RALLYE ‘BABYBOOMER’S ADVENTURE’ 2016 JOUR 2 : LA CHAUSSÉE DES GÉANTS

DMA_3434 (copy)

 

Ce devait être une journée simple, longue pour passer l’Atlas et belle comme tous les tracés de Yann Duffillot, organisateur de ce Babyboomer’s  Adventure qu’il mène au bonheur pour la septième fois.

Et du début à la fin de ces 430 km le rallye s’est transformé en aventure phénoménale pour tous.

On est partis à la fraîche, au tout petit matin, et les abords du lac Bin el Ouidane…

 

SCOTLAND OU MAROC, CES PAYSAGES SONT CAPABLES DE TOUT!

SCOTLAND OU MAROC?  CES PAYSAGES SONT CAPABLES DE TOUT!

C’était l’Ecosse, ses highlands colorés même sous un ciel plombé, avec des nuages qui tentaient de passer l’Atlas en même temps que nous…

Puis on est montés, et on est entrés dans ce que les aviateurs appellent la couche,  bref un brouillard digne des grands bancs de Terre Neuve, avec des coups de soleil fulminant à travers les nuages qui montaient à la verticale, une sorte de chaudron à l’échelle de la terre…

 

LES NUAGES MONTENT A LA VERTICALE,ON VA ENTRER DANS LA COUCHE

LES NUAGES MONTENT A LA VERTICALE,ON VA ENTRER DANS LA COUCHE

Et les couleurs étaient toujours là…

Puis, les trente véhicules du raid, 4X4 et deux roues mot’, celles que les pistards d’Afrique appellent avec un peu d’humour «les voitures plates» sont entrés sur une piste repérée par les recos sur Google Earth et ne figurant sur aucune carte.

Coup de génie, le Maroc à l’état brut, sublime, les villages sont des décors de cinéma, tu amènes Spielberg ici il tombe en larmes !

 

MONTEE SUR DU BEURRE DE BOUE,PAS EVIDENT

MONTEE SUR DU BEURRE DE BOUE, PAS EVIDENT

Mais la jolie piste en latérite a aussi reçu l’orage «écossais», et dans les montées, hyper faciles et même joueuses sur sol sec, les 4X4 qui sont là pour ça ont sorti les cordes élastiques et ont parfois tiré leurs petites sœurs assez vite pour ne pas se planter eux-mêmes…

 

NANO MAGNE PASSE TOUT SEUL SOUS LES VIVATS

NANO MAGNE PASSE TOUT SEUL SOUS LES VIVATS

 

Puis viennent les traversées d’oueds, gonflés eux aussi durant la nuit, devenant de vrais pièges, à c… en ce qui me concerne, j’ai eu droit à un gros succès quand j’ai planté des patates (je suis sorti seul quand même…) mais au fil des passages l’oued en question devenait bourbier.

Et le rallye est sorti des autos, qui sont passées une à une, sous les applaudissements des potes y compris quand ça se terminait collés dans la confiture.

 

EN GROUPE,ON PASSE PARTOUT

EN GROUPE,ON PASSE PARTOUT

 

On s’est tous beaucoup salis, façon Camel Trophy en fait, mais qu’est ce qu’on s’est marrés !

Cette piste «oubliée» comme l’a écrit Frison Roche est entre Tilouguine et Imchilmil, sublime à vous de jouer si vous trainez les pneus dans le coin…

On a repris la route, minuscule, avec bonheur, avec le sourire, même si les autos étaient franchement dégueu

 

 

Des paysages à couper le souffle, une réplique miniature du Canyon du Colorado, des vrais points de vue portant à des km sur des montagnes noires, rouges, vertes, jaunes…

Hallucinant et à chaque fois plus fort que dix kilomètres auparavant…

On a passé l’Atlas, par trois cols, montant à chaque fois à 2.200/2.300 mètres, le paysage et le ciel de dégageaient, ce qui nous a amené vers la Tour Eiffel du Maroc, les gorges du Todra.

 

 

Il y a du monde, la piste est maintenant goudronnée pour passer au fond, mais c’est en même temps deux falaises hautes de plus de cent mètres laissant passer un filet d’eau une piste aussi bordée de lauriers roses et de palmiers…

Il y a ceux qui connaissent et les autres, ceux qui doivent y aller, un voyageur ne peut pas finir une vie de découverte sans avoir traversé les gorges du Todra…

Restait 150 km à priori un peu plan plan pour arriver à Erfoud, c’est encore un clin d’œil, du désert cette fois, qui pimente l’histoire, un orage incroyablement violent qui transforme les oueds en torrents qui traversent la route, y compris dans les villages dont les rues servent de lit aux courants furieux.

 

 

Certains passages de gué ont été bloqués par la Gendarmerie Royale, qui laisse passer les camions et les 4X4 mais pas les voitures plates !

Il a fallu attendre la décrue, vite arrivée pour atteindre cette cathédrale de l’aventure qu’est l’Hôtel Xaluca d’Erfoud, et tout le monde heureux comme des gosses, même ceux qui ont du ‘mécaniquer’ un peu.

Vendredi c’est sable, encore de grands moments…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :
Arnaud DELMAS-MARSALET

 

 

Baby Boomers Sport

About Author

gilles