LA MORT DE CLAUDE PEUGEOT, PERE ET PAIR DU TRIAL FRANÇAIS

CLAUDE ET SE ENFANTS AU VTC 2011

CLAUDE ET SE ENFANTS AU VTC 2011

 

Les photos d’ouverture de ce reportage ont été prises par Claudio, alias jean Claude Comméat, lors du Trial du Ventoux 2011, à Malaucène où l’on fêtait le trentième anniversaire du titre mondial de Gilles Burgat.

Claude Peugeot est là au départ en compagnie d’un nombre considérable de champions du monde et de leurs amis, il est en ouverture de notre reportage avec Bernie Schreiber.

La photo qui est en dessous montre Claude avec de gauche à droite, Pascal Couturier, Michel Traini, Gilles Burgat, Charles Coutard et Bernie Schreiber.

La nouvelle m’est tombée dessus ce matin, par un mail d’Olivier Barjon, que je remercie.

 

 

Le Grand Claude est mort.

Même si on s’y attendait un peu, je suis triste à pleurer.

Le grand coup de poing dans la gueule fait toujours aussi mal quand il s’agit d’un monsieur qui a fait l’histoire du trial et m’a fait l’honneur d’être de mes amis.

Claude Peugeot, alias « le Grand Claude » est mort hier matin, chez lui.

Né en 1935, il avait eu 80 ans en avril de cette année 2015.

 

GILLES BURGAT AU SCOTTISH 1981

GILLES BURGAT AU SCOTTISH 1981

 

J’ai réussi à joindre Gilles Burgat, champion du monde de trial en 1981, que Claude Peugeot a porté sur les fonds baptismaux du trial.

« Incroyable, c’est vraiment une page du trial qui se tourne, le départ du Grand Claude ! Un esprit passionné, un génie de la mécanique, un fou de la montagne. Sa femme me dit que jusqu’au bout il a parlé de moto. C’est lui qui m’a pris en main dès le départ. En fait, la première fois que j’ai vu une moto de trial, j’avais dix ans, je faisais une balade en montagne avec mes parents, au dessus d’Albertville, et on a vu passer une moto de trial sur un sentier, c’était le Grand Claude avec sa Bultaco. En fait, le fait de venir habiter Albertville lui aura permis de faire de sa vie une passion, une double passion, celles qu’il avait pour le trial et pour la montagne ».

Claude, c’est simple, c’est le créateur en France des trials à l’anglaise, avec Claude Coutard, le père de Charles Coutard, qui allait devenir, durant dix ans, la référence absolue du trial français.

 

CLAUDE COUTARD ET SON FILS CHARLES, HÉROS DU TRIAL FRANÇAIS

CLAUDE COUTARD ET SON FILS CHARLES, HÉROS DU TRIAL FRANÇAIS

 

Le Grand Claude était de la famille Peugeot, son père était Jean Jacques Peugeot, directeur des usines Peugeot Japy.

Sa première moto de trial a donc forcément été une Peugeot, qu’il a construite lui-même, la marque ne faisait pas de trial, sur une base moteur de 175 cc.

 

 

Il l’avait fièrement présentée dans un numéro de Moto Revue en 1960, à l’époque où la couverture du magasine était rouge avec un rond blanc.

Ce qui est marrant c’est que Charles Coutard démarrera lui aussi sur un Peugeot 50cc !

Puis, dans les années seventies,  les motos espagnoles détrônent les anglaises alors maîtresses du marché et le championnat du monde est créé en 1975.

Claude a aussi tâté de la compétition, il a été champion d’Europe « Expert » en 1960.

Claude n’était évidemment pas d ‘Albertville, c’est Montbéliard qui est le berceau de la famille, mais Albertville a été sa deuxième naissance.

C’est un mec génial, toujours enthousiaste, toujours marrant, toujours souriant.

 

SALUT GRAND CLAUDE!

SALUT GRAND CLAUDE!

 

Il y a … une trentaine d’années, j’avais fait une sortie avec lui en montagne, à moto de trial, au dessus d’Albertville,  Gilles Burgat était avec nous et m’avait appris le virage « essuie-glace » sur les petits sentiers en descente, quand le virage était à 180 degrés.

Que j’avais raté un paquet de fois avant de piger…

Claude avait une musette avec de la bouffe et des outils.

Et chaque fois qu’il y  avait un pépin, en cinq sec’ la moto repartait comme si l’on n’avait rien cassé.

Quant à la bouffe, je n’ai jamais compris où il mettait tout ça mais c’était le quatre étoiles, assis devant les immensités.

 

CHARLES COUTARD

CHARLES COUTARD

 

Charles Coutard m’appelle…

« Le début du trial français c’est les trois Claude. Claude Gapin qui organisait St Cucuffa en région parisienne, qui est devenu pote avec mon père. Ils ont évidemment fait du trial ensemble. Puis quand mon père est parti s’occuper d’un centre de jeunes chez Peugeot à Montbéliard, il a fait la connaissance de Claude Peugeot, qui lui a dit qu’il était le seul trialiste du coin, tout le monde faisait du motocross dans l’est. Ils ont créé le MC Sochaux et le trial a commencé à exister en dehors de Paris! Quant à moi, j’ai commencé sur un petit Peugeot 50 modifié trial, Claude Peugeot m’a vu rouler et il a dit à mon père que je devais monter en puissance. Il m’a préparé pour le trial le petit 100 Lobito de sa femme Marie Thérèse, j’ai commencé le championnat de France en retard car je n’avais pas le permis, mais j’ai quand même été titré. Claude était asez dur avec moi, il voulait que je connaisse aussi la mécanique par coeur. Mais ça a marché! Claude Peugeot nous a ensuite emmenés avec mon père en Espagne, où il nous a présenté Monsieur Bulto, le patron de Bultaco. Qui m’a vu évoluer sur mon Lobito et m’a proposé de devenir officiel, c’était le début de ma carrière « 

 

CHARLES COUTARD DOIT TOUT A CLAUDE PEUGEOT

CHARLES COUTARD DOIT TOUT A CLAUDE PEUGEOT

 

J’ai les larmes aux yeux quand Charles me raconte tout cela.

C’est immense.

Immense, Claude l’était par la taille, par l’esprit, par la vision de la vie, par la force de l’amitié, par le talent à moto, par la passion de ce sport, le trial, dont il est l’un des pères fondateurs en France.

Il n’est pas parti en fait, il est juste en reco de la zone du ciel, ça prend un peu de temps mais on le reverra !

 

 

Christian Rayer, ancien champion de France de trial avant Coutard, met sur facebook cette très belle photo du Grand Claude à la grande époque, celle où l’on trialisait en casquette de tweed…

Avec cette légende: « Bien triste nouvelle , un ami s’en est allé , il n’était pas grand que par la taille le  » Claude  » Peugeot , c’était quelqu’un de Bien ! »

Joël Corroy, autre figure des grandes années mais il s’occupe toujours de son magasin Trail 70 à Vesoul, il y a créé un musée de la moto tout terrain, qui recevra la Greeves de Claude Peugeot quand… Joël l’aura remontée…

Il me fait passer ces quelques photos d’archives.

Et lors du trial  Classic d’Arbecey qu’il organise,  de nombreux hommages ont été rendus, les 180 pilotes portaient presque tous le tee shirt à l’effigie du « Grand ».

 

 

 

 

 

 

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :  LES AMIS DE CLAUDE PEUGEOT

 

Un dernier adieu lui sera rendu ce lundi 24 Août à 10 Heures 30′ au Crématorium d’ALBERTVILLE en SAVOIE.

 

 

Moto Moto - Tout Terrain

About Author

jeanlouis