EDDIE IRVINE FÊTE SES 50 ANS CE 10 NOVEMBRE 2015

F1  1999  - EDDIE IRVINE Scuderia FERRARI

 

 Eddie-IRVINE-a-ses-débuts-en-F1-chez-JORDAN-©-Manfred-GIET


Eddie-IRVINE-a-ses-débuts-en-F1-chez-JORDAN-©-Manfred-GIET

 

Ce 10 novembre, l’irlandais Eddie IRVINE, qui en 146 participations au Championnat du Monde de F1, 4 victoires et 26 podiums à son actif, a mis fin à sa carrière en 2002, fête son 50ème anniversaire, étant né le 10 novembre 1965.

Un anniversaire, qui pour cet ancien « enfant terrible » de la F1, sera certainement arrosé en vertu du slogan « profitons de l’instant présent » et qu’il a toujours eu coutume d’appliquer.

 

 Eddie-IRVINE-avec-son-compatriote-et-homonyme-Eddie-JORDAN-©-Manfred-GIET.


Eddie-IRVINE-avec-son-compatriote-et-homonyme-Eddie-JORDAN-©-Manfred-GIET.

 

Natif de Newtownards, à une vingtaine de kilomètres de Belfast, cet irlandais pure souche restera probablement dans les annales de la F1 comme étant le dernier « Gentleman Driver » de l’ère moderne de la catégorie reine du sport automobile.

Son air débonnaire et son aspect d’éternel distrait, ne l’ont néanmoins pas empêché de se faire embaucher durant quatre saisons au sein du temple de la F1, qu’est la très réputée et select Scuderia FERRARI.

Son compatriote et homonyme Eddie, Eddie JORDAN, qui fut d’ailleurs son premier patron d’écurie en F1, dira de lui un jour:

« Ses points forts ont toujours été ses capacités naturelles et son intelligence à s’adapter en course tandis que que son manque de discipline, a surement probablement été un frein dans l’évolution de sa carrière.Son cerveau est tellement actif qu’il en perd parfois la concentration au point de se laisser distraire. « 

Sa philosophie de vie a toujours été dictée par sa devise à laquelle il faisait souvent référence:

« N’oublions pas que l’on est plus longtemps mort que vivant » et qui le caractérisait par son côté festif qu’il dégageait dans le paddock.

 

FORMULE FORD ET ENDURANCE COMME TREMPLIN

24-HEURES-DU-MANS-1993-Toyota-TS010-Team-Toms-Eddie-Irvine-Toshio-Suzuki-Masanori-Sekiya.

24-HEURES-DU-MANS-1993-Toyota-TS010-Team-Toms-Eddie-Irvine-Toshio-Suzuki-Masanori-Sekiya.

 

Sa carrière en sport-automobile, le jeune Irvine la débuta en 1983, à pratiquement 18 ans, c’est-à-dire, à l’âge où Max VERSTAPPEN, fait lui actuellement déjà son chemin en F1, par la Formule FORD, discipline qui à l’époque était le tremplin incontournable pour tout jeune apprenti-pilote, qui voulait gagner ses premiers gallons en monoplace.

En remportant le célèbre FORMULE FORD FESTIVAL à Brands-Hatch dès sa première tentative en 1987, Eddie passa à l’étape suivante, la F3 dès l’année suivante pour le compte du Team Britannique, le trés réputé WEST SURREY RACING pour lequel, il termina 5ème au classement final du Championnat anglais.

En 1989 et 1990 il disputa le Championnat International de F3000 pour le Team de son compatriote Eddie JORDAN avec à la clé, une victoire à Hockenheim. Début en F3000, qui l’incita alors à s’expatrier au Japon, pour y disputer le très relevé Championnat Nippon de la même catégorie.

Et, où il échoua de peu pour décrocher le titre derrière le Japonais HOSHINO en 1993, après avoir terminé à égalité de points mais une victoire en moins par rapport à son rival.

Entretemps, Eddie  fit aussi une incursion aux 24 HEURES DU MANS en 1992 avec l’écurie TOYOTA, obtenant une quatrième place et le meilleur tour en course à la clef.

Une expérience qu’il renouvela avec Eje ELGH, Mauro MARTINI, Jeff KROSNOFF et le regretté Roland RATZENBERGER comme équipiers.

Les décès accidentels de ces derniers, tout comme celui  de son ami proche James HUNT,  décédé, lui, des suites d’un infarctus en 1993, le marquèrent d’ailleurs très longtemps.

 

PROPULSE EN F1 PAR SON COMPATRIOTE EDDIE JORDAN

Eddie-IRVINE-JORDAN-HART-1994-©-Manfred-GIET.

Eddie-IRVINE-JORDAN-HART-1994-©-Manfred-GIET.

 

En 1993, son compatriote et ex-employeur en F3000, Eddie JORDAN lui donna l’occasion d’effectuer ses grands débuts en F1 au volant d’une monoplace, une JORDAN-HART 193, lors du GP du Japon à Suzuka sur une piste qu’il connaissait bien et où il marqua d’ailleurs son premier point en terminant sixième de son 1er GP.

Mais plus encore que son premier point marqué lors de son premier GP, c’est la claque monumentale qu’il se prit à l’issue du GP, d’Ayrton SENNA, ce dernier l’accusant de l’avoir gêné à différentes reprises, en essayant de se dédoubler, alors qu’il pointait à un tour du Champion Brésilien !

 

Eddie-IRVINE-sur-la-JORDAN-PEUGEOT-de-1995-©-Manfred-GIETEddie-IRVINE-sur-la-JORDAN-PEUGEOT-de-1995-©-Manfred-GIET

Eddie-IRVINE-sur-la-JORDAN-PEUGEOT-de-1995-©-Manfred-GIETEddie-IRVINE-sur-la-JORDAN-PEUGEOT-de-1995-©-Manfred-GIET

 

La suite chez JORDAN jusqu’en 1995, fut tout, sauf un long fleuve tranquille, mis à part un podium cette année-là.

Réputé rapide mais aussi fougueux, il se paya une suspension d’un GP en 1994, après avoir provoqué un accrochage entre lui-même, Jos VERSTAPPEN, Eric BERNARD et Martin BRUNDLE, sanction qui passa même à deux GP de mise à pied, suite à son attitude désinvolte, lors de son audition par la FIA.

 

DU CANASSON AU… CHEVAL CABRÈ !

 Eddie-IRVINE-avec-Lucas-Cordero-di-MONTEZEMOLO-qui-le-fit-venir-chez-FERRARI-©-Manfred-GIET.


Eddie-IRVINE-avec-Lucas-Cordero-di-MONTEZEMOLO-qui-le-fit-venir-chez-FERRARI-©-Manfred-GIET.

 

Malgré ses nombreuses frasques et son style décontracté, Eddie IRVINE n’en démontrait pas moins qu’une fois concentré sur son sujet, il figurait parmi les plus rapides de sa génération.

Malgré une monoplace JORDAN-PEUGEOT 195, quelque peu poussive, sa cote ne faisait que monter au point de se faire remarquer et finalement enroler et recruter chez FERRARI, à la demande de Luca CORDERO di MONTEZEMOLO, pour la saison 1996, aux côtés de Michaël SCHUMACHER.

 

 Eddie-IRVINE-aux-côtés-de-Michaël-SCHUMACHER-©-Manfred-GIET


Eddie-IRVINE-aux-côtés-de-Michaël-SCHUMACHER-©-Manfred-GIET

 

Très rapidement, il dut toutefois constater que son rôle se limiterait à celui d’un ‘porteur d’eau’ confiné à rester dans l’ombre du Champion allemand, même si en certaines circonstances, il put démontrer qu’il pouvait être aussi rapide, sinon plus, que son chef de file!

 

Eddie-IRVINE-au-GP-dAutriche-1997-©-Manfred-GIET

Eddie-IRVINE-au-GP-dAutriche-1997-©-Manfred-GIET

 

Sa meilleure saison au sein de la Scuderia fut en même temps sa dernière, en 1999, après que Michaël SCHUMACHER se soit fracturé une jambe en sortant la piste, lors du tour de formation du BRITISH GP, à Silverstone et dont les méchantes langues diront plus tard que l’initiateur était … IRVINE, qui l’aurait poussé à la faute!!!

Son chef de file SCHUMACHER absent durant les six  GP suivants, Eddie IRVINE désormais épaulé par le jeune Finlandais Mika SALO, semblait enfin avoir la voie libre pour pouvoir jouer le titre.

 

 Eddie-IRVINE-en-1998-au-GP-de-MONACO-©-Manfred-GIET.


Eddie-IRVINE-en-1998-au-GP-de-MONACO-©-Manfred-GIET.

 

Mais malgré ses quatre victoires, la solidarité du remplaçant de Michaël SCHUMACHER, le finnois Mika SALO, durant ces six GP et de Michaël SCHUMACHER himself durant les deux derniers GP de la saison, Eddie IRVINE échoua à deux points du titre, finalement remporté cette année-là, par un autre Finlandais, Mika HÄKKINEN.

 

FIN DE CARRIÈRE CHEZ JAGUAR

 Eddie-IRVINE-lors-de-ses-débuts-chez-JAGUAR-en-2000-à-Barcelone-©-Manfred-GIET


Eddie-IRVINE-lors-de-ses-débuts-chez-JAGUAR-en-2000-à-Barcelone-©-Manfred-GIET

 

Bien que vice-champion du monde 1999, il quitta alors Maranello et FERRARI, pour rejoindre la nouvelle écurie JAGUAR, issue des vestiges de la défunte écurie STEWART, avec comme coéquipier Johnny HERBERT et l’ancien triple Champion du monde (1975-1977-1984) l’Autrichien Niki LAUDA, comme responsable du Team.

Durant trois saisons, il essaya de faire progresser le Team Jaguar mais sans pouvoir le dépétrer d’un rôle de second couteau et mis à part quelques coups d’éclats comme de surprenants podiums à Monaco en 2001 et Monza en 2002, le butin restait très maigre et certainement pas à son goût, d’où sa décision fin 2002, de mettre prématurément un terme à sa carrière.

De sa génération, Eddie IRVINE restera certainement comme un personnage assurément atypique, dont l’art de vivre était parfaitement dans la lignée de son modèle, James HUNT disparu en 1993, au point d’en être devenu un parfait sosie.

 

Eddie-IRVINE-a-remporté-4-GP-pour-Ferrari-et-un-titre-de-vice-champion-du-Monde-©-Manfred-GIET

Eddie-IRVINE a remporté 4 GP pour Ferrari et un titre de vice-Champion du Monde ©-Manfred-GIET

 

Malheureusement, après avoir remisé sa combinaison, sa reconversion ne se passa pas toujours sans heurts.

A son actif, on notera des piges pour des chaînes TV britanniques ou des magazines spécialisés en F1, une tentative sans succès de créer une nouvelle écurie de F1 avec des fonds Russes, ainsi que la création d’une société événementielle dans le milieu de la F1.

Côté « Bad Boy » , son nom fait malheureusement parfois aussi ‘la une’ de la presse à sensation, pour ses démêlés avec la justice à propos d’excès de vitesse, infractions au code de la route ou même aussi parfois des bagarres.

Dès, maintenant qu’il fait partie du cercle des quinquagénaires, qui sait, ce garçon qui au demeurant sait être charmant, prendra-t-il la citation :

 » Toutes les passions s’éloignent avec l’âge » de Victor Hugo, au mot.

Happy Birthday Eddie.

 

SON PALMARÈS EN F1

 F1-1999-CANADA-LA-FERRARI-EDDIE-IRVINE

F1-1999-CANADA-LA-FERRARI-EDDIE-IRVINE

 

GP disputés: 146

Victoires: 4

Deuxièmes places: 6

Troisièmes places: 16

Meilleur tour: 1

Points inscrits: 191

Vice- Champion du Monde en 1999

Equipes: JORDAN-FERRARI – JAGUAR.

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

 

Eddie-IRVINE-avec-ses-parents-et-sa-soeur-Sonia-©-Manfred-GIET

Eddie-IRVINE avec ses parents et sa soeur Sonia-©-Manfred-GIET

About Author

gilles