24 HEURES DU MANS MOTOS : LA BMW EN PÔLE… MAIS LA GUERRE DES PNEUS EST DÉCLARÉE !

#13 Penz13.com - BMW Motorrad Team (GER) BMW S1000RR Formula EWC GINES Mathieu (FRA) FORAY Kenny (FRA) PESEK Lukas (CZE) POLITA Alessandro (ITA)

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-très-rapide-BMW-qui-sélancera-depuis-la-pome-ce-samedi-9-AVRIL


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS 2016-La très rapide BMW qui s’élancera depuis la pôle ce samedi 9 AVRIL

 

 

Le grand paradoxe de ces essais qualificatifs, c’est de voir certains teams se dépouiller pour obtenir le meilleur temps, alors que l’on pourrait s’attendre raisonnablement à une recherche du meilleur équilibre entre les temps des trois pilotes satisfaits des réglages convenant aux trois et, visant à disposer d’une moto saine et facile à emmener pendant les deux tours d’horloge.

Il faut bien constater que l’Endurance tout en prônant la réduction des consommations de pneumatiques, autorise encore l’utilisation des pneus de qualification.

Si Michelin s’est retiré comme fournisseur des Top-Teams, pour se consacrer désormais à la vitesse et aux GP du Moto GP, Dunlop a renoncé à cet artifice, mais la firme Italienne Pirelli joue encore cette carte là et, déséquilibre considérablement les chances d’occuper le haut des feuilles de temps des essais qualificatifs !

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Photo-de-famille-mercredi-6-a


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Photo de famille, le mercredi-6 Avril

 

En fait, pour comprendre l’équation posée, il faut d’abord poser les chiffres.

Le règlement de la FIM (Fédération Internationale Motocycliste) impose un quota de 45 pneumatiques pour les essais qualificatifs et la course, sans décompter les pneus pluie. Dans ces conditions, Pirelli est plus que soupçonné de fournir des gommes « très performantes » aux teams qu’il équipe  et qui, comme par hasard, occupent sur le sec, les trois premières places, à savoir avec la BMW N°13, la Kawasaki N° 11 et la Yamaha de l’équipe Autrichienne YART N°7, tous en dessous de 1’39 ».

 

 24-HEURES-DU-MANS-2016-La-BMW-N°13-EN-POLE.


24-HEURES-DU-MANS-2016-La-BMW-N°13-EN-PÔLE.

 

Nous retrouvons en Conférence de Presse, l’équipage de la BMW et Mathieu Gines nous déclare :

« Oui, cette pôle ça fait plaisir. Ce matin on a vraiment privilégié la course, on n’a pas passé de pneus qualifs. Donc voilà, on a un bon rythme, on est assez confiant. Le temps ça va être pour tout le monde pareil, mais le début de course ça risque d’être un peu compliqué. Mais bon ! L’équipe est jeune, l’équipe est saine. Nous sommes tous les trois sur le même rythme. Je suis assez confiant et très heureux de cette nouvelle aventure avec BMW. »

On dit que vous avez passé des pneus qualifs ?

« Moi je réponds qu’on a fait ça en pneus de course. Après, je n’ai pas d’inquiétude, on verra à la course quand on roulera sur le sec, on verra bien si la tendance se renverse. Aujourd’hui Pirelli sait faire des pneus. On voit que chez Kawasaki, ils font des pôles et gagnent souvent des courses ! »

 

SERT-Le-Chef-Dominique-MELIAND-Photo-Michel-Picard-

SERT-Le-Chef-Dominique-MÉLIAND-Photo-Michel-Picard-

 

Chez Suzuki, premier des Teams chaussés par Dunlop, Dominique Méliand, le Team Manager déclarait à l’issue de cette séance du vendredi matin :

« Les qualifications se sont déroulées comme prévu. Nous souhaitions régler la moto afin que les chronos des trois pilotes soient identiques. La position sur la grille m’importe peu, rendez-vous demain matin et surtout à l’arrivée dimanche ! »

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Chez-SUZUKI-SERT-Vincent-Philippe-et-Anthony-Delhalle-terndus-durant-les-qualifications.jpg 8 avril 2016


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Chez-SUZUKI-SERT-Vincent-Philippe-et-Anthony-Delhalle tendus-durant-les-qualifications

Une piste mouillée et froide, un épouvantail pour certains

 

Il faut bien dire que tout le monde se questionne à propos des conditions climatiques. Les averses ont perturbé les qualifications du jeudi et la piste froide (7 degrés) ce vendredi matin, incitait à la plus grande circonspection.

En fait, tout le monde se projetait au départ de la course et redoutait (pour les utilisateurs de Pirelli) quelques belles averses ou s’interrogeait pour savoir jusqu’où la température descendrait dans la nuit de samedi à dimanche.

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-Honda-peu-à-laise-aux-essais.

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La Honda peu à l’aise aux essais.

 

Beaucoup de pilotes regrettaient une course trop précoce en saison et prédisaient une 24 Heures difficiles et piégeuses, redoutant accrochages ou accidents. Malgré tout, selon le rythme immuable des courses de… 24 heures, sitôt le drapeau à damier abaissé un peu avant midi, les mécaniciens démontaient la moto des essais pour installer le moteur de course assorti du maximum de pièces et d’éléments neufs.

Les pilotes échangeaient avec leurs mécaniciens pour préciser ou valider tel ou tel détail mais il n’était plus temps de modifier les réglages.

On l’aura compris, tous les teams envisagent de repartir avec le maximum d’atouts et une fois les premiers tours passés, les cartes de l’endurance seront vraiment redistribuées. Dans cette optique et après une analyse méticuleuse du temps de chaque  pilote de la concurrence, le team manager tiendra alors son briefing d’avant course.

 

 24 HEURES DU MANS MOTOS 2016 - Grosse préparation sur la HONDA N° 111.


24 HEURES DU MANS MOTOS 2016 – Grosse préparation sur la HONDA N° 111.

 

Comment envisager la course

 

Si nous nous mettons dans la peau des managers des principaux top teams, nous pouvons imaginerce que chacun d’entre eux, peut penser des adversaires et conseiller, au moins pour les premières heures, à ses pilotes.

Chez Honda (N° 111), pour éviter la frustration des pilotes rapides s’il en est (Da Costa, Gimbert , F. Foray) il faudra les convaincre de parier sur les qualités de fiabilité et leur grande expérience pour entrevoir une performance honorable, tant la moto est apparue quelque peu à la peine.

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-HONDA-N°5-Photo-Thierry-COULIBALY.


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-HONDA-N°5-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Pour la Honda d’usine, les Japonais inquiets du manque de performance sur le mouillé et dans le froid de leurs pneus Bridgestone, ont fait acheminer des enveloppes du Japon. Malgré tout mais on sera sans doute dans l’obligation de se contenter d’enregistrer des données moteur pour un développement futur, en vue de la course de Suzuka cet été

 

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-KAWASAKI-N°11-Photo-Thierry-COULIBALY

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-KAWASAKI-N°11-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Pour la Kawaski N° 11, qui a vu Fabien Foret s’accrocher lors des qualifications de ce matin, une belle partie de manivelles attendaient les mécaniciens et Gilles Stafler. Le manager est trop expérimenté et combatif pour baisser les bras. Il demandera donc à es troupes de la vitesse sur le sec et croisera les doigts en cas de pluie tenace, pas forcément au rendez-vous.

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-David-Checa-en-confiance-avec-William-Costes-le-manager-sportif-de-la-Yamaha-N°-94


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-David-Checa-en-confiance-avec-William-Costes-le-manager-sportif-de-la-Yamaha-N°-94

 

Le GMT 94, n’aura aucun mal à convaincre ses pilotes d’une nécessaire modération lors des premières heures de course et William Costes, aura à gérer la jeunesse dans la discipline de Louis Rossi et de Canepa.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2016-Suzuki-contre-Kawa-mais-il-y-en-a-dautres-à-laffut.jpg 9 avril 2016


24-HEURES-DU-MANS-2016-Suzuki contre Kawa mais il y en a d’autres à l’affût
9 avril 2016

 

On a déjà lu les intentions du team manager de la Suzuki N° 1. Avec ses trois pilotes roulant presque dans le même dixième, celui qu’ils nomment ‘Le Chef’ les mettra en garde contre la petite inattention et recommandera, plus que jamais, en cas de situations un peu chaudes , d’attendre plutôt que de vouloir passer dans un trou de souris, qui peut souvent se refermer.

 

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-YZAMAHA-Autrichienne-du-YART-N°7-Photo-Thierry-COULIBALY.


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-YAMAHA-Autrichienne-du-YART-N°7-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Les Autrichiens du YART savent qu’ils ne manquent pas d’atouts en termes de vitesse, ils recommanderont donc à leurs pilotes d’exploiter au mieux une machine bien née mais sans la pousser jusqu’à l’explosion, comme cela a été souvent le cas.

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-trois-pilotes-rapides-et-bien-drivés-chez-April-Motors-Events


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-trois-pilotes-rapides-et-bien-drivés-chez-April-Motors-Events

 

On pourrait presque s’étonner de voir la Suzuki N° 50 de Motors Events rouler en aussi belle compagnie en haut des feuilles de temps. Hervé Moineau ? L’ancien multiple Champion du Monde d’Endurance, avec toute son expérience saura sans doute modérer Greg Black dans des ardeurs, tout en proposant une stratégie globale irréprochable à toute l’équipe (Fastre et A. Cudlin).

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Le-Team-R2CL-en-embuscade.


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Le-Team-R2CL-en-embuscade.

 

Nous pensons que Raphael Chaussé, manager de la Suzuki N°2, sachant pouvoir disposer d’un bel atout pour faire la différence en la personne du brillant Lucas Mahias, demandera à Pouhair et Morris de rouler de manière régulière en 1’40 » et risque bien d’adopter une stratégie de double relais avec sa flèche, Mahias, une vraie pépite.

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Viltais-lexpérience-des-privés-bien-drivés


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Viltais-lexpérience-des-privés-bien-drivés

 

Des Superstock en évidence

 

Il ne faudrait pas mésestimer toute la valeur et l’animation que les motos de la catégorie Supersport, qui une fois de plus se sont mises en évidence dans les conditions délicates. Aux avant-postes  trois marques se sont distinguées.

La Yamaha N° 333 de Viltais Expériences conclut les qualifications en 12ème place au scratch, derrière le Junior team LMS Suzuki N°72 dixième et la Kawasaki N°33 de Louit Moto Traqueur huitième.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2016-Le-LMS-Suzuki-toujours-bien-placé


24-HEURES-DU-MANS-2016-Le-LMS-Suzuki-toujours-bien-placé

 

Certes ces machines ne disposent pas des mêmes développements moteur que les motos engagées en EWC mais leurs pilotes sans aucun complexes, jouent des coudes pour se faire une place dans le paquet. Leurs temps imposent le respect et tous ne désespèrent pas de terminer les 24 heures dans le Top cinq.

 

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-Kawasaki-de-Louit-Moto-en-pôle-en-Suoperstock.j-1.jpg 9 avri

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-La-Kawasaki-de-Louit-Moto-en-pôle-en-Suoperstock

 

Éymeric Jonchière, pilote de la N°33, commente cette qualification :

« Oui au général je pense que ça ne doit pas être trop mal. Après premier en Stock, on est un peu à notre place, sans prétention. On est quand même Champion du monde de la catégorie. On avait au moins cette ambition d’aller chercher une pôle, voilà une partie de l’objectif réalisé après pour la course, les conditions ne vont pas être faciles, mais on va être bien présent en course, il ne faudra pas faire de fautes, aucune. Entre nous trois, les temps sont très proches  et pour le coup, nous avons un bon équipage. Sur le sec, on est vraiment pas mal, après sur le mouillé… avec les Pirelli nous sommes quand même un peu la rue et ce par rapport aux Dunlop et aux Michelin. »

Malgré l’important programme d’animations, nous n’avons pas vu beaucoup de public pour ce jour d’avant course. Espérons que ces 24 Heures avec un plateau exceptionnel en nombre et en qualité, connaîtront le succès populaire qu’elles méritent.

En tout le spectacle sera grandiose, on peut vous le garantir. Avec pas moins d‘une bonne demi-douzaine de motos capables de triompher dimanche en début d’après-midi.

 

Alain MONNOT

 

Photos : Thierry COULIBALY Michel PICART Alain MONNOT

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Les-polemen-les-pîolotes-de-ma-BMW-N°13


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Les polemen, les-pilotes de la BMW-N°13

 

LA GRILLE DE DEPART

http://www.24h-moto.com/wpphpFichiers/1/1/ressources/Pdf/2016/24-heures-motos/classification/24-heures-motos-2016-qualifying-2.pdf

 

Moto - Endurance

About Author

gilles