouvoir admirer bien des bolides de légende et parfois exceptionnels !

 

 SPA-CLASSIC-2016-La-fabuleuse-et-tres-rare-FORD-P68-Alan-Mann-Photo-Manfred-GIET-


SPA-CLASSIC-2016-La fabuleuse et très rare FORD Alan Mann-Photo : Manfred-GIET-

 

Ainsi comme la FORD P68 Alan MANN, dont il n’existe plus que quelques exemplaires, ou encore l’ALFA ROMEO T33/3, pilotée en plus par un ancien de la Maison AUTODELTA, Nanni GALLI, qui malgré ses 75 printemps, a conservé un sacré coup de volant.

Pour celui qui a participé à dix-sept Grands Prix de F1, dont un chez FERRARI, à l’occasion du GP de France 1973, en remplacement de Clay REGAZZONI, blessé, ainsi qu’à une kyrielle d’épreuves en endurance, surtout avec l’équipe officielle ALFA ROMEO et avec des équipiers de la trempe des GIUNTI-DE ADAMICH-ZECCOLI-BAGHETTI-VACCARELLA-Lucien BIANCHI-STOMMELEN-MAGLIOLI-ELFORD ou encore Helmut MARKO, voici ce qu’il nous confiait ce week-end, à Spa :

 

 SPA-CLASSIC-2016-Nanni-GALLI-©-Manfred-GIET-


SPA-CLASSIC-2016-Nanni-GALLI-©-Manfred-GIET-

 

« Participer à ce genre d’épreuve reste pour moi un véritable délassement, qui plus est au volant d’une voiture que j’ai eu le plaisir  piloter souvent au cours  de ma carrière en endurance. Par rapport aux années ’60-’70, ce qui m’impressionne le plus, c’est l’amélioration incroyable qui a été réalisée au niveau sécurité tant au niveau des aménagements des circuits que des voitures de compétition actuelles. »

 Et de nous préciser :

« Il faut savoir qu’un proto comme l’ALFA ROMEO T33/3, datant de 1969 et que je pilote ici à Spa, n’est finalement qu’une caisse métallique, à laquelle sont fixées quatre roues et l’ensemble moteur-transmission, qui en cas de gros choc, se désagrègent complètement. »

 

SPA-CLASSIC-2016-CLASSIC-ENDURANCE-RACING-1-ALFA-ROMEO-T33-3-de-1969-©-Manfred-GIET-

SPA-CLASSIC-2016-CLASSIC-ENDURANCE-RACING-1- ALFA-ROMEO-T33/3 de 1969-©-Manfred-GIET-

 

Avant d’ajouter :

« Et piloter en compétition à l’époque sur des circuits, comme l’ancien Nürburgring, avec toutes ses zones où l’on décollait des quatre Roues, était assimilable à un acte de bravoure. »

Et, Nanni, poursuit :

 « Aujourd’hui rouler sur de telles pistes avec des voitures de compétition modernes, ne serait plus possible sans grands aménagements dans les zones les plus  délicates. De mon temps, nous avions pratiquement un décès accidentel par week-end de course alors qu’aujourd’hui, et fort heureusement, on ne déplore encore que très rarement des tués en course ou en essai. »

Avant de conclure :

 « Je suis stupéfait de constater à quels chocs peuvent faire face les châssis en carbone actuels. L’accident d’Alonso au dernier GP d’Australie en est le meilleur exemple. Le même crash il y a encore deux décennies, coûtait systématiquement la vie à celui qui le subissait. »

 

 

DES ÉPREUVES PASSIONNANTES

SPA-CLASSIC-2016-CER-2-Une-Porsche-934-toujours-aussi-spectaculaire-quil-y-a-40-ans-©-Manfred-GIET

SPA-CLASSIC-2016-CER-2-Une-Porsche-934-toujours-aussi-spectaculaire-quil-y-a-40-ans-©-Manfred-GIET

 

Au niveau des six plateaux figurant au programme, si la quantité des participants, s’était malheureusement quelque peu amenuisée par rapport aux années antérieures –il se murmurait qu’il y a de plus de grandes compétitions historiques et que les heureux propriétaires des joyaux d’antan doivent désormais faire des choix– fort heureusement, la qualité n’en souffrit, cependant nullement !

À tous les niveaux, le spectacle offert resta en permanence à la hauteur des attentes d’un public conquis à la gloire de tous ces anciens bolides de légende, vieux de quatre décennies pour certains, qu’il a eu le loisir d’approcher de très près, tout au long du week-end.

 

 SPA-CLASSIC-2016-CER-2-La-Lola-T286-du-vainqueur-Guenat-©-Manfred-GIET.


SPA-CLASSIC-2016-CER-2-La-Lola-T286-du-vainqueur-Guenat-©-Manfred-GIET.

 

Ce qui explique le succès populaire de toutes les épreuves historiques, comme SPA CLASSIC ou ce même week-end, le Grand Prix de MONACO Historiques, alors que les GP de F1 actuels avec des paddocks sans âmes et fermés au public, condamnent au fil des ans, cette discipline, qui intéresse de moins en moins le public, lassé de ne pas être considéré, qui plus est, avec des courses dénuées du moindre intérêt, où tout se passe jusqu’à la sortie du premier virage…

On relèvera le duel des SHELBY COBRA, durant l’épreuve des SIXTIES ENDURANCE, courue sur une distance de deux heures, mêlant des voitures « Sport » et « Grand Tourisme » respectivement d’avant 1963 et 1966 et qui a vu la paire Belge, DUMOLIN-VANRIET, émerger.

 

Les-3-premiers-dans-lordre-©-Manfred-GIET-

Les-3-premiers-dans-lordre-©-Manfred-GIET-

 

Un autre Belge, habitué des podiums, s’est illustré à bord de sa FERRARI 275 GTB/C, durant les deux manches du TROFEO NASTRO ROSSO, réservé aux voitures Italiennes des catégories SPORT & GT.

Si la première manche de L’HÉRITAGE TOURING CUP pour véhicules « Tourisme » de l’ancien Championnat d’Europe ETCC de 1966 à 1984, a vu une incroyable victoire de la BMW 3.0 CSL, ex LUIGI de THIBAUT – l’ancien patron du circuit de Spa-Francorchamps – MESDAGH, après être partis dernier sur la grille, suite à un bris de moyeu, la deuxième manche, vit, elle, la victoire du Suisse SCEMAMA, au volant d’une FORD CAPRI 2600 RS, après un nouveau bris de moyeu survenu sur la BMW 3.0 CSL de la paire victorieuse en première manche.

 

SPA-CLASSIC-2016-Groupe-C-le-vainqueur-et-son-dauphin-©-Manfred-GIET

SPA-CLASSIC-2016-Groupe-C-le-vainqueur-et-son-dauphin-©-Manfred-GIET

 

Le spectaculaire GROUPE C, fut malheureusement amputé de deux acteurs majeurs, suite aux déboires dont furent victime le Suisse GUENAT et sa superbe PEUGEOT 905 ÉVO 1B, aux essais et le Belge D’ANSEMBOURG et sa JAGUAR XJR-14, lequel en première manche, avait pourtant course gagnée, lorsqu’il percuta un mur, anéantissant du coup tout espoir de se rattraper en seconde manche.

Le Britannique SUMPTER au volant d’une PORSCHE 962 C, en profita pour s’imposer de la sorte et de manière inespérée lors des deux manches.

 

SPA-CLASSIC-2016-CER-1-La-Chevron-B19-des-vainqueurs-OConnell-Watson-©-Manfred-GIET

SPA-CLASSIC-2016-CER-1-La-Chevron-B19-des-vainqueurs-OConnell-Watson-©-Manfred-GIET

 

Autres manches intéressantes à suivre, furent celles du CLASSIC ENDURANCE RACING (CER 1 et CER 2) avec les doublés des CHEVRON B19

des Britanniques, O’CONNELL-WATSON, devant le Suisse, BRUEHWILLER en CER 1 et un autre doublé en CER 2, avec la victoire d’un autre Suisse, GUENAT qui pilotait une LOLA T286, et qui triomphait devant l’anglais SINCLAIR avec une autre LOLA, mais une T292.

 

Manfred GIET
Photos :
PUBLIRACING Agency

 SPA-CLASSIC-2016-Heritage-Touring-Cup-Ford-Capri-2600-RS-de-Scemama-©-Manfred-GIET


SPA-CLASSIC-2016-Heritage-Touring-Cup-Ford-Capri-2600-RS-de-Scemama-©-Manfred-GIET

 

LES RÉSULTATS

CLASSIC ENDURANCE RACING 1

 

1-O’CONNELL-WATSON (CHEVRON B19)

2-BRUEHWILLER (CHEVRON B19)

3-TROMANS-MEADEN (LOLA T70 MK III B)

 

CLASSIC ENDURANCE RACING 2

 

1-GUENAT (Lola T286)

2-SINCLAIR (Lola T292 BDG)

3-PIPER-CATON (March 75 S)

 

GROUPE C

 

Course 1

1-SUMPTER (Porsche 962 de 1989)

2-WARD (Spice SE 90C de 1990)

3-FRANCE (Porsche 962 c de 1990)

 

Course 2

1-SUMPTER (Porsche 962 de 1989)

2-WARD (Spice S4E 90 C de 1990)

3-FRANCE (Porsche 962 C de 1990)

 

HERITAGE TOURING CUP

 

Course 1

1-MESDAGH-THIBAUT (BMW 3.0 CSL de 1973)

2-SCEMAMA (Ford Capri 2600 RS de 1971)

3-BOISSY-BOURGUIGNON (Ford Escort 1600 RS de 1974)

 

Course 2

1-SCEMAMA (Ford Capri 2600 RS de 1971)

2-VAN RIET-DE BORMAN (Ford escort 1600 RS de 1972)

3-BOISSY-BOURGUIGNON (Ford escort 1600 RS de 1974)

 

 SIXTIES ENDURANCE

 

1-DUMOLIN-VAN RIET (Shelby Cobra 289 de 1965)

2-CARON (Shelby Cobra de 1963)

3-BEVERLEY (Shelby Cobra 289 de 1963)

 

TROFEO NASTRO ROSSO

 

Course 1

1-GAYE (Ferrari 275 GTB/C de 1966)

2-HALUSA (Ferrari 250 GT Breadvan de 1962)

3-NOLTE (Bizzarrini A3/C Grifo Competizione de 1965)

 

Course 2

1-GAYE (Ferrari 275 GTB/C de 1966)

2-HALUSA (Ferrari 250 GT Breadvan de 1962)

3-NOLTE (Bizzarrini A3/C Grifo Competizione de 1965)

 

 

 SPA-CLASSIC-2016-NOSTRO-TROFEO-ROSSO-ISO-A3-Grifo-Competizione-de-1965-©-Manfred-GIET-


SPA-CLASSIC-2016-NOSTRO-TROFEO-ROSSO-ISO-A3 de 1965-©-Manfred-GIET-

SPA Classic Sport

About Author

gilles