AFRICA RACE 2016 : JOUR SIX. ALBUM « DOUCEUR ET FUREUR DE VIVRE » ET UNE ÉTAPE EN VIDÉO !

DOUCEUR DE VIVRE APRES UNE SEMAINE DE GUERRE
DOUCEUR ET FUREUR DE VIVRE

DOUCEUR ET FUREUR DE VIVRE

Dakhla, au bout d’une magnifique presqu’île est un ancien port de pêche, qui existe toujours, mais le tourisme est venu se greffer sur ce bout de paradis, avec aéroport, hôtels de luxe, surf et kite d’enfer et surtout météo sublime en hiver, 24 degrés un 3 janvier, pas mal.

 

L'OCÉAN A CET ENDROPIT EST UN DES PLUS POISSONNEUX AU MONDE

L’OCÉAN À CET ENDROIT EST L’UN DES PLUS POISSONNEUX AU MONDE

 

C’est là que le Rallye-Raid Africa Race 2016 est venu se poser pour son jour de repos, avant d’attaquer lundi deux épreuves, l’une pénible, le passage de la frontière mauritanienne et l’autre initiatique, avec les premiers sables du pays, sur une spéciale courte, on ne sait jamais combien de temps on va perdre avec les douaniers.

 

IMAGE DE LA COLLECTION LATÉCOERE DES INSTALLATIONS DE VILLA CISNEROS

IMAGE DE LA COLLECTION LATÉCOÈRE DES INSTALLATIONS DE VILLA CISNEROS

 

L’ancien nom de l’endroit est Villa Cisneros, c’était une des étapes de l’Aéropostale de St Ex, Mermoz et Guillaumet, bref côte frisson historique, ça va bien aussi.

autonewsinfo en profite pour vous proposer un petit album de souvenirs d’Alain Rossignol, notre photographe, mélange de violence, de bruit et de fureur d’une part et de douceur de vivre en ce jour de repos qui n’en sera d’ailleurs pas un pour les mécanos qui doivent refaire autos, motos et camions à neuf.

 

POUR LES MÉCANOS, PAS DE REPOS!

POUR LES MÉCANOS, PAS DE REPOS!

 

On a donc fait une jolie semaine de course au Maroc.

Deux photos du buggy MD Optimus 218 et son équipage, Jean Noël Julien, un garçon très sympa, navigué par son pote Pascal Delacour.

Jean Noël est un  pâtissier de génie à Paris, aux Halles, qui n’a jamais hésité à mettre le pied dedans quand il a vu Alain Rossignol, ils se connaissent depuis longtemps et Jean Noël sait que là où se trouve Alain c’est beau et sans piège.

 

LE PÂTISSIER QUI AIME LES GROSSES DESCENTES

 

Pourquoi ce concurrent plus qu’un autre ?

Parce qu’il est aussi un symbole de passion, mot devenu grossier aujourd’hui et qui est toujours ma seule religion.

 

JEAN NOËL JULIEN ET PASCAL DELACOUR

 

Un pâtissier de très grand renom qui quitte son établissement au moment des fêtes de fin d’année, là où le chiffre d’affaires doit être une furie et où la présence du taulier est obligatoire…

Qui préfère la poussière, le bruit du V8 dans le c…, les paysages démentiels de l’Africa Race, d’éventuelles galères, voire des  blessures, et surtout les vrais déserts de ce rallye, pas ceux d’un autre rallye qui se déroule en même temps sur une bande de sable de 100 mètres de large qui sert à faire de belles photos et des suivis hélico en plan très serré, sinon on verrait l’autoroute à côté…

Retour à la douceur de vivre…

 

SUNSET BOULEVARD…

 

Ce qui prouve que chez les plus addicts des pistards, ne rien faire au bord de l’eau est aussi un fantasme.

Qui ne dure pas longtemps, juste une respiration, mais énorme…

Au fait, l’histoire démentielle du dernier jour.

Une photo de deux mecs qui ne se séparent pas, les Portugais José Fernando Moreira de Sousa (130) et José Fernando de Resus Sousa (131), qui roulent avec plus de cinq heures de retard sur le leader Ullevalseter et qui ont fini respectivement deuxième et quatrième de la spéciale de la veille !

 

LES NAVIGATEURS PORTUGAIS DU XXI ÈME SIÈCLE

 

Pourquoi   ?

Parce que tous les motards, Ullevalester compris, se sont perdus (on dit en jargon de rallye raid qu’ils ont « jardiné ») et se sont perdus sévère.

Du coup les derniers partis, parmi lesquels les deux potes portugais, ont été dépassés très vite par les autos dont ils ont suivi la poussière.

Autos qui se sont perdues aussi, mais beaucoup moins.

 

YEVGUENIA ESTEROVA

YEVGUENIA ESTEROVA

 

Les deux pilotes portugais encadraient Yevgenia Nesterova, dont le communiqué officiel dit qu’elle a fini un paquet d’étapes dans le camion balai, (ne pas confondre avec Nifontova, femme pilote façon bolide qui est deuxième au général…) et qui a pris la troisième place de l’étape.

Belle histoire qui prouve qu’en rallye raid, on peut même s’amuser et avoir des résultats quand on réfléchit un peu même si on est un poireau.

Et que la nav, la veille, était vraiment un truc à faire bafouiller Archimède et Newton, les mathématiciens les plus intelligents de l’histoire de l’Humanité… !

C’est sûr que des trucs comme ça, ça ne peut arriver qu’en Afrique, et qu’à l’Africa Race !

Bon, un peu de poésie ne fait de mal à personne, sauf si on va visiter les cactus de trop près…

 

LE CACTUS NOUS ACCROCHE DE SES ÉPINES POUR NOUS MONTRER OU EST L’EAU. (MOORCOCK)

Beau shoot d’Alain Rossignol, de Jorge Cunha son compère…

Pour les cinéphiles, cette photo rappellera peut-être la blague de Steve Mc Queen dans « Les sept Mercenaires », celle du mec qui courait tout nu dans le désert et se jetait sur les cactus…

« Pourquoi ? »  lui demandèrent les médecins de l’hôpital où se termina forcément l’histoire…

« Juste pour savoir ce que ça faisait »… 

 

« JE VIS AU FOND DE LUI COMME UNE ÉPAVE HEUREUSE «  (RENÉ CHAR)

 

La péninsule de Dakhla est bordée de hauts fonds, comme souvent au large des grandes plages, le cap Bojador, au nord de Dakhla était même surnommé « Le cap de la peur » par les navigateurs portugais du quinzième siècle pour cette raison.

Comme le vent de sable souffle souvent en bordure d’océan, la « visi » y est mauvaise et les bateaux continuent de s’y échouer en pagaille, donnant ce genre d’image.

Alain Rossignol est d’une région maritime, je suis moitié celte, les photos d’épaves nous donnent toujours ce petit frisson, mélange de peur et de nostalgie…

Dans l’histoire de l’Aéropostale, il y a un épisode peu connu durant lequel Mermoz est allé sauver l’équipage d’un bateau échoué près de Villa Cisneros et que les Maures voulaient attaquer pour les prendre en otages.

Hommage à Mermoz…

 

ANTON GRIGOROV/ROMAN ELAGIN

ANTON GRIGOROV/ROMAN ELAGIN

 

Retour à la fureur…

Le Russe Anton Grigorov, sur son Oscar, a fait la veille un truc phénoménal.

Parti dans les derniers, il a remonté tout le monde, ne s’est guère trompé, a roulé comme un dingue et fini la spéciale avec le deuxième temps, à une minute du vainqueur du jour, le Kazakh Shagirov.

Comme quoi toutes les deuxièmes places du dernier jour de course au Maroc ont été miraculeuses, en auto et à moto, mais pas de la même façon…

 

JEAN PIERRE STRUGO

JEAN PIERRE STRUGO

Dans le genre photo sourire, j’aime bien celui de Strugo, vieux pistard des vrais Dakar qui retrouve le rallye raid africain cette année, avec des perfs qui s’améliorent chaque jour, il est cinquième auto, septième au général puisque les deux camions russes  jouent aux libellules/missiles, juste limités réglementairement à 150 km/h…

 

FUREUR DE VIVRE (NICOLAS RAY ET JAMES DEAN, 1955)

 

Encore un très beau « doc' », on sait que dans l’histoire tout le monde prend des risques, motard tellement vulnérable en cas de chute,  hélico tellement bas que le pilote doit être une sorte de Michel-Ange du manche, lumière aussi basse et aussi belle que l’hélico, désert vrai et infini sur l’horizon, si ça ne vous donne pas envie d’y aller, Rossignol et moi devrons changer de métier et de passion…

 

TERENTYEV/BERKUT,LEADERS EN T2

TERENTYEV/BERKUT, LEADERS EN T2

Un petit clin d’oeil à un équipage (russe encore !) qui à bord de son Ford, mène la catégorie T2, celle dont on ne parle jamais parce que les autos sont moins affûtées, il n’empêche qu’il faut savoir quand même mettre le pied dedans…

 

« I’M A POOR LONESOME COW BOY, FAR AWAY FROM HOME » (MORRIS ET GOSCINNY)

 

Ici, je pense à l’image de fin des albums de Lucky Luke…

La BD est une autre de nos passions avec Alain Rossignol, salut au passage à Morris et Goscinny…

Au fait, voilà ce qui attend les concurrents demain…

Après la douane !

 

LA DANSE DU SABLE

 

Ce qui permettra à nos amis pilotes de patienter comme des gosses devant l’arbre de Noël…

Au fait, dernière nuit sympa (courte, on prend la route à cinq heures du mat’…) près de l’océan…

 

SALUT DAKHLA, ENDROIT MAGIQUE

Dernière minute: Nous avons reçu une rafale de photos de la journée de repos vers 22 heures, la voici telle quelle, avec les commentaires que ces documents nous inspirent… 

 

LA PRESQU'ÎLE DE DAKHLA FAIT DES DIZAINES DE KM DE LONG

LA PRESQU’ÎLE DE DAKHLA FAIT DES DIZAINES DE KM DE LONG. LE BIVOUAC DU BOUT MONDE…

 

BIVOUAC DE RÊVE DANS UN ENDROIT MAGIQUE

BIVOUAC DE RÊVE DANS UN ENDROIT MAGIQUE

 

MÊME LES HÉLICOS SONT EN VACANCES

MÊME LES HÉLICOS SONT EN VACANCES

 

SUR LE STAND MD HUIT BUGGIES A REFAIRE A NEUF (OUAF!)

SUR LE STAND MD,  HUIT BUGGIES… A REFAIRE A NEUF (OUAF!)

 

BRIEFING DIRECTION:DEMAIN ON CHANGE DE MONDE

BRIEFING DIRECTION: DEMAIN ON CHANGE DE MONDE

 

ELISABETE JACINTO ET SON HÔTEL DE LUXE

ELISABETE JACINTO ET SON HÔTEL DE LUXE

 

LES RUSSES ONT DES CAMIONS TOUT FRAIS, ÇA VA CH... DAVAÏ!

LES RUSSES ONT DES CAMIONS TOUS FRAIS,  ÇA VA CH…  DAVAÏ!

 

JEAN LOUIS SCHLESSER ET LES ÉPOUX MOREL, PATRONS DU TEAM MD

JEAN LOUIS SCHLESSER ET LES ÉPOUX MOREL, PATRONS DU TEAM MD

 

LE MIRACLE QUOTIDIEN:LES CONNEXIONS...

LE MIRACLE QUOTIDIEN:LES CONNEXIONS…

 

LUI PART LE DERNIER ET SE COUCHE LE DERNIER: LE CAMION BALAI,L'AMI QUI VOUS VEUT DU BIEN

LUI PART LE DERNIER ET SE COUCHE LE DERNIER: LE CAMION BALAI, C’ESTL’AMI QUI VOUS VEUT DU BIEN

On termine bien entendu avec la signature photo d’Alain Rossignol, ici à bord de l’hélico, le « glingue » (l’appareil photo en jargon du métier) à la main, à côté du cameraman qui a visiblement fini sa journée.

 

ALAIN ROSSIGNOL (GELÉ) EN FIN DE JOURNÉE

 

Mais justement, à propos de cameraman, pour finir, voici un cadeau, une des vidéos, celle du jour quatre, elles sont réalisées quotidiennement, c’est un exploit technique, par les équipes de Jo de Raco.

Ce jour 4, où en plus de la poussière, on a aussi avalé des bulles…

Les interviews sont d’un pote belge journaliste de grand talent, Philippe Janssens, qui, on l’entend, parle une quarantaine de langues.

 

PHILIPPE JANSSENS

PHILIPPE JANSSENS

Il n’y a pas de commentaire, les images parlent d’elles-mêmes.

La vidéo s’arrête après la première image de camions, les liaisons satellitaires sont compliquées…

Mais ça vaut le coup quand même…

Et entendre Ullevalseter expliquer qu’il a cassé son frein AR dans une chute et que du coup, forcément, il  a roulé plus vite, rien que ça vaut le coup de se plonger dans ce document.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Alain ROSSIGNOL et Jorge CUNHA/DESERTRUN

 

About Author

jeanlouis