JOHN WATSON SEPTUAGÉNAIRE ET TOUJOURS DANS LES TOURS !

John WATSON-Brabham BT 45b 1977-© Manfred GIET-

 

 John-WATSON-©-Manfred-GIET


John-WATSON-©-Manfred-GIET

 

 

Né le 4 mai 1946 à Belfast, en Irlande du Nord, John Marshall WATSON, vient donc de franchir le cap des 70 ans, il y a quelques jours.

Mais parmi la jeune génération, qui se souvient encore de lui en tant que pilote de F1, lui qui a tout de même roulé pour des écuries aussi prestigieuses que BRABHAM-SURTEES-LOTUS-PENSKE ou McLAREN, alors qu’une infime frange ne le connaît de nos jours que comme commentateur de TV avisé et critique pour des chaînes TV dont l’audimat n’a cessé de croître sous son impulsion ?

En bon sujet Britannique qu’il est, sa première dans la catégorie reine du sport-auto, la F1, il l’a vécue lors du GP de Grand Bretagne le… 14 juillet 1973 à Silverstone, au volant d’une BRABHAM BT 37 et ce après s’être fait les dents dans des catégories promotionnelles, telles la F3 ou F2 et qui étaient de véritables ascenseurs vers l’étage ultime qu’est la F1.

Dans cette écurie, il limera le tarmac durant deux saisons à bord de BT37 et BT44 de John GOLDIE et avec trois résultats dans les points et dont un remarquable en Autriche en 1974 où il parvint à remonter de la 21ème place au 4 ème rang final.

L’année suivante, John se retrouve engagé par John SURTEES sur la SURTEES TS 16 mais 1975 sera pour lui une année chaotique puisqu’il changera trois fois de montures: SURTEES TS 16, sur laquelle il échouera quelques fois à la porte des points, LOTUS JPS 72F au GP d’Allemagne en remplacement de son compatriote Jimmy CRAWFORD accidenté le GP précédent avant de terminer finalement chez Roger PENSKE sur la nouvelle PC1 pour les deux derniers GP de la saison suite au retrait de SURTEES !

 

 John-WATSON-Penske-PC-3-1976-©-Manfred-GIET


John-WATSON-Penske-PC-3-1976-©-Manfred-GIET

 

1976 le voit confirmé pour la saison sur la PC 4 chez PENSKE, pour lequel il engrangera sa première victoire en Grand Prix en Autriche, avec vingt points récoltés  en fin de saison. (9-6-4-3-2 et 1 attribués aux six premiers à l’époque)

 

John WATSON-Brabham BT 45b 1977-© Manfred GIET-

John WATSON-Brabham BT 45b 1977-© Manfred GIET-

 

Un an plus tard, Watson se voit appelé chez BRABHAM-ALFA ROMEO, pour remplacer le Brésilien Carlos PACE, qui vient de se tuer à la suite à un crash aérien et se retrouve aux côtés de Hans Joachim STUCK et où d’emblée il marquera de précieux gros points  grâce à une deuxième place décrochée au GP de France derrière Matio ANDRETTI et disputé cette année-là sur le circuit de Dijon-Prenois.

 

 John WATSON Brabham 1978 © Manfred GIET.


John WATSON Brabham 1978 © Manfred GIET.

 

En 1978, il garde sa place chez BRABHAM-ALFA ROMEO aux côtés de l’Autrichien Niki LAUDA sur la BT 46, inscrivant 25 points avec un podium (3ème) à Brands-Hatch au British GP.

L’année suivante,  il est engagé par Ron DENNIS chez Mc LAREN où il pilotera la M28 aux côtés de Patrick TAMBAY avec un podium en Argentine et 15 points  en fin d’année au Championnat au décompte final.

 

WATSON-Hockenheim-1979-©-Manfred-GIET.

WATSON-Hockenheim-1979-©-Manfred-GIET.

 

Pour 1980, Ron DENNIS le garde pour seconder le débutant Alain PROST sur une M29 peu convaincante mais sur laquelle avec 6 points inscrits, il récoltera même 1 point de plus que le jeune espoir Français en fin de saison.

 

 John-WATSON-Mc-Laren-M29-1980-©-Manfred-GIET.


John-WATSON-Mc-Laren-M29-1980-©-Manfred-GIET.

 

En 1981, toujours chez Mc LAREN avec un nouveau partenaire, le très véloce et bouillant Italien Andrea de CESARIS comme équipier, ce qui ne sera pas un cadeau, suite à ses nombreuses sorties de piste…

Au cours de cette même année ’81, John WATSON marquera 27 points et enregistrera trois podiums dont une belle victoire, qui plus est au… Grand Prix d’Angleterre !

 

981-Le-Chassis-MP4-1-premier-chassis-monocoque-carbonre-inauguré-par-John-WATSON-en-Argentine-le-12-avril-1981-©-Manfred-GIET-

1981-Le-Chassis-MP4-1-premier-châssis-monocoque-carbone inauguré par John WATSON en Argentine, le 12 avril 1981-©-Manfred-GIET-

 

L’année suivante, on lui adjoindra Niki LAUDA pour piloter la Mc Laren MP4/1b remportant deux victoires et deux autres podiums, et en fin de saison avec 39 points marqués, il décroche le titre de vice-champion du monde, ex-aequo avec le regretté Didier PIRONI.

1982 qui reste au fond, sa meilleure saison en F1.

 

 John-WATSON-avec-Niki-Lauda-chez-Brabham-en-1978-©-Manfred-GIET-


John-WATSON avec Niki-Lauda ©-Manfred-GIET-

 

Un an plus tard, toujours  chez Mc LAREN, il tentera de récidiver ses résultats de l’année précédente sur la MP4/1c et toujours avec LAUDA comme équipier mais sa saison se résumera à une seule victoire inscrite au GP des États-Unis, en Californie à Long Beach et à vingt-deux points marqués au Championnat, laissant toutefois son équipier à dix points de lui, au décompte final.

 

 WATSON-Zeltweg-19832-©-Manfred-GIET


WATSON-Zeltweg-19832-©-Manfred-GIET

 

Et cette fameuse victoire à Long Beach en 1983, restera un exploit inégalé à ce jour dans les annales de la F1 et ce parce qu’acquise en s’étant élancé depuis la vingt-deuxième position sur la grille de départ !

 

 John-WATSON-1000-KM-SPA-1984-Porsche-956-©-Manfrede-GIET.


John-WATSON-1000-KM-SPA-1984-Porsche-956-©-Manfrede-GIET.

 

En 1984, son nom disparaîtra provisoirement de la liste des pilotes engagés en F1,parce qu’il s’octroya une année sabbatique  pour disputer des épreuves d’endurance en sports-proto, autre passion du pilote barbu mais qui suite à son exploit de Long Beach, changea de look à cette occasion et qu’il garda jusqu’à ce jour.

1985 sera marqué par une pige en faveur de Mc LAREN au GP d’Europe à Brands Hatch – le jour où Alain PROST décrocha le 1er de ses quatre titres mondiaux le 6 Octobre –  et ce en remplacement de Niki Lauda qui avait décidé de mettre un terme à sa carrière et qu’imitera John WATSON en cette fin d’année 1985 !

Et ce pour se consacrer à sa seconde passion, l’endurance, où il poursuivra sa carrière commencée dans cette discipline en 1984 jusqu’à fin 1990, en y faisant fructifier son palmarès de quatre victoires au total, avant de mettre un terme à sa carrière de pilote pour passer de l’autre côté de la barrière et commencer une brillante carrière de commentateur TV pour la BBC, SKY SPORTS, EUROSPORT ou encore pour la BLANCPAIN GT SERIES.

 

 John-WATSON-et-David-HOBBS-lun-commentateur-pour-Eurosport-et-lautre-pour-ESPN-©-Manfred-GIE


John-WATSON et David HOBBS, l’un commentateur pour Eurosport et l’autre pour ESPN-©-Manfred-GIET

 

Toujours dur avec lui-même durant sa carrière de pilote, il l’est resté aussi à l’égard des autres après sa retraite  et ses critiques souvent acerbe ne restent jamais lettre morte.

Le Champion Britannique, entretemps décoré comme Membre de l’Empire Britannique(MBE), qui a disputé 152 GP, remportant cinq victoires et marqué 169 points, ne fait peut-être pas partie des légendes absolues du sport automobile, il n’en reste pas moins qu’il y a laissé son empreinte durant deux décennies et que même un quart de siècle après avoir rangé son casque et ses gants, il reste et demeure un expert apprécié, averti, critique et méticuleux à l’égard de tout ce qui tourne autour du sport automobile et rarement contredit.

 

F1-BARBRO-PETERSON

F1-BARBRO-PETERSON

 

 

John WATSON vivait avec la veuve du regretté pilote Suédois Ronnie PETERSON, décédé à la suite de ses blessures lors du GP d’Italie 1978, à Monza, la superbe Barbro PETERSON.

Mais la belle Suédoise qui ne s’était vraiment jamais remise de la mort de son mari, s’est suicidé le 19 décembre 1987.

Elle est enterrée dans le cimetière d’Orebro, au nord de la Suède, aux côtés de Ronnie.

 

Manfred GIET

 

Photos :
Publiracing Agency

 

 John-WATSON-photographe-en-bord-de-piste-©-Manfred-GIET


John-WATSON- Après sa carrière, un photographe en bord de piste-©-Manfred-GIET

 John-WATSON-©-Manfred-GIET-


John-WATSON désormais commentateur TV sur les GP ©-Manfred-GIET-

Histoire des Glorieux anciens Sport

About Author

gilles