IL Y A 20 ANS FIN 1995, MICHAËL SCHUMACHER S’ENGAGEAIT CHEZ FERRARI

F1-1997-Michael-Schumacher-surnommé-le-BARON-ROUGE-©-Manfred-GIET.

 

 

SCHUMI-Dorénavant-ce-sera-un-regard-dans-le-rétro-pour-Schumacher-©Manfred-GIET-pour-autonewsinfo.

SCHUMI-Dorénavant ce sera un regard dans le rétro pour l’inoubliable Michael Schumacher-©Manfred-GIET-pour-autonewsinfo.

 

Fin 1995,  Michaël SCHUMACHER, tout de blanc vêtu et fraîchement couronné Champion du monde pour la deuxième fois, s’asseyait pour la première fois dans le baquet d’une FERRARI, après avoir signé pour la Scuderia, à la fin de l’été précédent !.

C’était manifestement ‘ LE ‘ transfert de l’année et auquel même les plus optimistes ne s’étaient pas attendu, compte tenu des résultats médiocres engrangés par l’écurie de Maranello entre 1990 et 1995, avec seulement … deux maigres victoires à son actif !

 

F1 - Michael Schumacher lors de sa première prise de contact avec son nouveau Team la Scuderia Ferrari fin 1995-© Manfred GIET.

F1 – Michael Schumacher lors de sa première prise de contact avec son nouveau Team la Scuderia Ferrari fin 1995-© Manfred GIET.

 

Mais comment le double Champion du Monde a-t-il pu quitter un Team à succès comme Benetton, pour aller mettre le pied à l’étrier d’un Cavalino, certes en pleine re convalescence depuis l’arrivée de Jean TODT au milieu de l’été 1993 et désormais aux mains de Luca CORDERO di MONTEZEMOLO et ce en remplacement de Piero FUSARO, mais sans garantie aucune quant à une association fructueuse et efficace pour l’avenir!

 

 F1-1995-Michael-SCHUMACHER-et-Willy-WEBER-©-Manfred-GIET.


F1-1995-Michael-SCHUMACHER-et-Willy-WEBER-©-Manfred-GIET.

 

Peu après, on apprendra que celui qui était à la base de ce mouvement, n’était autre que le propre manager  de celui qu’on commençait à nommer ‘ SCHUMI ‘, Willi WEBER, propriétaire d’un Team en F3 et habile homme d’affaire Allemand et sous la férule de qui se trouvait Michaël SCHUMACHER depuis ses débuts en compétition.

 

 F1-1995-Jean-TODT-Niki-LAUDA-ont-persuadé-di-Montezemolo-dengager-Schumacher-©-Manfred-GIET


F1-1995-Jean-TODT-Niki-LAUDA-ont-persuadé-di-Montezemolo-dengager-Schumacher-©-Manfred-GIET

 

C’est en effet, celui que l’on appellera plus tard  » Mr 20% », qui noua les premiers contacts avec la Scuderia et par l’intermédiaire d’un certain… Niki LAUDA, qui à l’époque y officiait en tant que conseiller, consultant et bras droit de MONTEZEMOLO.

Michaël SCHUMACHER, quant à lui, lorgnait plutôt vers Mc Laren, un Team ambitieux et dont les succès ne se comptaient plus et qui plus est était équipé du moteur Mercedes, groupe germanique, la firme de Stuttgart, rappelons-le, lui ayant permit d’accéder à la F1 en 1991, chez Jordan, en payant sa prime d’engagement lors du GP de Belgique à Spa, et ce en remplacement du franco-belge, Bertrand GACHOT, à la suite de son incarcération en Angleterre pour avoir aspergé de spray, un chauffeur de taxi Londonien quelques jours avant la manche Ardennaise du Championnat du monde de F1!.

Les Ferrari, à l’époque, ‘ SCHUMI’  les considérait comme les voitures rouges, et plutôt facile à dépasser…

 

Michaël-Schumacher-au-©-Manfred-GIET

Michaël-Schumacher ©-Manfred-GIET

 

 

Et comme pour l’excuser, Willi WEBER à l’époque, lui faisait remarquer qu’il était trop jeune pour connaître tout l’historique glorieux de la plus ancienne écurie de F1 et que l’option FERRARI, serait tout de même un sacré challenge pour lui dans sa position de double Champion du Monde, où il aurait l’occasion non pas de monter directement dans le baquet d’une voiture victorieuse mais plutôt de participer à la reconstruction de l’écurie la plus prestigieuse, pour tenter d’en refaire une équipe à succès, ce qui lui permettrait de conquérir d’autres victoires en GP et titres dans le futur.

C’est lors d’une balade en bateau sur le lac de Côme, lors de la semaine du GP d’Italie à Monza, à la fin de l’été 1995 que fut échafaudé ce projet ambiteux auquel SCHUMACHER finalement se laissera formater par son mentor et manager WEBER et prendre l’aspiration ou l’inspiration qui devait le projeter chez FERRARI ,en pleine restructuration depuis 1993 et qui voulait absolument renouer au plus vite avec ses succès d’antan.

Alors que Michaël SCHUMACHER se soit dit prêt à relever le challenge FERRARI plutôt que d’opter pour Mc LAREN, WEBER ne tarda pas à recontacter les dirigeants de la Scuderia et pendant que Michaël SCHUMACHER reprenait le chemin de son pays d’adoption, la Suisse, Willi WEBER filait à Paris chez Jean TODT pour finaliser les derniers points du contrat liant SCHUMACHER à FERRARI à partir de 1996 pour deux ans pour un montant de 40 Millions d’€.

Après Wolfgang Graf BERGHE von TRIPS, qui se tua malheureusement au GP d’Italie le 10 septembre 1961 alors qu’il était en tête du Championnat du Monde, Michaël SCHUMACHER était donc le deuxième pilote allemand à rouler pour la Scuderia.

Et coïncidence, tous deux étaient originaires de Kerpen près de Cologne!

 

 F1-1995-Michael-Schumacher-novembre-1995-premier-test-chez-Ferrari-à-Estoril-©-Manfred-GIET


F1-1995-Michael-Schumacher-novembre-1995-premier-test-chez-Ferrari-à-Estoril-©-Manfred-GIET

 

La première prise de contact officielle avec la Scuderia eut lieu le 20 novembre 1995 sur le circuit lusitanien d’Estoril à bord de la FERRARI 412 T2 et équipée du nouveau V10 en lieu en place du traditionnel V12, banni dès 1996.

Dès les premiers tours de roues, SCHUMACHER laissa transparaître toutes ses qualités de metteur au point au point que les ingénieurs BARNARD et MAZZOLA, en restèrent bouche bée face aux facultés de la nouvelle recrue allemande à mettre le doigt là où il y avait un problème.

 

F1-1995-John-BARNARD-Michaël-ScHUMACHER-1ers-Tests-Estoril-1995-©-Manfred-GIET.

F1-1995-John-BARNARD-Michaël-ScHUMACHER-1ers-Tests-Estoril-1995-©-Manfred-GIET.

 

Et la suite on la connait: Après son pari osé, très vite, il s’érigea en véritable leader en tirant toute la Scuderia vers le haut et après  sa première victoire pour FERRARI, dès son 7ème GP pour les rouges à Barcelone en 1996, il devint le véritable Baron Rouge de Maranello après avoir attiré dans son sillage deux anciennes pièces maîtresses de chez BENETTON, les ingénieurs Ross BRAWN et Rory BYRNE,pour contribuer à redorer le blason terni de FERRARI.

 

DÉTAILS DU FICHIER ATTACHÉ F1-1996-Michael-Schumacher-GP-dEspagne-en-1996-où-il-fête-sa-toute-1ére-victoire-chez-Ferrari-©-Manfred-GIET


F1 1996-Michael Schumacher-GP d’Espagne 2 juin 1996 où il fête sa toute 1ére victoire chez Ferrari-©-Manfred-GIET

 

L’association FERRARI-SCHUMACHER fonctionna finalement 11 ans ,et pour être précis même 12 ans ,si l’on y ajoute l’année 2007 durant laquelle il officia comme adjoint de Jean TODT au sein de l’écurie.

 

F1-2005-Michael-.Schumacher-Le-meilleur-pilote-Ferrari-de-tous-les-temps-©-Manfred-GIET

F1-2005-Michael-.Schumacher-Le-meilleur-pilote-Ferrari-de-tous-les-temps-©-Manfred-GIET

 

Un bail unique dans l’historique du Team au Cheval Cabré comme emblème et pour lequel il remporta non moins de 72 victoires dans son total général de 91 victoires, totalisant 1066 points, 5 titres de Champion du Monde et en contribuant à 6 titres constructeurs sur des voitures de la Scuderia, soit un bilan qui ne risque pas d’être obsolète de si tôt dans les annales de Maranello.

Pour Sebastian VETTEL, autre prodige Allemand, actuellement au service de FERRARI, le défi semble en effet d’ampleur afin d’effacer de tels records des tablettes!

 

F1-2005-Michael-SCHUMACHER-année-de-son-dernier-titre-chez-Ferrari-©-Manfred-GIET.

F1-2005-Michael-SCHUMACHER-année-de-son-dernier-titre-chez-Ferrari-©-Manfred-GIET.

 

Quant à l’infortuné Michaël SCHUMACHER, celà fera deux ans le 29 décembre prochain qu’il a été victime de ce malheureux accident de ski dans la station Savoy Méribel et depuis requiert des soins incessants en vue de récouvrer un semblant d’autonomie.

 

Terrible pour quelqu’un qui a vécu à 300 à l’heure pendant 2 décennies et qui se retrouve au moint mort en quelques secondes !

Keep fighting Michaël!

 

Manfred GIET-

Photos : Publiracing Agency et Bernard BAKALIAN

 

 MICHAEL SCHUMACHER - photo Bernard BAKALIAN


MICHAEL SCHUMACHER – photo Bernard BAKALIAN

 F1-Michael-SCHUMACHER-attentif-au-moindre-détail-©-Manfred-GIET.


F1-Michael-SCHUMACHER-attentif-au-moindre-détail-©-Manfred-GIET.

F1-1997-Michael-Schumacher-surnommé-le-BARON-ROUGE-©-Manfred-GIET.

F1-1997-Michael-Schumacher-surnommé-le-BARON-ROUGE-©-Manfred-GIET.

 F1-2000-Michael-Schumacher-Ferrari-premier-titre-pour-Ferrari-©-Manfred-GIET


F1-2000-Michael-Schumacher-Ferrari-premier-titre-pour-Ferrari-©-Manfred-GIET

 

About Author

gilles