COUP DE THÉATRE AU BOL D’OR : À 2 HEURES PILE LA SUZUKI PERD LA TÊTE. HONDA LEADER

BOL D OR 2015 PAUL RICARD - La SUZUKI du SERT N°30 DE NUIT - Photo Antoine CAMBLOR

 

BOL-D-OR-2015-PAUL-RICARD-Ravitaillement-de-nuit-Stand-SUZUKI-Photo-Antoine-CAMBLOR

BOL-D-OR-2015-PAUL-RICARD Premier arrêt au Stand de la SUZUKI du SERT à 2 heures pile -Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Alors qu’elle caracolait au commandement solidement installée en tête de la course, soudainement alors qu’elle bouclait son 314éme tour, à 2 heures pile du matin, la Suzuki du SERT, la N°30 alors pilotée par Vincent Philippe apparaissait au ralenti sur le circuit Paul Ricard.

Mais Vincent Philippe parvenait à la ramener à son stand, où les mécaniciens de Dominique Meliand s’affairaient sans perdre une seconde.

A cet instant l’horloge indiquait trés exactement 2 heures du matin pile !

Et le classement était le suivant :

1 La Suzuki- 2 La Kawasaki 11 – 3 la  Honda 111 – 4 La Yamaha 7  du Yart – 5 la BMW 13  et 6 la Yamaha du GMT 94.

L’arrêt de la Suzuki allai se prolonger  de longues minutes  et lorsque les mécaniciens ressortaient la 30 du box du SERT  et que Vincent Phuluooe reprenaient la piste… HUIT bonnes minutes s’étaient écoulées  !

Et c’est en 6éme position que la Suzuki du SERT repartait en piste

 

BOL-D-OR-2015-PAUL-RICARD-Stand-SUZUKI-du-SERT-N°30-On-attend-pour-un-arret-ravitaillement-de-nuit-Photo-Antoine-CAMBLOR

BOL-D-OR-2015-PAUL-RICARD- A  2Heures20′ nouvel arrêt au Stand de la SUZUKI du SERT-N°30-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Mais patatras  quelques minutes plus tard, à  2 Heures 20′, rebelote, Vincent Philippe  revenait à nouveau au stand SERT.

Ce deuxième arrêt allait lui durer de nouveau… sept longues minutes !

En rejoignant la course, la Suzuki N°30 pointait alors au neuvième rang, désormais devancée par la Kawasaki 11, par la Honda 111, par la Yamaha Yart 7, par la BMW 13

 

 BOL-D-OR-2015-PAUL-RICARD-Ravitaillement-de-nuit-Stand-YAMAHA-94-Photo-Antoine-CAMBLOR


BOL-D-OR-2015-PAUL-RICARD-Ravitaillement-de-nuit-Stand-YAMAHA GMT 94-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Et par la Yamaha 94 – sa rivale pour le titre mondial – qui remonte place après place, elle même suivi par la Kawasaki du Tati Beaujolais, la N°4, puis par la Kawasaki Louis 33 et par la Yamaha 14 du Maco Racing.

Questionné, Dominique Méliand le boss du SERT nous confiait :

« C’est  un problème de vibration à l’arrière.»

Un peu plus tard dans la nuit vers 4 Heures et alors que nous le retrouvions  à l’arrière du stand du SERT, surveillant tous les écrans de contrôle du Team, Dom très calme, nous expliquait exactement ce qui s’était passé deux heures auparavant :

«  Au second stop, on a découvert la réalité du problème. En fait, c’est un empilage d’entretoise qui s’est tassé.  Cela a provoqué  du jeu et du coup, la broche s’est desserré, qui a écarté le bras arrière, d’où cette vibration. Et c’est ce qui a endommagé la suspension, provoquant notre second arrêt  pour la changer»

 

 BOL-D-OR-2015-PAUL-RICARD-Ravitaillement-de-nuit-Stand-KAWASAKI-Photo-Antoine-CAMBLOR.


BOL-D’OR 2015-PAUL-RICARD- Arrêt à 2 Heures 47′ au Stand de la KAWASAKI N° 11 – Photo-Antoine-CAMBLOR.

 

Mais nouveau coup de théâtre au 336éme tour, à 2 Heures 47′ lorsqu’à son tour la Kawasaki de tête rentrait à son stand, laissant, à 2 Heures 49′, le commandement à la Honda N°111,alors  pilotée par Julien da Costa, devant la Yamaha N°7 du Yart.  Mais après deux minutes, la Kawa revenait en piste

A 3 heures à la mi course, les postions étaient donc les suivantes:

En tête la Honda 111, laquelle précédait la Yamaha Yart N°7  à 46 » et la Kawasaki 11 à 1 tour et demi. Suivaient ensuite, la BMW 13, puis la Yamaha GMT 94. La Suzuki SERT  qui a déjà regagné un rang, pointant, elle, huitième.

Cela laisse augurer d’une seconde partie de Bol d’Or sacrément intéressante, les trois motos de tête, visant la victoire finale alors que derrière, la lutte pour l’obtention de la couronne mondiale entre la Yamaha GMT 94 et la Suzuki SERT, nous promet une fin de course, surement passionnante …

Kawasaki qui doit sauver sa saison blanche jusqu’alors, remportera t-elle son 4éme Bol d’Or d’affilée ?

‘ Vas savoir Charles ‘

Car ses rivaux ont exactement le même désir et la même ambition!

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Antoine CAMBLOR

 

Moto - Endurance Sport

About Author

gilles