24 HEURES OFF ROAD DU MAROC 2016 : JOUR 2, LE DUST BOWL ET LA DOUBLE BASTON

 

C’est une vallée à vingt km de Ouarzazate, totalement déserte, une ferme se dessine au loin.

Un petit circuit magnifique de 16 km, incroyablement rapide, mais avec quelques passages limite trial où l’on pouvait perdre infiniment de temps.

Une poussière gigantesque partout giclant sous les roues, mais un vent à décorner les chèvres qui poussait somptueusement le nuage de côté, la piste elle-même n’a jamais été à visibilité réduite mais petit à petit, l’horizon est devenu invisible et c’est là que j’ai pensé au « Dust Bowl ».

Pour ceux qui ne s’intéressent qu’au vroom-vroom rendez vous quelques lignes plus bas.

Pour les autres vous savez qu’en lisant autonewsinfo on est toujours moins con après qu’avant,

« Dust Bowl » ?

« Dust », la poussière en anglais.

« Bowl », le bassin…

 

LE DUST BOWL EN BUGGY

Un épisode pas toujours connu de l’histoire des Etats Unis, qui a vu dans les années trente des millions de fermiers américains émigrer des états du centre vers la Californie à cause de la poussière.

Des vents d’une force épouvantable poussant devant eux des millions de tonnes de poussière qui recouvraient tout, villages, prairies, puits , les sols devenant secs et incultivables.

Les gens qui émigraient étaient appelés « Dust Bowlers ».

Un grand nombre d’entre eux venait d’Oklahoma et on les surnommait « Okies »

L'ALBUM "OKIE" DE JJ CALE

L’ALBUM « OKIE » DE JJ CALE

Mal vu à l’époque, mais aujourd’hui certaines familles riches de Californie revendiquent avec fierté leur origine « Dust Bowler » .

L’histoire est la base du roman « Les raisins de la colère » de Steinbeck.

La route 66 où certains d’entre vous ont peut-être eu la chance de rouler  a alors été surnommée « Mother Road » parce que toutes les routes y débouchaient et c’était la voie alors vers l’ouest.

Retour aux 24 Heures Off Road…

Durant la tourmente de sable et de vent de cette épreuve (adorée par les pilotes, j’ai dit qu’ils avaient roulé comme des malades avec aucun problème de dépassement) dans la voiture de presse d’Alain Rossignol, en cherchant les bons coins à photo,  nous avons écouté des heures de mélodies de JJ Cale (on prononce  « djèye-djèye » ou « jiji » à la française mais jamais « dji-dji », « dji » en anglais c’est G…).

Nous sommes totalement accros (qui ne l’est pas ?) et JJ Cale est né … en Oklahoma, à Tulsa.

 

 

Mais notre « dust bowl » à nous n’a duré quelques heures et n’a embêté personne (à part les commissaires aux CP, merci amigos), le vrai Dust Bowl a tué le centre des USA pendant dix ans !

Côté sportif,  on s’est offert une double baston…

Le départ est donné aux autos une par une toutes les trente secondes.

Les meilleurs de la veille partent devant.

Quatre autos se sont battues à des vitesses folles, avec des effets totalement incroyables de dérive en courbe, de sauts sur les bosses, de nuages de poussière ocre parfois tamisée par le soleil, grandiose !

 

LE BV2 DE SODICAR

LE BV2 DE SODICAR

 

Le BV2 qui a gagné  la veille est donc parti le premier, suivi par le Toyota de Patrick Sireyjol, la BMW BV6 et le Nissan Springbox de Salvatore et Coquelle.

Hallucinant, nonobstant le vent et la poussière.

Sireyjol a envoyé du très lourd et passe le BV2 au troisième tour.

 

LE TOYOTA HILUX DE PATRICK SIREYJOL

LE TOYOTA HILUX DE PATRICK SIREYJOL

 

J’ai dit que son moteur remplissait comme la merveille qu’il est, lui est déchaîné et pilote en plus avec une grande élégance.

Derrière, le travail des suspensions et des pneus  sur le BV2, plus le talent de pilotage de Laurent Fouquet, tout cela forme une merveille auditive, un spectacle absolu.

Puis Sireyjol passe le volant à son coéquipier qui est un gentleman driver, autrement dit le rythme baisse fortement, il rend une minute au tour au BV2 du team Sodicars.

Qui reprend la tête et beaucoup, près de treize minutes.

 

LA VICTOIRE DE LAURENT FOUQUET

LA VICTOIRE DE LAURENT FOUQUET

 

Final impressionnant, dans la dernière heure, Sireyjol a repris le volant du Toyota, Fouquet celui du BV2.

C’est une lutte formidable, à fond partout, deux immenses talents au volant,  deux autos exceptionnelles mais de conception différente, un buggy de 380 chevaux et un 4X4 qui doit en envoyer 350.

Laurent Fouquet a claqué le record du tour… (vitesse moyenne de 97,7 km/h !) et ce n’est évidemment pas un hasard.

Gagner est une chose, être un killer est une ardente nécessité dans ce métier !

Et il a bien failli prendre un tour au Toyota juste avant le drapeau à damiers agité par Jean Louis Dronne, créateur de l’épreuve.

Nous étions avec Alain Rossignol à deux km de l’arrivée dans un secteur ultra rapide et tourmenté, comme des gosses, à regarder les sauts et les grands coups de dérive des quatre autos.

 

LA BMW BV6

LA BMW BV6

 

Car ils étaient quatre équipages en bagarre.

On a compris que dans la première baston, le BV2 Sodicars a une nouvelle fois gagné contre le Toyota Hilux  Cummins.

La deuxième baston a lieu entre la BMW BV6 et le Nissan Springbox dit « Clim’Denfert » du nom de son sponsor.

Ce Nissan, piloté par Alain Coquelle et Michel Salvatore est l’auto qui m’a le plus « scotché » durant toute la journée.

 

LE NISSAN DE COQUELLE ET SALVATORE

LE NISSAN DE COQUELLE ET SALVATORE

 

Déchaînés les mecs, genre désespérés mais sublimes.

Ils avaient fini quatre la veille, les deux premières places sont intouchables, elles appartiennent à priori aux V8, même si en sports mécaniques les divines surprises, c’est tout le temps.

La troisième place est à prendre, mais d’assaut..

Et l’assaut est sublime.

 

BASTON ET PODIUM POUR LE NISSAN SPRINGBOX

BASTON ET PODIUM POUR LE NISSAN SPRINGBOX

 

Incroyablement rapide, impressionnant, jouant avec le terrain de façon très fine malgré les vitesses démoniaques.

Et au final, cette troisième place est là, les deux garçons sont heureux et nous le sommes avec eux parce qu’on a senti l’attaque, l’envie, la réussite  durant la totalité des six heures…

Les deux prochaines courses se dérouleront vraiment à la porte du désert dans la région de Zagora.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Alain ROSSIGNOL/ Captain Nowhere

Infos et classements sur

http://www.tt24.fr/24hmaroc

 

Le site http://www.captain-nowhere.com/LIVE24HORM16.html  donne accès aux images impressionnantes d’Alain Rossignol.

 

24 H TT du Maroc Sport

About Author

gilles