L’EQUIPE LOTUS A DEUX SEMAINES POUR REGLER SES DETTES !

F1-2014-LOTUS-F1-aux-couleurs-de-GENII-Capital

F1  PLAQUE TEAM LOTUS

 

Lotus a deux semaines pour payer ses créanciers

« Qui paie ses dettes s’enrichit ».

Visiblement, le Luxembourgeois Gérard Lopez et sa société Genii Capital, propriétaire de Lotus, ne connaissent pas cette vieille maxime ou s’en moquent.

L’appliquer leur aurait sans doute rendu service.

Aujourd’hui, les voilà traînés en justice par un groupe de fournisseurs et de prestataires qui réclament leur dû, le règlement de leurs factures impayées !

Lotus F1 Team était ainsi convoquée devant la Haute Cour de Londres hier, lundi, pour résoudre cette affaire qui traine…

La mansuétude du juge Registrar Briggs, qui lui a accordé un délai de deux semaines, permet à Lotus de repousser encore un peu l’échéance.

Mais, c’est inéluctable, il va falloir passer à la caisse !

 

F1-2015-MONTMELO-27-FEVRIER-Stand-LOTUS-Photo-MAX-MALKA

F1-2015-MONTMELO-27-FEVRIER-Stand-LOTUS-Photo-MAX-MALKA

 

Les difficultés financières de l’équipe d’Enstone sont maintenant connues depuis deux ans.

Les deux premières saisons sous la coupe de Genii Capital (2011-2012) se sont passées sans anicroche majeure.

Mais l’affaire s’est sérieusement gâtée avec l’effondrement, en 2012, de Lotus Cars – au passage totalement prévisible – qui était censée apporter un budget de 30 millions de dollars (27 millions d’euros) par an jusqu’en 2016.

Cette recette évanouie n’a pas du tout été compensée. Dans le même temps, les budgets de la F1 ont connu une colossale inflation, surtout à cause des nouveaux groupes propulseurs hybrides imposés par le règlement à partir de 2014.

La spirale de la déroute était donc enclenchée pour Lotus.

 

 KIMI-RAIKKONEN-Presentation-Team-LOTUS-RENAULT-2013-28-janvier KIMI-RAIKKONEN-Presentation-Team-LOTUS-RENAULT-2013

KIMI-RAIKKONEN-Presentation-Team-LOTUS-RENAULT-2013-28-janvier
KIMI-RAIKKONEN-Presentation-Team-LOTUS-RENAULT-2013

 

Dès 2013, les fournisseurs en tout genre et les prestataires de service, ainsi que les salaires des employés et même des pilotes passaient par la case « en attente ».

Kimi Räikkönen est le premier à avoir fait ‘ éclater ‘ l’affaire au grand jour en dévoilant sur la place publique, le non-paiement de son salaire, allant même jusqu’à claquer la porte de l’écurie ava  nt la fin de la saison 2013..

Et a ensuite patienté jusqu’à la fin 2014 pour recevoir son chèque de 15 millions d’euros, qu’il avait bien gagné grâce à un salaire indexé sur le nombre de points marqués au Championnat du monde.

 

 F1-2012-ABU-DHABI-1ere-victoire-pour-KIMI-RAIKKONEN-et-LOTUS-RENAULT. L'Epoque ou tout allait bien;;;


F1-2012-ABU-DHABI-1ere-victoire-pour-KIMI-RAIKKONEN-et-LOTUS-RENAULT. L’Epoque ou tout allait bien…

 

Mais d’autres, beaucoup moins fortunés que l’ancien Champion du monde Finlandais, étaient déjà au bord de la faillite bien avant !

Certains n’ont pas vu le moindre ‘cent’ arriver de toute l’année 2013 malgré un travail sans relâche.

La conséquence la plus dommageable en a été le départ de nombreuses têtes pensantes, en particulier le directeur technique, James Allison, le chef aérodynamicien Dirk de Beer et enfin le directeur de l’équipe, Eric Boullier.

Départs qui expliquent les médiocres résultats actuels de l’équipe bien que dorénavant équipé par le meilleur motoriste, l’Allemand Mercedes…

En résumé, Lotus a offert une version Formule 1 du « Titanic » !

Toutefois, le navire n’a pas coulé. Jusqu’à maintenant. Grâce à l’engagement de Pastor Maldonado en 2014, Lotus bénéficie du soutien du pétrolier vénézuélien PDVSA, environ 30 millions d’€ par an.

Mais les factures sont toujours réglées au compte-goutte.

 

  F1-2015-ERIC-LUX-ET-GERARD-LOPEZ-les-principaux-actionnaires-de-GENII-CAPITAL-et-de-GRAVITY


F1-2015-ERIC-LUX-ET-GERARD-LOPEZ-les-principaux-actionnaires-de-GENII-CAPITAL-et-de-GRAVITY

 

GeniiCapital joue ainsi très souvent sur les dates d’encaissement de l’argent de ses sponsors – prétendant ne l’avoir pas reçu – pour retarder au maximum le paiement de ses fournisseurs et prestataires.

Une pratique, malheureusement, de plus en plus courante dans le business de la F1. Mais aujourd’hui, la patience et la capacité financière de ces fournisseurs est à bout!

L’action en justice, menée notamment par Xtrac, fabricant spécialiste des transmissions, n’est donc que logique.

Naturellement, la communication de Lotus se veut rassurante. Son directeur général, Matthew Carter, affirmait donc, hier :

« Un certain nombre de fournisseurs réagissent négativement depuis ce qui s’est passé avec Caterham et Marussia (équipes mises en liquidation) et ils ont estimé qu’ils devaient choisir la voie juridique. Nous avions des engagements et des accords avec les sociétés qui ont enclenché ce processus et cela se règle de façon normale… Tout est sous contrôle. » Autrement dit, il n’y a rien de grave, tout va bien !!»

Chacun appréciera la belle pirouette…

Mais il ajoute :

« Une solution a déjà été trouvée, c’est pourquoi la décision de justice a été retardée. »

De qui se moque-t-il ?

 

Alors? pourquoi avoir attendu cette extrémité, si ce n’est pour prolonger cette stratégie de fuite ?

Et par ailleurs, d’où Lotus peut-elle tirer l’argent nécessaire au règlement de ces factures ?

 

RENAULT-SPORT-F1

RENAULT-SPORT-F1

 

Au moment où Renault s’apprête à reprendre les rênes de ce « bateau ivre », l’affaire fait terriblement tache!

Elle témoigne de l’état d’esprit lamentable d’une direction sans aucun égard pour les gens qui lui permettent d’exister, de fonctionner…

Certes, les lois tacites du business de la F1 sont connues et acceptées par tous ceux qui en font partie. Tout peut s’arrêter du jour au lendemain, tout est volatile.

Mais ruiner certaines entreprises par le fait de sa propre incurie, comme c’est le cas de Lotus, dépasse les limites. Cela revient à scier la branche sur laquelle on est assis.

Les dirigeants de Renault avaient, bien entendu, connaissance de cette situation. Qui eux aussi avaient des factures de plusieurs millions d’€ en attente!

Charge à eux, maintenant de mettre un grand coup de balai et de sortir cette équipe, par ailleurs peuplée de gens de qualité et passionnés, de la pétaudière où ses dirigeants l’ont enfoncée.

Une vaste tâche attend Cyril Abiteboul, le probable futur patron de Renault F1.

Une sacrée affaire à suivre…

 

François DAURE

Photos : Max MALKA- TEAM et PIRELLI

 

F1-2014-LOTUS-F1-aux-couleurs-de-GENII-Capital

F1-2014- En manque de sponsors, la LOTUS F1 aux-couleurs de… GENII-Capital!!! Ceci explique cela…

Evenements F1

About Author

gilles