ALPINE ET NELSON PANCIATICI A UN SOUFFLE DU PODIUM !

 

WEC-2015-BAHREIN-NELSON-PANCIATICI-ALPINE-A450b

WEC-2015-BAHREIN-NELSON-PANCIATICI-ALPINE-A450b

 

 

Dès les premiers essais libres sur le circuit de Bahreïn, l’Alpine A450 b se montrait très compétitive et finissait par signer sa première pole position dans le championnat du Monde d’Endurance !

Elle a ensuite animé toute la course en occupant à plusieurs reprises la première place des LMP2, avant de finalement  devoir se contenter de la quatrième place, à moins de deux secondes du podium !

Nelson, alors au volant, n’a rien pu faire pour s’opposer au retour de la seconde Ligier de l’équipe G-Drive, la N°28 équipée, elle, de pneumatiques neufs et il devait s’incliner à l’amorce du dernier tour.

La frustration est donc de mise, surtout quand on sait que l’Alpine A450 b a perdu une quinzaine de secondes quand une Toyota, alors pilotée par le Japonais Kazuki Nakajima, un habitué des touchettes en course – on se souvient notamment que c’est lui qui avait éjecté la Deltawing au Mans il y a trois ans, la propulsant à haute vitesse vers les rails –  est hélas venue la percuter à la corde d’un des virages, l’envoyant en tête à queue !

 

ALPINE-SIGNATECH-Nelson-PANCIATICI-Photo-Thierry-COULIBALY

2015 – ALPINE-SIGNATECH-Nelson-PANCIATICI-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Nelson qui se trouvait déjà à son volant explique :

« Nous avons appliqué une bonne stratégie pour pouvoir jouer aux avant-postes. Malheureusement, notre course a été gâchée par Nakajima qui m’a envoyé en tête-à-queue. Nous perdons stupidement une vingtaine de secondes qui nous coûtent cher à l’arrivée. »

Revenant sur le déroulement de cette épreuve des Six Heures de Bahreïn, Nelson poursuit :

« Dans le dernier relais, j’ai pu récupérer la troisième position, mais il était impossible de défendre cette place avec des pneus usés. J’ai tout donné mais je n’ai rien pu faire, il est certain que nous sommes frustrés car après s’être battus devant toute la course, c’est dur de ne pas monter sur le podium. »

Il précise :

«  Il faut toutefois relativiser les choses car il y a en ce moment des événements autrement plus importants. Restons positifs car nous terminons à la quatrième place du classement général LMP2, ce qui était notre objectif avant la course. »

Avant de conclure :

« Je pense qu’avec mes coéquipiers, Paul Loup Chatin et Tom Dillmann, nous avons fait du bon travail et l’équipe nous a donné le meilleur matériel possible. Il ne faut pas oublier que nous avons lutté pied à pied toute l’année avec notre Alpine qui date de cinq ans, avec des voitures de la nouvelle génération (Ligier JSP2-ORECA 05-Gibson). Nous avons su répondre présent, c’est très encourageant pour l’avenir, vivement l’année prochaine ! »

 

 WEC-2015-SHANGHAI-1er-podium-en-LMP2-pour-les-pilotes-ALPINE-SIGNATECH-le-1er-novembre

WEC-2015-SHANGHAI-1er-podium-en-LMP2-pour-les-pilotes-ALPINE-SIGNATECH-le-1er-novembre

 

Après la deuxième place au Japon lors des Six Heures du Fuji et la première ensuite à l’occasion des Six Heures de Shanghai en Chine, le bilan 2015, est plus que positif pour toute l’Equipe Signatech-Alpine et ses pilotes.

 

PAUL-LOUP-CHATIN-NELSON-PANCIATICI-TOM-DILLMANN.

LES PILOTES ALPINE : PAUL-LOUP-CHATIN-NELSON-PANCIATICI-TOM-DILLMANN.

 

Après ses deux titres Européens décrochés en ELMS (European Le Mans Séries) en 2013 et 2014, auxquels Nelson Panciatici a participé, l’écurie Signatech-Alpine se positionne encore plus comme une des équipes phares de l’Endurance de sa catégorie.

On comprend pourquoi Nelson Panciatici est confiant pour l’avenir, impatient de piloter la nouvelle Alpine LMP2 qui devrait débuter en compétition en 2016 !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Max MALKA- Thierry COULIBAKY – WEC et TEAM DPPI

 

 WEC-2015-BAHREIN-ALPINE-SIGNATECH panciatici -DILLMANN - CHATIN - ALPINE A450-B NISSAN Team Signatech Alpine


WEC-2015-BAHREIN-ALPINE-SIGNATECH panciatici -DILLMANN – CHATIN – ALPINE A450-B NISSAN Team Signatech Alpine

FIA WEC

About Author

gilles