LES MOTEURS DIESEL ONT ENCORE UN BEL ET REEL AVENIR !

AUTOROUTE en FRANCE en Région Parisienne avec un maximùum de vehicules diesel

 

AUTOROUTE-en-FRANCE-Une-voiture-diesel

AUTOROUTE-en-FRANCE- Voitures diesel et essence roulent de concert  – Photo autonewsinfo

 

 

 

Les moteurs diesel ont encore un bel avenir devant eux

Le scandale Volkswagen a porté un nouveau coup au diesel. Si un rééquilibrage en faveur de l’essence est en cours, le gazole conserve néanmoins de nombreux avantages, indique L’Usine Nouvelle dans son édition du 22 octobre, qui consacre un grand reportage à ce sujet.

« Le diesel n’est pas mort. Il va juste s’adapter pour être plus efficace dans les usages où il est nécessaire », assure pourtant un ingénieur motoriste.

Le tout diesel, en France notamment, semble engagé sur la voie du déclin. Dès mars 2013, bien avant les mesures d’alignement des prix à la pompe confirmées par le Premier ministre Manuel Valls, le 15 octobre, le CNPA (Conseil national des professions de l’automobile) indiquait que « la volonté des pouvoirs publics de rééquilibrer le marché diesel-essence interviendrait de facto à l’horizon 2020, sans évolution de la fiscalité sur le gazole ».

La France dispose de l’un des parcs les plus diésélisés d’Europe. Deux raisons à cela : un différentiel de 15 à 20 centimes d’euros sur le prix des carburants et un système de bonus-malus qui a longtemps favorisé les véhicules aux faibles émissions de CO2, donc les modèles diesel.

Toutefois, les ventes baissent inexorablement. Les motorisations diesel, qui représentaient 70 % des immatriculations en 2010, ne s’élèvent plus qu’à 58 % depuis janvier.

En Europe, le diesel représente encore 53 % des immatriculations. Le renforcement des normes européennes antipollution est passé par là !

Les fameuses normes Euro sont beaucoup plus sévères pour les émissions de gaz à effet de serre comme le CO2, mais aussi pour les polluants, c’est le cas pour les particules depuis 2010 avec la norme Euro-5, et pour les oxydes d’azote depuis 2014 avec la norme Euro-6.

Ces normes exigent l’installation de systèmes de dépollution plus performants sur les véhicules diesel, comme le SCR (Selective catalytic reduction).

Elles demandent aussi aux moteurs à essence d’être plus vertueux, car ils émettent aujourd’hui plus de CO2 qu’un diesel !

Résultat : ces organes à essence sont devenus aussi pertinents et plus intéressants économiquement que les diesel pour certains usages, notamment sur les petits véhicules.

 

MOTEUR-DIESEL-contre-ESSENCE.

MOTEUR-DIESEL-contre-ESSENCE.  Photo DR

 

« Le diesel disparaît par le bas, détaille Stéphane Martinot, le directeur marketing de l’activité Emissions control technologies chez Faurecia.

« Il n’existe plus sur les citadines du segment A et représente 30 % maximum sur les citadines du segment B », indique-t-il.

De nombreux professionnels de l’automobile s’accordent sur une répartition 50-50 entre essence et diesel à l’horizon 2020.

« Suite à l’affaire Volkswagen et au traitement politico-médiatique du diesel, cette baisse pourrait être encore plus forte. Mais il existera toujours un seuil incompressible de ventes sous lequel le diesel ne baissera pas. C’est une solution optimale pour des usages de niche », estime pour sa part Eric Champarnaud, associé et vice-président du Bipe (Bureau d’informations et de prévisions économiques).

« Les conducteurs doivent surtout choisir leur véhicule selon leur usage », explique de son côté Fabrice Godefroy, président de l’Association professionnelle Diéséliste de France.

« Le diesel offre 40 % de couple en plus. Pour un véhicule utilitaire, choisir un essence demande un moteur plus puissant, donc plus de consommation. Et donc plus d’émissions de CO2. Depuis le début de l’année, 87 % des achats de véhicules de flotte en France ont concerné des diesel, soit un total de 455 345 véhicules », indique-t-il.

Pour les entreprises, la fiscalité pèse encore lourdement sur le choix, puisque la TVA est remboursée à 100 % pour l’achat d’un diesel et à 80 % pour un modèle à essence.

« A 30 000 kilomètres parcourus par an, avantages fiscaux ou pas, il n’y a pas de débat, les entreprises choisissent du diesel, car la consommation est moins élevée », constate Bernard Fourniou, le président de l’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE).

« Entre 15 000 et 18 000 kilomètres par an, le passage à l’essence peut se poser », ajoute-t-il.

Comme sur le marché des véhicules particuliers, où les conséquences de l’affaire Volkswagen sur les ventes ne semblent pas encore prégnantes, l’OVE ne note pas de recul des commandes de diesel.

« Ce n’est pas le type de carburant qui fait le rendement du moteur, mais le cycle de combustion et celui inventé par Rudolf Diesel est le plus efficace », explique Gaëtan Monnier, directeur du centre de résultats Transports de l’IFP Energies nouvelles.

« L’énergie contenue dans un litre de gazole est 10 % plus élevée que dans un litre d’essence. Consommation et émissions de CO2 sont donc réduites », précise-t-il.

A tel point que le Japon a décidé de remettre le diesel sur le devant de la scène, en soutenant des programmes d’investissement dans cette motorisation, alors qu’il l’avait éradiqué dans les années 1990.

« Nous avions anticipé ce rééquilibrage », explique-t-on chez PSA Peugeot Citroën.

Même son de cloche chez Renault. Les deux constructeurs exportent chaque année 1,2 million de voitures diesel!

Le site mécanique Renault de Cléon (Seine-Maritime), qui tourne aujourd’hui à … 120 % de ses capacités, ne produit que des organes diesel, dont une partie est rappelons-le, tout même, vendue à ses concurrents, les constructeurs Mercedes et Nissan !

Le CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles) estime, pour sa part, à 10.000 emplois directs, la filière française du diesel. Une sortie rapide de cette motorisation mettrait en péril un savoir-faire reconnu mondialement.

Le durcissement des tests d’homologation pourrait poser plus de problèmes. A partir de 2017, une partie du test se fera en conditions réelles sur route (le protocole Real drive emissions) et un coefficient de conformité sera appliqué.

« Si à l’homologation, une voiture émet 80 mg de NOx par kilomètre, elle ne devra pas émettre sur la route plus de 128 mg avec un coefficient 1,6, explique un ingénieur. Aujourd’hui, c’est cinq à sept fois plus, soit 560 mg/km».

Les équipementiers français qui travaillent sur la pollution, se frottent naturellement les mains…

Plastic Omnium, qui évalue son chiffre d’affaires en dépollution à 500 millions d’euros en 2019, fait ce constat :

 « Pour respecter la moyenne de 95 grammes de CO2 émis sur les modèles de leur gamme en 2021, les constructeurs ne pourront pas se passer de diesel. Les nouveaux blocs essence stratifiés à injection directe émettront aussi des particules, donc auront aussi besoin de SCR ».

L’équilibre entre respect de l’environnement et protection de la santé reste complexe.

« Le débat n’est pas binaire » résume Bertrand-Olivier Ducreux, ingénieur au service transports et mobilité de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

« L’essence n’est pas un carburant irréprochable face à un diesel mauvais. C’est plus compliqué », indique-t-il.

Comme on le voit et le constate, le diesel n’est pas mort et a encore un réel avenir, n’en déplaise à certains…

 

 

Législation

About Author

gilles