AFRICA RACE 2016 : JOUR 1, D DAY… ATTAQUE KAZAKH ET DÉJÀ LE GRAND SUD !

 

AFRICA RACE 2016 logo

 

 Mardi 29 décembre 2015

ÉTAPE N°1 : NADOR / JORF EL HAMAM : 607 km

LIAISON : NADOR / AMEZIANE : 50 km

SPÉCIALE : AMEZIANE / CP1 : 47 km

LIAISON : CP1 / JORF EL HAMAM : 510 km

 

Nador, au Maroc : D Day pour « débarquement… »

Pardon lecteur, je me laisse emporter par un flot d’émotions, et je sais que tous ceux qui ont participé à la grande aventure du vrai Dakar, celui  créé par le regretté Thierry Sabine, le Paris-Dakar, l’Africain, ressentiront les mêmes.

Les photos qui ouvrent cet article, n’ont rien d’exceptionnel, mais dans les grandes années, quand on montait dans le bateau, avec ces bruits énormes de « klong » partout, on savait que l’on allait changer de vie, de monde, de vision, d’horizons, changer de tout…

 

L’EMBARQUEMENT ET LE PREMIER BRIEFING À BORD, LES DEUX PREMIÈRES ÉMOTIONS FORTES DU GRAND VOYAGE.

 

Les briefings sur le bateau, parfois très inconfortables car en hiver, la mer Méditerranée peut-être de méchante humeur, c’était aussi déjà les premiers pas dans l’inconnu !

Bref, retour à la réalité après cette séquence émotion…

Le bateau a accosté avec retard au quai de Nador, normal, et du coup le programme de cette longue journée a été revu à la baisse.

Ce grand diable de René Metge, avait réussi lors des reconnaissances, à trouver 100 km de piste à parcourir en spéciale à 50 km du port du nord Maroc !

 

Franchement, une sorte de tour de force…

René, avait aussi prévu des itinéraires de délestage, la spéciale a donc été raccourcie car ensuite, on plonge en liaison routière plein sud, le premier bivouac se situant au nord d’Erfoud, l’une des plus belles cités marocaines, à la porte du Sahara.

Soit tout de même déjà près de 500 bornes à s’enquiller en cette 1ère journée, ce qui n’est pas énorme certes pour ce type d’épreuves mais costaud et certaines arrivées seront surement déjà tardives…

Voilà d’ailleurs le détail du jour.

 

 

Et ce que cela représente sur la totalité du parcours de cette Africa Race édition 2016.

 

 

C’est avec quatre heures de retard que le lauréat de l’édition 2015 de cet Africa race, Jean-Antoine Sabatier, dont le buggy, porte le N°100, est lâché dans la spéciale.

Entre la sortie du bateau, la douane, les retardataires, c’est toujours comme ça le jour du débarquement… dans tous les rallyes-raid

Du coup, pour des raisons de sécurité, les motards ont tiré direct par la route, les faire attendre à un départ de spéciale signifiait beaucoup de route de nuit ensuite pour arriver au bivouac.

Cela dit, ils n’auront « perdu » que 50 km de spéciale, elle a été raccourcie de moitié pour les autos et camions, ça c’était l’option bis de Metge pour éviter que les concurrents arrivent au bivouac à des heures impossibles.

Ce que dit René Metge de la spéciale écourtée du jour :

« Cette première petite spéciale contient tous les ingrédients d’un rallye raid, sauf les dunes. La piste est gravillonneuse et rocailleuse dans son ensemble. Le tracé évolue au cœur d’une zone agricole avec un terrain relativement dur, comportant de très nombreuses pistes, pas toujours visibles. Les navigateurs vont donc être mis à contribution dès le début. Mais en suivant le road book à la lettre et en anticipant un peu, tout devrait bien se passer. En sortant de la spéciale à Merada, il restera encore 463 km de liaison pour rejoindre le bivouac situé près d’Erfoud. »

Ce qui explique que les autos ne vont pas très vite, on relève des radars mouchards aux alentours de 70 km/h, en effet, les pilotes ont dû piger lors du briefing sur le bateau qu’il fallait laisser le temps aux navigateurs de patauger un peu…

Sabatier va stopper une dizaine de minutes, crevaison probable, et le Hummer des Kazakhs Yyriy Sazonov et Aleksey Kuzmich, passe en premier la ligne d’arrivée, et deviennent eux les 1ers leaders de cette 8éme édition de l’Africa race.

Le duo devance de 2’52, leurs potes et compatriotes Kanat Shagirov et Vitaliy Yevtyekhov seconds au volant de leur Toyota de la même équipe,  le Mobilex Racing.

 

ET UN KAZAKH,UN!

ET UN KAZAKH,UN! Le HUMMER de Yuriy SAZONOV et de Aleksey KUZMICH

 

Sur cette spéciale typiquement Marocaine, les véhicules quatre roues motrices étaient vraiment à leur avantage puisque le Portugais Ricardo LEAL DOS SANTOS et son NISSAN se classe 3ème à 3’02 du leader et à 10’’ de SHAGIROV et mais 1’37’’ devant le Russe Anton GRIGOROV et son OSCAR et qui terminent à 4’39.

Le Hongrois Balazs SZALAY, victime de tonneaux sur cette même spéciale l’année dernière, a conjuré le sort en plaçant son OPEL en 5ème position des autos, devant Pascal THOMASSE, 1er des deux roues motrices à un peu plus de 5 minutes du vainqueur du jour : 5’08 

Mathieu SERRADORI signe le 2ème chrono des Buggies sur son proto devant le Tarek de Patrick MARTIN. Le premier coup de théâtre est à mettre à l’actif de Dominique HOUSIEAUX qui, confronté à des soucis de moteur, ne termine que 33ème à 28’26!

Pour Sabatier, ce n’était pas son jour, mais bon, on a juste fait 50 km de spéciale sur 3000! Il finit 27éme à 14’05

« Nothing is written », la phrase est de TE Lawrence, celui d’Arabie….

Rien n’est écrit!

 

a a africa sabatier

SABATIER,PAS SON JOUR

 

 

14h30 heure locale, (une heure de moins qu’en France), le Kamaz d’Anton SHIBALOV est lâché.

On sait que la lutte entre camions est formidablement impressionnante, Elisabete JACINTO, la toujours très performante Portugaise pointe trois km derrière, elle voit donc son panache…

Le Russe restera devant durant les 50 km de spéciale, allant parfois plus vite que certaines autos d’ailleurs !

Et son compatriote Sergey KUPRIANOV réussira à reprendre JACINTO, un peu avant l’arrivée.

Notre petite favorite a avoué en fin de parcours que Man a fait pas mal de modifs sur son camion et qu’elle met un peu de temps à s’y faire.

Sergey KUPRIANOV ne cachait pas son impatience d’en découdre avant de sortir du bateau ce matin. C’est peut être d’ailleurs le retard pris en mer qui a décuplé sa motivation et lui a permis de scratcher cette première spéciale en obtenant le 5ème temps du classement cumulé auto-camion et en devançant Anton SHIBALOV, son co-équipier du Team KAMAZ, de 1’04’’.

Derrière les deux Russes, le Hongrois Miklos KOVACS place son SCANIA sur la 3ème marche du podium du jour, 18 secondes devant la pilote Portugaise Elisabete JACINTO, que Jean Louis SCHLESSER a baptisé hier lors du briefing général sur le bateau : « La Princesse du Rallye ».

 

ELISABETE JACINTO

ELISABETE JACINTO

 

Elle a confirmé par ailleurs que la navigation était très compliquée et qu’elle est donc plutôt  satisfaite de son chrono.

Pour info, puisqu’ils courent dans la même catégorie, Shibalov est huit au général et Jacinto douze !

 

DES RUSSES INTOUCHABLES

 

 

 Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Alain ROSSIGNOL et Jorge CUNHA – DESERTRUNNER

 Classements sur http://www.africarace-live.com/fr/cla-etp1.html

 

 

 

Africa Race Sport

About Author

jeanlouis