KONI : LA PASSION DE L’AMORTISSEUR !

KONI

 

LOGO KONI --

 

 

Koni ou la passion de l’amortisseur !

Koni, l’amortisseur au cœur !

« KONi » est l’anagramme de :
« KÖNIGLICH industrie » littéralement, « Industrie royale ».

Tout amateur d’automobile a, un jour, entendu parler de Koni. Si ce n’est par les exploits sportifs de ‘bolides’ de course équipés par Koni, c’est peut-être par les autocollants arborés par certaines voitures au look «rallye» de quelques passionnés !

Mais qui sait, aujourd’hui, ce qu’est vraiment Koni, quelle est l’histoire de Koni ?

Au début de l’aventure, en 1857 pour être précis, au fin fond des Pays-Bas (La Hollande) la toute jeune entreprise Koni commence son activité en fabriquant de la sellerie et des harnais pour chevaux. Au fur et à mesure du développement des transports, Koni s’est orienté vers l’automobile en proposant, dès 1918, des radiateurs et des gaines pour lames de ressort.

Plus tard n 1932, Koni produit ses premiers amortisseurs à friction, et en 1945, lance ses amortisseurs hydrauliques télescopiques réglables pour voitures et poids lourds. Ce fut, alors, le point de départ d’une spécialisation toujours d’actualité. L’amortisseur réglable !

 

KONI-Historique-1961-Le-Prince-Bernhard-et-Enzo-Ferrari-à-Monza

KONI-Historique 1961-Le Prince Bernhard et Enzo Ferrari à Monza

 

Les années passant, Koni acquiert une réputation internationale et commence en 1956 une collaboration avec la déjà très réputée Scuderia Ferrari, alors en proie à de sérieux problèmes de liaison au sol ! En 1958, une monoplace Ferrari équipée d’amortisseurs Koni participe à son premier GP, à Monza en Italie, et aux mains du pilote Belge Olivier Gendebien, s’empare d’une magnifique 6ème place.

En 1961, Phil Hill deviendra Champion du Monde des Pilotes au volant de la légendaire Ferrari 156 «Sharknose» et la firme au petit cheval cabré obtiendra également le titre Constructeurs, offrant ainsi à Koni ses premiers titres mondiaux.

17 autres titres suivront ensuite et viendront garnir le palmarès de Koni en Formule 1, le dernier en date étant celui obtenu par Lewis Hamilton au volant de sa Mc Laren-Mercedes MP4-23 en 2008.

À ces 18 titres mondiaux en F1, il faut aussi naturellement ajouter 16 victoires aux 24 Heures du Mans, la plus célèbre des courses d’endurance.

Aujourd’hui, Koni continue sa présence au plus haut niveau du sport automobile, notamment avec l’écurie de F1 Force India et en Formula E, en équipant les voitures du Team Venturi pilotées par le Français Stéphane Sarrazin et le Canadien du Québec, Jacques Villeneuve, Champion du Monde de F1 en 1997, au volant d’une Williams-Renault FW 19.

Koni collabore étroitement également avec Dallara, et équipe de nombreuses équipes en GP2, GP3 et F3.

 

 AMORTISSEURS-KONI


AMORTISSEURS-KONI

 

Hormis la compétition, Koni est présent sur le marché de la deuxième monte, n’ayant pas les structures et les moyens pour s’attaquer au marché de la première monte des constructeurs automobiles. Sur le marché de deuxième monte, Koni propose des produits plutôt haut de gamme, avec une panoplie pour tous les types de conducteurs et qui plus est… réglables !

En entrée de gamme, on retrouve la gamme STRT (prononcez «Street» !), puis en fonction de l’usage, les gammes Sport, 4×4, Raid et Spécial pour utilitaires légers jusqu’à 5 tonnes. Koni a également développé la technologie FSD, qui permet d’obtenir un amortisseur qui réagit en fonction de la fréquence de vibrations, c’est-à-dire, qu’en cas de hautes fréquences, sur pavés par exemple, une soupape supplémentaire s’ouvre automatiquement (à l’intérieur de l’amortisseur) afin de laisser passer une plus grande partie du fluide hydraulique et obtenir ainsi une plus grande souplesse de l’amortisseur.

Cette technologie est aujourd’hui utilisée par Lamborghini.

Koni est également très présent dans le domaine du «Classic» et «Young Timers», avec des amortisseurs reprenant les caractéristiques de l’origine pour des voitures phares, telles que la Berlinette Alpine A110, ou plus récentes,  comme les Simca Rallye, Rallye 2 et Rallye 3 ou Peugeot 205 GTI, pour ne citer que les plus populaires.

Koni développe également des amortisseurs pour de nombreuses applications, comme pour les TGV avec des amortisseurs de boogies et des amortisseurs de caténaires, des amortisseurs de remorques, de camion et de bus.

Le marché français de l’amortisseur de seconde monte représente environ 1,4 millions d’unités par an. C’est un marché en baisse, qui a perdu environ 50% de volume en 15 ans, en raison d’une usure moindre des voitures circulant principalement en ville, sur autoroute et à moindre vitesse. Et ce, malgré la prolifération galopante des ‘dos d’âne’ qui portent bien leur nom mérité !

Dans ce marché, Koni vend 18.000 amortisseurs pour des connaisseurs et des conducteurs exigeants.

 

Gilles VIRMOUX

Photos : KONI

 

KONI

Equipementier

About Author

gilles