24 HEURES OFF ROAD 2016 JOUR 3 : CIRCUS MAXIMUS

INTOUCHABLE BV2 DE SODICARS

 

J’avais d’abord pensé intituler ce reportage « Le grand cirque », titre que j’aurais emprunté à mon ami Pierre Clostermann mais j’ai trop de respect pour les aviateurs des Forces Aériennes Françaises Libres pour en parodier ne serait ce qu’un mot.

En revanche, Circus Maximus, c’est à Rome, c’est là que Ben Hur gagne une course de chevaux attelés d’une rare violence et le sable qui giclait sous les pneus des autos des 24 Heures Off Road m’a fait penser à cette scène cultissime du cinéma.

Comme dans le film d’ailleurs, il y a eu de nombreux morts, mais ce sont seulement les pneus, le team Clim Denfert, et ce n’est qu’un seul exemple,   a crevé quatre fois et failli perdre sa place sur podium de la journée.

 

CIRCUS MAXIMUS

CIRCUS MAXIMUS

 

Et puis Circus fait penser à l’endroit où nous sommes, à la sortie de Zagora, un immense cirque montagneux  justement, qui barre l’horizon des  quatre côtés, la course se déroulant en plaine.

Une plaine où, nous aurons l’occasion de le vérifier lors de notre premier plantage avec Alain Rossignol, quand on dégage le sable sur quatre centimètres, on arrive dans l’humidité !

En dehors des bancs de sable et des dunettes, la terre est d’une richesse incroyable, les camions de pastèques et de melons passent souvent !

Cela dit, notre petite Duster est bien vaillante, avalant chaque jour des millions de cailloux énormes et un paquet de bacs à sable, le dernier nous a seulement surpris à 100 mètres du bivouac, et c’est totalement de notre faute !

 

MERCI PETITE DUSTER!

MERCI PETITE DUSTER!

 

Elle nous a permis de faire le tour de plus de trente km de ces six heures de Zagora, avec un arrêt un peu long au CP1 où il s’est passé un nombre incroyable de choses en un quart d’heure !

On croit que l’on est au milieu de nulle part, et l’on est au milieu de nulle part et c’est quand même devant nous que le Toyota Hilux de Sireyjol double un concurrent en pleine courbe parce qu’à ce moment, il n’est pas gêné par la poussière de l’auto devant lui !

 

DEPASSEMENT SPORTIF

DEPASSEMENT SPORTIF

 

On verra aussi un Toyota s’arrêter et repartir trois ou quatre fois, le BV6 BMW de Sodicars crever et repartir en trombe, super entraînés les mecs…

 

CREVAISON EXPRESS BRAVO LES MECS!

CREVAISON EXPRESS BRAVO LES MECS!

 

A propos de Sodicars, un membre du team a fait un gros malaise durant la journée de transition entre Ouarzazate et Zagora.

A ce moment le rallye est étiré sur 160 km de montagne, c’est une des plus belles routes du Maroc.

On passe aussi par la vallée du Dra, le fleuve miracle qui abreuve tout le nord du Sahara, on y fait d’énormes travaux routiers  parce que le sud du pays produit des milliers de tonnes de fruit et le trafic est énorme.

Bref, ce n’était surtout pas à ce moment qu’il devait y avoir un pépin et pourtant, l’organisation a superbement réagi, les médecins et l’ambulance qui suivent tout le rallye aussi, retour sur l’hôpital de Ouarzazate , scanner, puis la route de Zagora à nouveau, où tout le monde est arrivé à six heures du matin…pour repartir à sept heures !

Bravo à tout le staff médical (AMS), certes à côté de ce qui se passe dans le monde c’est « peanuts » mais c’est aussi pour cela que nous sommes là, pour oublier un peu la m… qui nous entoure à longueur de papiers alarmants et mal informés sur le net…

Les fameux « Tango » du rallye raid ont encore fait fort, Tango c’est la lettre de l’alphabet radio international qui correspond au « T », comme toubib…

 

JEAN LOUIS DRONNE

JEAN LOUIS DRONNE

 

En plus, sur la spéciale du jour, le sable a commencé à voler, pas du vent de sable mais c’est toute de même très gênant entre autres pour la sécurité, Jean Louis Dronne, le boss de ce rallye a donc inversé la spéciale du jour et celle du lendemain.

 

DEPARTS A L'HEURE BRAVO A TOUS

DEPARTS A L’HEURE BRAVO A TOUS

 

Mais à l’heure dite, 10h 30, le premier concurrent est parti, suivi toutes les minutes par une nouvelle auto, dans l’ordre du classement de la veille.

La lutte au sommet entre les deux autos à moteur V8, le Toyota Hilux de Sireyjol et le BV2 de Fouquet a tourné un moment à l’avantage du Toyota, à cause des crevaisons, qui seront innombrables chez tout le monde.

 

LE TOYOTA HILUX S'EST BATTU COMME UN LION

LE TOYOTA HILUX S’EST BATTU COMME UN LION

 

Le BV2 va remonter le temps perdu, comme Ben Hur au Circus Maximus, (on a expliqué hier pourquoi le Toyota ne peut pas lutter au final) et gagner une nouvelle fois, c’est simple, trois sur trois !

 

LE BV2 DE SODICARS,TROIS SUR TROIS

LE BV2 DE SODICARS,TROIS SUR TROIS

 

BV2 qui prépare allègrement la Baja de France et le Silkway, un monstre qui marche le feu, chaussé de gigantesques pneus Michelin de 37 !

 

LE SPRINGBOX NO 10 RATE LE PODIUM D'UN CHEVEU

LE SPRINGBOK NO 10 RATE LE PODIUM D’UN CHEVEU

Grosse bagarre aussi pour la troisième place du podium, la BMW BV6 est en piste mais elle a perdu un temps fou pour mécaniquer, elle n’est donc pas dans le coup, mais c’est le Nissan Springbok No10 de Balocchi, Sabatie, Maldonado et Gonzales  qui attaque le team Clim’Denfert qui roule merveilleusement mais va crever quatre fois.

Cela se fera dans le dernier tour, l’auto No 8 de Salvatore et Coquelle fait un deuxième podium en trois jours, une course gagnée au dernier tour est toujours plus belle qu’une autre…

 

SALVATORE ET COQUELLE,DEUXIEME PODIUM

SALVATORE ET COQUELLE,DEUXIEME PODIUM

 

Et ce dans tous les sports mécaniques.

Résultats et photos sur le site de l’organisation http://www.tt24.fr/24hmaroc/

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Alain ROSSIGNOL/CAPTAIN-NOWHERE

 

Sport

About Author

gilles