24 HEURES DU MANS MOTOS : BMW DÉFIE LES ÉQUIPES JAPONAISES.

24-HEURES-DU-MANS-2016-Redoutable-Yamaha-du-GMT

 

affiche-24-heures-motos-2015

 

La 38 ème édition des 24 Heures du Mans Motos des 9 et 10 avril, vont servir de lancement
à une nouvelle saison, dont la gestation, aura beaucoup fait jaser dans les équipes.

En effet, la FIM (Fédération Internationale de Motocyclisme) ayant délégué à Eurosports,
le rôle de promoteur du Championnat du Monde d’Endurance, un nouveau calendrier 2016,
a prévu de terminer la saison en août et de relancer celle de 2017 par le Bol d’Or en septembre… 2016 !

Ajoutez à cela des changements de date pour la nouvelle course au Portugal en juin,
puis un règlement sorti assez tardivement et vous comprendrez qu’une certaine fébrilité a secoué les teams permanents.

Quoiqu’il en soit, et même si l’on agite le spectre du mauvais temps toujours possible au Mans, surtout à une période aussi précoce, les 24 Heures ont malgré tout, fait le plein d’engagés.

Une fois encore, les caciques ou les pisse-vinaigre, souligneront l’écrasante participation Française avec 45 écuries tricolores sur les 58 équipes engagées. Qu’importe, puisque l’on retrouvera tout le gratin de l’Endurance, avec une répartition des forces bien partagée entre les constructeurs majeurs :

 

24 HEURES DU MANS 2016- Montrer son feu rouge pour la SUZUKI Championne du monde

24 HEURES DU MANS 2016- Montrer son feu rouge pour la SUZUKI Championne du monde

 

Honda, Kawasaki, Suzuki, Yamaha et … BMW !

 

Premier signe avant-coureur d’une grande bagarre pour le titre mondial 2016, le service compétition Honda engage enfin directement une machine (N° 5 Watanabe-Techer-Cudlin).
On imagine aisément que cette démarche vise à apporter un soutien technique
dans le développement de leur bras armé pour l’endurance, constitué au sein du Honda Racing anglais, d’un équipage 100% français (N° 111 Da Costa-Gimbert-F.Foray).

 

 24 HEURES DU MANS 2016 - Vincent Philippe nous présente la course.


24 HEURES DU MANS 2016 – Vincent Philippe nous présente la course.

 

Les teams majeurs en catégorie EWC…

 

En compagnie de Vincent Philippe, déjà sacré neuf fois Champion du monde de la spécialité
nous nous sommes livrés au petit jeu de la confrontation de nos analyses à propos
des teams majeurs.

Vincent débute fort en déclarant à propos de la Honda N° 111 :

«Évidemment ils vont animer la course, mais si j’étais sûr qu’ils vont finir la course je pourrais estimer leurs chances… Mais là joker !»

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-la-Honda-usine-pour-le-développement


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-la-Honda-usine-pour-le-développement

 

On commence bien. Pourtant je comprends le point de vue du Champion. En effet, alors que Sébastien Gimbert me confirme que l’usine a travaillé énormément en termes de développement pour éviter les soucis mécaniques qui conduisaient trop souvent la moto au stand, je constate lors des deux journées de roulage du Pré-Mans que les temps ne sont pas là par rapport à la concurrence.

Sans doute fallait-il valider ces avancées technologiques ?

Ce qui est certain en tout cas c’est que Honda dispose d’un trio de pilote tout à fait aguerri et rapide.

Vincent poursuit :

«Kawasaki, ils nous font peur. Ils sont favoris pour ces 24 Heures avec une machine certes encore nouvelle mais performante et avec un solide équipage rompu à l’endurance. Attention s’il pleut assez, ils seront mal, par contre sur du séchant ce serait l’inverse.»

De notre côté, nous avons entendu un autre son de cloche de la part de Gilles Stafler, le team manager de cette toute nouvelle Kawasaki N° 11.

« Nous portons le programme endurance de Kawasaki certes, mais nous sommes traités comme un simple concessionnaire et attendons les livraisons de pièces et nous débrouillons seuls pour adapter la moto, certes très performante, aux contraintes de l’endurance. Pour être fin prêts ici, ça n’est pas simple du tout ! »

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Leblanc-Team-Kawasaki-N°-11-sattend-à-rouler-sous-la-pluie

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Leblanc-Team-Kawasaki-N°-11-sattend-à-rouler-sous-la-pluie

 

Quoiqu’il soit, la solidité de l’équipage composé de Leblanc-Lagrive-Foret, cumulée avec la grande expérience de l’équipe technique et la stratégie opérationnelle du manager, laissent augurer une belle performance.

Le pilote et le journaliste s’accordent pour dire que la Yamaha du GMT 94 constitue la machine
au top, la moto à battre.

 

24-HEURES-DU-MANS-2016-William-Costes-nouveau-directeur-sportif-en-briefing-avec-les-pilotes-de-la-Yam-N°94

24-HEURES-DU-MANS-2016-William-Costes-nouveau-directeur-sportif-en-briefing-avec-les-pilotes-de-la-Yam-N°94

 

Tous les deux, nous remarquons l’arrivée de William Costes -un ex pilote de renom-
qui a lâché son rôle de consultant pour Eurosports, au profit de celui de manager sportif
au sein du GMT que dirige Christophe Guyot.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2016-Redoutable-Yamaha-du-GMT


24-HEURES-DU-MANS-2016-Redoutable-Yamaha-du-GMT

 

Sa connaissance pointue de l’Endurance l’amènera forcément à bien gérer les pilotes
et à leur prodiguer les bons conseils pour la gestion de leur course. Ce paramètre sera-t-il suffisant pour permettre à deux pilotes totalement novices en matière de course de 24 heures… d’appréhender tous les facteurs physiques, psychologiques inhérents à une course de 24 heures ?

 

24-HEURES-DU-MANS-2016-Louis-Rossi-intégre-le-GMT-94.

24-HEURES-DU-MANS-2016-Louis-Rossi-intégre-le-GMT-94.

 

Louis Rossi semble vouloir gérer mais saura-t-il trouver le bon rythme, quant à l’italien Niccolo Canepa, on sait de par ses courses en Superbike depuis 2012 sur Ducati, qu’il a le sang chaud.

Vincent Philippe exécute rapidement le sort de la BMW officielle N° 13.

« La BMW est une moto à surveiller de près, avec un équipage très rapide. Pourtant, s’ils continuent à perdre beaucoup de temps au stand, c’est leur problème. »

Pour notre part nous considérons que Mathieu Gines et Kenny Foray (associés à Pesek), débarqués sans ménagement du GMT 94, auront à cœur de démontrer qu’ils peuvent tailler
des croupières à leur ancienne équipe grâce à une moto hyper performante, gérée efficacement par le team Penz 13.

 

24-HEURES-DU-MANS-2016-Linnovante-METISS-N°-45-et-la-Yam-du-YART-

24 HEURES DU MANS-2016- L’innovante METISS N°45 et la Yam du YART pendant les essais privés

 

Le team Autrichien Yart avec la Yamaha ne trouve guère plus grâce aux yeux à notre ami,
qui avec son accent du Haut Doubs s’étonne par ces mots :

« Le Yart ? On ne sait pas, on ne l’a pas vu. Ils ne sont pas dans le coup. »

De notre point de vue, il conviendrait de nuancer quelque peu le propos, eu égard au fait que l’équipage Parkes-Neukirchner-Morais et le Yart furent déjà Champions du Monde, donc très
au fait des contingences particulières de ce format de course…

Sans oublier le N°1 : le team Suzuki

Avant d’en venir à sa propre équipe, le SERT (Suzuki Endurance Racing Team) de Dominique Méliand, Vincent, fidèle des fidèles chez Suzuki, souligne l’opportunisme dont sait toujours faire preuve, le rusé team Bollinger.

Effectivement, la Kawasaki N° 8 (Savary-Stamm-Saiger) aura pas mal d’atouts dans son jeu
tant avec sa moto rapide que son équipage solide et ses mécaniciens réactifs.

Pour prendre la température chez Suzuki, avant de nous rendre en bord de piste au pré-Mans, nous étions passés à l’atelier situé à proximité du circuit Manceau dans la zone du Panorama
du côté de la Dunlop, quelques jours avant.

Dans une ambiance sérieuse, méticuleuse et hyper rationnelle, nous avons trouvé trois
des mécaniciens et un ‘chef’ affairés à préparer dans le détail tous les ingrédients de la course
de 24 heures, de leur course allions nous écrire !

Dominique Méliand verrait bien d’un bel œil, le trophée de l’Automobile Club du Mans, trôner définitivement dans cet atelier, installé à quelques encablures du circuit Bugatti. Des titres
il ne s’en lasse pas (14 mondiaux) mais là, gagner trois fois consécutivement, les 24 Heures,
ça aurait de la gueule, non ?

 

24-HEURES-DU-MANS-2016-Les-mécaniciens-du-SERT-ont-récupéré-le-N°1

24-HEURES-DU-MANS-2016-Les-mécaniciens-du-SERT-ont-récupéré-le-N°1

 

Les mécaniciens, quant à eux, sont très satisfaits d’avoir ramené pour cette saison le numéro 1
sur leur moto et mettent toute leur attention et leur immense expérience à peaufiner, la moto qui ne verra arriver la relève qu’en fin de saison.

Qu’importe !

Le trio de pilotes Philippe-Delhalle-Masson, s’entend à merveille et se complète
en toute circonstance. Pour eux le moral demeure au beau fixe malgré la pluie perturbant sérieusement les deux jours d’essais.

Le presque vieux briscard Vincent Philippe ne dit-il pas :

« Même si l’on a roulé très tard cet hiver et souvent dans d’assez mauvaises conditions, même s’il nous manque un petit peu de rythme pour être au top d’entrée de jeu, nous entendons bien mener la vie dure à nos petits copains. Notre but était de trouver les réglages pour faire les 24 Heures, quelles que soient les conditions. Or, nous sommes efficaces sur le sec comme sous la pluie, alors nous allons jouer notre carte. Les 24 Heures c’est notre meilleur atout pour marquer de gros points au championnat. Après, pour les autres courses nous savons bien que nous sommes un peu courts en performance par rapport à nos concurrents. »

Pour être objectifs, en traçant ce panorama des écuries en pointe de cette catégorie EWC
du Championnat du Monde, nous avons bien conscience que d’autres teams méritent l’attention.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2016-Suzuki-Motors-Events-N°50


24-HEURES-DU-MANS-2016-Suzuki-Motors-Events-N°50

 

Le team R2CL a changé son fusil d’épaule en misant sur des jeunes pilotes tout en conservant
une Suzuki bien affutée dont les mécaniciens sont plus que familiers.

Sur une autre Suzuki, la N°50 du team April Motors Events, le manager-pédagogue ex-multiple Champion du Monde de la spécialité, Hervé Moineau, drive avec efficacité un trio international
de haut niveau (G. Black- G.Fastre -A.Cudlin)

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Le-Junior-Team-SUZUKI


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-Le-Junior-Team-SUZUKI

 

La guerre aussi en catégorie Superstock

 

Un peu moins évoluées techniquement, les machines de Superstock réalisent cependant
des performances assez étonnantes, rivalisant avec les motos officielles lorsque les conditions
de piste s’avèrent délicates et changeantes.

Les divers protagonistes nous ont habitués à des luttes homériques pour s’immiscer dans le top 5 parfois et à ce petit jeu, nous ne savons pas trop quel team sera en mesure de faire la différence cette saison.

À priori pourtant, nous prendrons le risque de mettre en avant quelques écuries. Kawasaki aurait à priori l’avantage avec des motos nouvelles que l’on sait très rapides, pour autant que chez Tati Team Beaujolais Racing ou chez Team Louit Moto 33 Traqueur on ait eu le temps de les adapter pour l’Endurance.

 

 24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-des-privés-performants-chers-au-coeur-de-Renaud-Lavilennie


24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-des-privés-performants-chers-au-coeur-de-Renaud-Lavilennie

 

Le manager Gilles Caballo de la Kawasaki N°33 paraît tout à fait serein par rapport à cette échéance importante. La Coupe du Monde 2015 remportée de haute lutte renforce le moral
des pilotes Berchet-Loiseau et Jonchière, ce dernier se déclarant prêt à faire le job pour gagner
en Stock. Sur la Kawasaki N°4 du Tati Team, Longearet-Buisson-Enjolras connaissent l’enjeu
et vendront cher leur peau.

Il ne faudrait pas enterrer trop vite le prestigieux Suzuki Junior Team LMS jouant à domicile
avec sa N° 72. Bien sûr, la moto n’a plus le potentiel affiché par les nouvelles Kawa ou Yam,
mais la structure fille du SERT débute la saison.

Quand on sait que chaque année le Junior Team renouvelle son effectif de jeunes élèves mécaniciens courant octobre, il est facile d’imaginer qu’il n’est pas évident que toute l’équipe technique fonctionne sans un petit raté par ci, par là pour une première course de 24 heures.

Ce challenge, Damien Saulnier, professeur au Lycée Le Mans Sud et manager, le relève régulièrement avec panache. Alors pourquoi pas une fois encore cette année ? La surprise pourrait bien survenir avec la Yamaha Viltais Expériences N° 333
pour laquelle le manager

 

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-de-vrais-amateurs-organisés-comme-des-pros

24-HEURES-DU-MANS-MOTOS-2016-de-vrais-amateurs-organisés-comme-des-pros

 

Yannick Lucot a obtenu la reconduction d’un partenariat avec Michelin, qui pourrait lui assurer
un avantage décisif en conditions de course changeantes. En tout cas la Yam s’est montrée
très rapide et constante lors des roulages de l’autre semaine et l’on sait que l’équipage Salchaud-Maurin Depoorter connait bien la musique… de l’Endurance. Soutenus par une équipe de jeunes hyper motivés, orchestrée de manière très professionnelle, nous verrions bien les pilotes
de la N° 333 flirter vers le haut des feuilles de temps.

Avec son habitude et son savoir-faire éprouvé dans l’organisation de grandes manifestations l’Automobile club de l’Ouest a fait très fort cette année.

Animations, concerts, courses en tous genres tous les publics seront gâtés. Nous noterons
qu’au niveau des courses d’encadrement de ces 24 Heures, pour la première fois au Mans
et pour la première manche de la Women’s Cup, lancée cette saison par la FFM nous verront
85 pilotes s’aligner au départ le samedi à 12 h 35. Beau lever de rideau pour la course phare
du week-end !

Auparavant, la première manche du Championnat du Monde de Side-Car FIM 2016 aura animé
la piste de manière spectaculaire succédant à la course des motos de course des années
1945 à 1972.

Pour les spectateurs, qui pourront arriver tôt afin de profiter de la séance du warm-up
des 24 Heures, nous les invitons à être en place dès 9 heures pour assister à une course, toujours très spectaculaire.

En effet, la Roadster Cup  alignant des roadsters de moyenne cylindrée, comme des Suzuki GSR 600 et 750, Triumph Street Triple, MV Agusta Brutale, Honda Hornet, Kawasaki Z800, ou Yamaha FZ8 et MT-09, donne toujours lieu à de belles empoignades entre jeunes pilotes
que l’on voit émerger ensuite dans d’autres catégories.

Tous ces hors-d’œuvre aussi épicés soient-ils n’occulteront pas le grand spectacle permanent
sur la piste et dans les stands, que donnent à vivre par procuration ces pilotes hors du commun
et ces mécaniciens de l’impossible unis dans cette même soif d’exploit sportif, de victoire
sur le sort ou encore de conjuration de l’abandon.

Professionnels de haut niveau, amateurs entrainés, bénévoles compétents et dévoués
tous se retrouvent dans une osmose totale pour porter leur moto, leur équipage vers un résultat digne de ce  nom inscrit sur les tablettes de l’Endurance.

Comme eux nous adorons ces 24 Heures du Mans
qu’une fois encore vous feront vivre de l’intérieur.

 

Alain MONNOT

Photos : Gilles VITRY, Thierry COULIBALY, Alain MONNOT

 

 24-HEURES-DU-MANS-2016-Des-pré-Essais-bien-mouillés.


24  HEURES DU MANS-2016-Des pré Essais bien mouillés…

Moto - Endurance

About Author

gilles