SALON MOTO LÉGENDE 2015 : COUPS DE CŒUR A TREASURE ISLAND…

BEAUCOUP DE MONDE MALGRÉ UNE MÉTÉO DÉGUEULASSE

 

Toujours un choc ce salon.

Et depuis des années, le public répond présent, parce que c’est une vraie chasse au trésor !

C’est un des musts de l’année, avec la Sunday Ride Classic qui tient d’ailleurs un stand sur ce salon du parc floral de Vincennes.

Pas question de réciter le salon de bout en bout, voici seulement mes coups de cœur et en matière de cœur, chacun est le roi…

 

SUZUKI, DU JAUNE ET DU BLEU GRANDIOSES

TRIAL BEAMISH ET CROSS 125, L’ÉLÉGANCE EN JAUNE

 

Cette année, la marque Suzuki est à l’honneur, une énorme expo attend donc le spectateur dès l’entrée du grand hall.

Et là, il y a aura forcément un modèle qui va vous rappeler de bons souvenirs, voire des frissons…

En ce qui me concerne, ce sont deux motos de tout terrain.

La cross 125, celle qui est exposée est en mode championnat du monde, mais la même était alors proposée au public, sous son nom RM 125 et c’était une formidable moto d’initiation au cross, qui pardonnait tout et grimpait partout.

L’autre est à côté ?

C’est une Beamish de trial 250.

Beamish est un nom prestigieux en Angleterre, et c’est cette boîte qui a été chargée par Suzuki de la fabrication de ses motos de trial.

Celle qui est exposée, la MK2, est de 1978, la production a commencé en 1977.

On se souviendra aussi de la moto d’usine de Malcolm Rathmell, qui était une 325, pilotée en 1978, mais qui hélas n’est pas exposée.

Caractéristique de ces motos, elles sont superbes, fines, élégantes, ce qui à l’époque n’était pas tout à la fait la mode dans les motos tout terrain.

 

DOMINIQUE MÉLIAND ET LE SERT/SUZUKI:QUATORZE TITRES MONDIAUX!

 

Sur le même stand Suzuki, la plus grande histoire sportive de la firme avec le SERT, son team d’endurance, dirigé par Dominique Méliand, qui a rapporté quatorze titres en endurance mondiale à Suzuki.

J’ai vu Dominique Méliand, on l’a d’ailleurs pris en photo avec ses motos, je lui ai juste dit que même si cette année va être difficile, un quinzième titre le mettrait à égalité avec Agostini…

C’est vrai que quinze c’est un compte rond, pour une légende…

On sait qu’en 2016, Suzuki a décidé de laisser tomber le WSBK, pour se consacrer au MotoGP et à l’endurance, c’est un beau clin d’œil à l’incroyable énergie et l’expertise démentielle de Dominique.

Bravo mec…

AXA DE TRÈS BON GOÛT

a a motol axa3

LA (VRAIE) H2 EST UN FANTASME ABSOLU

Pas très loin du stand Suzuki, vous trouverez celui d’AXA, un assureur qui a fait un très bel étalage de motos cultes ou exceptionnelles.

Avec pour commencer une H2, une vraie, la trois cylindres Kawasaki  750 apparue en 1971, la plus belle des motos de l’époque avec la quatre pattes Honda.

A l’époque, cette moto était un missile qui s’attaquait aux Ferrari sur les rares bouts d’autoroute existants…

Et il y a une autre moto, un truc énorme !

 

MAIS OU A T’IL PU COLLER SIX CYLINDRES LA-DEDANS?

 

Peut- être la moto la plus incroyable de tout le salon,  une Kawasaki six cylindres, complètement dessinée et construite par son constructeur, un ingénieur chez Rolls Royce, en 1978.

Il existait sur le marché un trois cylindres 250 Kawasaki, le S2, depuis 1972.

L’ingénieur a eu l’idée de monter deux fois ce trois cylindres sur la même moto, j’ai mis un bout de temps à piger l’organisation du truc, une rampe est verticale, l’autre horizontale.

 

a a motol axa 2

ICI ON VOIT LES DEUX RAMPES

 

Elle n’a jamais pu courir en GP car entre temps, la FIM a limité,  en 500, le nombre de cylindres à quatre.

Plusieurs exemplaires de cette moto ont été construits, tous détruits lors d’accidents, car les proprios couraient avec en dehors des GP,  il reste ce modèle qui est donc unique au monde.

Allez voir le montage des moteurs, c’est du Michel Ange…

 

BOSS HOSS FROM THIAIS… HALLUCINANT !

COMME QUOI ON PEUT ÊTRE ÉNORME ET ÉLÉGANT!

 

Boss Hoss est un fabricant américain de Dyersburg, dans le Tennessee, qui fabrique 250 motos de série par an.

Elles sont importées en France par American Bikes Customs& Cars, qui se trouve à Thiais.

La spécialité de Boss Hoss est inspirée de l’automobile US, il s’agit d’une moto, ici montée en trike, équipée d’un moteur V8 de Chevrolet, de 5,7 litres de cylindrée !

En trike, elle pèse 750 kg et coûte 75 000 euro.

 

 

Et le truc incroyable, le permis moto n’est pas obligatoire pour la piloter !

Si en revanche, vous la préférez en mode deux roues, cela existe aussi !

Voir le catalogue démentiel de cette marque sur www.americanbikescustomandcars.fr

Vous pouvez aussi contacter Thierry, l’importateur, au 07 88 44 74 80, au 01 41 73 75 05, ou par mail thierry@americanbikes.fr

 

 SUNDAY RIDE CLASSIC, SOUTHSIDE GRAND PIED…

JP BONATO (A DROITE, AVEC HUBERT RIGAL) EST L'ORGANISATEUR DE LA SUNDAY RIDE CLASSIC ALIAS SRC

JP BONATO (A DROITE, AVEC HUBERT RIGAL) EST L’ORGANISATEUR DE LA SUNDAY RIDE CLASSIC ALIAS « SRC »

C’est un événement considérable organisé au Paul Ricard, sur le grand circuit, avec des démos sur piste, avec aussi onze vraies courses, dont une endurance Classic, un GP Classic, des courses de Side Classic.

J’y suis allé au début de cette année et ça a été un tel bonheur que je porte toujours au poignet le bracelet rouge et blanc qui sert de sésame à l’entrée.

C’est dire !

En 2016, c’est prévu les 16 et 17 avril.

Cette année, il y avait en démo un plateau totalement incroyable de pilotes de légende, 14 champions du monde dont  Giacomo Agostini, Fred Spencer, Phil Read, Kork Ballington, Olivier Jacque, Christian Sarron, Steve Baker, Johnny Cecotto…

 

LE PLUS GRAND PALMARES DE TOUTE L'HISTOIRE DE LA MOTO EST EVIDEMMENT A LA SRC!

LE PLUS GRAND PALMARES DE TOUTE L’HISTOIRE DE LA MOTO EST EVIDEMMENT A LA SRC!

Le film de Bernard Fau « Il était une fois le Continental Circus » a en partie été tourné durant ces démos.

Cette année est totalement prometteuse, aller passer un week end de folie dans le sud quand le reste du pays sort avec peine de l’hiver, voir passer des légendes, voir courir des motos du Continental Circus, il y a aussi un village et un espace club qui est une folie, c’est un rendez vous incontournable, prometteur et  terriblement excitant.

Voilà, rendez vous les 16 et 17 avril au Paul Ricard, à ne manquer sous aucun prétexte.

https://www.facebook.com/SundayRideClassic/

 RUMI : JE VOUS PARLE D’UN TEMPS QUE LES MOINS DE VINGT ANS…

 

Il y a comme ça quelques rêves d’ado qui ne m’ont jamais quitté, la Morris Cooper, la Sunbeam Alpine et quelques engins deux roues motorisés comme le Rumi…

Un engin racé comme un requin produit par Donnino Rumi de 1950 à 1962.

Au lycée, on disait alors « au bahut », on se la pétait fort avec les meules, surtout devant les « nanas », on avait des mobs bleues Motobec (les filles avaient des Peugeot) mais les mecs thunés eux, avaient un Rumi, qui filait comme le vent, était beau comme un avion de chasse…

Le Rumi Club France perpétue cet engin unique dans l’histoire par son dessin et sa conception…

On trouve encore quelques Rumi à acheter, en bon état, la fourchette de prix va de 4500 à 8500 selon les modèles.

Chaque fois j’ai la chair de poule…

« Souvenir, souvenir que me veux tu ? » écrivait Verlaine.

Les miens me disent tous « Oui… »

Rumi Club France Tel 03 86 22 61 03.

 

AERMACCHI SORT LE GRAND JEU

 

On n’est pas sectaire chez Aermacchi, on vient avec les belles motos point final…

L’idée est une ode à un ingénieur italien génial (et insupportable, mais  c’est souvent le cas avec les génies), Leopoldo Tartarini, que j’ai connu quand il a créé Italjet près de Bologne.

Une Ducati Elite 200 de 1962 est présentée sur le stand, et François Marie Dumas, expert absolu en motos vintage, m’a expliqué que le réservoir de cette moto a été dessiné par Tartarini.

Le fait est que c’est un objet d’art ce réservoir.

 

DESIGN ABSOLU

DESIGN ABSOLU

 

Je suis resté un moment devant, il y a des trucs qui me dépassent dans la création artistique et le design, là j’étais au bord des larmes…

Ce qui m’est arrivé devant des tableaux primitifs italiens ou sous le plafond de la Sixtine mais rarement devant un réservoir…

Je sais, faut être vraiment con pour chialer sur le dessin d’un réservoir mais c’est aussi le principe de ce salon, le coup de foudre est caché partout…

 

LE SCOOTER ITALJET,UN AUTRE BIJOU

LE SCOOTER ITALJET,UN AUTRE BIJOU

Juste à côté, un scooter Italjet beaucoup plus récent, la face est un peu « has been », mais de profil c’est une merveille.

Ce stand, si vous le manquez, vous êtes vraiment allé au salon pour rien !

 

LES TONTONS SCOOTEURS : A SE FLINGUER TELLEMENT C’EST BEAU !

 

Je vous ai parlé de coups de foudre en début de reportage, ce stand là m’a coupé le souffle.

Outre une sorte d’arbre de Noël roulant, impressionnant mais terriblement arrogant, j’ai trouvé deux Bernardet, une marque française qui vendait près de 5000 engins par an.

Sublimes, des bijoux…

Fabriqués de 1947 à 1956, ils ont gagné un paquet de compétitions, ils ont aussi été vendus à l’armée française, on en a vu jusqu’à Dien Bien Phu !

 

DEUX BERNARDET SUBLIMES

 

Le rouge qui est sur la photo est de 1953.

Son propriétaire restaurateur, dont le pseudo est « Pujol », y a passé une année entière, tous ses week end, toutes ses vacances, ses soirées y ont été consacrées mais le résultat est juste phénoménal.

L’autre Bernardet, le bleu, est de 1952.

Les Tontons Scooteurs organisent des balades et se retrouvent chaque premier mercredi du mois au Trocadéro (Paris) à partir de 20h, si vous n’avez pas pu aller au salon, ce qui serait inexplicable, j’y suis bien allé avec quarante de fièvre, allez les voir sur place, car en plus ils chiadent le look en fringues !

Infos : www.les-tontons-scooteurs.com

 

« QUATRE PATTES » QUI N’A PAS PRIS UNE RIDE…

 

Elle se trouve vers le fond du grand hall, il ya d’autres CB 750 à Moto Légende, mais celle-là est unique pour deux raisons.

D’abord, elle date de 1971 et n’a jamais été restaurée, cette K1 est dans son jus, et à part quelques piqûres quasi invisibles sur le bouchon de réservoir chromé elle est neuve !

Le réservoir, or et rouge, les couleurs les plus emblématiques de cette moto cultissime, a l’air de sortir de caisse.

Comme quoi, à cette époque, la réputation des motos japonaises qui ne faisaient pas de bruit, avaient des boîtes de vitesse douces comme la soie, étaient les reines du bitume en tenue de route et solides comme des bunkers n’était pas usurpée !

Cette moto a aussi une histoire : Si elle n’a pas pris une ride, c’est qu’elle a passé des années dans un grenier à grains, là où l’a trouvée Jean Coumes son propriétaire, et le grain, ça pompe toute l’humidité ambiante !

Jean Coumes est devenu, petit à petit, restaurateur et dénicheur de motos, c’est sa deuxième vie, il a créé « La cabane aux bécanes » à Narbonne, on le joint soit au 06 89 26 32 12 soit par mail coumes.j@orange.fr

 

OPTIMARC : LA TRIUMPH QUI A VU LE TT…

UNE VRAIE TRIUMPH!

UNE VRAIE TRIUMPH!

 

C’est donc sur le stand Optimarc que j’ai trouvé cette très attendrissante Triumph T 110, rigoureusement d’origine, son  propriétaire, Paul,  a 85 ans, elle a 100 000 km au compteur, elle est élégante comme les vraies motos anglaises  des sixties.

Particularité, son propriétaire est allé au TT de l’Île de Man à son guidon, son pote qui était avec lui lors de cette expédition très légendaire me dit que la moto roulait gaillardement à 110/120, mais qu’elle louvoyait en diable, comme beaucoup de motos de cette époque d’ailleurs.

Un motard trouvait ça marrant de piloter aux fesses…

Expression reprise par les aviateurs pour désigner les aéronefs qui n’allaient pas naturellement en ligne droite à cause du pas de l’hélice.

J’ai trouvé la moto belle, l’histoire belle, allez la voir, elle sent bon l’authentique et les souvenirs inoubliables.

 

LES TRIPLETTES DE BONNEVILLE : LA RUÉE VERS LE SEL …

 

Ce club a une obsession, fabriquer des motos de record Classic pour aller battre des records sur le Grand Lac Salé à Bonneville.

C’est juste à l’entrée du salon, vous ne pouvez pas les rater, ce sont les mecs les plus vrillés de Moto Légende, mais aussi les plus inventifs et parmi les plus intéressants…

Ils ont un projet démentiel, qui pour l’instant n’existe qu’en maquette minuscule, remonter une réplique de Zundapp de record de 1965, à l’époque cette société allemande était en guerre permanente avec Kreidler, on sa battait chaque mois sur un nouveau record sur piste, puis Kreidler a fermé l’histoire en allant rouler à Bonneville à plus de 210 km/h, avec un moteur de 50cc !

 

POUR L'INSTANT,LE PROJET EST UNE MAQUETTE

POUR L’INSTANT,LE PROJET EST UNE MAQUETTE

 

Les triplettes de Bonneville, qui appellent toutes leurs motos « Saline », veulent offrir sa revanche à Zundapp.

La moto Zundapp de records originale est dans un musée à Berlin, la voici en photo sur leur page facebook.

 

moto mlegende zundapp berlin

LA ZUNDAPP ORIGINALE A BERLIN

 

Pour en fabriquer une réplique performante, il faut des sous, pas mal même.

Pour cela, le club a monté un « crowfunding », autrement dit une souscription sur le net, un financement participatif, qui donne droit à certains avantages pour les donateurs.

A voir sur le stand, un proto en construction, « Saline French Ship Meteor », un autre  qui lui a roulé à Bonneville, « Saline Tyson 3 ».

Et sur leur page http://fr.ulule.com/zundapp/  vous trouverez comment participer au crowfunding, vous y mettez la somme que vous voulez !

Voilà, en plus de ces coups de cœur, il y a aura les vôtres, bienvenue dans vos rêves les plus fous !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Max MALKA et Jacques SAMALENS 

 SALON MOTO LEGENDE 2015 - IL Y AVAIT LA GRANDE FOULE AU PARC FLORAL


SALON MOTO LEGENDE 2015 – IL Y AVAIT LA GRANDE FOULE AU PARC FLORAL

Moto - Divers Salons

About Author

jeanlouis