GUY LIGIER EST MORT CE DIMANCHE 23 AOÛT 2015

MAGNY-COURS-2-MAI-2015-Inauguration-Conservatoire-monoplace-Francaise-Le-Sénateur-de-la-Niévre-Marcel-CHARMANT-Guy-LIGIER-et-Gilles-GAIGNAULT-Photo-Bernard-BAKALIAN-

 

 

Inauguration-le-1er-mai-2015-par-et-GUY-LIGIER-Photo-FloriaGAUDUCHEAU.

 

On apprend ce dimanche soir la disparition de l’ancien pilote et patron de l’écurie éponyme
Guy Ligier

Guy Ligier, décédé d’un arrêt cardiaque ce dimanche 23 août en fin de matinée, était né le 12 juillet 1930 à Vichy.

Avant de devenir le patron de l’écurie Ligier à la fin des années 70, Guy Ligier avait auparavant  été pilote automobile. Joueur de rugby de très bon niveau aussi. Champion de France d’aviron et naturellement si Guy Ligier fut l’un des acteurs majeurs du sport mécanique français lors des quatre dernières décennies du 20ème siècle, on le connaît surtout comme responsable de l’écurie de Formule 1 qui portait son nom. Celle-ci remporta 9 Grand Prix entre 1977 et 1996 avec notamment les 6 victoires de Jacques Laffite en Championnat du Monde.

Mais, on se souvient moins de Guy Ligier pilote moto, il fut pourtant Champion de France 500cc en 1959. Guy était d’ailleurs resté amoureux du sport moto, comme nous le rappelait Jacques Bolle, le Président de la FFM (Fédération Française Motocyclisme)

Ensuite, passé au sport auto, il a notamment participé à treize Grands Prix de Formule 1, décrochant un point au Championnat du monde des pilotes grâce à sa sixième place obtenue au Grand Prix d’Allemagne en 1967.

Et aux plus grandes épreuves d’endurance, remportant notamment les 12 Heures de Reims avec son pote, Jo Schlesser.

 

 

GUY LIGIER pilote automobile avant de devenir patron de l'écurie éponyme

GUY LIGIER pilote automobile avant de devenir patron de l’écurie éponyme  – Photo DR

 

Mais Guy Ligier était surtout connu pour avoir fondé son écurie de course de Formule 1, Ligier, laquelle participa
au Championnat du monde de 1976 à 1990.

Avant que son écurie soit d’abord racheté par l’homme d’affaires Cyril de Rouvre et ensuite par le play boy Italien Flavio Briatore. Lequel allait par la suite la revendre à l’ancien quadruple Champion du monde Français Alain Prost en 1997, qui la rebaptisa Prost Grand Prix.

 

MAGNY-COURS-2-MAI-2015-Inauguration-Conservatoire-monoplace-Francaise-Le-Sénateur-de-la-Niévre-Marcel-CHARMANT-Guy-LIGIER-et-Gilles-GAIGNAULT-Photo-Bernard-BAKALIAN-

MAGNY-COURS-2-MAI-2015-Inauguration-Conservatoire-monoplace-Francaise-Le-Sénateur-de-la-Niévre-Marcel-CHARMANT-Guy-LIGIER-et-Gilles-GAIGNAULT-Photo-Bernard-BAKALIAN-

 

Les deux dernières fois ou nous l’avons vu, c’était d’abord au printemps lors de l’inauguration du Conservatoire
de la Monoplace Française sur le circuit de Magny cours, ou nous avions longuement bavardé en compagnie
du Sénateur Marcel Charmant, évoquant la belle époque des victoires des monoplaces Ligier en GP.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2015-Présentation-de-la-nouvelle-LIGIER-JSP3-le-11-juin-GUY-LIGIER-et-Jacques-NICOLET-Photo-Thierry-COULIBALY


24-HEURES-DU-MANS-2015-Présentation-de-la-nouvelle-LIGIER-JSP3-le-11-juin-GUY-LIGIER-et-Jacques-NICOLET-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Puis, ensuite aux dernières 24 Heures du Mans, le 11 juin 2015 à l’occasion de la présentation du prototype Ligier LMP3 créé par la firme ONROAK  de Jacques Nicolet à qui Guy a revendu la marque Ligier, il y a un peu plus
d’un an.

En un mois et demi, entre notre rencontre dans la Nièvre et nos retrouvailles dans la Sarthe, nous l’avions trouvé sacrément changé et soudainement vieilli…

 

LOGO LIGIER

 

Avec la mort de Guy, c’est encore une page de ma vie qui se tourne.
Après les disparitions de tous ceux qui m’ont tout appris autrefois à mes débuts et hélas qui nous ont quitté :

D’abord mes confrères Bernard Giroux, Gérard Crombac, puis Bernard Cahier, Renaud de Laborderie
et José Rosinski.

Sans oublier quelques piliers de la Formule 1 française, les Jacques Bonnecarrére et François Guiter.

Et aussi les anciens pilotes LIGIER, Patrick Depailler et Didier Pironi.

 

Depailler-ligier-jarama-79.

Au Grand Prix d’ESPAGNE  le dimanche 29 avril 1979  Patrick Depailler au volant de sa Ligier file sur le circuit de Jarama vers la victoire. Il  devance sur cette photo le poleman son équipier Jacques  laffite Photo ELF

 

Publiant mes articles de l’agence ACP-REUTERS sur le sport automobile et évidemment la Formule 1,
dans les deux grands quotidiens provinciaux qui comptaient pour lui, le Vichyssois (La Montagne à Clermont
puis le Journal du Centre à Nevers)
d’abord lorsqu’il vivait à Hauterive au sud de Vichy, puis plus tard
lorsqu’il devint Nivernais ensuite, lorsqu’il déménagea ses ateliers dans la technopole du circuit de Magny Cours et s’installa à Thiel sur Acollin, nous avions sympathisé.

À tel point que certains soirs de GP, lorsque cela c’était mal passé pour ses bolides, il venait fréquemment lire
ce que j’écrivais… Surtout lorsqu’il eut des pneumatiques auvergnats !

J’ai souvenir de deux énormes colère et coups de gueule, deux dimanches soir, à Brands Hatch en 1981 puis à Imola en 1984 … Chaud, bouillant qu’il était le père Guytou !

 

 GUY-LIGIER-et-JO-SCHLESSER
Guy LIGIER et Jo SCHLESSER – Photo DR

 

Évoquer Guy, c’est en premier rappeler sa carrière de pilote en GP et en endurance avec son pote Jo Schlesser, disparu lui, lors du GP de France de F1, le 7 juillet 1968 sur le circuit de Rouen les Essarts au volant de la Honda F1.

Puis les 1éres Ligier de route les fameuses JS en hommage à Jo.

 

  24 HEURES DU MANS 1975 Seconde place pour la LIGIER JS2 de Jean Louis LAFOSSE et Guy CHASSEUIL


24 HEURES DU MANS 1975 Seconde place pour la LIGIER JS2 de Jean Louis LAFOSSE et Guy CHASSEUIL Photo Thierry COULIBALY

 

Avant qu’il ne se lance en compétition avec ses propres bolides. Il débute par l’endurance avec ses LIGIER
à moteur MASERATI. Et s’illustre aux 24 Heures du Mans, l’une de ses voitures se classant seconde de l’édition 1975, le dimanche 15 juin avec l’équipage Jean Louis Lafosse et Guy Chasseuil. Après avoir aussi brillé
au Tour de France Auto, remportant l’édition 1974 avec le trio composé de Gérard Larrousse, Jean Pierre Nivolas
et Johnny Rives. Une épreuve très réputée sportivement parlant à l’époque !

Guy décide alors de se lancer en Grand Prix et entreprend la construction d’une monoplace de F1.
Que les medias pressentent comme LA Formule 1 Française.

Nous sommes alors en 1976. Après avoir envisagé d’engager le très chevronné Jean Pierre Beltoise, soutenu
par son sponsor, la SEITA, Guy choisit pourtant d’enrôler et de faire confiance à un jeune pilote qui s’est révélé
dans le Championnat d’Europe de F2, Jacques Laffite.

C’est à la suite d’une séance de roulage organisée sur la piste du circuit Paul Ricard pour les jauger que Guy retient Laffite !

 

 F1-GP-SUEDE-1977-JACQUES-LAFFITE-victorieux-le-dimanche-17-juin-1977-a-ANDERSTORP


F1-GP-SUEDE-1977-JACQUES-LAFFITE-victorieux-le-dimanche-19 juin-1977 à ANDERSTORP – Photo Manou ZURINI

 

Avec Laffite, LIGIER  vivra une longue histoire en deux temps de 1976 à 1982 puis de 1985 à 1986 et l’accident survenu à Jacquot à Brands Hatch.

Et avec l’ami Jacques, il connaîtra en Suède, la joie d’une toute 1ére victoire en GP le dimanche 19 juin 1977
sur le circuit d’Anderstop.

Jacques qui remportera cinq autres succès en F1 (Argentine et Brésil en 1979, Allemagne 1980-Canada et Autriche 1981)

F1 1977 GP de SUEDE - Jacques LAFFITE victorieux du GP de SUEDE avec la LIGIER JS 7.

F1 1977 GP de SUEDE – Jacques LAFFITE victorieux du GP de SUEDE avec la LIGIER JS 7.Photo Manou ZURINI

 

Cette année-là en 1981 Jacques Laffite était en lice pour tenter de devenir Champion du monde jusqu’au dernier GP, celui de Las Vegas, disputé le 17 octobre sur le… parking du fameux et très prestigieux Hôtel Caesar Palace.

Et j’ai le souvenir qu’a départ, ils étaient quatre dont le Jacquot à briguer la couronne mondiale :
Le Brésilien Nelson Piquet qui sera l’heureux bénéficiaire – le 1er de ses trois titres – l’Argentin CarlosReuteman
et l’Australien Alan Jones. Et on l’a dit c’est le pilote Brabham qui sera sacré avec  50 points devant  Reuteman 49, Jones 46 et Laffite, 44 pts !

Jamais les années suivantes, une Ligier ne retrouva pareille occasion…

Des années de gloire, on retiendra encore les victoires en F1 des regrettés Patrick Depailler lors du GP d’Espagne 1979 à Jarama et Didier Pironi au GP de Belgique 1980 à Zolder.

Les années passaient, les saisons défilaient et l’envie et la passion l’avaient peu à peu abandonnées.
Situation qui le poussa comme on l’a évoqué plus haut à vendre.

 

TICO-MARTINI-et-GUY-LIGIER-lors-des-CLASSIc-DAYS 2012

TICO-MARTINI-et-GUY-LIGIER-lors-des-CLASSIc-DAYS 2012 – Photo Autonewsinfo

 

Prenant une semi retraite en Suisse à côté de Genéve, il réapparaissait il y a quelques années en devenant
l’un des actionnaires de la société du circuit de Nevers-Magny Cours.

 

Vde V 2014 BARCELONE - Les LIGIER OAK Racing - Photo Maurice CAMUS

Vde V 2014 BARCELONE – Les LIGIER OAK Racing – Photo Maurice CAMUS

 

Puis forcément de nouveau fréquemment présent dans la Niévre, il s’associait avec son ancien complice, Tico,
le constructeur des célèbres monoplaces Martini.

En 2004, en effet Guy Ligier est devenu actionnaire majoritaire de la firme Automobiles MARTINI et l’année suivante la marque Ligier effectue son grand retour à la compétition avec la JS49, prototype de course répondant
à la réglementation du Championnat d’endurance Vde V d’Éric Van de Wyver.

 

 

 24-HEURES-DU-MANS-2015-Jeudi-11-Juin-Photo-Les-deux-LIGIER-JSP2-La-N°-28-devant-la-N°-26-du-G-Drive-Max-MALKA


24-HEURES-DU-MANS-2015-Jeudi-11-Juin-Photo-Les-deux-LIGIER-JSP2-La-N°-28-devant-la-N°-26-du-G-Drive-Max-MALKA

 

Après l’annonce de la création de la nouvelle catégorie LMP3 par l’ACO, Onroak Automotive, le département constructeur de OAK Racing, propriété de l’homme d’affaires Jacques Nicolet, s’associe avec Guy Ligier.

Depuis la mi-saison 2014, le nom de LIGIER a fait sa réapparition sur les circuits, des prototypes LIGIER JSP2 participant et avec succès à tous les Championnats d’endurance.

Le mondial WEC, l’Europen ELMS et l’Américain TUDOR USCC

 

GUY-LIGIER-et-dsa-famille-aux-Classic-DAYS-en-2012.

GUY-LIGIER et sa-famille aux Classic-DAYS en mai 2012. Photo Emmanuel LEROUX

 

Sa toute derniére sortie, Guy l’aura donc effectué le 12 juin dernier aux 24 Heures du Mans pour assister
à la présentation de la dernière-née de la longue lignée des Ligier, la JSP3 création ONROAK.

Guy nous a quitté ce dimanche 23 août 2015 à 85 ans.

Curieusement un 23 août comme son ancien pilote, Didier Pironi décédé un 23 août en 1987 !

Salut Guy.

Tu vas retrouver bien des potes au Paradis automobile.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Bernard BAKALIAN – Manou ZURINI – Max MALKA – Maurice CAMUS – Gilles VITRY – Emmanuel LEROUX  et Florian GAUDUCHEAU

 

QUELQUES PHOTOS EN SOUVENIR DE GUY

Nevers Magny-Cours - Grand Prix de France de Formule 1. Légende photo : Guy LIGIER. Contact photographe :  Bernard BAKALIAN Tél : +33 1 45 57 74 66 Fax : +33 1 45 58 26 88 Gsm : +33 6 80 72 46 32 E-mail : bernard@bakalian.com www.bakalian.com

Nevers Magny-Cours – Grand Prix de France de Formule 1 1985
 Guy LIGIER. Photo : Bernard BAKALIAN 

Guy-LIGIER-et-Jacques-NICOLET aux 24 Heures du Mans en juin 2014 Photo Thierry COULIBALY

Guy-LIGIER-et-Jacques-NICOLET aux 24 Heures du Mans en juin 2014 Photo Thierry COULIBALY

  GUY-LIGIER-à-la-Grosse-Caisse-avec-a-ses-cptes-MANSELL-et-deCESARIS-un-soir-au-GP-dAUTRICHE-à-ZELTWEG-en-aout-1985-à-PBDACH-devant-lAuberge-chez-EVA


GUY-LIGIER-à-la-Grosse-Caisse-avec a ses cotes-MANSELL- PROST et d CESARIS un soir au GP d’AUTRICHE à ZELTWEG en août 1985 à-OBDACH devant l’Auberge-chez-EVA- Photo Bernard BAKALIAN

 GUY-LIGIER-avec-Hugues-de-CHAUNAC-en-1985-à-MAGNY-COURS-Photo-Bernard-BAKALIAN

GUY-LIGIER-avec-Hugues-de-CHAUNAC-en-1985-à-MAGNY-COURS-Photo-Bernard-BAKALIAN

 Guy-Ligier-Tico-Martini-Photo-Gilles-VITRY


Guy-Ligier-Tico-Martini-Photo-Gilles-VITRY

Guy LIGIER et l'Ingénieur Michel TETU  Photo autonewsinfo

Guy LIGIER et l’Ingénieur Michel TÊTU  – Photo autonewsinfo

i 2010

Aux
CLASSIC-days en Mai 2010 les-Ligier-sur-la-grille

CONSERVATOIRE de la MONOPLACE FRANCAISE -Espace LIGIER AU 1er plan la toute 1ére F1 de 1976 la JS 5 pilotée par Jacques LAFFITE -Photo Florian GAUDICHEAU

CONSERVATOIRE de la MONOPLACE FRANCAISE -Espace LIGIER AU 1er plan la toute 1ére F1 de 1976 la JS 5 pilotée par Jacques LAFFITE -Photo Florian GAUDICHEAU

F1 Nécrologie Sport

About Author

gilles