SUR FRANCE INFO PHILIPPE BIANCHI PARLE DE SON FILS JULES BIANCHI

ENKEYDESIGN-Hommage-a-JULES-BIANCHI.

 

F1-MONACO-2014-Jules-BIANCHI-Photo-Jean-Francois-THIRY

F1-MONACO-2014-Jules-BIANCHI-Photo-Jean-Francois-THIRY

 

Aprés s’être  tout récemment  – le 12 avril  2015- exprimé et confié à Gil Léon dans les colonnes de notre confrère Nice Matin (Voir lien), c’est sur l’antenne de France-Info, dans un entretien, terriblement poignant et plus qu’émouvant  accordé à Sébastien Baer que Philippe Bianchi, revient sur le drame qui a fait basculer la vie de son fils aîné, le jeune pilote de Formule 1 Français, Jules Bianchi.

Neuf mois après le terrible accident dont a été victime le grand espoir Français Jules Bianchi, lors du Grand Prix du Japon disputé sur le circuit de Suzuka, le jeune Azuréen n’a toujours pas repris connaissance et il demeure toujours plongé dans un profond coma

Voici des extraits du témoignage rare de son père, Philippe qui depuis  s’est très peu exprimé et qui s’est confié cette fois, sur France Info.

Dans la maison de Philippe Bianchi, situé sur les hauteurs de Nice, pas très éloigné du circuit de Monaco, où son fils a inscrit ses tous premiers points au Championnat du monde de Formule 1, le dimanche 25 mai 2014, en se classant 9éme de la manche Monégasque, comment ne pas penser à cette journée de rêve vécue ce dimanche la, par le grand espoir de la Formule 1 Française.

En effet, s’y trouvent, une combinaison, un casque, des photos de Jules qui rappellent sa carrière de pilote de course.

Depuis son transfert médical depuis le Japon, le 3 novembre 2014, quotidiennement Philippe, le père du pilote, se déplace au CHU de Nice St Roch, pour y veiller Jules.

 

F1-MONACO-Philippe-BIANCHI-devant-le-stand-MARUSSIA-et-le-box-de-son-fils-Jules

F1-MONACO-Philippe-BIANCHI-devant-le-stand-MARUSSIA-et-le-box-de-son-fils-Jules Photo Jean François THIRY

 

A Sébastien Baer, il lâche

« C’est invivable, c’est une torture au quotidien, on a parfois l’impression de devenir fou parce que, pour moi, c’est certainement plus terrible que s’il était resté dans l’accident. Car on n’a pas le pouvoir de l’aider plus que ce qu’on peut faire ».

En effet, les dernières nouvelles ne sont guère rassurantes. Le jeune pilote est toujours inconscient.

Et les médecins qui veillent sur lui, ne se montrent pas très optimistes.

Philippe précise :

« En général, les progrès doivent se faire dans les premiers six mois et là cela fait neuf mois et Jules n’est toujours pas réveillé et il n’y a pas de progrès significatifs ».

Et il ajoute :

« Le temps passant, cela me rend moins optimiste que j’ai pu l’être deux ou trois mois après l’accident ou l’on pouvait espérer une évolution meilleure. »

Et il raconte :

« Parfois, il y a un signe, la main de Jules qui me serre la mienne »

Mais, Philippe  Bianchi s’empresse de préciser :

«  Je me demande si le geste était bien réel ou si je ne l’a pas rêvé ! »

Et il enchaîne :

« Quand on est dans cette situation, on s’accroche à tout »

Et ce parce que Philippe Bianchi sait pertinemment que chaque jour qui passe, réduit un peu plus les espoirs de voir Jules sortir du coma…

Il confie :

« C’est dur de vous lever le matin en vous disant que vous n’êtes pas sûr que votre fils va vivre et que tous les jours c’est comme ça. A un moment donné, il faut aussi avoir les pieds sur terre et se rendre compte de la gravité de la situation. »

 

 F1-2014-MONACO-JULES-BIANCHI-MARUSSIA-Photo-Jean-Francois-THIRY.


F1-2014-MONACO-JULES-BIANCHI-MARUSSIA-Photo-Jean-Francois-THIRY.

 

Philippe Bianchi explique encore que sa vie s’est arrêtée le 5 octobre 2014.

« On avait un fils extrêmement brillant, qui vivait de sa passion, qui voyageait dans tous les pays du monde, et du jour au lendemain, ce fils que vous aviez tous les jours au téléphone se retrouve sur un lit d’hôpital entre la vie et la mort »

Et plein de bon sens, il sait que les chances de son fils de sortir du coma sont quasiment nulles.

« S’il doit conserver des handicaps très lourds, on est convaincu que ce n’est pas du tout ce que Jules voudrait. On en avait parlé. Il nous avait dit que s’il lui arrivait un jour un accident du type de celui de Michael Schumacher, s’il aurait eu ne serait-ce que  le handicap de plus pouvoir conduire, il aurait beaucoup de difficulté à le vivre. Parce que c’était sa vie. »

 

#ForzaJules

ENKEYDESIGN-Hommage-a-JULES-BIANCHI

ENKEYDESIGN-Hommage-a-JULES-BIANCHI

 

Pour ne pas sombrer, Philippe Bianchi se raccroche aux centaines de milliers de témoignages d’encouragement qui chaque jour continuent d’affluer sur les réseaux sociaux.

 

JULES BIANCHI Sticker TOUS AVEC JULES

 

Qu’ajouter ?

‘FORZA JULES’  comme l’écrivent chaque jour des centaines de milliers de supporters anonymes fans de Sport automobile et qui n’oublient pas Jules…

Nous, non plus.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Jean François THIRY

 

NOTRE SUJET PRECEDENT SUR L’INTERVIEW DE NICE MATIN DE PHILIPPE BIANCHI

http://www.autonewsinfo.com/2015/04/13/philippe-bianchi-donne-des-nouvelles-de-son-fils-jules-bianchi-154078.html

 F1-MONACO-2014-LE-TEAM-MARUSSIA-FETE-LA-9éme-place-de-Jules-BIANCHI-et-sestous-premiers-points-au-CHAMPIONNAT-DU-MONDE-Photo-Jean-Francois-THIRY


F1-MONACO-Dimanche 25 juin 2014-LE-TEAM-MARUSSIA-FÊTE-LA-9éme-place-de-Jules-BIANCHI-et-ses tous-premiers-points-au-CHAMPIONNAT-DU-MONDE-Photo-Jean-Francois-THIRY

 

 

Evenements F1 Personnalités Sport

About Author

gilles