FFSA : NICOLAS DESCHAUX RÉELU MAIS SANS CONVAINCRE !

Nicolas Deschaux micro presse Armenonville

 

LOGO FFSA

Nicolas Deschaux réélu pour 2016 sans convaincre !

Après avoir organisé sa propre sortie le 16 novembre dernier, en même temps que la dissolution du Comité Directeur de la FFSA, le Président Deschaux, a été réélu comme prévu sans réelle surprise, ce jeudi 10 décembre par les Présidents ou Délégués de certains des 22 Comités régionaux représentant les 38000 Licenciés de la Fédération Française du Sport Automobile.

Il a obtenu, comme déjà le 16 novembre, 62 % des mandats contre 38 % à la liste de Jacques Olivier, Président du Comité Bretagne Pays de Loire.

Cette réélection jusqu’à fin 2016, terme programmé de son mandat de quatre ans, n’est  cependant qu’une demi-victoire pour le Président, car l’opposition a fait bloc malgré les multiples tentatives de récupération dont ses membres ont été l’objet depuis le 16 novembre.

Ont donc à nouveau voté contre Nicolas Deschaux les Présidents ou Délégués de neuf Régions et pas les moindres :

Bretagne Pays de Loire – Normandie – Midi Pyrénées – Poitou Charentes – Île de France – Champagne Ardennes – Rhône Alpes et Limousin

Juste avant le vote, la «commission des opérations électorales» de la FFSA avait rejeté la demande d’invalidation de la liste Deschaux, qui n’avait pas les 25 % de femmes imposés aux fédérations sportives depuis l’an dernier.

Motif invoqué : les statuts de la FFSA, toujours pas mis en conformité avec la loi, resteraient cependant applicables.

L’opposition est d’un autre avis, fondé sur le précédent de la Fédération de Volley-Ball, et devrait en appeler à une juridiction plus sereine que cette commission «maison».

Son élection une fois acquise, Nicolas Deschaux a manqué une belle occasion d’apparaître comme un Président rassembleur.

Bien au contraire, car il a en effet fustigé les opposants au lieu de prononcer des paroles apaisantes propres à rétablir l’unité, comme c’est l’usage en pareil cas dans le monde associatif.

La fracture reste donc ouverte, et les opposants sont repartis dans leurs régions plus soudés et déterminés qu’avant le scrutin pour préparer leur programme et rassembler des soutiens de personnalités en vue de la vraie nouvelle élection de fin 2016.

Nicolas Deschaux, qui a cru bon d’organiser cette réélection pour «couper court à certaines manœuvres de déstabilisation» a donc fait chou blanc, puisqu’il reste confronté à près de 40 % d’opposants, alors qu’il avait eu la quasi-unanimité lors des deux précédents scrutins qui l’avaient élu !

Une situation incommode tant pour le Sport Automobile français, qui aurait besoin de parler d’une seule voix, que  pour le Président Deschaux lui-même, qui comme on l’a vu, accepte mal la contradiction !

La FFSA n’en sort qu’un peu plus affaiblie… !


Jean Paul CALMUS

Photos : DR

 

FFSA

About Author

gilles