LE GRAND RETOUR DE RENAULT EN F1, CE LUNDI 22 FÉVRIER À MONTMELÓ.

F1-2016-Test-MONTMELO-22-fevrier-RENAULT-Jolyon-PALMER-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

F1 2016 - Lundi 22 février Présentation Nouvelle equipe RENAULT Photo Antoine CAMBLOR

F1 2016 – Lundi 22 février Présentation Nouvelle equipe RENAULT Photo Antoine CAMBLOR

 

 

L’écurie Renault Sport Formula One Team, retrouve la Formule 1 et entre en piste ce lundi matin 22 février à l’occasion des premiers essais d’avant-saison et qui se déroulent sur le circuit Espagnol de Catalunya, à Montmeló, au nord de Barcelone.

La R.S.16, monoplace 2016 du Renault Sport Formula One Team, a en effet, effectué ses premiers tours de roues aujourd’hui lundi 22 février.

Le baptême a été effectué dés 9 h 00 par le Britannique Jolyon Palmer sur le Circuit de Catalunya-Barcelona. Il s’agissait des premiers tours de piste d’une F1 100% Renault depuis plus de six ans.

 

 F1-2016-MONTMELO-La-nouvelle-RENAULT-devant-son-stand-Lundi-22-fevrier-sur-le-circuit-de-CATALUNYA


F1-2016-MONTMELO-La-nouvelle-RENAULT-devant-son-stand-Lundi-22-fevrier-sur-le-circuit-de-CATALUNYA

 

Parée de sa livrée provisoire noire et jaune, la R.S.16 a été conçue à Enstone, la base Britannique de l’équipe. Elle est motorisée par le groupe propulseur Renault R.E.16 développé, lui, en France, au sein de l’unité moteur de Viry-Châtillon, dans l’Essonne, au sud de Paris.

 

 F1-2016-Equipe-RENAULT-Cyril-ABITEBOUL-


F1-2016-Equipe-RENAULT-Cyril-ABITEBOUL-

 

Naturellement, Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing, semblait impatient de découvrir cette monoplace prendre la piste :

« C’est avec une grande émotion que nous voyons la R.S.16 entrer en piste, prolongeant ainsi la longue lignée de Renault en Formule 1, débutée en 1977 avec la RS01. »

Il poursuivait :

« À certains égards, nous avons l’impression d’avoir attendu longtemps pour observer ses débuts ! Du point de vue technique, tout s’est pourtant passé très vite. Enstone et Viry ont immédiatement commencé à collaborer, en établissant des canaux de communication ouverts et directs. La présence de la voiture et ses premiers tours à Barcelone démontrent le bon fonctionnement de cette relation. »

Avant de préciser :

« Les pilotes ont travaillé tout aussi intensivement sur le simulateur pour s’acclimater à la nouvelle voiture et aux méthodes de travail, très différentes cette année avec l’absence de communication entre le muret des stands et la voiture. Nous ne nous faisons pas d’illusions quant aux résultats de 2016. Nous allons toutefois démontrer que nous prenons ce projet très sérieusement en créant l’esprit et les ambitions nécessaires à de solides fondations pour les saisons futures. »

 

 F1 2016 - MONTMELO - La nouvelle RENAULT devant son stand Lundi 22 fevrier sur le circuit de CATALUNYA


F1 2016 – MONTMELO – La nouvelle RENAULT devant son stand Lundi 22 fevrier sur le circuit de CATALUNYA

 

De son côté Nick Chester, Directeur Technique  du secteur châssis, au sein de Renault Sport Formula One Team, expliquait :

« La R.S.16 s’appuie sur les dernières productions d’Enstone, même si nous avons évidemment dû modifier certains aspects de la voiture pour accueillir le groupe propulseur Renault R.E.16. Les principaux changements se situent à l’arrière du châssis, notamment sur la disposition du système de refroidissement. Hormis cela, la voiture s’apparente à une évolution. L’an dernier, nous disposions d’une assez bonne base et nous avons développé certaines idées sans en changer les principes fondamentaux. Sur l’aérodynamique, par exemple, nous avons préservé les caractéristiques offrant aux pilotes une plateforme stable, tout en ajoutant plus d’appui afin d’augmenter le grip. »

Et le technicien enchaînait :

« La réalisation de cette évolution du concept 2015 a été permise grâce à la stabilité du règlement. Pour la sécurité du pilote, nous avons dû augmenter l’épaisseur de la structure du cockpit pour qu’elle puisse supporter de plus grandes charges. Désormais, il y a également des sorties obligatoirement séparées pour l’échappement et la soupape de décharge. Mais hormis cela, peu de choses nous ont forcé à modifier l’architecture de la voiture. »

Avant d’indiquer :

« L’aspect sportif était un peu plus délicat. Dès cette année, les communications avec le pilote sont strictement encadrées. Les pilotes devront gérer beaucoup plus de paramètres derrière le volant, à l’image de la consommation d’essence, de la répartition de freinage et de l’usure des pneumatiques. Pour nous y préparer, nous avons modifié l’ergonomie du volant afin que les pilotes puissent aisément accéder aux informations. Nous devons également nous réadapter après ces longues années où nous nous sommes montrés très dirigistes envers le pilote en fonction des différentes situations. Jolyon et Kevin sont deux garçons intelligents et notre programme intensif de simulation se déroule bien. Nous le poursuivrons pendant les essais afin que chacun soit prêt pour l’Australie. »

Et il concluait :

« Nous avons un programme global de développement pour cette saison : le volet aérodynamique est en cours et nous essaierons d’introduire des évolutions sur la carrosserie afin d’offrir plus d’appui. En parallèle, nous travaillons sur les suspensions pour apporter des évolutions mécaniques, notamment lors du premier test après Barcelone. En outre, nous espérons mener un programme normal d’essais hivernaux, en accumulant des kilomètres avec la voiture et en renforçant la confiance à tous les échelons. »

 

F1-2014-JEREZ-Test-28-fevrier-REMI-TAFFIN-Photo-MAX-MALKA

F1 – REMI-TAFFIN-Photo-MAX-MALKA

 

Enfin, pour ce qui le concerne, Rémi Taffin, Directeur Technique Moteur, chez Renault Sport Formula One Team, précisait :

« 2016 représente une véritable opportunité pour tout le monde chez Renault. C’est l’occasion de mettre les leçons de 2015 à profit et de créer des liens solides entre Viry et Enstone. Nous avons déjà fait d’immenses progrès lors du peu de temps où nous avons travaillé ensemble. Intégrer le groupe propulseur au châssis était un immense défi, mais cela témoigne de la bonne volonté des deux entités qui se sont montrées capables de s’adapter, si bien qu’aucun problème n’est venu perturber le premier démarrage. Ce n’était pas gagné avec des délais aussi serrés ! »

Il lâchait encore :

« Tout comme le châssis, le groupe propulseur utilisé cette année se place dans la continuité du travail entamé l’an passé, tout en poussant certaines idées encore plus loin. Nous avons travaillé sur la chambre de combustion, le turbo et l’électronique afin d’obtenir plus de puissance sans sacrifier la fiabilité. Jusqu’ici, les essais sur les bancs moteurs ont été prometteurs et nous avons hâte d’avoir le ressenti des pilotes une fois en piste. Nous sommes confiants pour les essais. L’objectif est d’atteindre tous les jalons habituels : kilométrage, vérifications des systèmes et validation des résultats obtenus aux bancs. C’est également un plaisir de travailler à nouveau avec nos collègues d’Enstone et nous sommes heureux de les retrouver au bord de la piste. »

 

 F1-2016-Test-MONTMELO-22-fevrier-RENAULT-Jolyon-PALMER-Photo-Antoine-CAMBLOR


F1-2016-Test-MONTMELO-22-février-RENAULT-Jolyon-PALMER-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Ce soir au terme de la première des quatre journées de la première des deux sessions d’essais qui sont programmées sur cette piste de Catalunya, la Renault R.S.16, pilotée ce lundi par Jolyon Palmer, occupe le… 11 ème et dernier rang, avec comme meilleur chrono, 1’29″356, assez moin du temps de référence de la Ferrari de Sebastian Vettel, crédité lui de 1’24″939 !

Et avec Romain Grosjean, qui n’a bouclé que 31 tours, Palmer est celui qui a le moins tourné, ne bouclant que 35 tours contre Lewis Hamilton, une fois encore le plus assidu avec la bagatelle de… 156 tours bouclés, Vettel en ayant couvert, lui, 69 !

 

 F1-2016-MONTMELO-Stand-RENAULT-Jolyon-PALMER-Lundi-22-fevrier-sur-le-circuit-de-CATALUNYA


F1-2016-MONTMELO-Stand-RENAULT-Jolyon-PALMER-Lundi-22-février-

 

Jolyon Palmer qui déclarait lundi soir:

« C’était un immense honneur d’être en piste avec la voiture dont je disposerai cette année. Aujourd’hui, le programme n’était pas spécialement palpitant, légèrement décousu, mais il s’agissait de la première journée d’essais et nous avons pu accomplir des tâches précieuses en vue de la saison à venir. J’ai hâte de pouvoir obtenir plus de roulage dans la voiture demain. »

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Antoine CAMBLOR et Max MALKA

F1-2016-MONTMELO-22-fevrier-Jolyon-PALMER-Team-RENAULT-Photo-Antoine-CAMBLOR

F1-2016-MONTMELO-22-fevrier-Jolyon-PALMER-Team-RENAULT-Photo-Antoine-CAMBLOR

Evenements F1

About Author

gilles