«IL ÉTAIT UNE FOIS LE CONTINENTAL CIRCUS »: BERNARD FAU, LE PRINCE DES DAMIERS ET SES HÉROS

fau ouv
BERNARD FAU ET JACQUES BOLLE LORS DE LA PREMIERE

BERNARD FAU ET JACQUES BOLLE LORS DE LA PREMIERE

 

Ce film dont nous vous avons parlé un paquet de fois est sorti!

Il a été présenté en avant première, en parrainage avec la FFM, en ce mois de novembre, une nouvelle date culte dans l’histoire des GP.

Pas facile d’écrire une critique à chaud quand on vient de voir un documentaire superbe, avec un montage superbe, une musique, superbe, des héros par dizaines, des images de folie, des phrases historiques…

Bref quand on est KO.

 

 

Le nom du film : « Il était une fois le Continental Circus », de Bernard Fau, ex pilote de GP entre 1973 et 1983, devenu ensuite homme de cinéma, ayant donc la double casquette professionnelle lui permettant de réaliser son docu.

 

BERNARD FAU PILOTE

BERNARD FAU PILOTE

 

La FFM et Yamaha lui ont filé un gros coup de main, plus  des donateurs innombrables, et ses potes pros du cinoche ont bossé de façon bénévole.

Le produit cinéma est totalement réussi, techniquement et artistiquement.

Humainement, c’est du caviar.

La musique à elle seule est un diamant absolu.

Le film fait trois heures.

C’est le réal qui a fait le montage, superbe réussite là aussi et je sais de quoi je parle, et  il est insupportable pour le réal de ne pas utiliser des rushs si difficiles à tourner.

Et non seulement on ne s’ennuie pas une seconde mais il y a de nombreux moments immenses tout au long du film.

Ce film est réussi parce que les personnages, les témoins, les pilotes sont tous vivants, certains étaient présents lors de cette première.

 

JACQUES BUSSILLET ALIAS "BUBU", MA POMME, ERIC DE SEYNES, ERIC SAUL

JACQUES BUSSILLET ALIAS « BUBU », MA POMME, ERIC DE SEYNES, ERIC SAUL

 

Ils sont vivants même s’ils ont disparu, car à cette époque des GP, dans les années seventies/eighties, on se tuait gaillardement.

Même ceux qui ne sont pas là sont là, Rougerie, Pons, Hailwood, Saarinen, entre autres,  sont incroyablement vivants.

Ce docu est un vrai coup de poing dans la gueule en fait.

Bernard Fau nous dira après la projection que faute de titre à moto,  il en a créé un, pilote-réalisateur, cela lui a pris presque trente ans car ce film il a voulu le faire dès l’arrêt de sa carrière, il y a justement trente ans.

 

BERNARD FAU INCROYABLEMENT ÉMU

 

Le principe c’est que le réalisateur mélange de façon très astucieuse deux vies et de deux résurrections.

D’une part, la résurrection des motos de GP de la grande époque et quelques uns de ses pilotes grâce à l’ICGP, concept assez original d’Eric Saul qui fait courir ses potes de l’époque sur les motos de GP de l’époque.

 

L'ICGP,UN TRUC QUI ENVOIE DU LOURD!

L’ICGP,UN TRUC QUI ENVOIE DU LOURD!

 

D’autre part, de véritables trésors, des images piochées entre autres à L’INA, où l’on baigne dans l’atmosphère de l’époque du Continental Circus, rien que ces moments là valent le coup de se procurer le film.

J’ai retrouvé les reportages sur les GP de mes amis de l’époque du vrai Auto Moto, Dunac, Van Ryswyck,Chapel.

Et puis Bernard Fau est allé voir les grands témoins de l’époque, Jacques Bussillet qui a vécu avec le Continental Circus, Christian Sarron, Jean François Baldé, l’immense Agostini, probablement le plus émouvant de tous avec Jean Louis Tournadre, premier champion du monde français (Pons a été titré en Formula 750 un an auparavant).

 

FAU ET AGOSTINI, ENORME COMPLICITÉ

FAU ET AGOSTINI, ENORME COMPLICITÉ

Ces moments là sont à pleurer et j’ai poussé une larme.

Agostini expliquant que quand on fait une carrière normale de pilote, avec parfois des huitièmes ou neuvièmes places, on est heureux de monter sur le podium.

Mais, lui, était arrivé à un tel niveau de notoriété qu’il se faisait insulter par la presse qui le disait fini quand il terminait deuxième!

Ago dit encore à quel point cela a été dur de se persuader qu’il fallait arrêter.

Ago qui dit avoir pleuré en rentrant aux stands du TT, sa chaîne venait de casser dans l’avant dernier tour, alors  qu’il était en train de mener devant Mike Hailwood !

Magnifique Ago, tellement beau, tellement vivant, tellement enthousiaste, filmé se promenant dans sa maison où il a conservé tous ses cuirs et raconte leur histoire et donc la sienne, qu’il connaît par cœur.

J’y suis allé il y a bien des années, c’est une émotion considérable parce que tous ses casques portent des rayures, toutes ses combardes sont abîmées, par le temps et par les frottements, voulus ou pas voulus, il a peu chuté durant sa vie, mais quand ça lui est arrivé, il n’a pas fait semblant.

 

JEAN LOUIS TOURNADRE

JEAN LOUIS TOURNADRE

 

Emotion encore avec Jean Louis Tournadre, présent dans la salle le soir de cette première, racontant qu’après son titre, il a fait une année épouvantable avec zéro point au compteur, et qu’il a donc arrêté parce qu’il n’avait plus envie.

 

TOURNADRE L'ANNÉE DE SON TITRE

TOURNADRE L’ANNÉE DE SON TITRE

 

Poignant, incroyablement poignant.

Revoir un Rougerie dont la peur bleue n’était pas sur un circuit, jamais, tous ses potes le diront, il était l’ultra meilleur, non, lui, sa trouille c’était de se lever le matin à sept heures pour aller bosser…

 

PATRICK PONS ET MICHEL ROUGERIE VIVANTS!

PATRICK PONS ET MICHEL ROUGERIE VIVANTS!

 

Revoir Hailwood retrouvant sa Honda six cylindres sur laquelle il a été champion du monde et disant que Honda n’a jamais voulu lui donner…

 

MIKE HAILWOOD ET STEVE MC QUEEN

MIKE HAILWOOD ET STEVE MC QUEEN

 

Ajoutant qu’après son accident en F1 (il a fait les deux, moto et F1), il est parti vivre avec sa famille en Nouvelle Zélande où il s’emmerdait, et est donc revenu rouler le TT parce qu’il savait (sic !) que sur cette course, les pilotes n‘étaient pas toujours à fond…

Magnifique Patrick Fernandez expliquant comment fonctionne un pilote de GP, qui ne pense qu’à la vie en sachant qu’il joue avec la mort.

Exceptionnel Guy Bertin qui court toujours aujourd’ hui dans l’ICGP de Saul et qui a toujours une seule envie, gagner…

 

CHRISTIAN SARRON ET JORGE LORENZO

CHRISTIAN SARRON ET JORGE LORENZO

 

Christian Sarron expliquant que toute sa carrière a été une lutte contre la peur.

Que malgré sa réputation de pilote invincible sur piste mouillée, ce qu’il était en effet, il n’est tombé qu’une fois sur une piste détrempée.

 

SARRON, UN DES STYLES DE PILOTAGE LES PLUS ÉLÉGANTS DE TOUTE L'HISTOIRE DE LA MPOTO

SARRON, UN DES STYLES DE PILOTAGE LES PLUS ÉLÉGANTS DE TOUTE L’HISTOIRE DE LA MOTO

 

Fau et Sarron découvrant ensemble que le sport moto a un aspect christique, la volonté du sacrifice, les bras en croix, savoir que ça peut finir mal et avoir envie d’y aller  quand même parce qu’ainsi va la vie, ainsi va le destin…

J’ai beau être totalement athée, j’ai trouvé ce parallèle sublime.

Exceptionnel !

Bernard Fau expliquant la galère des pilotes du Continental Circus, le championnat du monde des grandes années,  parce qu’il fallait au moins trouver assez d’argent pour payer le GP suivant, thème déjà abordé par Jack Findlay, le héros du film « Continental Circus » de Laperrousaz en 1970.

Et encore Alain Chevallier, qui raconte qu’après l’accident mortel de son frère Olivier au Paul Ricard, il n’a pas débâché la moto durant six mois par peur que lui, le préparateur, soit responsable de l’accident.

Enfin un gros clin d’œil à Soili Saarinen qui raconte son héros de mari, Jarno Saarinen, tué à Monza en 1973, mais qui le raconte vivant.

 

SOILI ET JARNO SAARINEN

SOILI ET JARNO SAARINEN

Elle fréquente toujours les circuits de moto, elle était à la Sunday Ride Classic au début de l’année 2015, mais veut rester dans l’anonymat avec ses souvenirs.

L’idée de l’avoir filmée dans toute sa fraîcheur est magnifique.

Je ne vais pas vous raconter tout le film, vous pourrez l’acheter au salon Moto Légende au Parc Floral de Vincennes ce week end, dédicacé par le réal/pilote, on peut aussi l’acheter sur internet aux coordonnées ci-dessous.

Je termine avec deux personnages incontournables de la moto en France aujourd’hui.

Jacques Bolle, présent à la première, président de la FFM, qui parle de sa victoire à Silverstone en 1983 et c’est la seule fois dans toute l’histoire de la vitesse où il y a eu trois Français sur les trois marches du podium.

 

JACQUES BOLLE ET LES PILOTES FRANÇAIS DE GP 2015

JACQUES BOLLE ET LES PILOTES FRANÇAIS DE GP 2015

 

Qui lui aussi, comme tous les autres, dit comment un pilote, et l’explication est différente à chaque fois, décide d’arrêter.

Et Eric de Seynes, responsable de Yamaha Europe, qui est un formidable conteur, un formidable analyste, un formidable passionné.

Eric est l’un des grands témoins du film, qui dit qu’une des grandes forces de Patrick Pons, c’est d’avoir réconcilié la moto, assez synonyme de révolte dans les seventies/eighties, avec le grand public.

Voilà, trois heures de bonheur à l’état pur, un vrai concept cinéma dans le montage, de très belles images tournées sur les circuits de l’ICGP, il faut connaître un peu l’histoire des GP car on ne raconte pas les courses, ce n’est pas une description sportive mais une histoire d’hommes.

 

BERNARD FAU ET WAYNE GARDNER

BERNARD FAU ET WAYNE GARDNER

 

Il y a un côté Saint Exupéry dans la démarche de Bernard Fau.

Saint Ex qui a écrit pratiquement la genèse du film et de l’histoire qu’il raconte avec ces mots: « Dans ce paysage de création du monde, nous avons bâti un village d’hommes »… 

J’ajoute que la musique d’ouverture du film, l’adagio du concerto pour piano de Beethoven No 5 (dit « Empereur »), est une œuvre qui me flanque le frisson depuis quarante piges et que d’une façon générale la sélection des musiques est totalement bien vue.

Fau a du, là encore, y passer un moment.

Bref, maintenant, sautez sur le CD, préparez à boire car ça va être long et il y aura un silence total dans la pièce, l’anneau des Nibelungen en comparaison, c’est de la mie de pain.

Pour se procurer le film http://www.bernardfau.com. Page boutique

C’est en PayPal, le DVD 42 euro, 48 euro en Blu-ray, il y a trois euro de port à ajouter.

Maintenant, que vous ayiez connu ou non cette époque, plongez dans la légende…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Max MALKA- FFM- AUTONEWSINFO et ARCHIVES

 

Moto Moto - Historique Moto - Vitesse Sport

About Author

jeanlouis