VdeV. A DIJON, LA CHALEUR NE CALME PAS LES ARDEURS…

VdeV 2015 DIJON depart des protos

VdeV 2015 DIJON AFFICHE

 

Pour la manche Bourguignonne du Championnat VdeV et disputée sur la piste du circuit de Dijon-Prenois, la chaleur ne calme pas les ardeurs !

Confirmant la météo entrevue la veille pour le coup d’envoi du meeting Dijonnais des V de V Endurance Series, cette première journée de course s’est déroulée sous un ciel parfaitement dégagé et des températures élevées.

Dans la fournaise de leur habitacle ou de leur cockpit, les pilotes se sont néanmoins livrés à de magnifiques luttes qui récompensèrent majoritairement les valeurs établies de chaque discipline. Jugez plutôt.

 

4 Heures V de V Endurance Proto : Mainmise Ligier en qualifications

 VdeV 2015 DIJON depart des protos


VdeV 2015 DIJON -Les protos

 

Les protos conçus par Onroak, monopolisent le tiercé de tête des qualifications.L’honneur de décrocher la pole position revient à la Ligier JS 53 Evo n°35 du team Ultimate aux mains de Jean-Baptiste Lahaye, François Heriau et Pierre Nicolet.

Mais sur la moyenne établie pour définir la grille de départ, elle ne devance que de 0’’046, la n°92 du Graff que se partagent, Trouillet, Clairay et Perroy, tandis que la n°17 du Team IDEC Sport Racing et confiée au trio, Patrice et Paul Lafargue épaulés par Dimitri Enjalbert, troisième, rend moins de 2/10éme de seconde.

TFT apparaît ainsi comme le meilleur représentant Norma en 4éme position avec la n°8 de Capilaire, Ferté et Illiano L.

Le Graff confirme ensuite avec la n°91 du tandem Pasian et Findlay, qui complète le Top-5 et précède deux Norma de CD Sport, la n°32 du trio composé d’Inés Taittinger, de Latorre et Jule et la n°30 d’Accary, Bole Besançon et Foubert.

Un choc de titan à suivre, en course !

 

VdeV-2015-DIJON-Proto-NORMA-Team-CD-Sport

VdeV-2015-DIJON-Proto-NORMA-Team-CD-Sport

INCROYABLE SUCCÈS DU TEAM CD SPORT

 

Au prix d’une stratégie audacieuse, Kevin Bole Besançon, Thomas Accary et Jean-Ludovic Foubert imposent leur Norma M20 FC n°30 de l’équipe CD Sport, à l’issue de ce quatrième rendez-vous de la saison exceptionnellement disputé sur une durée de quatre heures.

A timing exceptionnelle, stratégie exceptionnelle. Si certaines écuries, à l’image d’IDEC Sport Racing, choisissent d’envoyer leur pilote Elite au départ, d’autres, comme CD Sport avec la n°30, privilégient le Gentleman Driver. Dimitri Enjalbert, sur la Ligier JS 53 Evo 2, imprime de ce fait le rythme devant la n°92 de Yann Clairay, et l’équipage qu’il forme avec Patrice et Paul Lafargue occupera en permanence le duo de tête, jusqu’à rétrograder en dehors du Top-5 à 1h30 de la fin en fonction des pit-stops et handicaps de passages par les stands.

A cet instant, la Ligier n°15 IDEC Racing que se partagent Frédéric et Nicolas Da Rocha renforcés par Cavailhes, apparaît comme une sérieuse prétendante à la victoire, tandis que la Norma n°56 J.R.T/AB Sport Auto du trio Domingues, Tardieu et Vozniak, peut encore croire à l’exploit. Las, la première est victime d’un souci technique, tandis que la seconde perd pied en raison d’un nombre trop important d’arrêts à respecter en fin de parcours. Pour la n°17, le parcours est perturbé par une légère incursion hors piste à cause d’une crevaison. La perte de temps est minime, mais elle sera lourde de conséquence. En reprenant la tête à une demi-heure de la fin, les dés semblent jetés, mais grâce à leur stratégie décalée, la n°30 prend les devants à cinq minutes de l’arrivée et, malgré un ultime passage par la pit-lane, ressort devant la Ligier n°17 dans le dernier tour. Elle coupe la ligne d’arrivée avec 5 petites secondes d’avance sur sa rivale et s’empare, seule, de la tête du championnat.

« Une stratégie de fou qui s’est finalement avérée payante », se réjouissait Bole Besançon.

Lequel poursuivait :

« On a fait du super boulot, ni les pilotes ni le team n’ont commis d’erreur, et nous avons simplement attaqué. J’étais en panne de radio à la fin et je n’avais aucune idée de mon classement. Je pensais être deuxième, donc déçu pendant le tour de décélération, et ce n’est qu’en regagnant le stand que j’ai appris l’heureuse nouvelle. »

Le duo infernal précède finalement sur le podium la Norma n°42 de Didier de Didier Beck, Christophe Kubrick et Xavier Michel, victorieuse du classement Prestige, la n°41 de Marc Faggionato, Jens Petersen et la n°40 de David Zollinger, Philippe Mondolot et Christian Vaglio Giors.

Palmyr est de retour ! Moins de réussite en revanche chez TFT et au Graff…

 

 VdeV-2015-DIJON-La-FERRARI-du-Team-VISIOM


VdeV-2015-DIJON-La-FERRARI-du-Team-VISIOM

3 Heures Endurance GT / Tourisme : Encore une pole pour Visiom

 

Pour le deuxième meeting consécutif, Jean-Paul Pagny, Thierry Perrier et Jean-Bernard Bouvet s’élanceront au sommet de la grille départ grâce aux efforts conjugués des trois pensionnaires du team Visiom.

Meilleur chrono de la séance, la nouvelle Ginetta LMP3 prouve sa compétitivité, mais à la moyenne des trois pilotes, Jean-Pierre Lequeux, Jérôme Naveaux et Charlie Robertson, ne figureront qu’en troisième position sur la grille, derrière la Pescaolo 02, n°72 de l’équipage Bruno Poilpre, Renaldo Da Cunha et la Ferrari 458 GT2 n°2 qui demeure la référence face aux protos.

Escuela Espanola de Pilotos domine ensuite le GTV2 avec sa Mosler n°8 aux mains du duo formé de Kanaroglou et Campos, G Private Racing le GTV3 avec la Mercedes SLS n°30 de la famille Zumstein, tandis que Solution F se hisse au sommet de la catégorie S1 avec la SFV8 du trio Charriol, Rayer et Faure.

 

 VdeV-2015-DIJON-Equipage-victporieux-du-GT-les-pilotes-du-Team-VISIOM


VdeV-2015-DIJON-Equipage-victporieux-du-GT-les-pilotes-du-Team-VISIOM

3 Heures Endurance GT / Tourisme : Visiom s’impose au sprint

 

Superbe victoire de la Ferrari 458 GT2 n°2 aux mains de l’équipage Thierry Perrier, Jean-Paul Pagny et Jean-Bernard Bouvet. Si le succès du Team Visiom ne souffre d’aucune contestation, la lutte fut somptueuse à tous les niveaux du plateau et les podiums incertains jusque dans le dernier tour. Avec l’arrivée des LM P3, une nouvelle ère s’ouvre en GT !

Placée en pole position, la n°2 doit rapidement céder aux Pescarolo 02 et Ginetta LMP3 qui profitent de la longue ligne droite dijonnaise pour creuser l’écart. Un coup de théâtre survient néanmoins après seulement 20 minutes lorsque la Porsche 911 GT3-R n°1, alors pilotée par Patrice Lafargue en 4éme position, est percutée par un retardataire qui reprenait la piste après une sortie.

Dès lors, au gré des ravitaillements et passages obligatoires par les stands, mais également des soucis qui touchent les protos (mécanique pour le premier, crevaison pour le second), la Ferrari mène son petit bonhomme de chemin et retrouve la première place à un quart d’heure de la fin. Le deuxième succès cette saison pour l’équipage – après le Mugello – qui s’empare ainsi des commandes du Challenge.

« C’est dommage que Patrice et Paul Lafargue aient été mis si tôt hors course, car nous aimons nous mesurer à eux », avouait Jean-Paul Pagny.

Qui poursuivait :

« On revient dans la course, le championnat est relancé et c’est de bon augure pour la suite. »

Seule frayeur pour la n°2, une légère sortie de piste de Bouvet à quelques minutes de l’arrivée, sans conséquence, qui lui permet de passer sous le drapeau à damier avec 56’’6 d’avance sur la Mosler n°8, victorieuse du GTV2 avec Oliver Campos et Kostas Kanaroglou. Preuve de l’intensité en piste, la voiture du Team Escuela Espanola de Pilotos ne devance la Ferrari 458 GT3, le n°51 de la Scuderia AF Corse de Montermini, Cordoni et Zanuttini que d’une petite seconde !

 

VdeV-2015-DIJON-La-Ginetta-Nissan-LMP3-du-Prime-Racing-Luxembourg

VdeV-2015-DIJON-La-Ginetta-Nissan-LMP3-du-Prime-Racing-Luxembourg

 

Plus fort encore, si la deuxième Mosler, la n°8 de Martin et Salvadore, offre le doublé à l’équipe Espagnole en GTV2 en se classant 5éme derrière la Mercedes n°70 de Bruno et Edwin Stucky Yerly, le trio Van de Vyver, Carugati et Terrier qui roulait avec une Audi R8 LMS, souffle dans la toute dernière boucle, la troisième marche du podium de la catégorie à la Porsche n°93 de Decultot et Fontaine.

La Ginetta LMP3 n°671 de l’équipage Lequeux, Naveaux et Robertson, se classe pour sa part en 8éme position et remporte le classement Protos – Silhouette devant la SFV8 n°96 de Solution F et la GC10-V8 de Gomez et Coigny.

 

Challenge Endurance VHC V de V – Course 1 : 

VdeV-2015-DIJON-PRENOIS-

VdeV-2015-DIJON-PRENOIS-

Si ce n’est toi… Ce sont donc tes équipiers !

Patrice Lafargue, associé à Da Rocha avait dominé les qualifications au volant de sa Lola T298. Las, un problème mécanique met rapidement fin à la prestation du pilote Châteaux Sport Auto qui offre la victoire à ses équipiers Matthieu et Jean-Baptiste Châteaux.

Le succès fut cependant long à venir pour le duo de la Lola n°42, car Franck Metzger et la Cesca Grac / Team 4,  mit sérieusement la pression aux leaders avant d’écoper d’un drive-through pour non respect du temps imparti durant son arrêt aux stands.

Il ne respecta pas sa pénalité, mais les 42 secondes infligées furent suffisantes pour qu’il conserve sa deuxième place devant la Marc 81S de Nelson etChristophe Kubryk et l’inusable Porsche 91 3,0 RSR n°1 de Bernard Moreau.

Leader du Challenge à son arrivée à Dijon, Gérard Pargamin au volant de son Osella PA9 n°35, dut rapidement s’arrêter, de même qu’Emmanuel Lion lorsque son moteur se coupa à trois minutes de l’arrivée alors qu’il était deuxième!

Challenge Endurance VHC V de V course 2 : John Doe se rebiffe

VdeV-2015-DIJON-depart-des-VHC

VdeV-2015-DIJON-depart-des-VHC

 

Malchanceux à Barcelone où il passa à côté de solides résultats, John Doe vainc le signe indien et empoche sa première victoire de la saison.

Au terme d’une magnifique épreuve d’une heure, réunissant un plateau tout aussi somptueux de 26 « anciennes », le pilote de la Chevron B60 de Classic Racing Experience, s’impose devant la Lola T298 de Patrice Lafargue et Frédéric Da Rocha.

Une revanche pour le duo qui profite d’une nouvelle pénalité infligée à Franck Metzger, pour le même motif que plus tôt en matinée. Ce dernier sauve malgré tout la troisième place, tandis qu’en GT, Alain Bazard célèbre la victoire de sa splendide Ford GT40.

 

Challenge Funyo V de V – Course 1 : Houllier au bout du suspense

VdeV 2015 - DIJON - Le peloton des FUNYO

 

Auteur de la pole positon, Romain Houllier doit céder dès l’extinction des feux à Nicolas Canard, le régional de l’étape qui s’élançait à ses côtés.

Dès le troisième tour, le pilote HMC Lohéac reprend néanmoins les commandes, et caracole ensuite en tête pour remporter son sixième succès de la saison. Canard contraint à l’abandon, on retrouve ensuite un duo d’habitué des podiums, Cyril Denis de Wintec, devant le leader du Challenge, Gwenaël Delomier du Kramer Racing.

Soulignons enfin les excellentes remontées d’Eric Tessier du SRT/HMC et de Julien Goupy de Wintec, dans le Top-5 alors qu’ils s’étaient respectivement élancés depuis les 8éme et 9éme places sur la grille, et le succès de Gérald Poussin du SRT, en B.

 

Challenge Funyo V de V – Course 2 : Houllier fait son trou

VdeV-2015-A-DIJON-PRENOIS-Les-FUNYO

VdeV-2015-A-DIJON-PRENOIS-Les-FUNYO

 

Bis repetita pour Romain Houllier qui, de sa pole, est débordé à l’extinction des feux, mais cette fois par Gwenaël Delomier.

Le leader du Challenge doit cependant rendre les armes après deux tours, et Houllier prend le large. Il profite en effet de la magnifique passe d’arme entre Cyril Denis et Gwenaël Delomier, dans cet ordre sous le damier, qui devancent un Nicolas Canard éblouissant.

Parti 27éme sur la grille en raison de l’abandon enregistré plus tôt le matin, il échoue au pied du podium. A l’image de sa performance, soulignons enfin celles de Yann Burguet et Marcel Scibbarrasi, 7éme et 11éme sous le damier.

 

Challenge Funyo V de V – Course 3 : La totale pour Houllier

 

Reproduisant un schéma qui lui a plutôt bien réussi depuis le début de la journée, Romain Houllier laisse Cyril Denis, puis Gwenaël Delomier, pointer aux commandes dans le premier tour.

Mais dès le second, il repasse à l’offensive et mène ensuite de bout en bout pour conclure victorieusement un meeting en tous points parfait. D’autant plus qu’en profitant de l’abandon de Delomier qui occupait une place sur le podium, le voilà installé dans le fauteuil de leader avant de partir en vacances !

Cyril Denis grimpe ainsi sur son deuxième podium du jour, devant un Nicolas Canard une nouvelle fois époustouflant puisqu’il s’était élancé depuis la 16éme place sur la grille. Julien Goupy échoue pour sa part aux portes du Top-3 et précède Cédric Gardin.

Neuvième,enfin, Gérald Poussin remporte le classement B.

 

Challenge Monoplace V de V – Course 1 : La récompense de Falchero

VdeV-2015-DIJON-depart-des-monoplaces.

VdeV-2015-DIJON-depart-des-monoplaces.

 

Depuis les essais libres, le poleman David Droux de chez RC Formula, avait réalisé un parcours impeccable. Mais en manquant son envol, il tasse Julien Falechero – qui s’était lui excellemment extrait de la grille -, et écope plus tard d’un drive-through pour une manœuvre jugée antisportive.

Le pilote GSK Racing remporte ainsi une victoire méritée, qui fut néanmoins menacée par son équipier Riccardo Cazzaniga. L’Italien le talonne en effet de seulement 0’’327 sous le drapeau à damiers, au prix d’une belle remontée qui le vit prendre l’avantage sur Xavier Bennecchi de Formula Motorsport et 1er Gentleman, Charly Bizalion de CPB Sport, Gilles Heriau lui aussi pilote Formula Motorsport et Pietro Peccenini du TS Corse, tous classés dans cet ordre à l’arrivée.

Oscar Arcila, enfin, s’impose dans le classement B.

 

Challenge Monoplace V de V – Course 2 : Droux prends sa revanche

 VdeV-2015-DIJON-PRENOIS-Le-podium-de-David-Droux-en-monoplace


VdeV-2015-DIJON-PRENOIS-Le-podium-de-David-Droux-en-monoplace

 

Piqué au vif par sa pénalité que ne lui avait valu qu’une 8éme place au classement de la première manche, David Droux ne se laisse pas surprendre une deuxième fois et aborde en tête le premier virage. Position qu’il conserve de bout en bout.

Le départ fut également la clé de la réussite pour Gilles Hériau qui s’est placé d’entrée dans le sillage de Droux, avant de gérer son avance face à Charly Bizalion. Ce dernier souffle ainsi la troisième marche du podium à Riccardo Cazzaniga, lequel précède Xavier Benecchi, premier Gentleman.

Oscar Arcila, quant à lui, s’adjuge une nouvelle victoire au tableau des B.

 

Challenge Monoplace V de V – Course 3 : Droux en ballade

 

Même lorsqu’il ne s’élance pas en tête de la meute, David Droux demeure intraitable…

Cinquième sur la grille de départ, l’inamovible leader du Challenge prend un départ canon et se porte en tête à l’issue du passage dans les esses de la Sablière, profitant d’un contact entre les Formule Renault n°1, 2 et… 3, respectivement pilotées par Riccardo Cazzaniga, Erwin Creed et Julien Falchero.

Si les deux dernières parviennent à reprendre leur chemin, c’en est terminé des espoirs de l’Italien qui laisse filer là de gros points. Gilles Heriau aussi, qui était sur le podium lorsque sa mécanique l’a trahi. Droux, au contraire, caracole tranquillement en tête et l’emporte avec une avance conséquente de 5’’456 sur Charly Bizalion, lui même esseulé face à Xavier Benecchi, invaincu ce week-end chez les Gentlemen Drivers.

A l’instar de Oscar Arcila qui, auteur d’un sensationnel week-end,  a réalisé le hat-trick chez les B!

 

Stéphane ENOUT

Photos: VdeV

 

V DE V VdeV Michelin

About Author

gilles