RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT DE LA FFM, JACQUES BOLLE, AU MONDIAL DE QUAD

QUAD 2015 PONT DE VAUX MONDIAL JACQUES BOLLE Le PRESIDENT de la FFM - Photo Gilles VITRY

QUAD 2015 PONT DE VAUX MONDIAL JACQUES BOLLE Le PRESIDENT de la FFM – Photo Gilles VITRY

 

A  l’occasion du mondial de Quad de Pont de Vaux qui se déroulait ce week-end, rencontre avec Jacques Bolle, le toujours aussi dynamique Président de la FFM et avec Maurice Maingret, le directeur technique du Mondial du Quad, lesquels répondent à nos questions

Le Président de la FFM (Fédération Française de Motocyclisme) avait tenu à honorer une nouvelle fois, de sa présence, le Mondial du quad, lors de la première journée des épreuves.

Nous avons pu réaliser une interview croisée entre un Président très disponible pour notre média autonewsinfo.com dont il dit être un lecteur régulier et Maurice Maingret, le responsable technique de l’épreuve.

 

QUAD-2015-PONT-DE-VAUX-MONDIAL-MAURICE-MAiNGRET-et-JACQUES-BOLLE-Photo-Gilles-VITRY

QUAD-2015-PONT-DE-VAUX-MONDIAL-MAURICE-MAiNGRET-et-JACQUES-BOLLE-Photo-Gilles-VITRY

 

Président, seconde visite en trois ans à Pont de Vaux, quel sens peut-on donner à ce déplacement ?

« Ecoutez je crois que cela démontre tout l’intérêt que porte la Fédération porte à cette manifestation. C’est aujourd’hui la principale épreuve de quad en France. C’est une manifestation uniquement consacrée au quad, c’est en tout cas le seul cas de figure, à ce niveau là, que l’on a sur l’hexagone , voire même peut-être en Europe. » 

Maurice, cet encouragement est sans doute précieux pour aller plus loin encore pour le trentième anniversaire en 2016 ?

« Ne nous déplaçant pas trop souvent sur les épreuves, nous n’avons pas l’occasion de rencontrer le Président. Quand le Président annonce sa présence c’est vrai que ça donne un petit coup de boost pour faire les choses, mieux encore. »

Président, quel pouvoir !

«  Je tiens à dire que si je suis là, ce n’est pas tout à fait un hasard, c’est parce qu’ils sont venus à la fédération un jour. Ils m’ont dit, Président cela nous ferait vraiment très plaisir si vous pouviez revenir. Leur enthousiasme, leur volonté de promouvoir leur manifestation, la façon dont ils effectuent un travail de fond au quotidien pour la réussite de leur épreuve (dont j’ai pu avoir la preuve avec tout l’engagement des élus locaux), voilà un ensemble de raisons qui font que j’ai souhaité  être présent ici.» 

Président, comment évolue ces pratiques du quad au sein la FFM ? N’est ce pas très compliqué à favoriser à cause des questions d’assurance et de responsabilité? On parle souvent de cela et je sais que c’est votre domaine privilégié.

« Je suis juriste certes mais pas assureur. Non, le quad ne rencontre pas plus de difficulté d’assurance en Responsabilité Civile que la moto. Mais c’est clair qu’aujourd’hui les choses demeurent compliquées. Nous avons réussi à modérer ces problèmes grâce à l’arrivée d’assureurs anglais. Nous avons clairement une épée de Damoclès au-dessus de la tête sur ces questions de responsabilité. Espérons que cette accalmie perdure! Parfois pour une discipline qui n’est pas majoritaire dans la moto, certains pratiquants éprouvent quelques difficultés à accéder à des pistes qui leur sont largement ouvertes. Cela est sans doute un peu plus difficile de faire du quad que de la moto, mais on voit qu’il existe un parterre de passionnés et ça intéresse beaucoup de monde. »

Maurice, ici vous avez réuni un plateau d’exception, est ce un cas isolé ou le travail de fond qui paie?

« Ce doit être le travail de fond. Prenons l’exemple de l’équipage américain N°141. Sa présence résulte de l’action d’un industriel US Doug Henline présent à nos côtés voici près de 20 ans et qui constatant un coup de mou dans la participation au Mondial a facilité  l’engagement de ce quad Honda du team 4 Liberty. »

Président, que pensez-vous du niveau technique et sportif et des prestations des équipages de ce Mondial ?

« En France nous avons plusieurs garçons qui évoluent à très haut niveau. C’est vrai d’ailleurs pour toutes les autres disciplines, quoiqu’on en dise . En vitesse on va sans doute avoir un autre titre cette année. En moto cross on est donné largement favori pour les Nations, en enduro on domine  et en quad également. Ici en quad, grâce aux travail des organisateurs nous avons une grande manifestation internationale. Je puis vous assurer que lorsque je parle du Mondial du quad à des Présidents de fédérations étrangères, ils connaissent. Pont de vaux est devenue une grande classique internationale. »

Maurice, l’avenir ça se prépare déjà, comment ?

« Déjà on espère avoir la même météo que cette année. La marché du quad est difficile, le marché du SSV qui le prolonge a montré ici le bout de son nez. Nous avons un petit regret. La sociétés importatrices ou filiales en quad sont moins nombreuses ici que les constructeurs automobiles. On va tout faire pour tenir compte de ces facteurs. Par contre au plan du terrain, nous allons continuer ce qui a été amorcé en 2013 avec PDV2.»

Président, qu’est-ce que la FFM (Fédération Française de Motocyclisme) est prête à faire pour que Pont de Vaux devienne un centre de référence du développement du quad et de la moto?

« Je crois que nous avons déjà fait en partie pour cela. Ma venue, la couverture TV que nous apportons à cette épreuve participent de cette aide que nous souhaitons leur apporter. Ils savent très bien que la fédération est à leur disposition, notamment s’ils rencontrent des problèmes juridiques par exemple. Ils ont une fédération qui se tient à leurs côtés, ce n’est pas Maurice qui va me contredire. Ceci dit, Pont de Vaux est une grande manifestation mais pas la seule. Nous avons des Grands Prix en vitesse en enduro, en trial, en moto cross, nous avons des grandes classiques en endurance,  nous avons l’enduro du Touquet. Bref nous avons beaucoup d’épreuves de renom, dont font partie les 12 heures de Pont de Vaux.»

 

Propos recueillis par Alain MONNOT

Photos: Gilles VITRY

 

FFM

About Author

gilles