VW ET LA SUITE DU ‘DIESELGATE’…

LOGO VW PORSCHE

 

Logo VW_Audi

 

 

Suite du feuilleton : «VW pris la main dans le sac» ou ‘Dieselgate’ ?

 

Depuis mardi, bien des choses se sont passées sur cette affaire VW.

Tout d’abord, on en sait un peu plus sur la partie technique. Tous les véhicules équipés  du moteur 2 l turbo diesel du groupe VW, embarquent le logiciel découvert par les autorités américaines !

Pas moins …de 11 millions de véhicules sont donc concernés et on parle maintenant d’environ ….  la bagatelle 1 million uniquement en France !

Seuls les véhicules répondant à la norme Euro5 seraient touchés. Ceux répondant à la norme Euros6, n’en seraient pas équipés, selon VW !?

Mais peut-on les croire, puisque les normes Euro6 sont plus drastiques que les Euros5… ?

Ce logiciel est capable de détecter quand le véhicule se trouve sur un banc à rouleau. S’il est sur un tel banc, c’est qu’il est vraisemblablement en situation de contrôle d’homologation ou tout simplement de contrôle technique.

C’est en fait relativement simple à détecter : moteur et boîte de vitesse roulent entre 0 et 60 km/h, tandis que d’autres paramètres, dont le GPS, détectent que le véhicule est en fait immobile.

Il roule donc sur place et donc forcément sur un banc à rouleaux.

Dès lors, le calculateur moteur ajuste les paramètres d’injection pour être sûr que les émissions à l’échappement restent en dessous des niveaux fixés par les lois des différents pays, ceux des États Unis étant parmi les plus bas.

Cela se faisant sans doute au détriment des performances (moins de puissance et de couple délivrés) durant le contrôle.

Une fois le contrôle terminé, l’informatique embarquée du véhicule détecte que celui-ci est de nouveau en mouvement et réajuste les paramètres au mode de fonctionnement normal.

Quelques chiffres circulent quant aux dépassements des émissions de ces véhicules, si ils n’avaient pas ce logiciel, mais sans aucune preuve à priori.

On parle de 2,5 à 4 %, ce qui est finalement peu, mais peut tout de même faire retoquer les véhicules aux contrôles !

On peut s’étonner, dès lors de la réaction de Bosch, qui dément toute participation à l’opération. Le calculateur moteur étant fourni par cet équipementier, il semble surprenant qu’un programme puisse y être implanté sans qu’il soit au courant ?!

À moins que le programme en question ne soit dans un autre calculateur et envoie des valeurs truquées au calculateur moteur… ?

L’enquête, naturellement le précisera sûrement.

En attendant, les états se mobilisent. Les USA, la Corée et maintenant l’Europe ont décidé de mener leurs propres enquêtes.

Car ils peuvent avoir étés eux-mêmes floués.

En effet, depuis quelques années, on applique un peu partout des bonus/malus en fonction des polluants rejetés par les véhicules.

Il reste donc à vérifier si ces véhicules n’auraient pas dus se voir appliquer un malus au lieu d’un bonus !?

Et si c’est le cas, impossible de réclamer la différence au propriétaire, lui-même trompé par le constructeur.

Il y aura donc forcément pour VW une facture à payer, plus une amende par pays, sans doute pas aussi forte qu’aux USA, mais importante tout de même…

 

VW-PDG-MARTIN-WINTERKORN.

VW-PDG-MARTIN-WINTERKORN.

 

Enfin, évidemment les têtes ont commencé à tomber.

À commencer par le grand Patron, Martin Winterkorn.

Après avoir présenté en début de semaine des excuses publiques -grotesques- à ses clients et aux autorités (sans un mot pour les salariés qui n’étaient au courant de rien et qui sont déboussolés), il avait affirmé ne pas avoir à démissionner alors qu’il n’était pas au courant.

Qui écrit dans sa lettre :

« Je n’ai pas connaissance d’une quelconque faute de ma part »

Position intenable. Ou bien il était au courant et avait laissé faire, d’où faute personnelle, ou alors il ne savait pas et on peut alors le qualifier d’incompétence en management et il n’a alors plus sa place en tant que Patron d’un groupe de 700.000 salariés, à travers le Monde !

Le Conseil de surveillance du Groupe VAG, dont la famille Porsche-Piech, détient 35% des actions, a d’ailleurs rapidement glissé que le prochain Conseil, qui devait avoir lieu ce vendredi et qui, à l’origine, devait conforter Monsieur Winterkorn dans ses fonctions, serait sans doute amené à le remplacer…

Aussi, Martin Winterkorn, a finalement décidé de démissionner.

Mais sans doute plus pour une histoire de gros sous que par conviction profonde.

En effet, en cas de démission, il y a un jackpot financier.

On a parlé tout d’abord de 32 Millions d’€, et maintenant 60 Millions d’€ en bonus, gratification, stock-option et retraite chapeau-elles se pratiquent visiblement également en Allemagne – .

En cas de licenciement, il aurait sans aucun doute touché beaucoup -énormément-moins…

Mais en regardant tout cela avec l’œil d’un ouvrier de VW, qui peut être viré sans indemnité en cas de défaillance de montage d’un véhicule sur la chaîne, de tels chèques de départ, après une faute professionnelle qui coûtera au bas mot une trentaine de milliards d’€ à VW, sont-ils justifiables et raisonnables ?

Non, non et encore non.

C’est un véritable SCANDALE. Innommable.

Derrière l’arbre Winterkorn qui cachait la forêt des cadres dirigeants, d’autres arbres commencent aussi à être sur la sellette.

Par exemple, les responsables de la R&D de VW et Porsche (pour ce dernier on se demande pourquoi) ont été licenciés en milieu de semaine.

Ce n’est sans doute que le début d’une purge historique.

L’ambiance dans les bureaux de Wolfsburg et des autres sites du groupe, notamment à Hanovre et à Ingolstadt, doit être lourdement plombée….

L’affaire VW est donc grave, sérieuse, une ÉNORME ESCROQUERIE qui va coûter cher, une petite fortune à la marque financièrement mais aussi bien évidemment en termes d’images et de notoriété à travers le monde !

Une incroyable AFFAIRE pour la 1 ère marque mondiale.

Qui l’eût cru et imaginé ?

Comme le disait, notre Rédac-Chef, l’ami Gilles Gaignault :

«IMPENSABLE. Même pas en rêve !»

Enfin, il se murmurait que son successeur viendrait de la maison Porsche, autre marque du Groupe VW, pas encore éclaboussée…  .

Pour l’instant ? car l’AFFAIRE VW, n’en est visiblement qu’à ses balbutiements !

 

Patrick MARTINOLI

Photos : VW

Economie Evenements Législation VolksWagen

About Author

gilles