MOTOGP 2015 : DÉCLARATIONS INCENDIAIRES DE ROSSI ET RÉPONSES DES UNS ET DES AUTRES

rossi conf
ILS NE PARTIRONT PAS EN VACANCES ENSEMBLE AURAIT DIT MON POTE THIERRY ROLAND

ILS NE PARTIRONT PAS EN VACANCES ENSEMBLE AURAIT DIT MON POTE THIERRY ROLAND

Après la course de Valence, Rossi est d’abord allé regarder le GP sur une vidéo puis est passé au micro.

Très en colère Rossi, on le serait à moins d’ailleurs, dans tous les sports perdre un titre en finale est insupportable, humiliant.

Mais en plus le « dottore «  s’est lâché, j’ai préféré la citation dans le texte, que j’ai donc dû traduire,  que la version très édulcorée sur le site de Dorna.

Bien entendu, ces propos n’engagent que leur auteur, mais c’est du lourd.

Ses petits camarades ont répondu, j’ai donc résumé leurs réponses en bout de reportage.

Valentino Rossi : « On a eu un grand championnat, j’ai bossé et j’ai réussi à être compétitif partout, j’ai construit la possibilité de décrocher un dixième titre dès la première course. Je crois que je le méritais. Tout cela jusqu’au GP du Japon. En Australie, il est arrivé un truc auquel je ne m’attendais pas du tout, une situation qui ne s’est jamais présentée avant en GP. Marquez a décidé que je ne devais pas gagner ce titre et a commencé à faire le garde du corps de Lorenzo. A Phillip Island, j’étais plus rapide que Lorenzo, je pouvais décrocher le titre à ce moment. Je l’ai dit. Il a recommencé en Malaisie et ce jeudi, quand j’ai su définitivement que je partirais dernier, j’ai compris que mon destin était joué. Dans le paddock on  donnait des surnoms peu affectueux à Marc, ce qui se passe est digne d’un film de série « B ». J’avais encore un peu d’espoir mais c’était fichu vu ce que Marquez a fait sur les dix derniers tours, il allait deux fois plus vite que Lorenzo et ne l’a pas attaqué une seule fois. C’est comme ça que Pedrosa a repris deux secondes. Je ne pensais pas que Honda laisserait faire ça à son pilote, en laissant gagner une Yamaha. Le seul avec qui il s’est battu, c’est Pedrosa. D’une certaine façon,  je suis content parce qu’il n’y a plus aucun doute sur la volonté de Marquez, tout le monde a compris. J’aurais bien voulu que ce titre se joue sur la piste, Lorenzo est rapide et j’aurais peut-être perdu de toute façon. Je serais triste mais pas à ce point-là ! C’est terrible pour ce sport. Nous avons assisté à du jamais vu, sauf entre coéquipiers bien sûr, du même team. Je ne savais pas que ce mondial se jouait par nations. Nous nous sommes toujours vantés de ne pas être comme le football ou la F1. Aujourd’hui, cela a changé. Jorge n’aurait jamais  fait ce qu’a fait Marc, j’ai pourtant été très en colère après ses déclarations de Sepang. En dehors de la piste, il aurait pu être intelligent, s’il a parlé comme ça ou c’est stupide ou il se sent aujourd’hui terriblement coupable. Je ne sais ce qui arrivera dans le futur, et d’ailleurs que pourrais-je y faire ? Arrêter parce que j’ai peur ? Un pilote qui décide de ne pas gagner pour en emmerder un autre signifie qu’il n’a plus de limites. Au bout du compte, celui qui s’est fait avoir c’est moi. Après ce qui s’est passé, il fallait mettre en place des contremesures. Il fallait me convoquer Marquez et moi pour que l’on se parle. Le jeudi de Sepang j’avais dit ce qui se passait mais personne ne m’a cru. Tout ça n’influe pas sur ce que je ferai dans le futur, mes projets ne changent pas. J’ai un gros combat qui se présente et j’y serai. Je ne suis pas désespéré et entre 36 et 37 ans il n‘y a pas une grande différence… Je sais que Marquez est le futur du MotoGP, mais il est aussi quelqu’un qui dit des mensonges à tout propos. Pendant des jours il a répété qu’il penserait seulement à la victoire, que c’est important pour la victoire et tout ça. Quelqu’un qui se comporte comme ça se bat, en fait, il se bat  les couilles de tout… »

 


Marquez s’est évidemment défendu, affirmant que s’il avait seulement voulu protéger Lorenzo il serait resté cinq secondes derrière !

Sa  tactique a été ce qu’il fait habituellement, attendre les trois derniers tours pour attaquer Lorenzo mais c’est là que Pedrosa l’a passé, le reprendre lui a coûté la demi seconde qui lui manquait à l’arrivée.

 

LIVIO SUPPO DE HONDA

LIVIO SUPPO DE HONDA

 

Honda a affirmé ne pas pouvoir donner d’ordres pendant la course, que ses pilotes ont dit qu’ils avaeint des problèmes d’usure du pneu avant, qu’ils ont fait leur course et que ce jour de Valence Lorenzo était plus rapide, point final…

 

 

Lorenzo dit que si tout s’était bien passé c’est avec quarante points d’avance qu’il aurait battu Rossi, il a eu plus de pole, plus de victoires, plus de meilleurs tours en course et plus de tours entête de course. Il ajoute qu’il est trois fois champion du monde en MotoGP, comme Roberts et Rainey.

Et qu’ils ne sont pas nombreux à arriver à ce chiffre.

Et surtout que ce titre est mérité, même dans la controverse.

Bon, c’est sûr que celle qui a vraiment perdu le championnat c’est la bonne foi, cela dit, la mauvaise foi fait partie de l’arsenal d’un pilote.

Et dans ce domaine ils sont tous très forts, qu’ils soient en colère ou en extase…

J’ajoute que selon la presse italienne, Lorenzo aurait dans un premier temps reconnu avoir été aidé par ses compatriotes, mais il dit avoir changé d’avis après avoir parlé avec Marquez et Pedrosa, qui ont vraiment essayé de le passer.

Bref, l’histoire est finie, tristement, mais elle est finie.

La semaine prochaine, on attaque les essais avec Michelin, la vie reprend son cours habituel.

Et la bonne foi continuera d’être repoussée loin hors des circuits !

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos MOTOGP

 

 

 

 

Moto Moto - Vitesse Sport

About Author

jeanlouis