MOTOCROSS DES NATIONS À ERNÉE : LA FRANCE SUR LE TOIT DU MONDE GAGNE AU BOUT DU BOUT.

ernée 1

 

C’est donc le championnat du monde de motocross par équipes.

36 nations, représentées chacune par trois pilotes courant dans une cylindrée différente, MX2, MXGP, Open, sont venues dans ce petit coin de Mayenne pour devenir le plus grand pays du monde en Motocross.

Comme il est impossible de laisser partir plus de 100 pilotes ensemble, la première journée est consacrée aux qualifications pour ramener le nombre de pays participants à vingt.

Les autres, les pas qualifiés, courent une « consolante » le dimanche matin, les présidents et personnels de leurs fédés respectives auront claqué la moitié de leur budget annuel en France et on rentrera avec de jolis souvenirs touristiques…

Les 20 pays qui sont donc « en finale » sont toujours répartis en trois classes, et l’on va faire courir deux catégories en même temps, il y aura donc trois courses, les MX2 contre les MXGP, les OPEN contre les MX2, les MXGP contre les OPEN.

A chacune de ces courses, chaque pays qualifié présente deux pilotes, un par catégorie, et le pays aura donc six résultats au total. On enlève le moins bon, dit le jocker, et c’est l’addition de ces cinq résultats qui détermine quel pays est champion du monde par équipe.

Les qualifs se font catégorie par catégorie.

Et là c’est simple, les Français ont tous gagné leur qualif.

Romain Febvre a gagné la catégorie Open (Yamaha), Marvin Musquin est rentré des USA pour gagner la catégorie MX2 (KTM 250), Gautier Paulin a gagné sa catégorie MXGP (Honda).

Certes la France est le pays le plus fort sur le papier, les grands pays n’ont pas leurs grands pilotes au complet (blessures, ou ras le bol d’une saison qui dure 52 semaines) on a donc bien commencé.

Après, ce sont les courses qu’il faut gagner.

 

UN CADRE DEMENTIEL

 

Je sais que ça va faire vieux con mais cela devait faire au moins une vingtaine d’années que je n’étais pas allé à un MX des Nations et c’est devenu une véritable usine à gaz ! Les camions sont ceux des GP auto, des semi remorques façon 40 tonnes, les camping-cars sont étalés sur des km, la piste est minuscule, en tout cas elle a l’air minuscule au milieu de tout ce bazar, le public est massé en bas et il a une vue à 100% sur le tracé, en fait c’est simple, c’est Woodstock.

Mais Woodstock sans la boue, il fait un temps radieux et comme il a vasé durant des jours avant, le sol est souple, idéal pour rouler.

Enfin au début par la suite ça va se gâter.

J’oublie les parkings, des dizaines et des dizaines d’hectares, le préfet a failli sortir le plan orange, autrement dit la fermeture des parkings tellement c’était plein dès le samedi, et c’était anticipé par l’organisation, on a ouvert d’autres champs.

Bref cela s’étend à perte de vue.

Quant au village d’Ernée, les habitants sont contents, tout en sachant que les 3700 Ernéens sont un peu débordés par les 35 000 spectateurs qui vont déferler.

 

 

Là encore, les petites routes d’accès sont totalement congelées, le public ne s’y trompe pas, à huit heures du mat, il y a déjà un monde fou.

Un public fabuleusement enthousiaste, un paddock organisé comme le Camp du Drap d’Or de François Premier, le grand chic au milieu des champs, il faut reconnaître que Youthstream, la boîte italienne à qui la FIM a confié l’organisation du truc, fait les choses en grand et bien.

La première course de la journée est donc la consolante qui voit la victoire du Japon, qui décroche au passage le droit de courir le MXON avec les grands !

MANCHE UN : MXGP/VS/MX2 : USA DEVANT LA FRANCE

JUSTIN BARCIA L'EPOUVANTAIL

JUSTIN BARCIA L’EPOUVANTAIL

 

Gautier Paulin est cinq, Musquin est en bagarre devant avec l’Américain Barcia, parti en holeshot.

Enorme ovation quand, on rappelle qu’il pilote une deux et demi, Musquin passe Barcia et devient leader.

La clameur du public est énorme, on se croirait au cirque romain, ça aide.

Mais pas facile d’être devant !

Musquin se refait reprendre, le circuit est fourré d’ornières à la c…, puis il chute, assez fort, il repart quatre mais la France a perdu des points. Un vrai circuit de supercross, à cause des 450 surpuissantes qui roulent et détruisent le terrain.

Les points ici c’est simple, tu es premier, tu as un point, dixième dix points etc… Et le pays qui a le moins de points le soir est champion du monde.

Paulin est tombé aussi, reparti sept. Total onze points pour la France. Les USA, qui gagnent avec Barcia premier  et Jeremy Martin cinq, ont donc six points au total. La France est deuxième derrière les USA. Pas mal avec deux chutes ! Mais relativement irrattrapable. Dommage, vu l’ambiance, mais les chutes sont interdites, ça coûte une blinde !

MANCHE DEUX : MX2/OPEN : FRANCE DEVANT LES USA

MARVIN MUSQUIN

MARVIN MUSQUIN

 

Dans cette manche, Romain Febvre, dont on rappelle qu’il est champion du monde MXGP, fait le job et le fait bien.

L’Américain Webb est parti en holeshot, Febvre derrière lui, cela ne durera guère, Romain passe leader et le reste.

Et il a bien du mérite car le terrain est un scandale, Verdun sans les morts, une seule ornière qui gagne, des bosses dans tous les sens, bref un vrai merdier.

Indigne d’un championnat du monde, j’ai peut-être trop l’habitude des circuits de Supercross que l’on refait de temps e temps mais vraiment là, ce n’est même pas élégant.

Ce qui est très dommage car le Cross est un sport à la fois violent et élégant, comme le Hockey sur Glace.

Marvin Musquin est trois, Webb a fait une chute mais est remonté en selle comme un fou, il a gardé sa place.

Avec quatre points la France gagne donc cette manche.

Les USA sont deux (Webb) et cinq (Martin), la France remonte à deux points au classement général, si l’on compte déjà le retrait du plus mauvais résultat, les deux pays sont à égalité et ça se fera en troisième manche, où l’on verra le meilleur pilote US, Barcia, affronter le meilleur Français, Febvre.

 

MANCHE TROIS DECISIVE : MXGP/OPEN

ROMAIN FEBVRE PILOTE DE L'ANNEE

ROMAIN FEBVRE PILOTE DE L’ANNEE

 

Romain Febvre est parti deuxième derrière un pilote néo-zélandais qui ne va pas faire long feu.

Il passe devant, il est leader, il faut qu’il le reste, il le restera.

Décidément, ce garçon est clairement l’homme de l’année !

Champion du Monde MXGP et vainqueur de ses deux manches en « MXON », c’est juste phénoménal.

Mais il restait Gautier Paulin, un peu le maillon faible de cette équipe de France cette année, qui devait à tout prix bénéficier du fait que les deux amerlos, Webb et Barcia, étaient partis un peu loin.

Sauf qu’une manche dure trente minutes plus deux tours, que c’est très long et que les Américains qui partent mal ont une furieuse tendance à faire des remontées du siècle !

Barcia fait le job mais Paulin se rebiffe.

Quant à Webb, il cale dans une ornière d’un mètre de profondeur, j’ai déjà dit ce que je pensais de ce terrain, et le pilote américain perd encore une place.

Romain Febvre gagne la manche, Gautier Paulin termine cinq.

Et côté USA, Barcia est trois, Webb six.

On a dit en début de reportage comment on compte les points, sur cette manche France six points, USA neuf.

Voilà, il a fallu attendre la dernière manche, la foule a hurlé comme le public du Circus Maximus de Ben Hur, et ça tombe bien, son héros a gagné.

 

 

On a même entendu une Marseillaise partir du public, discrète, on est dans le plaisir, pas en meeting électoral, mais le fait est là, la France a gagné deux fois de suite le Moto Cross des Nations, MXON « in english » et ce grand pays de motocross qu’est l’hexagone rattrape enfin un peu tout le temps perdu depuis 1949, l’année de la création de cette épreuve.

Bravo les garçons !

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Arnaud  HAUDIQUERT/MEDIACROSS

 

Résultats définitifs 

http://results.mxgp.com/mxgp/standings.aspx

 

MOTOCROSS-DES-NATIONS-2015-A-ERNEE-Le-dimanche-27-SEPTEMBRE-equipe-de-FRANCE-sur-le-toit-du-monde

MOTOCROSS-DES-NATIONS-2015-A-ERNEE-Le-dimanche-27-SEPTEMBRE-equipe-de-FRANCE-sur-le-toit-du-monde

 

Moto Moto - Tout Terrain Sport

About Author

gilles