24 HEURES DU MANS 2016 : UNE ÉDITION ÉQUILIBRÉE…

24 HEURES DU MANS - Présentation de la liste de invites MYTHIQUE

 

 

 24-HEURES-DU-MANS-2015-Entree-circuit-des-24-HEURES-DU-MANS-Photo-autonewsinfo


24-HEURES-DU-MANS-2015-Entree-circuit-des-24-HEURES-DU-MANS-Photo-autonewsinfo

 

24 h du Mans 2016 : une édition équilibrée !

La traditionnelle grand’ messe de l’ACO (Automobile Club de l’Ouest) a bien eu lieu vendredi dernier 5 février au Studio Gabriel, sous un format inhabituel d’émission de télévision, limité donc à 1 heure, et animé par le désormais inoxydable mais toujours aussi brillant et à l’aise dans son rôle, l’ami Bruno Vandestick dont la longévité ne peut que nous réjouir.

 

24 HEURES DU MANS 2016 - Présentation des engages le vendredi 5 fevrier avec Pierre FILLON Gerard NEVEU et Lindsay OWENS JONES et Bruno VANDESTYCK.

24 HEURES DU MANS 2016 – Présentation des engages le vendredi 5 fevrier avec Pierre FILLON Gerard NEVEU et Lindsay OWENS JONES et Bruno VANDESTYCK.Photo Max MALKA

 

À sa table, se sont succédés le Président Pierre Fillon et Lindsay Owen Jones pour se féliciter de la bonne santé de la planète Endurance et ce depuis sa renaissance au printemps 2012.

En effet, le bilan de la saison 2015 ne peut qu’appeler à satisfaction. Des courses toutes disputées malgré la domination de Porsche en LMP1 lors de la deuxième demi-saison, et avec des combats de tous les instants en LMP2 et GTE.

De même, l’arrivée de nouveau constructeurs, associés à la non-désertion de certains allemands (suite aux affaires que l’on sait sur les logiciels truqués), apporte un réel souffle à l’Endurance.

Mais attention, les performances des voitures aux niveaux rarement atteints, comme fin 67 ou fin 71, époques auxquelles il avait fallu brider sérieusement les prototypes, marquant ainsi la fin des Ford MK IV et Ferrari 330P puis la disparition des Porsche 917 et Ferrari 512 M.

De même, les coûts explosent de tous côtés : en LMP1, dû à la guerre des trois qui continue, en LMP2 en raison de l’excellent niveau des écuries qui ne cesse de progresser, malgré des coûts de châssis et moteurs capés, les privés devenant de petites usines à eux-mêmes.

Enfin, en GTE où l’arrivée de l’épouvantail Ford pousse les autres constructeurs et notamment Ferrari avec sa F488, à sortir de nouveaux modèles, Porsche excepté qui se réserve pour 2017.

Car, bilan de tout cela, il y aura de nouveaux règlements en 2017 :

LMP2 mieux encadrés (4 châssis possible mais 1 moteur unique), GTE plus libéral (d’où le report du programme Porsche avec des 911… à l’envers ?) et ajustement du LMP1 (limitation à 1.000 ch dès cette année)…

 

Un plateau somptueux  : 9 LMP1.

 24 HEURES DU MANS 2015 - Arrivée victorieuse de la PORSCHE 919 Hybride la N°19 avec HÜLKENBERG- TANDY- BAMBER Photo Thierry COULIBALY


24 HEURES DU MANS 2015 – Arrivée victorieuse de la PORSCHE 919 Hybride la N°19 avec HÜLKENBERG- TANDY- BAMBER Photo Thierry COULIBALY

 

La crise du Groupe Volkswagen est passée par là. Il faut réduire les frais engagés pour provisionner les rappels de véhicules, les amendes annoncées et les coûts marketings pour redorer les blasons des marques du Groupe.

Mais en Allemagne, le sport est un vecteur important du prestige des marques.

Aussi les programmes LMP1 de Porsche et Audi ont été maintenus. Car quelle plus belle vitrine ‘mondiale‘ qu’une victoire au Mans ?

Mais pour satisfaire les contrôleurs de gestion, il a fallu réduire un peu la voilure et les troisièmes voitures chez Audi et Porsche au Mans et à Spa, pour s’entraîner en vue de la course Sarthoise, ont été purement et simplement rayées.

Malgré tout une petite phrase lâchée pendant la Conférence de Presse nous a interpellé lorsque l’on a annoncé une Porsche pour le Bykolles Racing… Simple lapsus ou indiscrétion involontaire  indiquant que Porsche aurait trouvé un moyen d’avoir tout de même 3 voitures ?

Impossible de le vérifier pour l’heure !

 

 WEC-2016-La-TS040-2015-aux-nouvelles-couleurs-TOYOTA-GAZOO-Racing


WEC-2016-La-TS040-2015-aux-nouvelles-couleurs-TOYOTA-GAZOO-Racing

 

Toyota de son coté, a obtenu un budget en hausse pour remettre en cause la TS040 dans son intégralité (châssis, moteur, stockage de l’énergie électrique..). Grâce à cela nous verrons en piste une TS50 réellement nouvelle et affutée, mais il demeure insuffisant pour prévoir une troisième voiture au Mans.

Décision qui offre ainsi une édition qui promet d’être équilibrée avec deux voitures pour chacun des trois grands constructeurs engagés.

Nous saurons fin mars, lors du Prologue des essais collectifs d’avant-saison, si cet équilibre numérique se traduit aussi en équilibre des performances.

Car on avait très vite compris l’an passé dès ses premiers tours de roue, en Provence, au printemps, que Toyota bien qu’équipe double championne -pilotes et équipe- était alors hors du coup… face à ses challengers Allemands !

Enfin, pour clôturer le chapitre LMP1, nous avons plaisir à souligner face à l’ogre Michelin, le retour de Dunlop dans cette catégorie, puisque le manufacturier jaune et noir a passé avec l’écurie Suisse Rebellion un accord qui couvait depuis déjà un certain temps.

Espérons qu’il ne s’agit que d’une première étape et qu’un des trois constructeurs suivra par la suite…

En attendant, les observateurs croisent les doigts pour des astuces dans les gommes Dunlop permettant aux Rebellion, purement thermiques et non hybrides, qu’elles puissent réduire leur déficit de performances…

 

 24 HEURES DAYTONA 2016 - VICTOIRE pour la LIGIER JSP2 Dimanche 31 janvier.


24 HEURES DAYTONA 2016 – VICTOIRE pour la LIGIER JSP2 Dimanche 31 janvier.Photo ROLEX

 

Un plateau somptueux  : 22 voitures en LMP2

 

Les voitures en moins du LMP1 profitent au LMP2. Pas moins de 22 voitures admises, et avec des écuries dont le professionnalisme aujourd’hui est d’un niveau incroyable.

On est loin du temps des privés, ou seuls deux ou trois mécaniciens, occupés dans des garages en semaine, œuvraient sur des protos 2 litres, le weekend !

Coté châssis, les Ligier JSP2 conçues dans les ateliers Onroak, chers à Jacques Nicolet, se taillent la part du lion avec huit voitures retenues pour les nouvelles écuries SO24 by Lombard, et Panis-Barthez, mais également par les Teams Américains, ave dans l’ordre Extreme Speed Motorsport, tout auréolé de sa recente victoire aux 24 Heures de  Daytona, mais aussi Krohn Racing et Michael Shrank Racing.

Sans oublier d’une part l’équipe Britannique Greaves Motorsport, sacrée Championne d’Europe ELMS et d’autre part la nouvelle structure Mexicaine RGR (Rodolfo Rodriguez Racing) associé au Suisse Benoît Morand.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2016-Présentation-des-engages-le-vendredi-5-fevrier-La-LIGIER-JSP2-du-TEAM-MEXICAIN-RGRby-MORAND-Photo-Max-MALKA


24-HEURES-DU-MANS-2016-Présentation des engagés le vendredi 5 février-La LIGIER JSP2-du Team MEXICAIN RGR by MORAND-Photo : Max MALKA

 

De son côté, Hugues de Chaunac a fourni six de ses ‘05’ à G-Drive Racing associé lui à JOTA Sport, Eurasia Motorport, Thiriet by TDS, KCMG (vainqueur sortant au Mans) et Manor qui débarque en endurance et nous suivrons non sans une certaine émotion à la mémoire de Jules Bianchi, qui lui offra ses uniques points en F1, à la suite de sa formidable performance lors du Grand Prix de Monaco en 2014.

 

 F1-MONACO-2014-LE-TEAM-MARUSSIA-FETE-LA-9éme-place-de-Jules-BIANCHI-et-sestous-premiers-points-au-CHAMPIONNAT-DU-MONDE-Photo-Jean-Francois-THIRY


F1-MONACO 2014-Le Team MARUSSIA-MANOR célèbre la 9éme place de Jules BIANCHI et ses tous premiers points au Championnat du Monde de F1-Photo-Jean-François-THIRY

 

Le SMP Racing Russe sera de nouveau présent avec ses très performantes BR01.  Quant à Alpine, l’écurie Signatech en engage deux, les toutes nouvelles A 460, l’une pour Signatech, l’autre pour le Team Chinois BAXI DC Racing Alpine, avec des pilotes tous nouveaux dont le fort réputé Nicolas Lapierre, vainqueur au Mans en LMP2 l’an passé à l’issue d’une véritable démonstration de pilotage !

Il reste enfin cinq voitures découvertes, deux Oreca 03R pour les Irlandais du Murphy Prototypes et les Suisses de Race Performance, ainsi que deux Gibson 015S pour le Strakka Racing et la deuxième voiture du G-Drive de Roman Rusinov, qui en fait après son partenariat pourtant victorieux avec OAK, s’appuie maintenant sur la structure JOTA et cette Gibson est la voiture traditionnelle du Team tandis qu’une 0reca 05 a aussi été achetée.

Et enfin, la vaillante Morgan de l’équipe Alsacienne du Pegasus Racing de Julien Schell.

Du coté des manufacturiers de pneumatiques tout n’est pas encore décidé. Mais on sait déjà que Michelin avec, entre deux à quatre voitures, pourrait fort bien venir empêcher Dunlop de se reposer sur ses lauriers de 2015.

Pour le moment, seuls Pegasus et Krohn sont annoncé avec la firme Clermontoise, mais il se murmure que les BR01, très performantes, pourraient se laisser tenter… pour rouler avec les gommes de Bibendum.

Avec un total de 16 LMP2 sur les 22 invités , les trois marques Françaises, Oreca, Ligier et Alpine (plus une si l’on considère que la Morgan est un châssis né Onroak comme les Ligier, tiennent les rênes de la catégorie.

Mais méfiance, les Anglais ont souvent démontré, par le passé, leur capacité à vaincre seul contre tous !

 

 24-HEURES-DU-MANS-2016-Présentation-des-engages-le-vendredi-5-fevrier-avec-le-grznd-retour-de-FORD


24 HEURES du MANS-2016-Présentation des engagés le vendredi 5 février avec le grand retour de FORD – Photo Max MALKA

 

Deux autres plateaux somptueux,
ceux du GTE Pro et GTE Am !

 

Dernier plateau, celui des GTE, avec 28 voitures. En GTE Pro, une lutte à cinq se dessine et pas des moindres.

Que l’on en juge : Ford pour son grand retour, 50 ans après les exploits des GT 40 MkII, défie une nouvelle fois un demi-siècle plus tard… Ferrari et ses toutes nouvelles 488 GTE.

Mais c’est sans compter avec les habitués de la catégorie que sont les Porsche et les Aston Martin, dont les Teams qui les engagent, ont bien l’intention d’arbitrer en leur faveur, ce duel mythique !

 

24-HEURES-DAYTONA-2016-Arrivee-cote-a-cote-des-deux-CORVETTE-C7-R-officirelles-1ére-et-seconde

24 HEURES de DAYTONA 31 janvier 2016-Arrivée cote à cote des deux CORVETTE C7-R-officielles-1ére et seconde -Photo ROLEX

 

Et c’est oublier aussi un peu vite General Motors, qui n’entend pas laisser son terrain de jeu favori de ses Corvette à son éternel rival US, Ford.  GM non seulement victorieux lors de la manche d’ouverture à Daytona mais auteur d’un sensationnel doublé dans l’épreuve Floridienne !

La lutte promet d’être épique, si l’épidémie de boite de vitesse qu’a connue Ford à Daytona a été résolue… car maintenant, pour gagner au Mans en GTE, il ne faut pas connaitre la moindre défaillance mécanique.

Les voitures toutes confiées à des pilotes professionnels et talentueux, passent maintenant  24 heures à fond, avec un écart maximum de moins de 30 secondes entre les meilleurs à l’arrivée, si l’on vise la victoire !

Moins d’une seconde à Daytona…

 

 24-HEURES-DU-MANS-2015-Test-La-FERRARI-F458-N°62-de-lav-SCUDERIA-CORSA-de-William-SWEEDLER-Townsend-BELL-Photo-Max-MALKA


24 HEURES du MANS-2015-Test-La FERRARI F458 N°62 de la SCUDERIA CORSA de William SWEEDLER-Townsend-BELL-Photo : Max MALKA

 

14 GTE Am parfois aussi rapide que les GTE Pro

 

On l’a vu l’an passé plusieurs fois, les pilotes ‘silver’ ou ‘gold’ emmènent une GTE Am sur un relais aussi vite que les pilotes professionnels du GTE pro.

Aussi ces 14 voitures ne sont pas à prendre à la légère, même si elles datent d’une saison au minimum par réglementation. Ainsi les Ferrari restent des 458 et non des 488 et les Aston, Corvette et 911 RSR répondent aux spécifications 2015.

Là aussi, Michelin et Dunlop se retrouvent. Michelin avait monopolisé la catégorie l’an passé. Dunlop revient cette année avec les Aston Martin, en GTE Pro et en GTE Am.

 

24-HEURES-DU-MANS-2016-La-MORGAN-de-Frédéric-SAUSSET-lors-de-ses-1ers-essais

24-HEURES du MANS-2016-La MORGAN de Frédéric SAUSSET-lors de ses 1ers essais.PhotoDR

56 ème STAND

 

Depuis quelques années, l’ACO ouvre le 56 ème stand à une voiture à forte innovation et ne pouvant répondre à aucun règlement. On a vu ainsi  la Deltawin, puis la Nissan ZEOD, et nous n’avons pas vu finalement la voiture à pile à hydrogène, la la Green GT qui n’a jamais été prête.

Cette année c’est aux voitures pour handicapés qu’est consacré ce 56 ème stand puisque l’incroyable Frédéric Sausset, amputés des quatre membres, sera néanmoins au volant d’une Morgan LMP2 spécialement aménagée afin qu’il puisse piloter sur le circuit des 24 Heures, épaulé par le très expérimenté Christophe Tinseau, grand habitué des 24 Heures du Mans.

 

 24-HEURES-DU-MANS-Présentation-de-la-liste-de-invites-Pierre-FILLON-Président-ACO

24 HEURES du MANS 2016-Pierre-FILLON-Président-ACO annonce quatre nouveaux stands opérationnels des Juin 2016 – Photo Max MALKA

 

60 Voitures en piste des juin 2016 !

 

60 voitures en piste des juin 2016 !

Comment cela, 59 autres voitures ? Le 56 ème stand ne venait il pas en supplément des 55 voitures engagées habituellement ?

Si, mais justement vu la forte demande, l’ACO avait promis de construire deux stands de plus en 2016 et encore deux autres supplémentaires en plus en 2017. Finalement avec force tours de bras et moyens supplémentaires, ce sont bien quatre stands de plus dès 2016 qui seront disponibles.

Comme nous l’a fièrement annoncé un Pierre Filon heureux de dévoiler cette excellente information qui ravit bien des concurrents…

Nous aurons donc 60 voitures au départ pour le plus grand bien des fidèles du Mans.

Et il y aura bien soixante voitures, car dix suppléants sont prévus en cas de désistement ou accident d’un des protagonistes invités.

Parmi ces suppléants, on y retrouve le Courage Compétition, avec une BR01, qui pourrait ainsi retrouver les lieux de ses exploits d’antan ou encore une Ligier du Oak Racing destinée à Jacques Nicolet lui-même

L’édition 2016 nous promet donc un spectacle toujours aussi intense, lequel devrait permettre de fêter avec succès, les 110 ans de l’ACO.

 

Texte : Daniel NOLY

Photos : Max MALKA – Jean François THIRY

24 H du Mans Le Mans

About Author

gilles