ÉTIENNE MASSON, ÉLU ‘LE BRESSAN’ DE L’ANNÉE 2015 !

MOTO-2016-Etienne-Masson-prophète-en-son-pays

 

 

 MOTO-2015-24Heures-du-Mans-Etienne-Masson-Suzuki-SERT-©-Photo-Michel-Picard


MOTO 2015-24Heures du Mans-Etienne Masson-Suzuki-SERT-©-Photo-Michel-Picard

 

Couronné Champion du Monde d’Endurance 2015 avec l’équipe Suzuki SERT, Étienne Masson couronné en grandes pompes ‘Bressan’ de l’Année!

L’an dernier, à peu près à la même époque, la Presse apprenait l’intégration d’Étienne Masson au sein du SERT (Suzuki Endurance Racing Team) aux côtés de Vincent Philippe et d’Anthony Delhalle pour disputer le Championnat du onde d’endurance moto.

Un an plus tard et un titre de Champion du Monde en poche, nous retrouvons le pilote, non pas cuir sur le dos et casqué prêt à bondir sur sa machine, mais en costume de ville, fêté comme une rock star par 1.400 personnes, dans sa bonne ville de Bourg en Bresse.

 MOTO-2015-Suzuka-8Heures-Etienne-Masson-Equipe-SUZUKI-SERT-©-Photo-Michel-Picard


MOTO 2015-Suzuka 8Heures-Etienne MASSON -Equipe SUZUKI-SERT-©-Photo-Michel-Picard

Un jeune pilote d’expérience

 

Comme il arrive parfois, nous avons envie de vous raconter cette belle histoire, d’un garçon passionné et tenace mais aussi, particulièrement doué et modeste.

Dès ses 5 ans, avec son frère et sa sœur, il partage le guidon d’un 50, comme ça, pour rigoler. Ensuite, plus sérieusement, il débute en cross sur un 80 CR.

Laissons-le jalonner lui-même la suite de sa carrière en ces termes :

« Après, je suis passé à la vitesse en 2005 parce que j’en avais assez des semaines dans le plâtre. Je me suis vraiment fait plaisir la première fois où j’ai roulé en vitesse. En 2005, je dispute la Junior Cup 125, où je fais deuxième. Ensuite, il y a eu pas mal de chemin parcouru, ainsi je fais à nouveau deuxième du Pirelli en 600 en 2008, puis je découvre la Coupe 1000 Promosport, le Supersport avec le team Moto Ain. Ensuite en 2013 c’est l’arrivée au Suzuki Junior Team et 2015 mon entrée au Suzuki Endurance Racing Team, le célèbre SERT.»

 

MOTO-2014-24-Heures-du-Mans-Moto-Etienne-Masson-P5-Suzuki-LMS-N°72-Superstock-©-Photo-Michel-Picard

MOTO 2014-24 Heures du Mans Moto-Etienne Masson-P5-Suzuki-LMS-N°72-Superstock-©-Photo-Michel Picard

 

Au fait, ça fait quoi d’arriver dans ce team prestigieux à un moment où la concurrence a surclassé une moto vieillissante, dont certains n’hésitent pas à dire qu’elle est dépassée parce qu’arrivée en bout de développement ?

« Pour être honnête, disons que je me suis mis énormément de pression. J’avais très peur de ne pas être à la hauteur. J’ai pas mal bossé pour me préparer physiquement. Pour les essais, face à mes deux coéquipiers qui avaient déjà bien leurs marques au sein du SERT et qui étaient très rapides, j’étais forcément sous pression. Très vite, je me suis rendu compte que le team faisait tout pour que je puisse m’habituer à la moto, aux méthodes de travail et cela m’a rassuré forcément. Et puis la première course de l’année -les 24 heures du Mans- on l’a faite comme il fallait, surtout qu’Anthony Delhalle était malade, ce qui m’a permis d’oublier un peu la pression et un peu libéré. Comme on gagne, c’était top, mais nous avons eu pas mal de remise en question pour faire évoluer les choses, pour maintenir notre place de leader au championnat du monde. Au Bol on finit  troisième et on récupère le titre mondial au passage. Bien sûr, ça me fait plaisir mais ce qui me touche c’est qu’au SERT, ils ont cru en moi et ils m’ont donné la chance de monter sur leur moto et voilà, on a rempli nos objectifs et ça n’est que le début ! »

 

MOTO-2016-Remise-du-Trophée-du-BRESSAN-de-lannée-a-Etienne-MASSON-en-présence-de-ses-equipiers-Anthony-DELHALLE-et-Vincent-PHILIPPE

MOTO-2016-Remise du Trophée du BRESSAN de l’année à Etienne MASSON en présence de ses équipiers Anthony DELHALLE et Vincent PHILIPPE

 

Alors que nous parlons avec Étienne dans les allées du Parc Ainterexpo de Bourg en Bresse, son coéquipier Vincent Philippe, neuf fois Champion du Monde en Endurance, nous rejoint pour participer à la cérémonie qui va suivre et, honorer Étienne Masson comme «le Bressan de l’Année 2015 ».

 

MOTO-2016- Le Trophee du BRESSAN de l'année

MOTO-2016- Le Trophée du BRESSAN de l’année

 

Avant les festivités, nous demandons à Étienne comment il a vécu cette arrivée en tant que coéquipier d’une figure de l’endurance.

« C’est top ! Certes, c’est impressionnant au début, c’est rassurant après. Je me suis dit qu’il allait falloir beaucoup s’accrocher pour arriver à le suivre et, au final, il m’a beaucoup aidé pour comprendre la moto et m’habituer au fonctionnement du team. Toute l’année ça s’est très bien passé et avec Anthony et Vincent. On se sent tellement bien au SERT que nous y serons encore en 2016»

 

 MOTO-2016-Remise-du-Trophée-du-BRESSAN-de-lannée-a-Etienne-MASSON-avec-Vincent-PHILIPPE-son-équipier-neuf-fois-CHAMPION-du-MONDE-en-endurance


MOTO-2016-Remise du Trophée du BRESSAN de l’année à Etienne MASSON avec Vincent PHILIPPE son équipier neuf fois CHAMPION du MONDE en endurance

 

La tentation est immense de demander à Vincent Philippe son point de vue sur l’arrivée du jeunot au SERT.

« Oui, il s’est bien débrouillé. C’est une saison parfaitement maitrisée. Effectivement, avec Anthony, on connait la maison, il fallait qu’on montre l’exemple, qu’on l’emmène avec nous. On savait que 2015 serait une saison difficile. On a tout donné pour bien faire avec nos avantages, justement notre expérience. C’est clair que ça n’est jamais simple de rentrer dans une équipe expérimentée de niveau international comme le SERT et de devenir Champion du Monde d’entrée. Étienne, c’est un jeune mais il avait pas mal d’expérience et il a su ne pas trop en faire même s’il y avait beaucoup de tension. Il possède encore une plage de progression et tout va se passer encore de mieux en mieux sur cette moto et dans cette équipe. »

 

 MOTO-2016-Etienne-MASSON-Le-Bressan-de-lannée-dans-la-lumière


MOTO-2016-Etienne MASSON-Le Bressan de l’année dans la lumière

Être Ambassadeur de la Bresse

 

Nous n’imaginions pas ce que pouvait représenter les membres de cette Académie de Bresse qui depuis plus de quinze ans militent pour faire rayonner terroir, culture, patrimoine, tradition et dynamisme d’une Bresse, à laquelle ils sont tous viscéralement attachés.

Nous connaissions bien certains «attachés » de cette académie, comme les frères Maingret et leur Mondial du quad, ou encore André Pont toujours disponible pour parler du chapon ou de génétique animalière en dégustant des gaufres à l’ancienne dans la ferme de Montalibord du 15 ème siècle et pourtant, il nous a fallu demander à François Belay (speaker patenté des épreuves organisées par ASO comme le Tour de l’Ain et le Tour de France) et grand prêtre de la soirée, de nous éclairer sur cette opération destinée à distinguer les Bressans de l’année.

« Depuis 2005 notre association tient à récompenser des bressans ayant réalisé des choses un peu sympa ou un peu exceptionnelles au cours de l’année écoulée. Cinq personnes sont ainsi distinguées chaque année. L’académie de la Bresse se réunit et, de manière collégiale propose des noms. On désigne ainsi le pape de l’année écoulée mais aussi quatre autres bressans d’honneur, qui servent tous, au quotidien, la Bresse d’hier, d’aujourd’hui et de demain. On a des gens de la société civile, des sportifs, des personnes issues du monde culturel, artistique, économique mais pas de politiques. Nous sommesune association apolitique. 

 

 MOTO-2015-Suzuka-8Heures-Etienne-Masson-SUZUKI-SERT-©-Photo-Michel-Picard


MOTO-2015- Suzuka 8Heures-Etienne Masson-SUZUKI SERT-©-Photo-Michel-Picard

 

Est-ce qu’avec Étienne Masson dont les deux managers successifs, Damien Saulnier et Dominique Méliand pour le Junior team et le Sert, soulignent les côtés posé, sympathique, déterminé, modeste et travailleur, vous ne réunissez pas justement tous les critères-type du bressan de l’année ?

« Oui, ce sont des adjectifs qui collent bien à ce que souhaitons pour désigner nos bressans de l’année. Même les grosses têtes potentielles, nous avons eu Lionel Nallet, Laurent Gerra  font preuve d’une humilité totale. Je crois qu’il y a vraiment de l’humilité dans ce territoire et c’est pour cela que l’académie est là pour le défendre et pour le promouvoir. Faire des bressans de l’année des Ambassadeurs de la Bresse, correspond bien aux critères que l’on recherche. Le Bressan de l’année est quelqu’un qui ne se fait pas claquer le bec, même si la volaille de Bresse a un bec bien aiguisé et sort les ergots quand il faut. Nous souhaitons que nos ambassadeurs soient fiers de leur bressanitude. »

 

MOTO-2016-Etienne-Masson-prophète-en-son-pays

MOTO-2016-Etienne Masson, prophète en son pays et félicité par Vincent PHILIPPE et Alain MONNOT

 

On l’a bien compris, au cours d’une soirée festive, après le passage des quatre autres bressans d’honneur distingués, Étienne Masson, d’abord présenté par un petit film introductif, fut convié à monter sur scène. Notre surprise fut grande quand Vincent Philippe le prestigieux coéquipier et moi-même, le journaliste fidèle de l’Endurance, furent invités à lui remettre les emblèmes le consacrant comme Bressan de l’année 2015.

Alors que la partie musicale s’achevait dans une liesse collective, «à la bressanne » sans doute, nous avons pu demander rapidement à l’Étienne de réagir à cette distinction, rapidement car tout le monde voulait le voir, l’approcher, le féliciter.

« Franchement ça me fait énormément plaisir, c’est une grande fierté pour moi. Oui je suis fier de mes racines. Je suis né ici, j’habite à Bourg en Bresse et ça fait chaud au cœur d’avoir cette reconnaissance locale en étant désigné comme Bressan de l’année. »

 

MOTO-2015-Bessan-de-lannée-François-Belay-porte-la-cravate-poulet.

MOTO-2016- Bressan de l’année, François Belay porte la célèbre cravate poulet!

 

Ce que je n’ai pas eu le temps de lui dire, c’est qu’il lui faudrait dorénavant s’acquitter d’une figure imposée, comme celle que François Belay nous raconte.

« Oui, nos ambassadeurs bressans de l’année sont là pour vendre notre pays d’avenir. En tant que speaker du Tour de France depuis quatorze ans et bien, où que je sois, en Angleterre, en Suisse, en Italie et en France tout entière je sors mes cravates poulet, j’essaie d’initier l’étonnement et je démarre sur la volaille de Bresse la seule à avoir une AOC/AOP et c’est parti. »

Alors, oui Étienne, il te faudra te munir des cravates ad-hoc et les porter dans le stand du SERT. Nous serons là pour juger si tu as bien mérité ce titre de ‘Bressan de l’Année’ qui, nous avons pu en juger, comblait un public très large et pas spécialement motard.

Nous irons vérifier les choses à l’occasion des prochaines 24 heures du Mans moto les 9 et 10 avril prochains.

 

Alain MONNOT

Crédit photographique : Jean-Jacques  PAUGET – Michel PICARD – Alain MONNOT

 

MOTO-2015-24Heures-du-Mans-Etienne-Masson-Vincent-Philippe-et-Anthony-DELHALLE-Suzuki-SERT-P1-©-Photo-Michel-Picard

MOTO-2015-24Heures du Mans-Etienne Masson-Vincent Philippe et Anthony DELHALLE-Suzuki SERT-P1 ©Photo Michel Picard

Moto - Divers Moto - Endurance Sport

About Author

gilles