«SOIXANTE DIX» : LES ANNÉES MOTO D’AMADE, VRAI NOËL !

BARRY SHEENE EN 1976 OUVRE NOTRE REPORTAGE

C’est donc un livre, très beau cadeau de Noël comme tous ceux que nous vous avons présentés.

Si nous vous proposons celui-ci, c’est qu’il offre une façon originale de revivre une formidable histoire.

D’abord l’auteur.

Il s’appelle Christian Batteux.

Il est grand reporter à Moto Revue, une sorte de puits de science que tout le monde appelle «Amade ».

"AMADE" ET ESPIÉ

Amade ?

Depuis qu’un jour, c’était il y a longtemps, mon ami et complice Pat Boulland l’a appelé Mozart.

C’était chez nous une façon de dire à un mec qu’il est top, ce qui était le cas, ce qui est toujours le cas d’Amade.

Son bouquin ?

En fait c’est presque un dîner entre vieux potes, qui refont le monde, mais le vrai, celui qu’ils ont vécu dans les années 70, où l’on parle de motos, de motards, de compètes, de belles histoires…

La structure du bouquin…

Un chapitre représente une année à partir de 1970.

(Heureusement que le livre ne commence pas un an avant, l’auteur aurait eu un procès avec Gainsbourg et aurait dû affronter les ligues de vertu qui revoient funestement le jour…)

On rappelle les grands faits du monde moto, les grands faits du monde tout court, et ensuite on développe.

La Baja 1000 par exemple, la plus belle course du monde, avec ravitos libres et dans le cadre grandiose de la Basse Californie au Mexique.

LA BAJA 1000 EN 1978

LA BAJA 1000 EN 1978

C’est génialement fait,  ce format beau livre se lit vraiment, en plus de proposer des photos emblématiques.

En le dévorant, j’avais déjà envie de dire à l’auteur que telle moto est en effet géniale (La Honda Quat’Pattes, la Kawasaki H2, la Honda Bol d’Or, la Yamaha XT 500) qu’en revanche il y en a d’autres qui me laissent totalement froid.

Il y a des phrases avec lesquelles je suis totalement en désaccord (« Dans les années 70, le trial était plus une balade tout terrain que du franchissement de zones ... ») et c’est parti, quand on a envie d’engueuler un mec et de l’honorer sur d’autres accroches, c’est ça la discussion, le vécu, le monde fait et refait…

Bref, mettre ce livre sur une table de mecs et de nanas qui ont un peu connu les années bénies de la moto est une formidable idée pour que la soirée soit un vrai succès.

Bonheur pour ceux qui ont rêvé de tel ou tel engin même sans jamais pouvoir se l’offrir, qui ont tremblé avec nos premiers Champions du Monde, qui ont frissonné sur leur première moto…

Qu’il s’agisse d’une routière, d’une sportive, d’une moto de cross, d’enduro ou de trial, ou de l’engin terriblement fashion de ces années, le trail.

Les photos sont parfois à pleurer de bonheur.

 

Ainsi celle-ci, la victoire de Rougerie et Urdich au Bol d’Or en 1969, où l’on voit aussi Mamie Launay, que l’on adorait à Moto Revue et Moto Verte d’abord parce qu’elle était adorable et qu’ensuite elle réservait les billets d’avion quand on partait voyager, l’un de nos vrais bonheurs d’alors…

Et puis la tête de Rougerie, ravi comme un gamin qui vient de décrocher le pompon au manège…

L’Afrique est là bien sûr, le rallye Côte-Côte de JC. Bertrand, que gagne mon vieux pote Mallet qui sera plus tard mon red chef à Moto Verte, les premiers Dakar de Sabine bien sûr, le frisson froid (nuits du Sahara) et chaud (jours du Sahara) du désert, les premières découvertes du grand voyage pour certains d’entre nous…

 

amade 2 1979- 1

DIRECTION DAKAR, LA VRAIE GRANDE AVENTURE COMMENCE

La compète aussi… «Continental Circus» date de 1970, «Le Cheval de fer» de 1975.

On se tue, on joue sa vie pour des prunes, on roule sur des circuits où il serait aujourd’hui interdit de marcher à pied tellement c’est dangereux, mais on est des héros…

Voilà, si vous prévoyez de faire le tour du bouquin autour d’une table, commencez à dîner tôt et faites ça une veille de week end, car vous vous coucherez tous très tard et enroués tellement vous aurez parlé.

Parce que quand vous aurez commencé, vous ne le quitterez plus le bouquin !

Y compris si vous êtes seul mais ce livre est fidèle à l’esprit moto : on peut y prendre un pied gigantesque tout seul ou à plusieurs…

 

 

Au fait, Amade évoque aussi un peu la musique, notre credo des années soixante dix, «special thanks» pour «Born to be wild» qui me flanque toujours la chair de poule… !

Une chanson qui date de 1968, le film «Easy Rider» de 1969, juste avant le top départ de ce livre, histoire d’aspirer une grande goulée… d’air !

« SOIXANTE-DIX LES ANNÉES MOTO »

de Christian Batteux

Éditions Hugo Images

250 pages

29,95 €.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Moto Revue/Bike 70

 

 

 

 

 

 

Livres Livres Moto Moto - Divers Sport

About Author

jeanlouis